Hyperthyroïdie chez le chat : tout savoir (explication vétérinaire)

Article rédigé par le 24 août 2023

L’ hyperthyroïdie chez le chat est une maladie fréquente chez les chats âgés. Il résulte d’un dysfonctionnement de la thyroïde responsable de la production des hormones thyroïdiennes. Le chat atteint de cette pathologie présente une multiplicité de symptômes variant d’un chat à l’autre et des organes atteints par le trouble hormonal.

L’ hyperthyroïdie chez le chat résulte d’un mécanisme complexe. Les hormones étant régulateurs des fonctionnements de divers organes, la perturbation affecte leur fonctionnement de manière variée et à des stades variés. Les signes les plus fréquents sont des signes d’amaigrissement, des signes cardiovasculaires et urinaires.

Cependant, en cas d’ hyperthyroïdie chez le chat, l’espérance de vie de votre petit compagnon n’est pas affectée. Le tout est de bien diagnostiquer la pathologie pour qu’une prise en charge adéquate soit rapidement mise en place. Notre article vous en dira un peu plus sur tout ce qu’il faut connaître de cette pathologie.

L’hyperthyroïdie chez le chat : en quoi consiste cette pathologie ?

Des symptômes variés

L’ hyperthyroïdie chez le chat est une maladie relativement fréquente. Elle est difficile à déceler du fait de ses symptômes très variés qui peuvent être assez discrets. 

Les signes de l’ hyperthyroïdie chez le chat peuvent par exemple aisément être confondus avec ceux d’autres pathologies comme le diabète ou des problèmes intestinaux.

Un mécanisme complexe 

L’ hyperthyroïdie chez le chat est un trouble du système endocrinien c’est-à-dire du système responsable de la fabrication des hormones. Les hormones sont des molécules chimiques très petites produites par un organe spécifique. Elles agissent pour la régulation du fonctionnement d’autres organes en circulant par le biais du sang.

Dans le mécanisme de l’ hyperthyroïdie chez le chat, il s’agit d’un trouble de surproduction qui atteint les hormones thyroïdiennes. Les hormones thyroïdiennes sont sécrétées par la thyroïde, une petite glande située au niveau du cou du chat. Il en existe deux sortes : 

  • la thyroxine (T4
  • la triiodothyronine (T3). 

Voici à quoi ressemble la glande thyroïde chez le chat:

Ces hormones ont une action dite « stimulante ». Elles agissent sur: 

  • l’appétit
  • l’activité physique
  • la température du corps 
  • la tension artérielle. 

Cette surproduction tend donc à augmenter la stimulation des fonctions et activités citées précédemment. Elle se trouve à l’origine des symptômes de l’hyperthyroïdie chez le chat. 

Les facteurs de la surproduction des hormones T3 et T4

L’âge avancé du chat est le facteur actuellement identifié de ce dérèglement hormonal. Cette production hormonale augmentée est le plus souvent due à une hypertrophie bénigne de la glande thyroïde (98 %). Dans de très rares cas (1-2%), il peut s’agir d’une tumeur thyroïdienne maligne. 

RECOMMANDÉ :  Le pyomètre chez le chat : tout savoir de la maladie

Dans certaines conditions beaucoup plus rares chez le chat, la cause peut être une glande thyroïde dite « ectopique », c’est-à-dire localisée anormalement. Dans ce cas, la glande est située au niveau de la cage thoracique au lieu du cou.

L’hyperthyroïdie : quelle catégorie de chats sont les plus sensibles ?

L’hyperthyroïdie chez le chat atteint préférentiellement les chats âgés de plus de 10 ans. Les jeunes peuvent également être atteints surtout s’ils présentent une glande thyroïde ectopique, c’est-à-dire avec une anomalie de localisation.

Quels sont les signes cliniques de l’Hyperthyroïdie chez le chat ?

Les symptômes de l’hyperthyroïdie chez le chat sont très variables d’un chat à l’autre. Cette pluralité des symptômes est dû au fait que les organes ou les fonctions surstimulées par les hormones thyroïdiennes diffèrent sensiblement selon les cas. Cette grande différence rend difficile l’identification de la maladie chez les propriétaires de chats.

Les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont :

  • Un amaigrissement alors que le chat mange en grande quantité
  • Des modifications comportementales du chat, comme un miaulement incessant et sans raison apparent, des signes de nervosité 
  • Des signes digestifs comme des vomissements et des diarrhées
  • Des signes cardio-vasculaires comme l’hypertension artérielle et des arythmies cardiaques
  • Une polyurie/polydipsie c’est-à-dire une augmentation de la prise d’eau et de la fréquence de l’urine chez le chat. Ce symptôme peut induire la confusion avec le diabète félin (lien)
  • Une insuffisance rénale 
  • Un mauvais état du pelage

Plus rarement, on peut observer :

  • Des signes oculaires comme la perte de vision brutale ou la présence d’un hématome dans l’œil sans traumatisme
  • Un syncope et une perte de connaissance brutale, souvent lié aux complications cardiaques
  • Des troubles neurologiques comprenant des pertes d’équilibre, une paralysie brutale des membres
  • Des difficultés respiratoires 

Quels éléments seront pris en compte pour diagnostiquer l’hyperthyroïdie chez le chat ?

Le diagnostic par le vétérinaire repose sur au moins trois aspects:

A l’auscultation du chat

Le diagnostic se fera par constatation des symptômes cités précédemment ainsi que la palpation du goître. Le goître est une augmentation de volume de la glande thyroïde située sous le menton du chat.

Une prise de sang du chat

Lorsque la suspicion d’hyperthyroïdie est posée par le vétérinaire, il procèdera à ce qu’on appelle un diagnostic de confirmation. Ceci consiste en une prise de sang du chat pour doser les hormones thyroïdiennes T3 et T4

Ci-après la photo d’un chat lors d’une prise de sang.

Source

La recherche des complications de l’hyperthyroïdie chez le chat

Le diagnostic de l’hyperthyroïdie chez le chat ne s’arrête pas à la confirmation de la présence de la pathologie. La prochaine étape consistera à l’examen approfondi de l’animal pour déceler les organes dont les fonctionnements sont perturbés par la surproduction des hormones. 

Cette étape peut comprendre: 

  • la mesure de la tension artérielle
  • l’examen oculaire
  • une radio thoracique
  • une imagerie du cerveau.

Le vétérinaire procèdera également à la localisation de la glande thyroïde dans l’éventualité d’une opération chirurgicale.

Les options et modalités de traitement en cas d’hyperthyroïdie chez le chat

Le traitement en cas d’ hyperthyroïdie chez le chat comprend plusieurs options.

La correction de la surproduction d’hormones T3 ou T4 

Il s’agit d’un traitement médicamenteux à vie avec un contrôle régulier dans l’objectif d’ajuster les doses selon l’évolution du chat malade. Parmi les antithyroïdiens administrés, le thiamazole est le plus couramment utilisé. Il inhibe la production des hormones thyroïdiennes.

RECOMMANDÉ :  Cheval arabe : une race noble et versatile qui a façonné l’histoire de l’équitation

Le traitement des symptômes associés à la surproduction d’hormones sur les autres organes

Ce type de traitement dépend des organes atteints et du degré de leur atteinte. En cas de signes digestifs par exemple, des médicaments anti-diarrhéiques et anti-vomitifs pourront être administrés.

L’iodothérapie 

C’est un traitement qui consiste en la destruction de la tumeur avec l’iode radioactif, l’iode étant l’élément chimique que les cellules thyroïdiennes captent le plus. Il s’agit d’une procédure sans danger pour les autres organes du chat. Cependant le coût de ce type de traitement est élevé.

L’opération chirurgicale

Elle reste également une option de traitement de cette pathologie mais sa faisabilité dépend de l’état général du chat. Plusieurs paramètres sont à tenir en compte, à  savoir si le chat âgé va supporter l’anesthésie lors de l’opération. Il s’agit de l’option idéale si le chat ne tolère pas les médicaments.

Le chirurgien vétérinaire va procéder à une ablation totale de la glande thyroïde. Il s’agit d’une opération délicate qui n’est pas pratiquée systématiquement par tous les vétérinaires. Le chat sera ensuite amené à prendre des médicaments de type hormonaux pour compenser la production de la glande thyroïde qui a été enlevée en totalité.

D’autres options de traitements sont en cours de recherche et de tests.

Mon chat est atteint d’hyperthyroïdie. Quel est le pronostic ? 

Le pronostic est bon pour un chat atteint d’hyperthyroïdie. Cependant, le traitement, surtout l’iodothérapie est un traitement coûteux. L’espérance de vie du chat n’est pas affectée par la pathologie.

Le propriétaire note souvent une amélioration rapide de l’état du chat atteint d’hyperthyroïdie si la dose est bien ajustée. Les contrôles réguliers auprès du vétérinaire sont donc d’une importance primordiale pour surveiller l’évolution du malade et sa réponse au traitement. Plusieurs analyses régulières seront effectuées, notamment des prises de sang, des analyses d’urine.

Quelques conseils pour les propriétaires de chat atteints d’hyperthyroïdie 

Pour mieux vivre avec l’hyperthyroïdie chez le chat, quelques principes doivent être respectés par le propriétaire:

  • choisir une alimentation moins riche en iode

La production d’hormones thyroïdiennes dépend de la production d’iode dans l’organisme du chat. Il convient alors de privilégier des aliments spécifiques destinés aux chats atteints ou guéris de l’hyperthyroïdie. Ce sont des aliments médicalisés, appelés également “alicaments”. 

  • privilégier une alimentation riche en protéines

L’absorption de médicaments et les effets de la maladie ont des effets sur la digestion de votre petit compagnon. Pour éviter de fatiguer davantage son système digestif, il convient de le nourrir avec des aliments riches en protéines. On a tendance à l’oublier, mais un chat reste un carnivore, et les protéines sont plus digestes pour son organisme.

L’ hyperthyroïdie chez le chat est une maladie fréquente. Elle atteint généralement les chats âgés de 10 ans et plus

Ses symptômes sont variés suivant les organes cibles de l’hormone thyroïdienne qui est en surproduction. Cela peut aller d’un mauvais état du pelage à une hypertension artérielle et des atteintes cardiaques ou une cécité soudaine.

Le pronostic reste cependant bon. Le traitement de l’ hyperthyroïdie est adaptable selon la réponse du chat. Tout repose sur le diagnostic de la pathologie et la mise en place de traitement adéquat. L’enjeu est de peser le rapport entre le coût du traitement, l’état général du chat et les contraintes de l’administration à vie de médicaments.

Références 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32234692/

Le diabète félin : identifier la maladie et bien s’équiper pour une meilleure prise en charge de votre animal
L’hyperthyroïdie chez le chat

https://fr.virbac.com/home/toutes-les-maladies/hyperthyroidie-chat.html

https://www.vetostore.com/nos-conseils/hyperthyroidie-chez-le-chat-comment-se-manifeste-t-elle.html

https://www.vetcompendium.be/fr/node/3594

Chat atteint d’hyperthyroïdie : 5 conseils pour bien le nourrir

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut