Tétanos équin : tout savoir (explication vétérinaire)

Article rédigé par le 27 août 2023

Le tétanos équin est une maladie neurologique d’origine bactérienne et est acquise principalement à la contamination d’une plaie profonde. C’est une maladie non transmissible et enzootique (présente tout le temps) dans les régions tropicales. 

Le cheval est très sensible au tétanos équin. Cette maladie est mortelle dans 80% des cas chez le cheval. Donc, elle est grave chez le cheval.

Malgré cette forte sensibilité du cheval au tétanos équin, l’existence de vaccins efficaces diminue fortement le taux de mortalité qui en fait suite.

Cet article renseigne sur tout ce qu’on doit savoir sur le tétanos équin.

Le tétanos équin : une brève description

Le tétanos équin est une maladie qui affecte le système nerveux. Les troubles proviennent de la toxine secrétée par une bactérie anaérobie, Clostridium tetani, qui infecte le cheval via une plaie profonde.

Le tétanos équin est une maladie enzootique et d’apparition sporadique (soudain) chez les chevaux. Elle ne se transmet pas d’un cheval à un autre, mais le cheval contracte les bactéries dans le milieu extérieur.

Un peu de rappel anatomo-physiologique pour bien saisir

Le système nerveux se divise en deux: le système nerveux central et le système nerveux périphérique.

Le système nerveux central 

Il est composé de l’encéphale ; qui est principalement constitué du cerveau ; et de la moelle épinière. Il est responsable de la réception des messages nerveux (comme la sensation des organes de sens) et de la commande des mouvements du corps. 

Le système nerveux périphérique

Il est représenté par les nerfs qui se divisent en nerfs sensitifs et nerfs moteurs. Les nerfs sensitifs transmettent les messages des organes vers le système nerveux central, et les nerfs moteurs sont transmetteurs des commandes

Quelle est la vraie cause du tétanos équin ?

Plus précisément, le tétanos équin provient non pas de la bactérie elle-même, mais de la toxine qu’elle secrète. Cette toxine dérègle le fonctionnement du système nerveux. Clostridium tetani se trouve presque partout dans le milieu extérieur.

Un peu de détail sur Clostridium tetani ?

Clostridium tetani est une bactérie anaérobie (qui aime le milieu sans oxygène) qui a le pouvoir de se transformer en spore lorsque les conditions sont défavorables à leur développement et survie. Et le climat chaud et humide lui est favorable.

Les spores sont très difficiles à éliminer car :

  • Ils résistent 6h à 80°C, plus de 12h à 90°C, 15 minutes à 140°C.   
  • Ils résistent à tous les désinfectants
  • Ils survivent plus de 32 ans dans le milieu extérieur à l’abri de la lumière (enfui dans le sol)

Les bactéries 

Dans leur forme végétative, elles sont détruites à 100°C pendant 15 minutes.

Mais où le cheval peut contracter ces bactéries exactement ?

Les spores trouvent alors les conditions qui leurs sont favorables dans le sol, les litières, les poussières et le fumier

Et le cheval s’infecte par ces spores suite à :

  • La contamination d’une plaie ou d’une blessure ouverte
  • La contamination d’une plaie chirurgicale
  • La contamination du nombril après la naissance
  • La contamination après une castration sanglante 
RECOMMANDÉ :  Havana Brown : découvrez cette race de chat et son histoire extraordinaire

De la contamination d’une plaie au tétanos équin ?

  • Les spores de Clostridium tetani pénètrent par une plaie
  • Arrivées dans la peau ou le muscle du cheval, les spores retrouvent les conditions qui leur sont nécessaires pour germer à nouveau en bactérie dans sa forme végétative. 

(Ces conditions sont : une température adéquate (~37,5°C), l’absence d’oxygène et de lumière et la présence de nutriments.)

  • Les bactéries vont ensuite se multiplier et secréter les neurotoxines
  • Les neurotoxines vont joindre le système nerveux central via les nerfs périphériques locaux et le sang.
  • Finalement, les neurotoxines seront redistribuées vers tous les nerfs périphériques du cheval

Il y a trois types de toxines

  • Une qui bloque l’influx nerveux et qui provoque des spasmes musculaires généralisés et des convulsions avec une réponse exagérée aux stimuli
  • Une qui est responsable de nécrose (mort des cellules) tissulaire locale
  • Une qui entraîne la paralysie des nerfs périphériques

Comment se manifeste donc le tétanos équin ?

L’incubation (temps écoulant de la contamination de la plaie à l’apparition de la maladie) dure 8 à 10 jours sauf si les conditions favorables à la germination des spores ne sont pas accomplies. Les symptômes sont donc tous d’ordre nerveux.

  • Hyperesthésie (sensibilité excessive)
  • Contracture des mâchoires et de l‘encolure
  • Spasme généralisé
  • Sudation excessive
  • Raideur inexpliquée de tous les muscles, entrainant :
  1. Difficulté de mastication et de déglutition (le cheval garde des foins ou fourrages dans bouche; on dit que le cheval « fume la pipe’)
  2. Démarche raide
  3. Hésitation à tourner ou à reculer
  4. Rétention urinaire
  5. Constipation voire obstipation

Des signes caractéristiques :

  1. Œil enfoncé
  2. Procidence de la troisième paupière
  3. Oreilles dressés se rejoignant au-dessus de la tête
  4. Posture en chevalet (tête tendue sur l’encolure; comme un cheval de bois)
  5. Queue horizontale dans le prolongement de la colonne vertébrale
  6. Tonus exagéré des muscles extenseurs des membres
  • Crise convulsive
  • Crise exacerbée lors de stimulation du cheval
  • Il est à noter que les symptômes n’ont pas de période de rémission

Les complications du tétanos équin

Difficulté respiratoire

  • Si les muscles de la cage thoracique sont atteints, il y aura difficulté respiratoire menant jusqu’à la mort du cheval.
  • Lors d’un trouble respiratoire, les naseaux du cheval sont dilatés et le rythme de la respiration est perturbée. Cette perturbation du rythme respiratoire peut aussi conduire à une pneumonie par fausse déglutition qui est souvent mortelle.

Fracture

Lors des crises convulsives, le cheval peut avoir des chutes pouvant conduire à des fractures des membres ou même de la colonne vertébrale. 

Remarque

S’il n’y a pas de traitement adéquat, le cheval tétanique meurt :

  • Dans 1 à 3 semaines pour la forme subaigüe
  • Dans 1 à 2 jours dans la forme aiguë

Comment diagnostiquer le tétanos équin ?

Diagnostic clinique

Les signes cliniques caractéristiques que l’on vient de citer plus haut sont très évocateurs du tétanos équin lorsqu’une ou des plaies récente(s) sont observées ou si c’est un poulain qui vient de naître

Dommage que lors de l’apparition de ces signes caractéristiques, la maladie est déjà très avancée, le pronostic est donc très réservé. Le cas échéant, le tétanos équin est mortel dans 80% des cas après traitement. 

Mais si des plaies ne sont pas mises en évidence, le tétanos équin doit être différencié de la fourbure aiguë, de l’acidose, des intoxications, de l’hypocalcémie et de l’hypomagnésémie.

Diagnostic de confirmation

La confirmation est établie suite à un examen sérologique. Cet examen sérologique consiste à prélever du sang au cheval pour l’analyser au laboratoire. L’analyse cherche à déterminer la présence et le taux d’anticorps spécifique contre le tétanos dans le sérum sanguin du cheval. Si des anticorps antitétaniques sont mis en évidence, le cheval est confirmé positif au tétanos.

RECOMMANDÉ :  Douleur chez le chien : Reconnaître les signes ( explication vétérinaire)

Quels sont les traitements à mettre en place ?

Le traitement consiste surtout à neutraliser les toxines bactériennes et à apaiser les symptômes.

Traitement spécifique

  • Administration d’antitoxine tétanique (sérum antitétanique) par voie générale et directement intra lésionnelle ; pour neutraliser les neurotoxines bactériennes
  • Administration d’antibiotique de la famille de pénicilline par voie générale à une dose de 20000 à 50000 UI par jour en deux administrations
  • Administration directe d’antibiotique dans la plaie

L’utilisation d’antibiotique est faite pour bloquer la multiplication de Clostridium tetani

Traitement symptomatique

  • Mettre le cheval dans un milieu absolument calme, dépourvu de lumière et à l’abri de toutes stimulations.
  • Administration de sédatif et d’analgésique : la médétomidine est une molécule assez utilisée pour sa propriété à la fois sédative et analgésique à une dose de 0,3 mg par kilogramme du cheval par voie injectable (soit, 150 mg pour un cheval de 500 kg)
  • Administration d’un myorelaxant (qui relaxe les muscles) comme la guaïfénésine avec une dose de 100mg/kg en perfusion (soit, 50000 mg ou 50 g pour un cheval de 500 kg)
  • Trachéotomie (perforation de la trachée et intubation) en cas d’insuffisance respiratoire 
  • Vidange vésicale ou rectale (car le cheval est sujet de rétention urinaire et d’obstipation
  • Réhydratation par abreuvement

Pronostic en cas de tétanos équin

  • Si le traitement réussit, la guérison est obtenue après plusieurs semaines et le cheval nécessite une période de convalescence de 6 semaines environ pour se rétablir complètement.
  • Quand le cheval est encore debout, il a de la chance à la guérison
  • Quand le cheval est en décubitus, le pronostic est très sombre

Comment peut-on prévenir le tétanos équin ?

La meilleure prévention est la vaccination du cheval contre le tétanos. Cependant, la vaccination est non obligatoire mais fortement recommandée vu son efficacité et la gravité du tétanos.

A titre de savoir, aucun cas de tétanos n’est décrit chez les chevaux vaccinés jusqu’à nos jours. 

Protocole de vaccination

  • Primovaccination à partir de l’âge de 3 mois, avec deux injections à 1 mois d’intervalle (le cheval est protégé depuis le 10e jour après la deuxième injection)
  • Rappel 1 an plus tard
  • Puis rappel tous les 1 à 3 ans selon la recommandation du vétérinaire
  • Rappel supplémentaire occasionnel lors d’une plaie risquée
  • Pour la jument gestante : un rappel dans le dernier mois de gestation permet la transmission d’anticorps au poulain

Autres préventions médicales

  • Il faut assurer avant une intervention chirurgicale que le cheval a reçu un rappel de vaccin depuis moins de 6 mois
  • Administration de sérum antitétanique pour un cheval blessé non vacciné ou pour un nouveau-né d’une mère non vaccinée ou qui n’a pas reçu de rappel dans le dernier mois de gestation ; assurant une protection pendant 3 à 4 semaines.
  • Débridement des plaies avec désinfection à l’aide d’antiseptique comme la chlorhexidine ou la polyvidone iodée

Prévention environnementale

  • Ne pas mettre des objets métalliques susceptibles de blesser le cheval dans l’écurie
  • Garder au propre l’écurie pour éviter la contamination en cas de plaie
  • Désinfection par traitement à chaud de l’écurie de façon régulière 

Il est à noter qu’on doit immédiatement vacciner un cheval ayant survécu au tétanos car l’infection n’induit pas une immunité protectrice. C’est-à-dire, un cheval ayant survécu peut sans doute retomber malade en cas de réinfection s’il n’est pas vacciné.

Pour conclure, le tétanos équin est une maladie grave et souvent mortelle. La meilleure prévention est de mettre en place un programme de vaccination des chevaux adéquat. Cependant, les mesures pour prévenir les blessures et leur contamination sont aussi primordiales.

Références

www.gdscreuse.fr

MSD Veterinary manual

Guide thérapeutique vétérinaire 2013/Affections chez les équins/Tétanos (page 274-275)

www.vetcompendium.be

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut