Leptospirose chez le chien : tout savoir (explication vétérinaire)

Article rédigé par le 2 novembre 2023

La leptospirose chez le chien est une maladie grave causée par une bactérie présente dans l’urine de certains animaux. Le chien se contamine en buvant ou en se baignant dans de l’eau contaminée, ou en contact avec un autre chien infecté. 

La leptospirose chez le chien peut affecter les reins, le foie, les poumons ou le cœur du chien, et entraîner des symptômes variés, comme de la fièvre, des vomissements, des hémorragies ou une jaunisse. La leptospirose peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps. Elle peut aussi se transmettre à l’homme.

Dans cet article, nous allons vous expliquer comment reconnaître, prévenir et soigner la leptospirose chez le chien, en nous basant sur des sources fiables comme. Nous vous donnerons également des conseils pratiques pour protéger votre chien et vous-même de cette maladie.

Leptospirose chez le chien : 6 points à retenir

  • 1. La leptospirose chez le chien est une maladie infectieuse causée par des bactéries du genre Leptospira, qui peuvent se transmettre à l’homme. 
  • 2. La leptospirose peut provoquer des symptômes variés chez le chien, allant de la fièvre et des douleurs à des complications graves comme l’insuffisance rénale, hépatique ou pulmonaire.
  • 3. La leptospirose se transmet par contact avec des urines ou des morsures d’animaux porteurs, notamment des rongeurs.
  • 4. Elle est plus fréquente en zone rurale ou dans les lieux humides où les chiens peuvent être exposés à des eaux contaminées.
  • 5. La prévention de la leptospirose repose sur la vaccination du chien
  • 6. Le traitement de la leptospirose consiste en une antibiothérapie adaptée

Qu’est-ce que la leptospirose chez le chien ?

La leptospirose est une maladie infectieuse causée par des bactéries du genre Leptospira, qui se transmettent à l’homme par contact avec des urines ou des morsures d’animaux porteurs, notamment des rongeurs.

La leptospirose peut provoquer des symptômes variés, allant de la fièvre et des douleurs à des complications graves comme l’insuffisance rénale, hépatique ou pulmonaire. La prévention repose sur la vaccination et l’évitement des zones à risque. Le traitement consiste en une antibiothérapie adaptée.

Un bref rappel : qu’est-ce qu’une bactérie ?

Une bactérie est un être vivant microscopique, composé d’une seule cellule sans noyau, appelée cellule procaryote. Elles sont présentes dans tous les milieux, et certaines peuvent s’adapter à des conditions extrêmes. Elles se reproduisent par division cellulaire simple, appelée scissiparité.

Quelles sont les causes de la leptospirose chez le chien ?

Il existe plusieurs sérovars (sous-types) de la bactérie Leptospira interrogans, qui peuvent provoquer des formes différentes de la maladie. Les plus fréquents en France sont Leptospira icterohæemorrhagiæ et Leptospira canicola

Une étude publiée en 2015 a analysé les cas de leptospirose canine en Guadeloupe entre 2012 et 2015. Elle a montré que la maladie était endémique dans cette région, avec une prévalence de 8,9 % chez les chiens présentés en clinique vétérinaire. Les sérogroupes les plus fréquemment identifiés étaient Icterohaemorrhagiae et Canicola.

L’espèce réservoir de ces bactéries est principalement le rat, mais aussi d’autres rongeurs comme le ragondin, et d’autres petits mammifères comme le hérisson. Ces animaux excrètent la bactérie dans leurs urines sans être malades, et contaminent ainsi l’environnement. 

Les bactéries peuvent survivre plusieurs mois dans des conditions favorables, c’est-à-dire dans un milieu chaud et humide. C’est pourquoi l’incidence de la maladie est plus élevée à la fin de l’été et à l’automne.

Leptospirose chez le chien : des facteurs de risque ?

Une étude publiée en 2018 a analysé les facteurs de risque associés à la leptospirose chez le chien en France. Elle a utilisé les données de 1 412 cas de leptospirose canine confirmés par sérologie entre 2013 et 2016, et les a comparés à un échantillon aléatoire de 4 236 chiens sains. 

Les auteurs ont identifié plusieurs facteurs de risque, tels que : 

  • la race (les chiens de chasse et les chiens de berger étaient plus exposés), 
  • le sexe (les mâles étaient plus touchés), 
  • l’âge (les chiens âgés étaient plus vulnérables), 
  • la saison (la maladie était plus fréquente en automne), 
  • et la région (la maladie était plus répandue dans le sud-ouest et le nord-est de la France). 

Les auteurs ont également mis en évidence l’importance de la vaccination, qui réduisait significativement le risque de leptospirose chez le chien.

Comment le chien se contamine par Leptospira ?

Le chien se contamine par la leptospirose en entrant en contact avec la bactérie Leptospira interrogans, qui se trouve dans l’urine de certains animaux porteurs sains, comme les rongeurs, les porcs, les bovins ou les renards. Il existe plusieurs façons pour le chien de se contaminer :

  • En buvant ou en se baignant dans de l’eau stagnante contaminée par l’urine de ces animaux
  • Par contact direct avec la peau ou les muqueuses lors d’une baignade dans cette même eau. Les plaies cutanées favorisent la pénétration des bactéries
  • Par contact direct avec l’urine d’un autre chien infecté. La transmission inter canine est possible, notamment lors des léchages ou des morsures
  • Par transmission verticale de la mère au chiot in utero ou lors de l’allaitement
  • Par contact sexuel au travers des muqueuses génitales si l’un des partenaires est atteint.
RECOMMANDÉ :  Chat Ojos Azules : découvrez ce chat singulier

 Physiopathologie de la leptospirose le chien

La physiopathologie de la leptospirose chez le chien est le mécanisme par lequel la bactérie Leptospira interrogans provoque des lésions et des dysfonctions au niveau des organes du chien. 

La bactérie pénètre dans l’organisme du chien :

  • par les muqueuses 
  • ou les plaies cutanées, 
  • lors d’un contact avec de l’eau 
  • ou de l’urine contaminées par des animaux porteurs sains, comme les rongeurs, les porcs, les bovins ou les renards

La bactérie se multiplie dans le sang du chien pendant quelques jours, provoquant une phase de leptospirémie. Cette phase est souvent accompagnée d’une forte fièvre et d’un abattement du chien.

La bactérie se dissémine ensuite dans différents organes, comme :

  • les reins, 
  • le foie, 
  • les poumons 
  • ou le cœur, où elle provoque une inflammation et des lésions tissulaires

Ces lésions sont responsables des symptômes variés de la maladie, comme :

  • des vomissements
  • des diarrhées
  • des hémorragies 
  • ou une jaunisse.

La bactérie peut persister dans certains tissus, notamment les tubules rénaux, même après la disparition de la leptospirémie. Cela peut entraîner une forme chronique de la maladie, avec des signes plus discrets et intermittents, comme :

  • une perte d’appétit, 
  • une perte de poids, 
  • une anémie 
  • ou une inflammation oculaire

La bactérie peut aussi être excrétée dans l’urine du chien pendant plusieurs semaines ou mois après l’infection. Cela peut favoriser la contamination d’autres chiens ou d’autres animaux, y compris l’homme. La leptospirose est en effet une zoonose, c’est-à-dire une maladie transmissible de l’animal à l’homme.

Comment se manifeste la leptospirose chez le chien ?

La période d’incubation de la maladie est en général de 4 à 12 jours, bien que certains chiens puissent déclarer des symptômes beaucoup plus rapidement. La maladie peut se manifester sous différentes formes : suraiguë, subaiguë ou chronique.

La forme suraiguë

La forme suraiguë entraîne une mort rapide du chien, généralement en moins de 48 heures après l’apparition des premiers signes. Les premiers symptômes de la maladie sont généralement peu spécifiques, comme une forte fièvre et un abattement soudain

La forme subaigüe

La forme subaiguë provoque des signes plus marqués, comme : 

  • vomissements
  • diarrhées (parfois sanguinolentes)
  • augmentation de la soif et de la miction
  • faiblesse 
  • léthargie 
  • douleur musculaire 
  • raideur au niveau du cou ou du dos 
  • jaunisse (ictère), qui se traduit par une coloration jaune de la peau, des muqueuses et du blanc des yeux. 

Cette forme peut évoluer vers une insuffisance rénale ou hépatique, voire une pneumonie.

La forme chronique

La forme chronique se caractérise par des symptômes plus discrets et intermittents, comme : 

  • perte d’appétit, 
  • perte de poids, 
  • anémie 
  • inflammation oculaire
  • ulcères cutanés 
  • troubles nerveux

Cette forme peut persister pendant plusieurs mois et entraîner des lésions irréversibles au niveau des organes touchés.

Comment diagnostiquer la leptospirose chez le chien ?

Pour diagnostiquer la leptospirose chez le chien, le vétérinaire doit réaliser plusieurs examens complémentaires.

Une prise de sang

Cela permet d’évaluer l’état clinique du chien et le fonctionnement de ses organes, notamment le foie et les reins. La prise de sang peut aussi révéler une anémie, une inflammation ou des troubles de la coagulation.

Suite à une prise de sang, une sérologie aussi peut se faire. La sérologie consiste à mesurer le taux d’anticorps produits par le chien en réponse à l’infection.

Une analyse d’urine

Elle permet de détecter la présence de la bactérie Leptospira interrogans ou de ses anticorps dans les urines du chien. Cette analyse peut se faire par PCR (réaction en chaîne par polymérase). La PCR consiste à amplifier l’ADN de la bactérie pour la rendre plus facilement identifiable

Une radiographie ou une échographie

Ceux qui permettent de visualiser les éventuelles lésions au niveau des poumons, du foie ou des reins. 

Ces examens peuvent aussi aider à éliminer d’autres causes possibles des symptômes du chien.

Le diagnostic de certitude de la leptospirose chez le chien n’est pas toujours facile à établir, car les symptômes sont variés et peuvent être confondus avec d’autres maladies. Il faut donc souvent réaliser plusieurs tests et comparer les résultats pour confirmer l’infection.

Une étude publiée en 2017 a évalué l’intérêt de la protéine C-réactive (CRP) comme marqueur pronostique de la leptospirose canine. La CRP est une protéine qui augmente en cas d’inflammation. 

L’étude a comparé les taux de CRP chez 20 chiens atteints de leptospirose et 20 chiens sains. Elle a montré que les chiens infectés avaient des taux de CRP significativement plus élevés que les chiens sains, et que les chiens qui survivaient à la maladie avaient des taux de CRP plus bas que les chiens qui décédaient. 

Les auteurs ont conclu que la CRP pouvait être un indicateur utile du pronostic et du suivi thérapeutique de la leptospirose canine

RECOMMANDÉ :  Dents de lait chez le chien: explication et entretien (tout savoir)

Comment traiter la leptospirose chez le chien ?

Le traitement doit être commencé le plus tôt possible après le diagnostic, car la maladie peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps.

  • Le traitement de la leptospirose chez le chien est basé sur l’administration d’antibiotiques spécifiques comme la doxycycline qui permettent d’éliminer la bactérie Leptospira interrogans et de soulager les symptômes du chien. 

Une étude publiée en 2015 a décrit la prise en charge thérapeutique de la leptospirose chez le chien. Elle a rappelé les principes du traitement, qui repose sur l’élimination de la bactérie en phase aiguë. 

Elle a recommandé l’utilisation d’antibiotiques à large spectre, comme la doxycycline ou l’amoxicilline-clavulanate, pendant au moins deux semaines, ainsi qu’une fluidothérapie adaptée au cas par cas. 

Elle a également insisté sur la nécessité d’une isolation du chien infecté et d’une désinfection de son environnement pour éviter la transmission à d’autres animaux ou à l’homme

  • Le traitement nécessite souvent une hospitalisation du chien, car il doit recevoir les antibiotiques par voie intraveineuse et être mis sous perfusion pour éviter la déshydratation et soutenir le fonctionnement des organes touchés, comme les reins ou le foie. 
  • Il dure généralement plusieurs jours, voire plusieurs semaines selon la gravité de la maladie

En plus du traitement antibiotique, le chien peut recevoir : 

  • des médicaments anti-inflammatoires pour réduire l’inflammation et la douleur, 
  • ainsi que d’autres médicaments pour le traitement symptomatique comme un anti-vomitif (le métoclopramide par exemple) ou un anti-hémorragique comme la dicynone.

Si le chien présente des complications, comme une insuffisance rénale ou hépatique, une pneumonie ou une méningite, il peut nécessiter des traitements spécifiques, comme : 

  • la dialyse, 
  • l’oxygénothérapie 
  • ou des corticoïdes

Comment prévenir la leptospirose chez le chien ?

La prévention de la leptospirose chez le chien repose sur plusieurs mesures, dont la principale est la vaccination.
Vaccination

Une étude publiée en 2019 a comparé l’efficacité de deux vaccins contre la leptospirose chez le chien, l’un contenant quatre sérogroupes (Canicola, Icterohaemorrhagiae, Grippotyphosa et Pomona) et l’autre contenant deux sérogroupes (Canicola et Icterohaemorrhagiae). 

L’étude a porté sur 80 chiens, répartis en deux groupes de 40, qui ont reçu l’un ou l’autre des vaccins. Les auteurs ont montré que les deux vaccins étaient efficaces pour induire une réponse immunitaire contre les sérogroupes inclus, mais que le vaccin à quatre sérogroupes offrait une protection plus large et plus durable que le vaccin à deux sérogroupes. 

  • La vaccination contre la leptospirose est recommandée pour tous les chiens, surtout ceux qui vivent en zone rurale ou qui fréquentent des lieux humides où ils peuvent être exposés à des eaux contaminées 
  • Le vaccin est efficace à plus de 90% pour prévenir la maladie et réduire le risque de transmission à l’homme 
  • Le vaccin est généralement bien toléré par les chiens, mais il peut provoquer des effets secondaires bénins comme une légère fièvre, une douleur au point d’injection ou une réaction allergique 

Protocole de vaccination

Selon l’OMSA, le protocole de vaccination contre la leptospirose du chien est le suivant :

  • La vaccination doit être effectuée avec un vaccin contenant au moins les deux sérogroupes de leptospires les plus répandus dans la région. 
  • La primo-vaccination doit être réalisée à partir de 8 semaines d’âge, avec deux injections à 3-4 semaines d’intervalle.
  • Le premier rappel doit être effectué 6 mois après la primo-vaccination, puis tous les ans.
  • La vaccination doit être adaptée au risque d’exposition du chien, en tenant compte des facteurs environnementaux, géographiques et saisonniers.

Autres

  • En plus de la vaccination, il est conseillé d’éviter les zones où la leptospirose est courante, comme les rivières, les lacs et les marais, et de ne pas laisser son chien boire de l’eau stagnante ou croupie. 
  • Il faut également nettoyer régulièrement les gamelles d’eau et de nourriture du chien et éviter qu’il n’entre en contact avec des animaux sauvages ou errants 

Leptospirose chez le chien : nos conseils vétérinaires

  • Faites vacciner votre chien contre la leptospirose avec un vaccin contenant au moins les deux sérogroupes les plus fréquents dans votre région 
  • Évitez les zones où la leptospirose est courante, comme les rivières, les lacs et les marais, et ne laissez pas votre chien boire de l‘eau stagnante ou croupie
  • Nettoyez régulièrement les gamelles d’eau et de nourriture du chien et évitez qu’il n’entre en contact avec des animaux sauvages ou errants
  • Surveillez les symptômes de la leptospirose chez votre chien, qui peuvent être variés et non spécifiques, comme la fièvre, l’abattement, les vomissements, la diarrhée, la jaunisse ou les hémorragies.
  • Consultez un vétérinaire dès que possible si vous suspectez une infection, car le traitement doit être débuté le plus tôt possible pour augmenter les chances de survie du chien
  • Respectez les mesures d‘hygiène et de prévention pour éviter la transmission de la leptospirose à l’homme, car il s’agit d’une zoonose. 
  • Portez des gants et des vêtements protecteurs si vous manipulez un chien infecté ou ses sécrétions. 
  • Désinfectez son environnement avec de l’eau de javel ou un produit adapté. 
  • Lavez-vous soigneusement les mains après tout contact avec le chien ou ses affaires. 
  • Consultez un médecin si vous présentez des signes de leptospirose humaine, comme la fièvre, les maux de tête, les douleurs musculaires ou les éruptions cutanées

Références

Toutou pour le chien : votre site 100% dédié au chien
Accueil

www.lepointveterinaire.fr

https://mag.anses.fr

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut