Infiltration pour névralgie d’Arnold : Tout savoir

Article rédigé par le 17 juin 2023

L’infiltration pour névralgie d’Arnold est une technique thérapeutique consistant à injecter un médicament, généralement un mélange de cortisone et d’anesthésie locale, au niveau du nerf d’Arnold.

En bloquant la transmission des signaux douloureux, cette procédure offre un soulagement significatif aux patients qui n’avaient plus d’autres options thérapeutique.

Dans cet article, nous explorerons le rôle essentiel de l’infiltration pour la névralgie d’Arnold dans le soulagement des patients, mettant en avant cette solution prometteuse pour ceux qui se retrouvent sans alternatives efficaces.

Zoom sur le nerf d’Arnold

Pour une meilleure maitrise et compréhension de l’infiltration pour névralgie d’Arnold, il est important d’avoir une bonne connaissance de l’anatomie du nerf d’Arnold aussi appelé nerf grand occipital.

Le nerf grand occipital (NGO) est un nerf est un nerf de la base du crane qui émane de la colonne vertébrale, au niveau de la branche postérieure de la 2éme racine nerveuse cervicale.

Il est principalement responsable de la sensibilité de la région occipitale du crâne, y compris certaines zones du cuir chevelu.

L’anatomie du nerf d’Arnold peut être décrite de la manière suivante:

  • Origine : le nerf grand occipital provient de la deuxième vertèbre cervicale (C2)
  • Trajet : il suit un chemin complexe, passant entre diverses structures musculaires et ligamentaires
  • Terminaison : le nerf se termine au niveau du cuir chevelu, où il est responsable de la sensibilité de la région

L’infiltration du nerf d’Arnold consiste à injecter un mélange de deux médicaments (un anesthésique local et de la cortisone) autour du nerf sous le cuir chevelu.

Névralgie d’Arnold, c’est quoi ?

La névralgie d’Arnold, également connue sous le nom de névralgie du grand occipital, est une affection neurologique caractérisée par la compression ou l’inflammation du nerf d’Arnold.

Cette pathologie peut entraîner une douleur cervicale qui affecte le cou, la tête et peut même irradier jusqu’aux yeux. De plus, les patients atteints de cette affection éprouvent souvent des symptômes tels que des fourmillements, des picotements ou une sensation de brûlure dans le bras et la main.

L’origine de cette douleur peut être due à diverses causes, telles que :

  • Tension musculaire
  • Arthrose cervicale
  • Traumatisme crânien (entorse du cou)
  • Une tumeur atteignant les racines nerveuses C2 et C3.
  • Pathologies articulaires et osseuses

Quand faut-il envisager une infiltration pour névralgie d’Arnold ?

Linfiltration pour névralgie d’Arnold est une technique thérapeutique utilisée pour soulager la douleur associée à cette affection. Voici quelques indications de cette procédure :

  • Douleur persistante et intense due à la névralgie d’Arnold
  • Réponse insuffisante aux traitements médicamenteux conventionnels et aux méthodes physiques (kinésithérapie)
  • Symptômes affectant sévèrement la qualité de vie du patient

Quand faut-il l’éviter ?

Malgré ses avantages potentiels, l’infiltration pour névralgie d’Arnold n’est pas recommandée pour tous les patients.

Voici quelques contre-indications à cette procédure:

  • Allergie aux anesthésiques locaux ou à la cortisone
  • Infection au niveau du site d’injection
  • Troubles de la coagulation sanguine
  • Grossesse et allaitement

Il est important de noter que cette technique doit être réalisée par un professionnel de la santé expérimenté afin d’éviter les risques et complications possibles.

En tant que patient, vous devez discuter avec votre médecin de vos antécédents médicaux, de vos traitements actuels et de toute préoccupation que vous pourriez avoir concernant l‘infiltration pour névralgie d’Arnold. Ceci aidera à déterminer si cette technique est la meilleure option pour soulager votre douleur et améliorer votre qualité de vie.

RECOMMANDÉ :  Infiltration lombaire : Guide complet

Comment se déroule une infiltration pour névralgie d’Arnold ?

La procédure d’infiltration pour névralgie d’Arnold est une approche thérapeutique exécutée par des radiologues spécialisés en interventionnel, dans le but de soulager les symptômes associés à cette condition.

Voici les étapes clés de cette procédure :

  • Consultation avec les spécialistes : Le traitement commence par une consultation avec des neurologues et un radiologue. Ces spécialistes évalueront la nécessité de l’infiltration et discuteront du protocole à suivre.
  • Imagerie médicale : avant l’infiltration, des examens d’imagerie médicale, tels que l’échographie ou le scanner, peuvent être effectués pour localiser avec précision le nerf d’Arnold et déterminer l’emplacement exact de l’injection.
  • Préparation du patient : Le patient est installé confortablement sur une table d’examen, généralement en position allongée. La zone à infiltrer est nettoyée et désinfectée pour prévenir les infections.
  • Anesthésie locale : Un anesthésique local, comme la lidocaïne, est appliqué ou injecté dans la région du cuir chevelu où l’infiltration sera réalisée afin de minimiser l’inconfort pendant la procédure et de limiter les spasmes des muscles cervicaux.
  • Infiltration : sous le contrôle de l’imagerie médicale, le médecin procède à l’injection d’un mélange de cortisone et d’anesthésie locale autour du nerf d’Arnold (sous le cuir chevelu) avec une aiguille fine.

Étude scientifique :
Une étude publiée dans Interventional Neuroradiology en 2008 s’est penchée sur l’efficacité de l’infiltration guidée par tomographie assistée par ordinateur (CT) dans le traitement de la névralgie d’Arnold. Les interventions ont été réalisées soit à un seul endroit, soit à deux sites différents. L’efficacité de l’infiltration a été définie par une réduction de la douleur égale ou supérieure à 50% pendant au moins un mois.

Les résultats n’ont montré aucune différence significative entre les deux techniques concernant l’effet immédiat de soulagement de la douleur. Cependant, la technique d’infiltration à 2 endroits a montré une meilleure persistance de l’effet de soulagement de la douleur.

La conclusion de cette étude suggère que, bien que les infiltrations réalisées en un seul site offrent des résultats satisfaisants, les infiltrations en deux sites fournissent des résultats nettement meilleurs. Par conséquent, elles devraient désormais être privilégiées par rapport aux techniques en un seul site pour réduire le taux d’échec ou de récurrence de la névralgie d’Arnold.

Quels sont les risques de l’Infiltration ?

Comme toute procédure médicale, l’infiltration présente des risques et des effets secondaires potentiels.

  • Effets secondaires temporaires : après l’infiltration, il est possible de ressentir une accentuation temporaire de la douleur dans les jours suivants. Les effets bénéfiques commencent généralement à se manifester dans les 2 à 10 jours après l’intervention.
  • Engourdissement et perte de sensation : suite à l’injection, il peut y avoir un engourdissement au niveau de la zone traitée et une perte temporaire de la sensibilité. Cela est généralement dû à l’anesthésie locale utilisée lors de l’infiltration.
  • Réactions cutanées : des réactions cutanées telles que rougeurs, démangeaisons ou gonflements peuvent survenir au site d’injection. Il est important d’éviter d’appliquer des sources de chaleur sur la zone (bouillotte, bain, douche, etc.) pour éviter le risque de brûlure.
  • Infection : bien que rare, il y a un risque d’infection après l’infiltration.

Avis du médecin : Il est essentiel de maintenir un équilibre dans la quantité de cortisone administrée à chaque patient, en évitant de dépasser 3 à 4 infiltrations par an. Cette précaution est prise en raison de la sensibilité de l’organisme à une concentration élevée de cortisone.

RECOMMANDÉ :  Infiltration pour sciatique : Tout savoir

Quels sont les résultats attendus ?

Après une infiltration pour névralgie d’Arnold, les patients peuvent s’attendre à une amélioration progressive de la douleur.

Voici quelques points clés à connaître sur les résultats de cette procédure :

  • Douleur : Les résultats varient en fonction de chaque patient, mais une amélioration notable, avec une diminution de la douleur, est souvent observée quelques jours après l’infiltration.
  • Nerf d’Arnold : le nerf occipital peut mettre du temps à guérir totalement et à retrouver sa fonction normale. Des séances de kinésithérapie, des traitements médicamenteux et des conseils pratiques pour prévenir les crises peuvent être recommandés.
  • Repos : Il est important de prendre du repos après l’infiltration, afin de permettre aux médicaments d’agir. Les patients peuvent généralement reprendre leurs activités habituelles dans les jours suivants.-
  • Scanner : un scanner peut être réalisé après l’infiltration pour surveiller les progrès du patient après l’intervention.

Il est essentiel de consulter un médecin en cas de douleur persistante ou de réapparition des symptômes. Le suivi médical régulier et un plan de soins individualisé garantissent un traitement optimal et un soulagement durable de la douleur liée à la névralgie d’Arnold.

Si ça ne fonctionne pas : chirurgie ?

Si l’infiltration pour névralgie d’Arnold, ne fonctionne pas, il existe d’autres options thérapeutiques plus invasives.

Radiofréquence

La radiofréquence est une technique qui consiste à appliquer de la chaleur sur le nerf d’Arnold à l’aide d’électrodes. Cela permet de réduire la douleur en diminuant la transmission du signal douloureux.

Cette procédure peut être envisagée si les traitements médicamenteux et les injections de corticoïdes ne sont pas efficaces.

Chirurgie de la base du crâne

Dans des cas exceptionnels, une chirurgie de la base du crâne peut être envisagée. Cette procédure est complexe et nécessite une évaluation rigoureuse du patient.

Elle consiste à décomprimer ou à séparer les structures nerveuses impliquées dans la douleur. Cela peut être réalisé en retirant des tissus ou des os qui compriment le nerf d’Arnold.

Il est important de noter que la chirurgie n’est envisagée que dans des cas où les autres traitements ont échoué et où le niveau de souffrance du patient justifie une procédure invasive.

Témoignages

Bonsoir à toutes et à tous,

Je souffre de névralgie d’Arnold bilatérale depuis presque deux ans maintenant et la semaine dernière, après de nombreux échecs médicaux, je suis allée au centre AD de Nîmes. Ils m’ont reconvoquée hier pour me faire des infiltrations directement dans les deux nerfs. Cependant, depuis ces infiltrations, je ne sens plus une partie de mon crâne, je ne peux pas bouger la tête tellement j’ai mal dans la nuque et je vous avouerai que cela m’inquiète.

Voir la suite de la conversation sur Doctissimo

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.7 / 5. Nombre de votes 28

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut