Insuffisance pancréatique exocrine chez le chat : ce que vous devez savoir 

Article rédigé par le 1 octobre 2023

L’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat est souvent reconnue comme rare. Alors que la vérité c’est qu’elle est rarement diagnostiquée. Quand votre chat fait des selles molles et perd du poids, vous devez suspecter l’insuffisance pancréatique exocrine. Le cas échéant, emmenez-le chez un vétérinaire qui réalisera le diagnostic.

L’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat résulte en une diminution de sécrétion d’enzymes pancréatiques responsables surtout de la digestion des aliments.

Cet article vous informe sur ce que c’est vraiment une insuffisance pancréatique exocrine chez le chat en décrivant les causes, les symptômes, les moyens de diagnostic et les options de traitement.

Insuffisance pancréatique exocrine chez le chat : les 5 points à retenir

  • 1. L’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat fait référence à une diminution de sécrétion d’enzymes pancréatiques pour la digestion des aliments.
  • 2. Les principaux signes d’alertes qui doivent vous faire suspecter de l’insuffisance pancréatique exocrine sont la perte de poids et les selles molles.
  • 3. La non réponse aux traitements spécifiques chez un chat souffrant d’entéropathie chronique doit emmener à la recherche de l’insuffisance pancréatique exocrine.
  • 4. Le diagnostic de confirmation se fait par le dosage de fTLI sérique.
  • 5. Le traitement spécifique est l’administration d’enzymes pancréatiques supplémentaires

L’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat : qu’est-ce que c’est ?

Puisqu’on parle d’insuffisance, l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat désigne donc la situation à laquelle le pancréas exocrine du chat n’arrive plus à accomplir correctement son rôle. Ce rôle est la production des enzymes responsables de la digestion des chymes alimentaires au niveau de l’intestin grêle. 

L’insuffisance pancréatique exocrine (IPE) entraîne alors de la mal-digestion, par conséquent de la malabsorption. La mal-digestion suivie de malabsorption se montre par une diarrhée de type grêle et une perte de poids.

L’IPE peut toucher les chats de toutes races et de tout âge. Une étude faite par VENEL Laetitia a montré des cas chez un chaton de 13 semaines, un chat de 7 mois et des adultes moyennement âgés et âgés. 

Un peu de rappel sur le pancréas du chat

Le pancréas est un organe situé près de la rate et de l’intestin grêle. C’est un organe vital glandulaire et considéré comme une glande mixte. 

Il secrète par les cellules des îlots de Langerhans (pancréas endocrine) des hormones, principalement l’insuline et le glucagon qui sont responsables de la régulation de la glycémie. Et les cellules exocrines ou cellules acineuses du pancréas sont responsables de la sécrétion des enzymes pour la digestion des lipides, glucides et protéines alimentaires.

Quelles sont les causes de l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat ?

La cause principale et la plus fréquente de l’insuffisance pancréatique chez le chat est la pancréatite (inflammation du pancréas) chronique. Mais d’autres pathologies peuvent aussi être en origine, telles :

  • Atrophie acineuse pancréatique (rétrécissement du canal pancréatique)
  • Infestation par Eurytrema procyonis qui est un parasite
  • Hypoplasie ou aplasie pancréatique (congénitale)
  • Atrophie suite à l’obstruction du canal pancréatique
RECOMMANDÉ :  Allergies chez le chat : symptômes, prise en charge et prévention

Comment est le mécanisme de l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat ?

L’insuffisance pancréatique exocrine se traduit par l’insuffisance de la sécrétion des enzymes pour la digestion. De ce fait, le chat a du mal à digérer ses aliments. Les aliments non digérés vont provoquer un appel d’eau par osmose dans l’intestin. Ceci va entraîner la diarrhée osmotique de type diarrhée de l’intestin grêle.

En outre, quand les aliments sont mal digérés, ils ne seront pas absorbés. Et quand les nutriments absorbés sont insuffisants, le chat va perdre du poids

Comment se manifeste l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat ?

Les signes cliniques ne sont pas très spécifiques de l’IPE.

  • Perte de poids

Une étude faite par Panagiotis G. Xenoulis a montré que 90% des chats atteints de l’IPE présentent une perte de poids. Et 5% de ces chats ne présentent aucun autre signe que la perte de poids.

  • Fèces molles

Encore d’après cette étude, 62% des chats présentent des fèces molles avec 2/3 d’entre eux ont une diarrhée aqueuse. Et les autres signes cliniques observés sont :

  • Pelage terne (50%)
  • Polyphagie : augmentation excessive de la consommation alimentaire (42%)
  • Anorexie : perte d’appétit (42%)
  • Léthargie : fatigue extrême (40%)
  • Vomissement (19%)
  • Pelage gras

Il est à noter que le plus souvent, on n’observe que la perte de poids et la diarrhée chez un chat atteint d’IPE. De ce fait, lorsqu’on constate ces autres signes, d’autres pathologies concomitantes telles l’entéropathie chronique, la pancréatite et l’hépatite (inflammation du foie) doivent être suspectées.

L’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat : des complications possibles

Selon la chronicité et la gravité de l’insuffisance pancréatique exocrine, on peut observer :

Déficit en cobalamine

Le pancréas exocrine est aussi responsable de la sécrétion d’une protéine chargée de l’absorption de cobalamine. En cas d’IPE, cette protéine n’est plus sécrétée ou est faiblement sécrétée. De ce fait, il y a défaut d’absorption de cobalamine, donc, une carence en cobalamine.

Cette carence en cobalamine accompagne toujours l’insuffisance pancréatique exocrine, avec comme conséquences :

  • Inflammation intestinale
  • Atrophie des villosités intestinales
  • Malabsorption de nutriment tel que les folates

Ulcère intestinale

En plus des enzymes de la digestion, le pancréas sécrète aussi du bicarbonate qui neutralise l’acidité gastrique. L’insuffisance en bicarbonate favorise ainsi l’effet néfaste de l’acidité sur la paroi intestinale pouvant conduire jusqu’à l’ulcère. 

Acidose lactique

Les aliments non digérés qui vont stagner dans l’intestin vont être fermentés. La fermentation va produire des acides lactiques. Les symptômes associés à l’acidose sont :

  • Léthargie
  • Faiblesse
  • Ataxie (trouble de coordination)

Quelles maladies associées ou à différencier de l’IPE chez le chat ?

Il y a des maladies qui partagent les mêmes signes cliniques avec l’IPE ou qui aggravent ou qui sont aggravées par l’IPE telles :

Comment se fait le diagnostic de l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat ?

L’hémogramme et les valeurs biochimiques sériques n’ont pas assez d’intérêt dans le diagnostic de l’IPE, pareil pour les imageries. Cependant, ces moyens sont utiles pour inclure ou exclure d’autres maladies concomitantes telles l’entéropathie, la pancréatite, ….

Deux moyens peuvent confirmer le diagnostic de l’IPE :

RECOMMANDÉ :  Lapin agressif : causes, signes et solutions

La mesure de fTLI

C’est la mesure de la concentration sérique de trypsinogène produite par le pancréas exocrine. Ce test est spécifique à 85 à 100%. La valeur référence de la concentration sérique de trypsinogène est entre 12 à 82 ug/L. Une valeur en dessous de 8 ug/L confirme le diagnostic de l’IPE.

Mais une étude a déclaré des cas auxquels la concentration sérique en trypsinogène des chats a été entre 8 à 12 ug/L, alors qu’ils présentent déjà les symptômes. Pour ces chats, un autre test de confirmation devait être fait en quelques semaines ou quelques mois plus tard.

Il est à noter que le trypsinogène est excrété par les reins, on peut trouver ainsi des concentrations sériques de trypsinogène faussement élevées chez des chats ayant une fonction rénale diminuée.

Mesure de cobalaminémie

Une diminution de la teneur en cobalamine du sang est déclarée dans 80 à 100% de chats atteints d’IPE. Chez les chats encore normocobalaminémiques (à taux de cobalamine sanguin normal), ils présentent déjà un déficit cellulaire en cobalamine. C’est-à-dire, ils seront aussi plus tard hypocobalaminémiques.

Il est à noter que le déficit en cobalamine peut apparaître avec toutes les pathologies perturbant l’absorption des nutriments telle l’entéropathie. Cependant, ce déficit est plus grave et plus rapide en cas d’IE.

Quelles sont les traitements de l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat ?

Des traitements spécifiques sont mis en place avec des traitements supplémentaires.

Substitution enzymatique

Le traitement spécifique est l’administration d’enzymes pancréatiques. Cela peut se faire soit via des extraits de pancréas de porc lyophilisés, soit avec du pancréas cru. Le choix dépend de la réponse du chat au traitement.

Les extraits de pancréas sont soit sous forme de poudre, soit sous forme gastro-résistante. Comme posologie, la poudre est à administrer mélangée avec les aliments à raison de 5 ml de volume ou 1 cuillère à café par repas. La forme gastro-résistante est à administrer à raison de 300mg/j repartis après chaque repas.

Pour le pancréas cru, vous pouvez donner du pancréas de bœuf ou de porc ou de petits ruminants à votre chat à raison de 50g/repas. Mais il est à avertir que le pancréas cru peut transmettre des maladies telle l’encéphalopathie spongiforme bovine, la maladie d’Aujeszky et l’échinococcose qui peuvent être fatales pour le chat. 

Supplément de cobalamine (vitamine B 12)

Cela peut se faire par l’administration par voie sous cutanée ou intramusculaire de 250 mg par chat l’hydroxocobalamine (et 500 mg pour un chat plus de 5 kg) tous les 2 semaines pendant 6 à 8 semaines, puis chaque mois avec une réévaluation de la cobalaminémie tous les 3 mois.

Autres traitements supplémentaires

D’autres médicaments et soins complémentaires peuvent être prescrits par le vétérinaire :

  • Antibiotique
  • Antiacide comme l’oméprazole
  • Probiotique
  • Aliment hypoallergénique ou régime d’élimination

L’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat : notre avis en tant que vétérinaire

Vu que l’IPE entraîne une perte de poids, elle peut donc être fatale pour votre chat si elle est négligée. Alors, ne prenez jamais à la légère une perte de poids, même non prononcée et progressive, et des selles molles ou diarrhée chronique chez votre chat.

Une perte de poids exagéré conduit à l’état cachectique puis la mort. En plus, l’IPE peut se compliquer en acidose lactique qui se caractérise par des signes nerveux pouvant aussi être mortelle.

Bref, l’insuffisance pancréatique exocrine chez le chat est de bon pronostic et est absolument curable si elle est diagnostiquée et prise en charge précocement ou à temps. Alors, soyez attentif dans la surveillance de la masse corporelle de votre chat, ainsi que l’aspect de ses fèces pour pouvoir le traiter à temps.

Références

www.vetfocus.royalcanin.com

www2.vetagro-sup.fr

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 3.7 / 5. Nombre de votes 3

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut