Fourbure chez le cheval : tout savoir (explication vétérinaire)

Article rédigé par le 10 août 2023

La fourbure est une affection fréquente et très grave du pied du cheval. C’est une inflammation douloureuse des tissus mous du pied, associée à une congestion (afflux de sang excessif). Elle touche préférentiellement les membres antérieurs mais peut toucher également les quatre membres.

La fourbure constitue une urgence médicale majeure car elle peut être invalidante voire fatale pour le cheval en cas de complication (deuxième cause de mortalité chez le cheval) . Elle se caractérise surtout par une douleur intense et une boiterie modérée à sévère. Et dans des cas graves, le cheval reste couché et cet état peut conduire jusqu’à la mort ou l’euthanasie (mort provoquée) du cheval.

Il est donc nécessaire de bien connaitre les signes d’alerte de la fourbure, car un petit retard de la prise en charge met en danger la vie du cheval. Et cet article va donc servir de guide pour bien comprendre la fourbure du cheval.

La fourbure, c’est quoi réellement ?

La fourbure est une inflammation multifactorielle des tissus mous du pied. Comme toute inflammation, elle se manifeste par de la chaleur, de la douleur, de la rougeur et du gonflement au niveau du pied du cheval.

Cette inflammation est suivie d’une congestion au niveau du pied. Et la douleur en cas de fourbure est intense, s’accompagnant ainsi d’une boiterie d’intensité variée en fonction de l’intensité de la douleur et pouvant conduire jusqu’à la situation où le cheval reste couché.

Abordons un peu l’anatomie du pied du cheval pour mieux comprendre la fourbure

Le pied du cheval est formé de la corne du sabot qui est la partie la plus externe et dure servant de protection.

A l’intérieur, il y a les phalanges (doigts). Et entre la corne et les phalanges, surtout la phalange distale qui est la plus basse, se trouvent les tissus mous du pied. Ces tissus mous sont composés de muscles du côté de la phalange, et de tissus kératinisés (comme la peau) du côté de la corne. Ces deux types de tissus sont en forme de lamelle et s’imbriquent au milieu.

Le tendon fléchisseur sert à fléchir la phalange distale via les muscles qui y sont attachés.

Comment se développe la fourbure ?

Cette inflammation des tissus mous du pied est multifactorielle. Elle se manifeste par une congestion au niveau du pied avec de la chaleur et une douleur intense.

 Quand elle est sévère et persistante, elle va provoquer la nécrose (mort des cellules) de ces tissus mous par hypoxie (manque d’oxygène). Car la congestion se traduit par un enflement au niveau du pied, qui va perturber la circulation sanguine.

 Et quand les tissus mous sont nécrosés, la phalange distale va basculer et descendre dans le sabot ou faire une rotation. Puis, elle peut perforer la sole (surface palmaire ou plantaire de la corne du sabot). Et lorsque la sole est perforée, elle va être infectée et voilà une complication de la fourbure qui va conduire jusqu’à l’euthanasie du cheval.

La physiopathologie de la fourbure constitue donc un cercle vicieux car la nécrose des tissus mous et l’infection de la sole vont engendrer un surplus d’inflammation qui va aggraver la situation davantage. 

RECOMMANDÉ :  Cheval Clydesdale : géant écossais aux fanons majestueux

Quels sont alors les origines de la fourbure ?

Ce sont donc les origines de l’inflammation des tissus mous du pied.

Causes de la fourbure aigue 

Infection bactérienne généralisée (atteignant la circulation sanguine, donc tous les organes)

Comme métrite, pneumonie ou colique. Et quand ces bactéries ou les toxines (substances toxiques) qu’elles secrètent atteignent les vaisseaux sanguins du pied, il y aura une inflammation localement.

D’origine alimentaire :

  • Ingestion de grande quantité de céréales ou d’herbes jeunes qui sont trop riche en glucides trop digestibles (« sucres »); ou changement brusque de l’alimentation. Ces situations vont entrainer un trouble métabolique : l’acidose sanguine (augmentation de l’acidité du sang) qui a comme symptôme principal la fourbure.
  • Ingestion de glands, des plantes toxiques telles que l’if ou l’érable sycomore, des aliments contaminés par des champignons (moisissures)

Traumatisme et/ou effort important et prolongé sur sol dur

Entraînant une forte compression des tissus mous, puis une inflammation.

Causes de la fourbure chronique :

Syndrome métabolique :

  • Syndrome de Cushing (augmentation excessive de taux de cortisol dans le sang)

Cortisol : hormone du stress, provoquant un phénomène d’hyperglycémie (augmentation de taux de glucose dans le sang), chez les chevaux âgés de plus de 15 ans.

Insuline : hormone hypoglycémiante (fait diminuer le taux de glucose dans le sang)

Ces deux pathologies entrainent toutes un syndrome relatif au diabète qui va causer des troubles vasculaires.

Surcharge pondérale 

Suite au surpoids ou à un appui prolongé sur un côté lors de blessure ou douleur du membre opposé. Ce qui va entrainer une forte compression permanente des tissus mous du pied.

Iatrogène 

Prise prolongée et/ou à dose élevée de certains médicaments, surtout les corticoïdes (anti-inflammatoires non stéroïdiens, la dexaméthasone par exemple)

Comment se manifeste la fourbure ?

Fourbure aigue 

  •   Pieds chauds et pouls digités (pulsation sanguine1 sentie à la palpation au niveau du pied)  : dans les 20 à 40h de début de l’inflammation (phase préclinique = avant apparition de la vraie maladie)
  •   Piétinement : Le cheval reporte son poids d’un pied sur l’autre
  • Boiterie : « Marche sur les œufs », marche sur les talons et non pas sur l’avant-pied
  • Difficulté de négociation à un virage
  •   Immobilité et refus de donner le pied
  • Posture antalgique : si atteinte des membres antérieurs : membres posés en avant de la verticale (basculement du poids sur les membres postérieurs pour soulager la douleur)
  • Cheval resté couché : si atteinte des quatre membres
  • Isolement
  • Anorexie (perte d’appétit)
  • Anxiété
  • Tremblement musculaire
  • Hyperthermie (augmentation de la température corporelle supérieure à 38,5°C)

  Fourbure chronique 

  • Déformation du sabot avec formation de stries transversale

 A cause de la descente de la phalange distale. Il est à noter que la fourbure est classée de chronique quand il y a descente de la phalange distale ou quand la crise persiste plus de 48h.

  •  Tous les symptômes persistent et s’aggravent

Comment diagnostiquer la fourbure ?

Le diagnostic est surtout clinique. Mais le vétérinaire va faire un test de sensibilité à la douleur au niveau de la pointe du sabot du cheval avec une pince exploratrice. Et un test de la boiterie peut aussi être effectué si le cheval peut encore se lever.

Pour confirmer, on réalise une radiographie pour voir la position de la phalange distale. Aussi, un moyen de diagnostic fiable mais encore moins pratiqué est le phlébogramme. C’est une radiographie des vaisseaux sanguins (ici, du pied) après administration d’un produit de contraste.

La radiographie sert aussi à établir le pronostic, qui est toujours mauvais en cas de descente de la phalange distale, ainsi à faire du suivi en cas de fourbure chronique.

RECOMMANDÉ :  Chat Sibérien : caractères et spécificités

Quels sont les traitements à mettre en place lors de la fourbure ?

  • Traitement des causes (acidose métabolique ou syndrome de Cushing ou syndrome métabolique équin, …)
  • Cryothérapie (traitement par le froid) :

A l’aide d’une botte avec un système de refroidissement continu disponible sur le marché, ou par une poche de perfusion de 5 litres remplie d’eau à une température de -7°C à -5°C qui est fixée au paturon à l’aide d’une bande adhésive.

La cryothérapie est efficace si appliquée tôt, et jusqu’à la guérison

  • Administration d’anti-inflammatoire, antalgique (antidouleur) et un médicament aidant à la bonne circulation sanguine.

 Un médicament que l’on peut utiliser est l’aspirine à une dose de 30mg/kg de poids vif du cheval (par exemple, 15000mg ou 15g pour un cheval de 500kg) par jour en deux administrations (divisée en deux) et pendant 3 jours. C’est un antalgique qui agit également sur la fluidité sanguine.

Autres antalgiques : médétomidine, butorphanol, morphine, … mais sous prescription du vétérinaire

Et l’acépromazine est un médicament utilisé pour fluidifier le sang, mais aussi sous prescription médicale

  • Traitement chirurgical :

Ténotomie profonde des fléchisseurs digitaux (correction de la difformité du tendon) pour neutraliser la traction du tendon fléchisseur.

  • Mettre le cheval au repos forcé, en confinement strict avec une litière très douce et épaisse ou des sables fins
  • Mise en place de talonnettes: pour limiter la tension du tendon fléchisseur
  • Ferrure auto-massante ou hipposandales
  • Massage des muscles fléchisseurs et extenseurs de l’avant-bras
  • Ne pas ferrer ou déferrer un cheval fourbu
  • Mise en place de talonnettes: pour limiter la tension du tendon fléchisseur
  • Diète hydrique (ne donner que de l’eau au cheval): si suspicion de fourbure d’origine alimentaire
  • Correction du régime alimentaire

Régime hypocalorique (pauvre en calorie) pour les chevaux obèses

Arrêter de donner des aliments riches en glucides au cheval (carotte, fruits, céréales, mélasse, herbes jeunes) et ne pas donner les foins à volonté (ad libitum), il faut rationner

Le vétérinaire doit donner la ration alimentaire adaptée au cheval fourbu

Bref, la cryothérapie et l’immobilisation du cheval, ainsi la mise en place d’une bonne litière peut se faire en attendant le vétérinaire.

Quels sont les moyens de prévention possible ?

  • Surveillance du poids du cheval
  • Surveillance sanitaire, surtout dépistage des maladies hormonales
  • Etablissement d’une ration alimentaire adéquate
  • Traitement strict des blessures
  • Assurance de soin régulier du sabot par un maréchal ferrant
  • Analyse du taux de fructane (polymères de fructose) (sucre) dans les fourrages
  • Contrôle et prévention de toutes autres maladies causes de la fourbure (acidose, syndrome de Cushing, syndrome métabolique équin, …)

La fourbure du cheval peut être fatale en cas de complication. Il est donc nécessaire de diagnostiquer la fourbure le plus tôt possible. Et une prise en charge adéquate permet la guérison du cheval en quelques jours si le diagnostic est fait tôt. Tandis qu’en cas de fourbure chronique ou dans des cas avancés, le traitement peut durer jusqu’à un an.

Cependant, le pronostic de la fourbure reste réservé et est mauvais dès qu’il y a bascule de la phalange distale.

Puisque la fourbure peut conduire jusqu’à la mortalité, il est nécessaire de bien surveiller l’animal et d’appeler immédiatement un vétérinaire dès l’apparition des signes d’alerte de la fourbure.

Aussi, il est primordial d’appliquer toutes ces mesures de prévention.

Références

www.classequine.com

www.equipedia.com

www.gdshautdefrance.fr

www.gdscreuse.com

www.josera.fr

www.vetopedia.com

www.cliniquedeconques.com

www.lacompagniedesanimaux.com

www.lepaturon.com

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut