Infiltration sous-cutanée : Technique et Précautions

Article rédigé par le 1 avril 2024

Vous avez peut-être entendu parler des injections sous-cutanées, mais savez-vous vraiment ce qu’elles impliquent et pourquoi elles sont utilisées ?

Couramment pratiquées pour administrer des médicaments de manière efficace, les infiltrations sous-cutanées sont une méthode fondamentale dans le traitement de diverses affections médicales, allant du contrôle du diabète à la vaccination.

Dans cet article rédigé par un professionnel de santé, nous allons explorer en détail ce qu’est une infiltration sous-cutanée, comment elle est réalisée, et quels sont les avantages et les considérations associés à cette technique.

Les 5 points importants à retenir

  • 1- Une infiltration sous-cutanée est un procédure médicale où des médicaments sont injectés directement sous la peau.
  • 2- Le site d’injection étant moins profond que pour une infiltration intramusculaire, elle offre des absorptions lentes et régulières.
  • 3- Elle est idéale pour l’administration de vaccins, d’insuline, et d’hormones comme les traitements de fertilité ou les thérapies hormonales substitutives.
  • 4- Ses principaux avantage : risque réduit de complications vasculaires, absorption médicamenteuse prévisible et stable, minimisation des douleurs et des réactions systémiques.
  • 5- L’infiltration sous-cutanée est généralement réalisée dans des zones comme l’abdomen, les cuisses ou le haut du bras, nécessitant une technique précise pour éviter les irritations.

Qu’est-ce que l’infiltration sous-cutanée ?

Une infiltration sous-cutanée, c’est simplement une méthode pour administrer des médicaments en injectant directement sous la peau, mais pas assez profondément pour atteindre les muscles. Cette technique est très utilisée pour des traitements qui nécessitent une absorption lente et régulière du médicament dans le sang.

L’idée est d’injecter le médicament dans le tissu adipeux, qui se trouve juste sous la peau. Ce tissu a une bonne vascularisation, ce qui signifie qu’il est bien pourvu en vaisseaux sanguins, permettant au médicament de passer progressivement dans votre circulation sanguine.

Cette méthode est fréquemment choisie pour administrer des médicaments comme l’insuline pour les diabétiques, certains vaccins, ou des hormones.

Elle est appréciée parce qu’elle cause généralement moins de douleur que les injections plus profondes dans le muscle, et parce qu’elle réduit le risque de complications liées aux injections dans un vaisseau sanguin.

Pour réaliser une infiltration sous-cutanée, on choisit souvent des sites d’injection comme l’abdomen, la partie supérieure des cuisses ou le bras.

Il est important de varier les sites d’injection pour éviter des problèmes de peau comme des irritations ou des durcissements au niveau des sites répétés d’injection.

En résumé, l’infiltration sous-cutanée est une méthode d’injection sécuritaire et efficace pour administrer certains médicaments, permettant une absorption contrôlée et continue, idéale pour des traitements à long terme.

Quelles sont les indications de l’infiltration sous-cutanée ?

L’infiltration sous-cutanée est indiquée pour plusieurs types de traitements médicaux, principalement en raison de son efficacité à délivrer des médicaments de manière contrôlée et prolongée.

Voici quelques-unes de ses principales indications :

  • Administration d’insuline : comme le montre notamment cette étude publiée en 2022, c’est probablement l’usage le plus connu de l’infiltration sous-cutanée, essentiel pour le traitement du diabète.
  • Vaccinations : de nombreux vaccins sont administrés par voie sous-cutanée pour induire une réponse immunitaire efficace. Cela inclut des vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, par exemple.
  • Traitement des allergies : les immunothérapies allergéniques, qui aident à réduire la sensibilité à certains allergènes, sont souvent administrées sous la peau.
  • Thérapies hormonales : certaines hormones, telles que celles utilisées dans les traitements hormonaux substitutifs ou les thérapies de fertilité, sont également administrées par infiltration sous-cutanée pour assurer une libération lente et régulière.
  • Analgésiques : des médicaments analgésiques peuvent être administrés en sous-cutané pour gérer la douleur chronique, en particulier chez les patients en soins palliatifs.
RECOMMANDÉ :  Infiltration pour arthrose zygapophysaire : Efficace ?

L’infiltration sous-cutanée est choisie non seulement pour son efficacité, mais aussi pour la commodité et le confort du patient, permettant souvent une auto-administration sûre et facile, surtout dans le cas du traitement du diabète et de certaines thérapies hormonales.

Bon à savoir !
En plus des hormones et des vaccins, les infiltrations sous-cutanées sont aussi utilisées pour administrer des traitements de biothérapie, y compris des médicaments pour des maladies auto-immunes.

Quelles sont les contre-indications de l’infiltration sous-cutanée ?

Les infiltrations sous-cutanées sont généralement sûres, mais il existe certaines contre-indications et précautions à prendre en compte pour éviter des complications.

Voici les principales contre-indications à cette méthode d’administration de médicaments :

  • Infections cutanées : les injections ne doivent pas être administrées dans des zones de peau infectées, irritées, brûlées par le soleil, ou affectées par d’autres conditions cutanées, car cela pourrait aggraver l’infection ou interférer avec l’absorption du médicament.
  • Troubles de la coagulation : les patients ayant des troubles de la coagulation ou sous traitement anticoagulant doivent faire preuve de prudence, car ils sont à risque accru d’hématomes (accumulation de sang sous la peau) après une injection.
  • Allergie aux composants : les patients ayant des antécédents d’allergies sévères aux médicaments ou aux composants de la solution injectée ne doivent pas recevoir d’infiltrations sous-cutanées avec ces substances.
  • Insuffisance circulatoire : les zones avec une mauvaise circulation sanguine peuvent ne pas être appropriées pour les injections sous-cutanées, car la distribution et l’absorption du médicament pourraient être compromises.
  • Perte de tissu adipeux : les patients ayant une perte significative de tissu adipeux, comme ceux avec une lipodystrophie, peuvent avoir des difficultés avec les injections sous-cutanées en raison du manque de tissu approprié pour l’absorption du médicament.

Il est important que les professionnels de santé évaluent chaque patient individuellement pour déterminer si l’infiltration sous-cutanée est appropriée, en prenant en compte l’état de la peau, les conditions médicales sous-jacentes, et toute autre préoccupation spécifique.

Quels sont les effets secondaires de l’infiltration sous-cutanée ?

L’infiltration sous-cutanée, comme toutes les interventions médicales, peut avoir des effets secondaires. Voici les plus courants :

  • Douleur et sensibilité : la zone d’injection peut être douloureuse ou sensible pendant quelques jours. Cette douleur est généralement légère et temporaire.
  • Rougeur et gonflement : il est fréquent de voir une rougeur ou un gonflement au site d’injection, qui devrait disparaître en quelques jours.
  • Hématomes : un petit hématome peut se former autour du site d’injection, surtout si le patient prend des médicaments qui affectent la coagulation du sang, comme les anticoagulants.
  • Réactions allergiques : bien que rares, les réactions allergiques aux substances injectées peuvent survenir. Ces réactions peuvent être légères (rougeur, démangeaisons) ou graves (œdème de Quincke, difficultés respiratoires).
  • Lipoatrophie : avec des injections répétées au même endroit, il peut y avoir une perte de tissu adipeux sous-cutané, conduisant à des creux visibles sur le site d’injection.
  • Infections : bien que rare, il y a un risque d’infection au site d’injection, surtout si la peau n’a pas été correctement désinfectée avant l’injection.
  • Absorption irrégulière du médicament : dans certains cas, l’absorption du médicament peut être irrégulière, affectant l’efficacité du traitement.

Pour minimiser les risques d’effets secondaires, il est important de suivre les meilleures pratiques pour l’administration d’injections sous-cutanées, y compris la rotation des sites d’injection et une technique d’injection appropriée.

Si des effets secondaires inhabituels ou persistants se présentent, il est conseillé de consulter un professionnel de santé.

Comment se déroule une infiltration sous-cutanée ?

L’infiltration sous-cutanée se déroule en 5 grandes étapes :

Étape 1 : Préparation

Avant de commencer, vous serez installé confortablement dans un environnement propre, généralement assis ou allongé, selon la zone du corps où l’infiltration sous-cutanée sera faite.

L’infirmier ou le médecin portera des gants pour assurer une hygiène optimale et préparera la seringue avec l’anesthésique, comme la lidocaïne, en respectant la dose nécessaire pour votre traitement.

RECOMMANDÉ :  Infiltration pour tendinite sus-épineux : Traitement efficace et rapide

Étape 2 : Identification de la zone d’infiltration

Le professionnel de santé déterminera précisément l’endroit où l’infiltration doit être réalisée. Cela dépend de la région de votre corps concernée par le traitement et de l’objectif spécifique de l’injection.

Étape 3 : Injection sous-cutanée

Le médecin pincera légèrement votre peau pour soulever le tissu adipeux situé en dessous, ce qui facilite l’accès pour l’injection.

L’aiguille sera ensuite insérée à un angle d’environ 45 degrés.

L’injection du médicament sera faite lentement pour assurer une diffusion optimale.

Bon à savoir !
La technique de « pinch-up » utilisée lors des infiltrations sous-cutanées, où la peau est pincée pour créer un pli, aide à éviter que l’aiguille n’atteigne les muscles ou les vaisseaux sanguins plus profonds.

Étape 4 : Retrait de l’aiguille

Une fois l’injection terminée, l’aiguille sera retirée en suivant le même angle utilisé pour l’insérer. Cela aide à minimiser le risque de douleur ou de saignement.

Les gants et l’aiguille seront ensuite éliminés conformément aux normes de sécurité médicale.

Étape 5 : Surveillance du patient

Après l’injection, vous resterez sous surveillance pendant quelques minutes pour s’assurer qu’il n’y ait pas de réactions indésirables.

Le professionnel de santé vous informera également des signes et symptômes à surveiller une fois que vous serez rentré chez vous, tels que la rougeur, le gonflement ou la douleur excessive au site d’injection.

Ces étapes assurent que l’infiltration sous-cutanée se déroule de manière efficace et sécurisée, tout en vous tenant informé et à l’aise tout au long du processus.

Après l’infiltration

Après une infiltration sous-cutanée, il est essentiel de suivre les conseils du médecin pour assurer une guérison rapide et réduire les risques de complications.

Voici quelques recommandations à suivre après l’examen :

  • Changez régulièrement les pansements pour éviter les infections et favoriser la guérison. Le médecin vous indiquera la fréquence optimale de changement.
  • Évitez les efforts physiques : ne soulevez pas de charges lourdes ; ne pratiquez pas des sports intenses…
  • Ne grattez pas la zone, même si elle démange.
  • Surveillez l’apparition de signes d’infection (rougeur, douleur, chaleur…).

Avis du professionnel de santé

L’infiltration sous-cutanée est une méthode d’administration de médicaments très efficace et pratique, particulièrement adaptée pour les traitements nécessitant une absorption lente et constante.

Elle est relativement simple à réaliser, minimise les effets secondaires systémiques et permet aux patients de gérer eux-mêmes leur traitement de manière autonome, comme c’est le cas pour l’insuline dans le diabète.

Cette technique contribue grandement à améliorer la qualité de vie des patients en leur offrant une manière moins invasive et plus contrôlable de recevoir leurs médications nécessaires au quotidien.

Témoignages


Bonjour à tous,

J’ai une question qui me tracasse depuis plusieurs semaines. Je travaille en Ehpad et nous sommes souvent amenés à faire des injections sous-cutanées. Pour les perfusions, cela ne me dérange pas trop, mais quand il s’agit d’antibiotiques ou de perfalgans qui devraient être administrés en IV, j’ai beaucoup plus de mal.

Le médecin nous affirme qu’il n’y a aucun risque et que le produit est certes moins efficace. Le problème qui se pose est de savoir si nous pouvons véritablement le faire, question plutôt pour les pharmaciens. Ensuite, c’est notre responsabilité en cas de problème : la prescription est bien en sous-cutanée, mais les préconisations du produit non..

Suivez le reste de la conversation sur le site : www.infirmiers.com

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

  • Article revu le 07/05/2024 par Malek IDIR

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut