Anémie du cheval : une menace pour sa vie

Article rédigé par le 5 décembre 2023

L’anémie du cheval est une affection qui se caractérise par une diminution du nombre de globules rouges dans le sang. Les globules rouges sont des cellules qui transportent l’oxygène vers les organes et les tissus du cheval. 

Lorsque le cheval souffre d’anémie, il présente des signes de fatigue, de faiblesse, de pâleur des muqueuses et de baisse des performances. L’anémie peut avoir des causes diverses, comme une infection, une hémorragie, une intoxication ou une maladie auto-immune. 

L’anémie du cheval est une maladie grave qui peut mettre en danger sa vie si elle n’est pas traitée à temps. Nous allons vous donner dans cet article toutes les informations qui vous seront nécessaires sur cette maladie.

L’anémie du cheval : les 8 points essentiels à reteni

  • 1. L’anémie du cheval est une diminution du nombre de globules rouges dans le sang, ce qui entraîne une baisse de l’oxygénation des organes et des tissus.
  • 2. L’anémie du cheval peut avoir de nombreuses causes, comme des infections, des hémorragies, des carences, des intoxications ou des maladies auto-immunes.
  • 3. L’anémie du cheval se manifeste par une pâleur des muqueuses, une faiblesse, une baisse des performances, une fréquence cardiaque élevée, voire la mort.
  • 4. L’anémie du cheval se diagnostique par une prise de sang et une analyse hématologique, qui permettent de mesurer le taux d’hémoglobine, le nombre de globules rouges et le volume globulaire moyen.
  • 5. Le traitement de l’anémie du cheval dépend de sa cause et de sa sévérité, et peut nécessiter une transfusion sanguine, une supplémentation en fer ou en vitamines, une antibiothérapie, une chirurgie ou une euthanasie.
  • 6. L’anémie du cheval est un symptôme qui peut révéler des maladies potentiellement mortelles pour le cheval, et qui peut compromettre sa santé, son bien-être et ses performances.
  • 7. Il est donc important de surveiller l’état de santé de son cheval et de lui assurer une alimentation adaptée et une prévention contre les parasites et les infections.
  • 8. Il est également essentiel de consulter un vétérinaire dès que possible si l’on suspecte une anémie chez son cheval, afin de réaliser un diagnostic précis et un traitement adapté.

Qu’est-ce l’anémie du cheval ?

L’anémie du cheval est une diminution du nombre de globules rouges, ou plus précisément, d’hémoglobine dans le sang. 

Les globules rouges sont des cellules qui assurent le transport de l’oxygène depuis les poumons jusqu’aux organes, et du dioxyde de carbone depuis les organes vers les poumons, en circulant dans les vaisseaux sanguins. 

L‘hémoglobine est un pigment rouge qui se trouve dans les hématies, ou globules rouges, et qui permet ce transport de l’oxygène et du dioxyde de carbone. C’est l’hémoglobine qui capte et libère ces molécules selon les besoins.

L’anémie du cheval : les types selon les causes 

L’anémie du cheval peut avoir plusieurs causes, qui peuvent être regroupées en trois catégories principales : la perte de sang, la destruction de sang et la production insuffisante de sang.

La perte de sang

Elle peut être due à une hémorragie externe ou interne, causée par :

  • une blessure
  • une chirurgie, 
  • un ulcère
  • une tumeur, 
  • une sur infestation parasitaire,
  • une intoxication (comme une intoxication aux rodenticides qui provoquent une hémorragie)
  • ou une maladie infectieuse chronique 

La perte de sang entraîne une diminution du volume sanguin, donc une diminution en nombre des érythrocytes (globules rouges).

La destruction de sang 

On l’appelle une « hémolyse », c’est-à-dire la rupture des globules rouges. L’hémolyse peut être causée par :

  • une réaction immunitaire
  • une intoxication par l’ingestion de plantes oxydantes toxiques pour le cheval, comme les oignons, les poireaux ou les échalotes
  • une maladie infectieuse (Comme la piroplasmose qui est une maladie parasitaire transmise par les tiques, un abcès ou une pneumonie chronique, la maladie de Lyme ou la leptospirose qui sont des maladies bactériennes.)
  • une anomalie génétique 
  • ou un stress. 

La destruction de sang entraîne une libération d’hémoglobine dans le plasma. Elle peut être intravasculaire ou extravasculaire, selon le lieu où se produit la rupture des globules rouges.

Selon le mécanisme de destruction des globules rouges, on distingue deux types d’anémie hémolytique : l’anémie hémolytique immunitaire et l’anémie hémolytique non immunitaire.

L’anémie hémolytique immunitaire 

Une anémie hémolytique est immunitaire si les globules rouges sont détruits par le système immunitaire du cheval, qui les reconnaît comme étrangers. Elle peut être causée par :

  • une incompatibilité sanguine
  • une réaction à un médicament, 
  • une maladie auto-immune comme l’anémie infectieuse équine qui est une maladie virale transmise par les piqûres de taons
RECOMMANDÉ :  Hyperthyroïdie chez le chat : tout savoir (explication vétérinaire)

Bon à savoir : L’anémie infectieuse équine est une maladie virale très grave et incurable. Il n’existe ni traitement ni vaccin pour cette maladie, qui rend le cheval porteur à vie et qui peut provoquer des crises hémolytiques fatales. 

L’anémie hémolytique immunitaire se caractérise par une agglutination des globules rouges, qui forme des complexes immuns obstruant les vaisseaux sanguins.

L’anémie hémolytique non immunitaire

Une anémie hémolytique est non immunitaire au cas où les globules rouges sont détruits par des agents physiques, chimiques ou biologiques, qui les endommagent ou les rendent plus fragiles. Elle peut être causée par :

  • une intoxication
  • une infection
  • une anomalie génétique 
  • ou un stress. 

L’anémie hémolytique non immunitaire se manifeste par une hémoglobine libre dans le plasma, qui est filtrée par les reins et éliminée dans les urines leur donnant une couleur foncée.

La production insuffisante de sang 

Elle peut être liée à un déficit en éléments nécessaires à la formation des globules rouges, comme :

  • le fer
  • la vitamine B12
  • l’acide folique 
  • ou l’érythropoïétine. 

Bon à savoir : les carences en fer chez le cheval sont assez rares à l’état naturel, car les fourrages sont normalement riches en fer.

La production insuffisante de sang peut aussi être due à une atteinte de la moelle osseuse (comme en cas de lymphome équin), qui est le lieu de production des globules rouges. 

Elle entraîne une diminution du nombre de globules rouges et de leur taille, ce qui peut provoquer une anémie microcytaire ou macrocytaire. Elle peut être primaire ou secondaire, selon la cause du déficit.

Selon la capacité de régénération des globules rouges, on distingue deux types d’anémie : l’anémie régénérative et l’anémie non régénérative.

L’anémie régénérative

C’est une anémie où la moelle osseuse réagit à la perte ou à la destruction de sang en augmentant la production de globules rouges. Elle se caractérise par la présence de réticulocytes, qui sont des globules rouges immatures, dans le sang périphérique. Elle est généralement causée par une hémorragie ou une hémolyse.

L’anémie non régénérative

C’est une anémie où la moelle osseuse ne réagit pas à la perte ou à la destruction de sang en augmentant la production de globules rouges. Elle se caractérise par l’absence de réticulocytes dans le sang périphérique, et est généralement causée par un déficit en éléments nécessaires à la formation des globules rouges ou par une atteinte de la moelle osseuse.

Une étude réalisée en France en 2019 a analysé la prévalence et les facteurs de risque de l’anémie infectieuse équine (AIE. L’étude a porté sur 1 860 équidés provenant de 134 élevages. Les résultats ont montré que la prévalence de l’AIE était de 0,27 %, et que les facteurs de risque étaient la présence de mouches, le contact avec des équidés d’origine étrangère, et le manque de contrôle sanitaire. 

Comment reconnaître l’anémie du cheval ?

Les manifestations cliniques de l’anémie du cheval dépendent de la cause, de la sévérité et de la durée de l’anémie. 

Défaillance de l’état général

Elle se manifeste par :

  • Une fatigue
  • une faiblesse, 
  • une baisse des performances sportives
  • ou une intolérance à l’effort. 

Bon à savoir : Le cheval a une réserve de globules rouges dans sa rate, qu’il libère en cas d’effort ou de stress.

Le cheval peut avoir du mal à respirer, à se déplacer ou à se nourrir. Il peut aussi présenter une dépression, une apathie ou une anorexie. 

Une pâleur des muqueuses

Notamment celles de la bouche, des yeux, des oreilles ou du vagin. Les muqueuses peuvent aussi avoir une teinte jaunâtre ou foncée, selon le type d’anémie. 

On peut évaluer la pâleur des muqueuses en appuyant dessus et en mesurant le temps de recoloration, qui doit être inférieur à trois secondes

Une augmentation de la fréquence cardiaque 

Surtout à l’effort, le cœur du cheval bat plus vite pour compenser le manque d’oxygène dans le sang. On peut aussi observer une augmentation de la fréquence respiratoire, une diminution de la pression artérielle ou un pouls faible.

Des œdèmes des parties basses du corps 

Comme les membres, le ventre ou la tête. Les œdèmes sont dus à une accumulation de liquide dans les tissus, causée par une baisse de la pression sanguine ou une inflammation. Ils sont souvent associés à une anémie infectieuse équine, qui est une maladie virale contagieuse.

Des pétéchies sous la langue

Ce sont de petites taches rouges ou violettes causées par des saignements sous la peau. Les pétéchies sont souvent le signe d’une destruction des globules rouges par le système immunitaire du cheval, qui peut être déclenchée par une réaction à un médicament, une infection ou une maladie auto-immune.

Une coloration foncée des urines

Cela peut indiquer la présence d‘hémoglobine libre dans le plasma. L’hémoglobine libre est le résultat de la rupture des globules rouges, qui peut être causée par une intoxication, une infection, une anomalie génétique ou un stress. L’hémoglobine libre peut endommager les reins et provoquer une insuffisance rénale.

RECOMMANDÉ :  Étapes de développement du chat : guide complet

Comment diagnostiquer l’anémie du cheval ?

Le diagnostic de l’anémie du cheval repose sur la réalisation d’examens sanguins, l’observation des signes cliniques et la recherche des complications possibles.

Les examens sanguins permettent de mesurer le nombre et la qualité des globules rouges dans le sang du cheval. Les principaux paramètres hématologiques utilisés pour diagnostiquer l’anémie sont :

L’hématocrite (Ht) 

Elle correspond au pourcentage du volume sanguin occupé par les globules rouges. Il reflète le degré d’anémie et la capacité de transport de l’oxygène. La valeur normale de l’Ht chez le cheval est de 32 à 52 %.

L’hémoglobine (Hb) 

On détermine la quantité d’hémoglobine contenue dans les globules rouges. Elle reflète la capacité de fixation de l’oxygène. La valeur normale de l’Hb chez le cheval est de 10 à 18 g/dl.

Le nombre de globules rouges (RBC)

Il se mesure par unité de volume de sang. Il reflète la masse érythrocytaire. La valeur normale du RBC chez le cheval est de 5,5 à 12 x 10^6/µl.

Les indices érythrocytaires, qui correspondent à des calculs basés sur les valeurs de l’Ht, de l’Hb et du RBC, permettent de caractériser le type d’anémie. Les principaux indices érythrocytaires sont :

  • Le volume globulaire moyen (VGM), qui correspond au volume moyen d’un globule rouge. Il reflète la taille des globules rouges. La valeur normale du VGM chez le cheval est de 40 à 60 fl.
  • La concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH), qui est la concentration moyenne d’hémoglobine dans un globule rouge. Elle reflète la teneur en hémoglobine des globules rouges. La valeur normale de la CCMH chez le cheval est de 30 à 38 g/dl.
  • La teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (TCMH), qui correspond à la quantité moyenne d’hémoglobine dans un globule rouge. Elle reflète la masse d’hémoglobine des globules rouges. La valeur normale de la TCMH chez le cheval est de 12 à 20 pg.
  • Le nombre de réticulocytes, qui indique le nombre de globules rouges immatures dans le sang. Il reflète la capacité de régénération de la moelle osseuse. La valeur normale du nombre de réticulocytes chez le cheval est de 0 à 1,5 % du RBC.

L’anémie du cheval : un danger qui menace sa vie

Les complications possibles de l’anémie du cheval peuvent mettre en danger sa vie. On peut citer :

  • Le choc hypovolémique (diminution extrême du volume du sang)
  • L‘insuffisance rénale
  • L’uvéite 
  • La fluxion périodique (inflammation oculaire grave)
  • L’avortement 

Comment prendre en charge un cheval anémique ?

Le traitement de l’anémie du cheval dépend de la cause, de la sévérité et de la durée de l’anémie. Le but du traitement est de restaurer le nombre normal de globules rouges dans le sang et de corriger le problème sous-jacent qui a provoqué l’anémie. 

Traitement anti-microbien 

Il consiste à combattre l’infection, qu’elle soit bactérienne, virale ou parasitaire, en utilisant des antibiotiques, des antiviraux ou des antiparasitaires.

Supplémentation des carences

C’est pour stimuler la production de globules rouges, en utilisant des suppléments de fer, de vitamine B12, d’acide folique ou d’érythropoïétine.

Inhibition de l’hémolyse

Elle consiste à réduire la destruction de globules rouges, en utilisant des corticoïdes, des immunosuppresseurs ou des antioxydants.

Traitement symptomatique

Il faut soulager les symptômes, en utilisant des anti-inflammatoires, des antalgiques ou des diurétiques.

Transfusion sanguine

Elle consiste à transférer du sang ou des composants sanguins d’un donneur sain à un receveur anémique. Les transfusions peuvent être utilisées en cas d’anémie sévère, aiguë ou chronique, lorsque les médicaments ne sont pas suffisants ou trop lents pour restaurer le nombre de globules rouges. 

Nos conseils vétérinaires pour prévenir l’anémie du cheval

La prévention, qui consiste à éviter ou à réduire les facteurs de risque d’anémie chez le cheval peut avoir plusieurs mesures, comme :

  • Contrôler régulièrement le statut sanitaire du cheval, en effectuant des analyses sanguines, des examens cliniques et des vaccinations.
  • Protéger le cheval contre les infections, en utilisant des vermifuges, des insecticides ou des répulsifs.
  • Fournir au cheval une alimentation équilibrée et adaptée à ses besoins, en utilisant des fourrages de qualité, des compléments minéraux et vitaminiques ou des aliments spécifiques 
  • Limiter le stress et les traumatismes du cheval, en respectant son bien-être, son confort et sa sécurité 

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut