IRM à champ ouvert : guide complet (solution pour claustrophobie)

Article rédigé par le 20 août 2023

Pour les personnes claustrophobes, passer une IRM en étant enfermées s’avère être un moment difficile. Certaines vont même jusqu’à reporter carrément ou annuler leur examen d’IRM parce qu’elles ont peur des espaces clos.

Désormais, claustrophobes ou non, les patients ont le choix entre passer une IRM à champ ouvert ou une IRM fermée. Découvrez tous les détails dans cet article rédigé par un professionnel de santé.

Définition

Une IRM à champ fermé dispose d’une table d’examen poussée dans un dispositif en forme de tunnel. Seuls l’avant et l’arrière de l’appareil sont ouverts. Dans le cas d’une IRM à champ ouvert, le patient est placé entre deux grands disques horizontaux. Le patient se sent alors dans ce dernier cas, moins « enfermé » et reste en contact avec l’environnement.

L’IRM à champ ouvert permet au patient d’avoir la vue en permanence sur la salle d’examen et l’appareil d’IRM. Il voit donc l’assistant assis à côté de lui. La distance entre les deux disques horizontaux est de 51 cm.

Une IRM à champ ouvert permet au patient d’avoir une personne à côté de lui pour lui tenir la main ou lui parler. Cela va procurer un réconfort au patient qui doit rester longtemps sous l’appareil. Cette configuration assure un sentiment de calme et de sécurité.

De plus, de nombreuses études peuvent être réalisées en position latérale ou demi-couchée au lieu de la position couchée traditionnelle s’il s’agissait du système fermé.

Bon à savoir : L’IRM à champ ouvert possède également des inconvénients. Le plus gros problème avec les unités d’IRM ouvertes est qu’une fois que le champ magnétique est rompu, la qualité de l’image est compromise. À l’inverse, les unités d’IRM fermées conventionnelles produisent ainsi des images de plus haute résolution. Ces dernières sont également environ 2 à 3 fois plus rapides que les unités d’IRM ouvertes.

Plusieurs modèles d’IRM à champ ouvert existent donc de nos jours pour palier aux défauts que ces appareils présentent. Il existe même des IRM appelées IRM à large ouverture. Les appareils ont une ouverture extra-large et un alésage ultra-court. L’aimant est considéré comme « fermé », mais le portique est extrêmement grand. Les patients bénéficient des mêmes avantages comme dans l’IRM fermée, notamment, de la qualité et de la rapidité. De plus, le patient peut profiter en même temps des avantages de l’IRM ouverte (confort).

Indications de l’IRM à champ ouvert

Claustrophobie

La claustrophobie est la peur des espaces confinés. Il s’agit d’un trouble anxieux qui touche bon nombre de personnes et qui est incompatible avec une IRM à champ fermé.

Lors d’un IRM à champ ouvert, le patient claustrophobe est allongé tout en gardant une vue d’ensemble sur son environnement. Le maintien de ce contact visuel permanent est vécu comme un facteur calmant, qui lui permet également de mieux rester immobile.

L’IRM n’est plus interrompue car le patient claustrophobe va moins bouger. Ceci permet d’obtenir des images sans les perturbations causées par les mouvements.

Obésité

Dans le cas d’une IRM à champ fermé, le dispositif dans lequel les patients sont insérés est d’un diamètre limité. Par conséquent, une IRM à champ fermé n’est pas toujours adaptée aux patients obèses ou à forte masse musculaire.

Une IRM à champ ouvert étant d’un diamètre supérieur, l’espace disponible dans l’appareil est donc plus grand. L’IRM à champ ouvert offre ainsi le confort nécessaire en cas d’obésité ou de masse musculaire importante.

Patients de grande taille

Comme pour les cas d’obésité, l’IRM à champ ouvert est capable d’accueillir des patients de grande taille qui ne rentrent pas confortablement dans un appareil d’IRM standard.

Personnes handicapées

Un appareil d’IRM à champ ouvert est plus approprié pour les personnes ayant des limitations physiques et qui ne peuvent pas se coucher complètement à plat.

Enfants en bas âge

Ce type d’imagerie offre un environnement moins intimidant pour la patientèle pédiatrique, et permet parfois à un parent de rester à proximité pour rassurer l’enfant pendant l’examen.

RECOMMANDÉ :  IRM du mollet : Guide complet

Ce que disent les études : L’IRM à champ ouvert peut être utile pour les scientifiques souhaitant étudier la biomécanique du corps et son association avec certaines blessures. Par exemple, une étude a quantifié la mobilité de la colonne vertébrale pendant que les patients adoptaient des positions en flexion lombaire ou extension lombaire. Ces mouvements spécifiques auraient été impossible dans un appareil d’IRM fermé.

Procédure pour une IRM à champ ouvert

Préparation avant l’examen

Avant de subir un examen IRM à champ ouvert, les patients reçoivent des instructions spécifiques pour se préparer. Ces directives peuvent inclure :

  • Jeûne : Selon l’examen spécifique, il peut être demandé au patient de ne pas manger ni boire pendant une période précédant l’examen.
  • Vêtements : Les patients sont généralement invités à porter des vêtements confortables sans métal ou à utiliser une tenue fournie par l’établissement.
  • Objets métalliques : Il est crucial d’enlever tous les objets métalliques, tels que bijoux, lunettes, appareils auditifs, et cartes à bande magnétique, car ils peuvent interférer avec le champ magnétique de l’IRM.

À l’arrivée

À leur arrivée, les patients passent par un processus de vérification pour s’assurer qu’ils sont prêts et en sécurité pour l’examen :

  • Consentement éclairé : Un technicien explique la procédure et répond aux questions. Le plus souvent, le patient doit signer un formulaire de consentement éclairé.
  • Évaluation médicale : Un bref examen médical et la révision des antécédents médicaux du patient pour identifier d’éventuelles contre-indications à l’examen IRM.

Pendant l’examen

L’examen IRM à champ ouvert se distingue par son approche moins restrictive :

  • Installation : Le patient est confortablement installé sur la table d’examen, qui glisse ensuite dans l’appareil d’IRM à champ ouvert. Contrairement aux appareils conventionnels, l’IRM à champ ouvert ne nécessite pas que le patient soit entièrement entouré par le tunnel de l’appareil.
  • Durée : La durée de l’examen varie selon l’étude spécifique réalisée, mais elle dure généralement entre 30 minutes et une heure.

Après l’examen

Une fois l’examen terminé, il y a quelques étapes finales avant que le patient puisse partir :

  • Débriefing : Le technicien informe le patient que l’examen est terminé et répond à toutes les questions supplémentaires.
  • Résultats : Les images obtenues sont analysées par un radiologue, qui prépare ensuite un rapport détaillé. Ce rapport est envoyé au médecin référent du patient, qui discutera des résultats lors d’un rendez-vous de suivi.

Que faire si l’IRM à champ ouvert n’est pas disponible ?

Dans les cas où l’IRM à champ ouvert n’est pas disponible, plusieurs stratégies peuvent être adoptées pour aider à gérer la claustrophobie, et rendre l’examen par IRM standard plus supportable pour le patient.

Voici quelques approches recommandées :

  1. Préparation et information : Une explication détaillée du processus peut aider à réduire l’anxiété. Connaître à l’avance ce à quoi s’attendre durant l’examen peut vous rassurer si vous êtes stressé(e).
  2. Séances de familiarisation : Certaines cliniques offrent la possibilité de visiter la salle d’IRM et de s’allonger dans le scanner avant l’examen réel. Cette familiarisation préalable peut aider à réduire l’anxiété liée à l’inconnu.
  3. Techniques de respiration : Des exercices de respiration profonde et de relaxation peuvent aider à vous calmer avant et pendant l’examen.
  4. Utilisation de calmants : Si vous souffrez de claustrophobie sévère, des médicaments anxiolytiques peuvent être prescrits par votre médecin avant l’examen.
  5. Musique douce ou écouteurs : Beaucoup d’appareils d’IRM permettent d’écouter de la musique douce ou des programmes audio via des écouteurs spéciaux qui sont compatibles avec l’environnement IRM. Cela peut aider à vous distraire et à créer une atmosphère plus relaxante.
  6. Communication constante : La possibilité de communiquer avec le technicien d’IRM tout au long de l’examen devrait vous rassurer. Sachez que l’examen peut être interrompu à n’importe quel moment si le besoin se fait sentir.
  7. Couverture ou masque pour les yeux : L’utilisation d’une couverture légère ou d’un masque pour les yeux peut aider à créer un sentiment de sécurité et à réduire les stimuli visuels qui contribuent au sentiment de claustrophobie.

Ces stratégies, seules ou combinées, peuvent contribuer à rendre l’expérience de l’IRM plus confortable pour les patients anxieux ou claustrophobes qui ne peuvent bénéficier d’un IRM à champ ouvert.

RECOMMANDÉ :  IRM de la verge : Guide complet

Témoignages

Je m’appelle Sophie, je vis à Paris, et la claustrophobie a toujours été une ombre dans ma vie, surtout lorsqu’il s’agissait de soins médicaux. L’idée de me retrouver coincée dans le tunnel étroit d’une IRM conventionnelle me terrifiait. Mais tout a changé lorsque mon médecin m’a parlé de l’IRM à champ ouvert comme alternative.

Je dois avouer que j’étais sceptique au début. Comment une procédure médicale, surtout une IRM, pourrait-elle être confortable pour quelqu’un comme moi ? Pourtant, la promesse d’un espace moins confinant a éveillé ma curiosité et, malgré mes appréhensions, j’ai décidé de tenter l’expérience.

Dès mon arrivée pour l’examen, le personnel a été d’une gentillesse et d’une compréhension exceptionnelles. Ils ont pris le temps de m’expliquer le déroulement de l’examen, soulignant l’aspect « ouvert » de cette IRM et comment cela diffère des machines conventionnelles. Cette attention et ces explications ont contribué à apaiser une grande partie de mon anxiété.

Confortablement installée pour l’examen, je fus surprise par la sensation d’espace autour de moi. Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Je pouvais voir l’extérieur de l’appareil, et cette visibilité, combinée à la capacité de communiquer avec le technicien tout au long de l’examen, a rendu l’expérience étonnamment gérable. Pour la première fois, je n’ai pas senti l’étau de la panique claustrophobe.

Sortir de l’examen sans avoir éprouvé la moindre panique était un soulagement indescriptible. Cette technologie a non seulement permis d’obtenir les images nécessaires pour mon traitement mais a également éliminé la peur et l’anxiété habituellement associées à l’IRM pour moi.

Je partage mon histoire en espérant qu’elle puisse aider d’autres personnes qui, comme moi, vivent avec la claustrophobie. Savoir qu’il existe des options comme l’IRM à champ ouvert peut changer la donne dans la gestion de notre santé, en transformant une expérience redoutée en quelque chose d’absolument gérable.

Sophie, 38 ans, Paris

« Depuis longtemps, je luttais contre l’obésité, ce qui rendait ma vie quotidienne difficile, en particulier pour les soins médicaux. Récemment, mon médecin a suggéré une IRM pour mieux comprendre certains problèmes de santé que je rencontrais. Cependant, à ma grande déception, j’ai appris que je ne pouvais pas être accueilli par les machines IRM conventionnelles en raison de mon gabarit.

Heureusement, mon médecin m’a orienté vers une clinique équipée d’une IRM à champ ouvert. C’était une véritable bouée de sauvetage. Non seulement cette machine avait la capacité d’accueillir des patients de grande taille comme moi, mais elle offrait également un espace plus confortable.

Cette technologie a non seulement permis d’obtenir les images nécessaires pour mon traitement, mais elle m’a également traité avec dignité et respect, malgré les défis posés par mon obésité.

Je suis reconnaissant pour l’avancée des technologies médicales comme l’IRM à champ ouvert. Cela montre qu’il y a toujours de l’espoir et des solutions pour ceux d’entre nous qui font face à des défis uniques en matière de soins de santé. »

Thomas, 49 ans

Ressources : Les IRMs à champ ouvert en France

Les IRM à large ouverture

Retrouvez les centres d’imagerie médicale près de chez vous

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.3 / 5. Nombre de votes 6

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut