Infiltration pour Rhizarthrose : explications du médecin (tout savoir) 

Article rédigé par le 9 juillet 2023

La rhizarthrose est une arthrose de la base du pouce, une pathologie très fréquente qui peut provoquer des douleurs et une limitation des mouvements. Le traitement de cette affection dépend de son stade d’évolution et de son impact sur la qualité de vie du patient.

L’infiltration de corticoïdes est une option médicale efficace pour la rhizarthrose. Cette technique offre un soulagement rapide et puissant tout en minimisant les effets secondaires.  Néanmoins, l’infiltration pour rhizarthrose ne doit pas être répétée trop souvent afin de limiter le risque de complications sur le long terme.

Découvrez dès maintenant comment l’infiltration pour rhizarthrose peut vous soulager ! Lisez notre article rédigé par une médecin pour en savoir plus, et bénéficiez d’un plan de traitement adapté à vos besoins.

L’articulation du pouce : rappel anatomique 

L’articulation du pouce est formée par deux os : le trapèze (un os du poignet) et le premier métacarpien. Elle permet à notre pouce une grande mobilité et une force de préhension importante, essentielle dans la réalisation de nombreuses activités quotidiennes.

Voici quelques éléments clés de l’articulation du pouce :

  • Cartilage : le cartilage est un tissu souple qui recouvre les extrémités des os et permet une glisse fluide lors de mouvements articulaires. Dans la rhizarthrose, le cartilage s’amincit et se dégrade progressivement, ce qui entraîne un frottement des os et des douleurs.
  • Trapèze : le trapèze est un des huit os du carpe (poignet). Il participe à la formation de l’articulation trapézo-métacarpienne en s’articulant avec le premier métacarpien du pouce.

L’anatomie de l’articulation du pouce est complexe et fondamentale pour notre capacité à effectuer de nombreux gestes. La compréhension de cette anatomie est essentielle pour mieux comprendre la rhizarthrose et les traitements possibles.

La rhizarthrose : qu’est-ce que c’est ?

La rhizarthrose est un type spécifique d’arthrose qui affecte l’articulation du pouce (la base du pouce). Avec une prédominance beaucoup plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Cette maladie provoque douleur, raideur et réduction de la fonction du pouce.

Infiltration pour rhizarthrose : ce que vous devez savoir 

L’infiltration est l’une des méthodes de traitement de la rhizarthrose. Ce traitement consiste en l’injection de corticoïdes au niveau de l’articulation touchée. 

Voici quelques points à considérer concernant la rhizarthrose et l’infiltration:

  • Les infiltrations sont généralement pratiquées par un radiologue ou un rhumatologue.
  • Les infiltrations sont réservées aux cas de rhizarthrose débutante ou modérée.
  • Les infiltrations permettent de soulager les douleurs et d’améliorer la mobilité du pouce.
  • Les infiltrations ne sont pas un traitement de longue durée; elles soulagent les symptômes temporairement.
  • Si la rhizarthrose est à un stade avancé, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Indications et contre-indications de l’infiltration pour rhizarthrose

Indications

Voici des indications pour cette procédure:

  • Douleur persistante malgré le traitement médical et l’utilisation d’antalgiques
  • Inflammation et gonflement de l’articulation
  • Limitation de la mobilité et des activités quotidiennes

Contre-indications

Cependant, certaines situations rendent l’infiltration inappropriée ou risquée. Voici quelques contre-indications à prendre en compte:

  • Infection active de l’articulation
  • Anticoagulation en cours (par exemple, sous Pradaxa, Xarelto, Arganova)
    • L’infiltration peut être réalisée 12h après la dernière administration du médicament anticoagulant
    • Le traitement anticoagulant peut être repris 12h après l’infiltration
  • Diabète non équilibré
  • Allergies aux médicaments utilisés lors de l’infiltration (corticoïdes ou anesthésiques locaux)
RECOMMANDÉ :  Infiltration pour l’arthrose des doigts : L’essentiel à savoir

Procédure de l’infiltration pour rhizarthrose : étapes à suivre

La procédure d’infiltration pour rhizarthrose comprend plusieurs étapes importantes

Nettoyage et désinfection

 Le médecin nettoie la zone de la peau où l’infiltration sera réalisée à l’aide d’un antiseptique pour prévenir les infections.

Anesthésie locale et ponction

Tout d’abord, une anesthésie locale est généralement effectuée pour faciliter la procédure et réduire l’inconfort pour le patient. Le médecin réalise ensuite une ponction dans la zone concernée avec une aiguille fine pour accéder à l’articulation.

Injection de corticoïdes

C’est le stade de l’infiltration de cortisone au niveau de l’articulation touchée. Un exemple courant de corticoïde utilisé est le Depo-Medrol.

Pour l’infiltration pour rhizarthrose, on utilise généralementt 0,25 ml de corticoïdes mélangé à 0,25 ml de lidocaïne (un anesthésique local) ou de solution saline.

Infiltration pour rhizarthrose : quels sont les risques?

Bien que largement utilisées et généralement bien tolérées, ces infiltrations comportent toutefois certains risques et complications potentiels.

Voici les principaux risques liés à ces infiltrations :

  • Infection : Bien que rare, il existe un risque d’infection qui peut survenir après l’ infiltration. Les médecins prennent des précautions pour réduire ce risque, telles que la désinfection de la zone et l’utilisation d’aiguilles stériles.
  • Hématome : Un hématome peut se former suite à l’injection, mais il est généralement bénin et se résorbe spontanément en quelques jours.
  • Algodystrophie : L’algodystrophie, également appelée syndrome douloureux régional complexe se manifeste par des douleurs, des troubles sensitifs et des troubles trophiques de la région concernée.

Autres considérations

  • Il est important de se reposer pendant les 24 heures qui suivent l’infiltration pour laisser le produit agir et obtenir une amélioration durable.
  • Les infiltrations ne doivent pas être réalisées de manière trop fréquente, car cela pourrait entraîner une détérioration du cartilage et accélérer l’évolution de l’arthrose.

À quoi s’attendre après une infiltration pour rhizarthrose  ?

Après un traitement par infiltration pour rhizarthrose, voici quelques points clés à prendre en compte:

  • Amélioration de la mobilité: L’infiltration peut aider à réduire la douleur et l’inflammation, permettant ainsi une meilleure mobilité du pouce.
  • Diminution de l’enraidissement: Les infiltrations intra-articulaires de corticoïdes ou d’acide hyaluronique peuvent contribuer à diminuer l’enraidissement de l’articulation du pouce.
  • Perte de force: Les patients peuvent ressentir temporairement une perte de force après l’infiltration. Cette situation devrait s’améliorer progressivement.
  • Suivi par radiographie: Il est important de suivre l’évolution de la rhizarthrose à l’aide de radiographies régulières pour vérifier l’état de l’articulation et évaluer l’efficacité du traitement.

Traitements alternatifs pour la rhizarthrose : explorer d’autres options

Anti-inflammatoires

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont souvent utilisés pour soulager la douleur et l’inflammation associées à la rhizarthrose. Ils peuvent être pris par voie orale ou appliqués localement sous forme de crème ou de gel.

Attelle

Le port d’une attelle pour immobiliser le pouce peut aider à réduire la douleur et à limiter les mouvements qui aggravent la rhizarthrose. Il est important de choisir une attelle adaptée à la taille et à la forme de votre main pour assurer un soutien adéquat.

Acide hyaluronique

Les infiltrations d’acide hyaluronique peuvent être utilisées pour traiter la rhizarthrose. Il se peut qu’une seule infiltration soit suffisante pour une petite articulation comme la première carpo-métacarpienne.

RECOMMANDÉ :  Infiltration du rachis cervical : Guide complet

Ce que disent les études :
Une étude réalisée par Dr. Fuchs et collaborateurs sur 28 patients avait pour objectif d’évaluer l’efficacité d’une série d’infiltrations d’acide hyaluronique par rapport aux infiltration de cortisone dans le traitement de la rhizarthrose.

Les résultats ont montré que :
– Le soulagement maximal de la douleur survenait entre 2-3 semaines après les infiltrations de corticoïdes.
– Pour les infiltrations d’acide hyalyronique, le soulagement survenait à la 26e semaine post-injection.
– Après 3 semaines, les infiltrations de cortisone semblaient plus efficaces que celles d’acide hyaluronique.
– Cependant, à la 26e semaine, une légère supériorité des infiltrations d’acide hyaluronique a été observée, avec une meilleure force de pincement pouce-index.
– Les deux traitements ont été bien tolérés, sans événements indésirables liés aux produits étudiés.

En somme, l’étude conclut que l’infiltration d’acide hyalyronique pourrait être plus efficaces et durables que l’infiltration de cortisone, bien que les effets soient plus lents à apparaître.

Arthroscopie

L’arthroscopie, une technique chirurgicale moins invasive, peut être utilisée pour diagnostiquer et traiter des cas plus avancés de rhizarthrose qui ne répondent pas aux traitements médicaux conservateurs.

Lors d’une arthroscopie, de petites incisions sont pratiquées pour insérer une caméra et des instruments, ce qui permet au chirurgien de visualiser et de traiter l’articulation touchée sans recourir à une chirurgie ouverte.

Chirurgie 

Si les traitements médicaux, tels que les infiltrations pour rhizarthrose, ne sont pas efficaces, il existe des alternatives chirurgicales

Ces méthodes sont généralement envisagées lorsque la douleur et les limitations dans les mouvements du pouce sont insupportables et entravent le quotidien. Voici quelques options chirurgicales possibles :

  • Trapézectomie : Cette procédure chirurgicale consiste à enlever une partie de l’os trapèze, situé à la base du pouce. La trapézectomie vise à réduire la pression et la douleur.
  • Ligamentoplastie : La ligamentoplastie est une chirurgie qui a pour but de rétablir la stabilité et le fonctionnement de l’articulation du pouce. Elle consiste à remplacer le ligament du pouce endommagé par un tendon prélevé sur le patient ou par un tendon synthétique.
     
  • Prothèse trapézo-métacarpienne : Cela implique la mise en place d’une prothèse entre l’os trapèze et le premier métacarpe pour remplacer l’articulation détruite.

En résumé, si les traitements non chirurgicaux, tels que les infiltrations, ne fonctionnent pas pour traiter la rhizarthrose, des options chirurgicales telle  la ligamentoplastie ou la mise en place d’une prothèse peuvent être envisagées.

Suite à la chirurgie, il est important de suivre les recommandations de votre médecin pour favoriser une guérison optimale et retrouver une fonction adéquate du pouce.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
  Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.6 / 5. Nombre de votes 12

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut