Infections des voies respiratoires chez le chat : tout savoir

Article rédigé par le 17 août 2023

Les infections des voies respiratoires chez le chat font partie des pathologies les plus fréquentes en médecine vétérinaire. Elles sont induites par la présence dans l’organisme des parasites ou des germes responsables de lésions au niveau du tractus respiratoire du félin. Il s’agit d’infections susceptibles d’entraîner la mort du chat si non prise en charge.

En cas d’infections des voies respiratoires chez le chat, on peut différencier les atteintes des voies respiratoires supérieures et celles des voies respiratoires inférieures. L’atteinte des voies respiratoires supérieures est caractérisée par des écoulements nasaux et des éternuements. Dans le cas des voies respiratoires inférieures, il s’agit essentiellement de toux et d’essoufflements.

Les symptômes des infections des voies respiratoires chez le chat varient en fonction des germes responsables de la maladie. Elles peuvent aller d’un simple rhume chez le chat à une détresse respiratoire pouvant entraîner la mort. 

Cependant, des traitements efficaces existent contre les infections des voies respiratoires chez le chat. Ceci à condition que l’évolution vers une forme grave soit détectée à temps. Il existe également des moyens de prévention des infections des voies respiratoires qu’il est utile d’adopter.

Pour connaître plus en détail ces infections, les prévenir, ou le cas échéant les soigner à temps, je vous invite à poursuivre la lecture.

Définition et description de la maladie

Les infections des voies respiratoires chez le chat sont constituées par les maladies qui atteignent le système respiratoire du chat. 

Il existe principalement deux types d’infections des voies respiratoires chez le chat, et ce, selon la partie du système respiratoire atteint :

  • les atteintes des voies respiratoires supérieures, c’est-à-dire les affections du nez, de la gorge et du larynx
  • les atteintes des voies respiratoires inférieures, c’est-à-dire les affections de la trachée et des poumons.

La différence entre les deux réside dans les manifestations des symptômes.

Quelques notions d’anatomie sur l’appareil respiratoire du chat

L’appareil ou système respiratoire du chat est l’ensemble des organes qui assurent la respiration de l’animal. Le processus de la respiration contribue, d’un côté, à fournir à l’ensemble de l’organisme les besoins en oxygène, et d’un autre, à rejeter le dioxyde de carbone lors de l’expiration.

Divers organes sont mobilisés et constituent le passage de l’air qui entre et qui sort de l’organisme. Le début de ce trajet de l’air est ainsi constitué par les voies respiratoires supérieures composées par le nez, la gorge et le larynx. Ce mouvement de l’air se poursuit en empruntant les voies respiratoires inférieures, composées par la trachée et les poumons. 

Les symptômes varient selon les parties atteintes par les infections des voies respiratoires chez le chat.

Généralités des manifestations des symptômes en cas d’infections des voies respiratoires chez le félin

Les symptômes dûs aux infections des voies respiratoires chez le chat sont variables selon la partie du tractus respiratoire atteint.

Atteinte des voies respiratoires supérieures ou VRS

L’atteinte des voies respiratoires supérieures est caractérisée par des signes typiques qui sont :

  • Les éternuements qui peuvent parfois s’apparenter à des crises continuelles
  • Les écoulements nasaux 
  • Le ronflement
  • L’étouffement

Ces symptômes peuvent s’accompagner de :

  • Fièvre (à savoir que la température rectale normale d’un chat se situe entre 38 et 39°C)
  • De secrétions et écoulements nasales et oculaires 
  • Des diarrhées et des vomissements
  • De toux
  • D’une perte d’appétit soudaine surtout en cas de fièvre

Atteinte des voies respiratoires inférieures ou VRI

Les troubles qui atteignent les voies respiratoires inférieures se caractérisent principalement par :

  • Des toux séquentielles
  • Des essoufflements 
  • Une détresse respiratoire ou une respiration du chat par sa bouche

Ces symptômes peuvent s’accompagner d’:

  • Un mauvais état général
  • Une perte d’appétit 
  • Une fièvre 

Infections des voies respiratoires chez le chat: quelles sont les causes? 

Les infections des voies respiratoires chez le chat regroupent des maladies qui ont des symptômes similaires et dont les facteurs sont multiples. Les principales causes identifiées de ces infections sont :

Les parasites 

Les vers pulmonaires sont les causes les plus fréquentes chez les chats qui vivent à l’extérieur. Il en résulte des inflammations des voies respiratoires avec le plus souvent une toux chronique. Mais cela peut se révéler également asymptomatique.

RECOMMANDÉ :  Couper les griffes de son lapin : Procédure (conseils vétérinaire)

Malgré le traitement par les vermifuges, les toux peuvent prendre plus de délai pour disparaître à cause des lésions occasionnées par les vers dans le tractus respiratoire.

Les microorganismes : virus et bactéries 

Des microorganismes sont souvent à l’origine des infections des voies respiratoires chez le chat. Les plus couramment identifiés sont :

  • L’Herpèsvirus de type 1 (FeHV1), un germe responsable de la Rhinotrachéite Virale Féline ou FVR 
  • Le  Calicivirus Féline, un germe responsable de calicivirose chez le chat

Ces deux micro-organismes sont les premiers responsables des infections des voies respiratoires. Ils provoquent le plus souvent le rhume et le coryza chez le chat. Les infections à Calcivirus endommagent préférentiellement les voies respiratoires inférieures, tandis que l’herpèsvirus affecte potentiellement les voies nasales et les conjonctives, donc supérieures. Cependant il est souvent difficile de distinguer cliniquement la différence entre les infections induites par ces deux micro-organismes. 

  • Les mycoplasmes

Dans une moindre mesure, les mycoplasmes peuvent provoquer chez le chat des infections de type respiratoire

  • Chlamydia Psittaci 

Il s’agit d’une bactérie responsable de pneumonie chez le chat. La présence de ce micro-organisme est rarement rencontrée chez les chats élevés en appartement ou dans des conditions normales. On la rencontre plutôt dans les refuges ou chatterie à haute densité.

Les principales infections des voies respiratoires chez le chat

Généralement, l’incubation, c’est-à-dire le temps qui s’écoule entre l’infection par le micro-organisme et l’apparition des symptômes, dure entre 2 à 7 jours. Les principales infections des voies respiratoires chez le chat sont :

La bronchite et la bronchiolite

Ce sont des pathologies qui touchent les petites bronches des poumons. On les reconnaît par une toux sèche et une difficulté respiratoire avec perte d’appétit et fatigue.

L’oedème pulmonaire

Les symptômes de cette pathologie ont tendance à apparaître subitement. Ils se caractérisent par une difficulté respiratoire soudaine. Sa posture est caractéristique comme si le chat était à la recherche désespérée d’air: il est prostré avec la tête repliée.

Le chat présente également une toux grasse, des difficultés respiratoires et des râles. La langue ainsi que les muqueuses peuvent devenir bleutées à un stade avancé. La mort peut survenir très rapidement par manque d’air. 

Cette maladie est due entre autres à une infection qui provoque une accumulation de liquide dans les poumons.

La pharyngite ou la laryngite

Le plus souvent, elles font suite à un « coup de froid ». Les deux affections se reconnaissent par des toux sèches et fréquentes qui sont les signes d’irritation de la gorge. Le laryngite se reconnaît par des miaulements muets ou rauques.

La pneumonie

La pneumonie regroupe une série de symptômes. On note une difficulté respiratoire plus ou moins prononcée avec la gueule ouverte en position prostrée. Il y a également une perte d’appétit et un abattement. 

La pneumonie peut s’accompagner de toux et d’écoulement nasal.

L’inflammation de la trachée ou trachéite

Cette infection se manifeste par des toux sèches sonores. Cette infection a tendance à s’étendre à l’ensemble du tractus respiratoire, provoquant une symptomatologie plus générale des voies respiratoires du chat. Ainsi, parallèlement à la trachéite, le chat va souvent souffrir également de bronchite, de laryngite, de pharyngite et de rhinite.

La rhinite

D’origine virale mais pouvant également être allergique, la rhinite provoque un écoulement des deux narines du chat et une conjonctivite. La différenciation entre rhinite d’origine allergique et rhinite d’origine bactérienne se fait via la couleur du jetage nasal : il est purulent en cas de rhinite infectieuse d’origine bactérienne, par opposition à une rhinite allergique avec un écoulement clair et en continu.

Le rhume et le coryza du chat

Le rhume et le coryza du chat sont des affections d’origine virale ou bactérienne se manifestant souvent par un écoulement nasal et un reniflement.

Les indices de gravité en cas d’infection des voies respiratoires chez le chat

A cause du mode de vie du chat, le propriétaire ne remarque les infections des voies respiratoires du chat qu’à un stade déjà avancé. En effet, par rapport aux chiens, une détresse respiratoire des félins n’est pas très démonstrative. Les chats sont alors plus souvent susceptibles d’être pris en charge tardivement.

En cas de signes d’infections des voies respiratoires chez le chat, le propriétaire doit prêter une attention particulière à la présence des signes suivants. En effet, ils indiquent que l’infection est grave.

  • Une détresse respiratoire : le chat peut respirer plus de 16 à 20 fois par minute. Cela s’observera par des soulèvements très fréquents de son thorax et/ou de son ventre.
  • Un chat en difficulté respiratoire adoptera souvent une position couchée en s’accroupissant avec le cou en extension 
  • Les muqueuses qui deviennent bleutées

Ces symptômes indiquent que la vie du chat est en danger et qu’il est vital d’aller consulter un vétérinaire dans l’immédiat.

RECOMMANDÉ :  Hernie ombilicale chez le chien : Traitements et prévention efficaces

La transmission des infections des voies respiratoires chez le chat

La transmission de ces infections se fait aussi bien de manière directe que indirecte. 

L’air ambiant contenant les micro-organismes contamine les chats des alentours. Le contact entre les chats (museau contre museau ou contact avec les secrétions respiratoires) est parmi les modes de transmission les plus fréquents. Les humains, en manipulant des chats malades, peuvent également transmettre les germes à des chats sains.

Les comportements à adopter en cas de suspicion d’infections des voies respiratoires chez le chat

En cas de suspicion d’infections des voies respiratoires chez votre chat, et au vu d’une potentielle aggravation vers une détresse respiratoire, la consultation d’un vétérinaire est essentielle. Les causes et les symptômes étant variées, seul votre vétérinaire est apte à distinguer les causes des infections et donner le traitement adéquat à chaque cas. 

En attendant la visite chez un professionnel, il est indiqué de mettre le chat dans un endroit calme. En effet, le stress le poussera à accélérer davantage sa respiration et accentuera sa fatigue. Il convient également de le manipuler précautionneusement, en faisant attention à ne pas écraser avec les mains ses poumons lors du transport.

Le propriétaire est également prié de noter tous les symptômes, et de porter une attention au toux : sa fréquence, son type (grasse ou sèche), ainsi que tout autre fait marquant (râle, miaulement rauque ou muette…)

Le diagnostic des infections des voies respiratoires chez le chat

Le diagnostic par le vétérinaire se fera sur base :

  • Des examens cliniques de l’animal 

A l’auscultation, il fera des palpations qui vont provoquer ou non des toux chez votre félin. Il écoutera également la respiration de votre animal. Le vétérinaire examinera les types de jetage nasal, sa nature, sa couleur. La différenciation entre une atteinte des voies supérieures ou inférieures se fera ainsi via l’examen physique

  • Des recueils de l’anamnèse ou l’histoire des symptômes fournis par le propriétaire
  • De la compréhension des modes de vie du chat

Pour un chat vivant en appartement, le vétérinaire éliminera par exemple des maladies qui s’attrapent en collectivité comme la pneumonie à Chlamydia Psittaci.

  • Des examens complémentaires comme la radiographie, l’échographie
  • Des analyses des sécrétions ou des écouvillonnages 
  • Des tests allergiques 
  • Une coproculture à la recherche de parasites.

Quelques maladies atteignent les voies respiratoires, sans être des infections. Il s’agit de l’asthme, des allergies respiratoires, de la présence des tumeurs bénignes ou malignes, et des problèmes dentaires.

Les options de traitement en cas d’infections des voies respiratoires chez le chat

Le traitement va dépendre des germes identifiés à l’origine de l’infection.

Des antibiotiques peuvent être administrés pour éliminer la cause principale ou pour résoudre une surinfection bactérienne. Des traitements symptomatiques seront également disponibles.

En complément des traitements médicamenteux, il est également indiqué de débarrasser souvent les yeux et le nez du chat des sécrétions qui les encombrent.

Comment prévenir les infections des voies respiratoires chez le chat ?

Les infections des voies respiratoires chez le chat sont multifactorielles. Afin de mieux protéger votre animal, la combinaison de plusieurs gestes sont ainsi nécessaires.

  • La vaccination

Puisque les virus font partie des causes les plus fréquentes des infections des voies respiratoires chez le chat, la vaccination reste la meilleure alternative pour prévenir ces maladies. Cependant, elle n’est pas suffisante car elle ne protège pas contre tous les micro-organismes responsables de ces infections. Les vaccins contre la rhinotrachéite virale féline et le calicivirose font partie généralement des protocoles de vaccination réguliers des chats dans plusieurs pays. 

  • Vermifuger systématiquement le chat est un moyen de prévention des infections des voies respiratoires chez le chat
  • Éviter le contact avec des chats malades
  • Laver et se désinfecter les mains après avoir manipulé un autre chat

Quel est le pronostic en cas d’infections des voies respiratoires chez le chat ?

Le pronostic est généralement bon si la prise en charge n’est pas tardive et s’il n’y a pas d’oedème pulmonaire. Le pronostic dépend ainsi des facteurs et du temps de réaction et donc de la prise de médicaments. Les signes d’aggravation de la maladie comme la cyanose des muqueuses, la détresse respiratoire, l’affaiblissement du malade sont à surveiller de près.

Les infections des voies respiratoires chez le chat sont des maladies induites par la présence de parasites ou de micro-organismes dans le tractus respiratoire du chat. 

Les symptômes varient suivant la partie des voies respiratoires atteintes et selon le facteur responsable de la maladie. Il y a une différence notable entre l’atteinte des voies respiratoires supérieures et inférieures.

L’évolution vers la forme grave de la maladie peut conduire à la mort du chat. Il convient de surveiller de près les symptômes qui témoignent de l’aggravation, notamment une détresse respiratoire, une coloration bleue des muqueuses, une faiblesse généralisée et une détresse respiratoire. A l’apparition de ces symptômes, la consultation d’un vétérinaire est essentielle. En effet, des traitements existent, à la fois pour éliminer les micro-organismes et pour améliorer le bien-être du chat. 

Références

Hill, P., Warman, S., & Shawcross, G. (2012). Les 100 consultations les plus fréquentes en médecine des animaux de compagnie. Éd. Med’com.

https://iloveveterinary.com/fr/blog/maladies-respiratoires-chez-le-chat/

https://www.zooplus.fr/magazine/chat/sante-et-bien-etre-du-chat/problemes-respiratoires-chez-le-chat

Le rhume du chat : tout savoir
Les allergies chez le chat : symptômes, diagnostic, prise en charge et prévention

.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut