Infiltration sous scopie (radioguidée) : Guide complet

Article rédigé par le 26 janvier 2024

La médecine continue de faire des avancées significatives dans le domaine des techniques thérapeutiques, offrant ainsi davantage d’options, toutes plus efficaces les unes que les autres, et moins contraignantes pour le bien-être des patients.

L’infiltration sous scopie, également connue sous le nom d’infiltration sous guidage radiologique, s’inscrit parmi ces avancées médicales remarquables.

Elle utilise des rayons X pour guider l’injection précise de médicaments dans une zone anatomique spécifique, réduisant les risques liés aux vaisseaux sanguins et nerfs.

Les substances injectées varient en fonction de la pathologie, souvent des anti-inflammatoires, bénéfiques pour les douleurs articulaires associées aux maladies inflammatoires rhumatismales.

Dans cet article rédigé par une professionnelle de la santé, nous explorerons diverses techniques d’infiltrations, examinant les avantages, les inconvénients, le déroulement de la procédure, ainsi que les risques et complications éventuels.

L’infiltration sous scopie : Les 6 points importants à retenir

  • 1. L’infiltration sous scopie est une technique médicale qui consiste à injecter un médicament, le plus souvent un anti-inflammatoire, directement dans la région lésée sous contrôle radiologique.
  • 2. L’infiltration sous scopie a un grand intérêt dans le soulagement temporaire des douleurs articulaires d’origine inflammatoire.
  • 3. Plusieurs types d’infiltration existent. On cite : les infiltrations intra-articulairesblocs facettaires et blocs foraminaux .
  • 4. Rechercher les contre-indications, être en bon état général et coopérant(e) le jour de l’acte médical sont des éléments importants au bon déroulement de l’infiltration sous scopie.
  •  5.L’infiltration sous scopie n’est pas dépourvu de complications et risques. Néanmoins, ces derniers sont exceptionnelles, telles que les infections et les saignements.
  • 6. L’infiltration sous scopie est fait uniquement par un professionnel de santé qualifié à savoir votre médecin traitant, radiologue, rhumatologue, etc.

Les différentes techniques d’infiltration sous scopie

Au cours de l’infiltration guidée par imagerie, on injecte directement un médicament dans une région bien spécifique du corps, selon la région anatomique infiltrée. On dénombre trois types d’infiltration :

Infiltration intra articulaire

Elle implique l’injection, souvent sous guidage échographique, d’un médicament tel que des corticoïdes ou de l’acide hyaluronique dans l’espace articulaire d’une articulation mobile (genou, épaule, poignet, etc.).

Cette approche cible des structures spécifiques telles que le cartilage, le tendon ou la bourse, se révélant particulièrement bénéfique lorsque le nombre d’articulations douloureuses à traiter est limité.

Infiltration facettaire

Il s’agit de l’injection locale d’un corticoïde (anti-inflammatoire) au niveau des articulations intervertébrales, cruciales pour la mobilité et la stabilité de la colonne vertébrale.

Les facettes articulaires, susceptibles de subir des lésions déformatives, peuvent causer des douleurs vertébrales, justifiant ainsi le recours à l’infiltration, pouvant être réalisée au niveau cervical, dorsal ou lombaire.

RECOMMANDÉ :  Injection d’acide hyaluronique dans la hanche : Tout savoir

Infiltration foraminale 

Ce qu’on appelle également bloc foraminal consiste en l’injection d’un anti-inflammatoire dans un foramen (trou, canal) situé entre deux vertèbres, lieu d’émergence du nerf responsable de la douleur due à son irritation.

Il se crée ainsi un contact direct entre le nerf et le médicament.

Les avantages et les inconvénients de l’infiltration sous scopie

Comme précédemment expliqué, l’infiltration sous scopie vise à injecter le médicament directement au site précis de la douleur, assurant des concentrations élevées à la lésion pour une efficacité thérapeutique maximale.

Cette procédure, largement adoptée par les professionnels de la santé, est bien tolérée par les patients en raison de son ciblage précis, de la potentialisation de son efficacité, de la réduction des risques d’erreurs et de complications, ainsi que de la rapidité des résultats dans la gestion de la douleur.

Bien que temporaire, le soulagement obtenu peut nécessiter une réévaluation périodique avec votre médecin.

Malgré cela, les infiltrations sous scopie demeurent une option simple et efficace.

Le déroulement de l’infiltration sous scopie

L’infiltration sous scopie, pratiquée par un professionnel de santé qualifié dans un environnement spécialisé, est un acte simple en soi.

Cependant, une préparation psychologique et médicale adéquate est essentielle pour assurer le bon déroulement de l’intervention. Des précautions seront également conseillées avant et après l’infiltration.

Avant l’infiltration

• Avant toute infiltration, il est impératif d’être exempt de toute infection en cours (infection de la sphère ORL, infection pulmonaire, infection urinaire, etc.), et la zone à infiltrer doit être saine.

• Il est essentiel de communiquer à l’équipe médicale des informations précises sur votre état de santé actuel (fièvre, grossesse, prise de médicaments, etc.) ainsi que sur vos antécédents médicaux, notamment vos allergies et les traitements liés à des maladies chroniques.

• Vous devez aussi apporter vos analyses médicales demandées.

Pendant l’infiltration

• Vous êtes orienté(e) dans la salle d’examen.

• Vous allez dévêtir la région à infiltrer.

• Vous serez ensuite allongé(e) sur une table d’examen selon le type d’infiltration à réaliser.

• Votre médecin, après un repérage de la zone à traiter, va effectuer un nettoyage rigoureux de la peau.

• Une anesthésie locale peut être réalisée, laissée à l’appréciation de votre médecin.

• À l’endroit précis à traiter et à l’aide d’une aiguille fine, une injection sous guidage radiologique est réalisée.

• Votre coopération est cruciale pour assurer une procédure rapide et minimiser les éventuelles sensations douloureuses. L’infiltration elle-même dure généralement une vingtaine de minutes.

Après l’infiltration

• Vous ne devez en aucun cas forcer sur votre articulation, la sollicitation se fera progressivement.

• Une douleur peut se ressentir tout juste après l’infiltration, ne vous inquiétez pas ce n’est en général pas sans conséquences, elle cédera dans les 48 h qui suivent l’acte médical.

RECOMMANDÉ :  Infiltration PRP : guide complet pour une guérison accélérée

Bon à savoir !
Bien qu’il n’y ait pas de recommandations précises, la plupart des praticiens limitent généralement le nombre d’infiltrations à trois par site et par an, avec un intervalle minimum de 1 à 2 semaines entre chaque injection.

Les risques et les complications de l’infiltration sous scopie

Tout acte médical, même simple, comporte des risques. Dans le cas de l’infiltration sous scopie, les effets secondaires sont rares, mais ils ne peuvent être éliminés.

Les risques les plus rencontrés comprennent :

Les infections au site d’infiltration: généralement liées au staphylocoque, peuvent provoquer de la fièvre 3 à 4 jours après l’acte. Les patients sous immunosuppresseurs sont plus exposés à ces complications, bien que le risque, bien que rare, ait diminué grâce à une asepsie rigoureuse lors de l’infiltration.

 Une poussée inflammatoire: elle survient dans les 24 à 48 h suivant l’infiltration, due aux corticoïdes. Dans la majorité des cas, c’est une complication bénigne, mais la persistance de la symptomatologie au-delà des 48 h doit évoquer une éventuelle complication infectieuse.

 Atrophie cutanée: au site de l’injection ainsi qu’une dépigmentation peut-être retrouvée, le plus souvent, ces effets sont transitoires.

Rupture tendineuse: Il est déconseillé d’effectuer une infiltration trop proche du tendon en raison de l’effet des corticoïdes, qui peuvent entraîner un amincissement de ces structures après plusieurs années d’infiltration.

Les complications hypertensives, hémorragiques et allergiques sont exceptionnelles, mais en cas de moindre symptôme ou de doute, il est crucial d’en informer rapidement votre médecin.

Qui réalise les infiltrations sous scopie ?

L’infiltration sous scopie peut être réalisée par différents professionnels de santé tels que votre médecin traitant, le rhumatologue, le radiologue, parfois hautement spécialisé, ou une équipe médicale pluridisciplinaire comprenant par exemple un radiologue, un chirurgien et un anesthésiste.

Il est essentiel que le professionnel soit qualifié et maîtrise parfaitement les techniques d’infiltration.

Annuaire des spécialistes

Pour trouver rapidement des spécialistes dans votre région, vous pouvez consulter notre annuaire en ligne.

Cet annuaire est conçu pour vous aider à localiser des rhumatologues, radiologues et d’autres médecins qualifiés pour ce genre d’intervention.

Annuaires des spécialistes

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article

http://www.inforhumato.com/

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01731744/document

Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 3.9 / 5. Nombre de votes 7

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut