Mal de dos pendant la prière (Islam) : Que faire ?

Article rédigé par le 14 mars 2024

La Salat est bien plus qu’une série de mouvements et de paroles : c’est une porte ouverte vers une connexion profonde avec le divin (Allah), un moment sacré qui rythme le quotidien de millions de croyants. Mais quand le mal de dos s’invite, il peut transformer cette pratique enrichissante en une épreuve douloureuse.

Si vous avez déjà ressenti une pointe de douleur en vous inclinant ou une gêne en vous prosternant, vous savez combien cela peut être frustrant. Ce n’est pas juste une question de douleur physique ; c’est aussi une entrave à votre sérénité spirituelle.

Cet article rédigé par un kinésithérapeute vise à vous offrir des conseils pratiques et des ajustements pour soulager le mal de dos, afin que la prière redevienne ce qu’elle devrait toujours être : un moment de paix, de connexion et de réconfort.

Les 5 points à retenir

  1. Si le dos présente une fragilité, les postures et mouvements associés à la Salat vont provoquer de l’inflammation et une incapacité à prier.
  2. Le mal de dos peut avoir de multiples origines, allant de pathologies spécifiques comme la hernie discale, sciatique, arthrose, à des facteurs spécifiques liés à la mécanique corporelle.
  3. Pour soulager la douleur, il est possible d’appliquer des conseils avant, pendant et après la prière.
  4. Des exercices adaptés pourraient prévenir les risques de blessure, et permettre au croyant de faire sa prière dans sa forme traditionnelle.
  5. Si les symptômes ne s’améliorent pas avec le temps, il est important de consulter un professionnel de santé.

Prière et dos : Une analyse des postures et des mouvements

La Salat implique une série de postures et de mouvements spécifiques, chacun ayant sa propre signification et son importance. Ces positions incluent :

  • la position debout (Qiyam),
  • l’inclinaison (Ruku),
  • la prosternation (Sujood),
  • et l’assise (Jalsa et Tashahhud),

Point d’information :
Plusieurs études scientifiques mettent en lumière les bénéfices de la prière sur l’organisme. Parmi les nombreux bienfaits:
– La Salat augmente l’apport en oxygène et renforce le fonctionnement des systèmes respiratoire, circulatoire, et endocrinien ;
– Elle contribue au renforcement des ligaments et des tendons, et a un effet positif sur les articulations ;
– La prière aurait un effet positif sur le cerveau, le cœur, l’estomac, la vésicule biliaire, le pancréas, les reins et le système urinaire.

Ces postures et mouvements sollicitent de manière variée la colonne vertébrale et les muscles environnants. Analysons ensemble les exigences mécaniques de ces postures afin de soulager et prévenir le mal de dos lié à la prière.

Position debout (Qiyam)

Cette posture requiert un bon alignement du corps, avec les pieds légèrement écartés. Elle sollicite la stabilité des muscles du tronc, les muscles paravertébraux (qui longent la colonne vertébrale), et les muscles des jambes.

Idéalement, une posture droite et alignée aide à répartir le poids corporel de manière équilibrée, évitant ainsi une surcharge sur certaines parties du dos.

Inclinaison (Ruku)

En se penchant vers l’avant depuis la position debout, cette posture met l’accent sur la mobilité des hanches et la flexibilité des muscles de l’arrière de la jambe. Elle sollicite également la force des muscles du bas du dos.

Une exécution correcte du Ruku exige une flexion au niveau des hanches tout en maintenant le dos droit, ce qui prévient les tensions inutiles sur la région lombaire.

Prosternation (Sujood)

Considérée comme le sommet de l’humilité dans la prière, la Sujood nécessite une bonne flexibilité des articulations du genou, de la hanche et de la cheville, ainsi que la capacité à supporter le poids du corps sur les mains.

Comme la colonne vertébrale est en flexion, cette posture augmente le stress sur les disques intervertébraux.

Assise (Jalsa et Tashahhud)

Alterner entre les positions assises et les prosternations teste la flexibilité des hanches et de la région lombaire. Elle met également à l’épreuve la capacité de stabilisation du tronc.

Normalement, le corps détient les capacités nécessaires (en terme de stabilité du tronc, flexibilité, force, etc.) pour transiter entre ces positions, et les maintenir pendant une période donnée. Cependant, en présence de certains facteurs, la région du dos peut être fragilisée.

Important : Cette fragilité se manifeste souvent par des douleurs et des incapacités, rendant difficile la réalisation des postures de la Salat sans inconfort.

Causes communes de mal de dos durant la prière

Le mal de dos chez les pratiquants de la Salat peut avoir de multiples origines, allant de pathologies spécifiques de la colonne vertébrale à des facteurs liés à la mécanique corporelle.

Pathologies lombaires

Plusieurs affections de la colonne vertébrale peuvent contribuer au mal de dos pendant la prière :

  • Hernie discale : Provoquée par le déplacement d’un disque intervertébral qui compresse les nerfs.
  • Sciatique et cruralgie : Douleurs nerveuses résultant de la compression des nerfs sciatique ou crural.
  • Canal lombaire étroit : Rétrécissement du canal spinal qui entraîne une pression sur la moelle épinière et les nerfs.
  • Arthrose et discopathie dégénérative : Usure des disques et des articulations de la colonne vertébrale due à l’âge ou à l’activité physique, entraînant douleurs et raideurs.

Ces pathologies fragilisent les structures associées à la région lombaire (comme les disques, ligaments, articulations vertébrales, etc.) en provoquant de l’inflammation et une irritation des nerfs environnants.

Facteurs biomécaniques

Les problèmes biomécaniques sont souvent au cœur des douleurs au dos :

  • Déséquilibres musculaires : Une répartition inégale de la force musculaire autour de la colonne et des hanches peut conduire à une mauvaise posture, et augmenter le stress sur la région lombaire.
  • Manque de mobilité : Une mobilité réduite dans les hanches, une raideur vertébrale, ou un manque de flexibilité des muscles ischio-jambiers ou mollets peuvent limiter la capacité à effectuer des mouvements de la prière (comme le Ruku).
  • Faiblesse des muscles du tronc : Si vos muscles abdominaux et du dos ne soutiennent pas correctement votre colonne, ceci augmente le risque de développer des douleurs lombaires.
RECOMMANDÉ :  Mal au ventre : Signification émotionnelle

Surcharge

Les pratiques intensives peuvent également être une source de douleur :

  • Prières plus nombreuses durant le Ramadan : L’augmentation du nombre de prières et la longueur des récitations peuvent accroître la pression sur le dos.
  • Périodes de prières intenses durant les pèlerinages de Umrah ou Hajj : La fréquence et la durée prolongées des prières, combinées à la fatigue physique du pèlerinage, peuvent accentuer le mal de dos.
  • Prière nocturne (Qiyam al-Layl) : Cette pratique peut entraîner une surcharge pour le dos, surtout si le corps n’est pas habitué a cet exercice.

Autres causes potentielles

  • Vieillissement et usure naturelle : Avec l’âge, les structures de la colonne vertébrale peuvent s’affaiblir, rendant les pratiquants plus susceptibles de ressentir des douleurs dorsales pendant la prière.
  • Blessures antérieures : Des blessures non résolues ou mal soignées peuvent se révéler ou s’aggraver pendant les mouvements de la Salat.
  • Stress et anxiété : Le stress émotionnel peut conduire à une tension musculaire accrue, particulièrement dans la région lombaire, exacerbant la douleur pendant la prière.

Nos conseils pour prévenir le mal de dos durant la prière

Pour minimiser le mal de dos et enrichir votre expérience spirituelle, adoptez ces pratiques avant, pendant, et après la prière.

Conseil de l’expert : Si vous ressentez toujours du mal de dos malgré ces précautions, considérez la possibilité de prier en position assise ou même couchée sur le côté droit, conformément à la Sunnah.

AVANT la prière

  • Appliquer de la chaleur : 15 minutes avant de commencer, appliquez une source de chaleur (coussin chauffant, bouillotte) sur votre dos pour décontracter les muscles.

Note : Si vous réalisez un achat par le biais de nos liens, une petite commission peut nous être attribuée sans frais supplémentaire pour vous. (En savoir plus sur notre processus de sélection).

Promo
Mobiclinic®, Coussin Chauffant pour le Dos et la Nuque, Très Faible Consommation, 62×43, Marque Européenne, 3 Niveaux de Chaleur, Arrêt Automatique, Lavable, les Lombaires et les Cervicales, Gris
  • ✔️TEMPERATURE REGLABLE: Le coussin chauffant dispose de trois niveaux de température, ce qui vous permet de l’adapter à vos besoins individuels. Les coussins chauffants fournissent une chaleur thérapeutique, un peu plus chaude que la chaleur corporelle nécessaire pour soulager diverses douleurs
  • ✔️SÉCURITE: Ce coussin chauffant électrique est doté d’un arrêt automatique comme dispositif de sécurité. Son arrêt automatique fonctionne après 90 minutes d’allumage. Il est conçu pour vous apporter la tranquillité d’esprit que requiert votre repos
  • ✔️RESPIRANT: En plus d’être un chauffant cervical doux, il est également respirant grâce à sa conception. Son câble est amovible et le produit est lavable, il peut donc être lavé à moins de 30º sans problème
  • ✔️ZERO DÉCHET: La puissance du coussin chauffant dorsal est de 100W, ce qui est similaire ou inférieur à la consommation d’une ampoule électrique, ou à la moitié de la consommation d’une télévision. Cet hiver, ne vous inquiétez pas du froid et de votre facture d’électricité grâce à ce coussin chauffant !
  • ✔️MOBICLINIC S.L: Est un fabricant leader de mobilier clinique et hospitalier, d’aides à la vie quotidienne et d’orthopédie. Une entreprise spécialisée qui offre la meilleure qualité et la meilleure fiabilité à ses clients depuis 1985
  • Utiliser une balle de tennis ou un foam roller : Roulez doucement sur ces outils pour détendre les muscles du dos, contre le mur ou à même le sol. Priorisez les muscles intertervertébraux (de part et d’autre de la colonne vertébrale) et les fessiers.
  • Gestion du stress : Avant de débuter, pratiquez des exercices de respiration profonde pour réduire le stress émotionnel, responsable des tensions musculaires.
  • Médicaments anti-inflammatoires : Si nécessaire, prenez des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou des décontractants musculaires, en veillant à ce que leur effet soit optimal au moment de la prière. Assurez-vous de toujours respecter les recommandations de votre médecin.
  • Choisir une surface appropriée : Un tapis de prière avec coussinage souple peut amortir les chocs, et réduire le stress sur les articulations. Ceci peut diminuer les douleurs lombaires en offrant un meilleur soutien pendant les différentes postures de prière.

Note : Si vous réalisez un achat par le biais de nos liens, une petite commission peut nous être attribuée sans frais supplémentaire pour vous. (En savoir plus sur notre processus de sélection).

Sacred Artisans Tapis de Prière Rembourrés | Vert Paradis et Épaisseur en Mousse Super Confortable de 1,3 cm
  • Rembourré en Mousse
  • Polyester Haut de Gamme
  • Antidérapant de Luxe
  • Emballage Idéal pour Offrir
  • Fabriqué en Turquie par des Artisans

PENDANT la prière

  • Recrutez les muscles stabilisateurs : Activez consciemment le muscle transverse de l’abdomen durant la position debout pour soutenir le rachis lombaire. Pour ce faire, rentrez légèrement votre nombril maintenez la position autant que possible.
  • Maintenez une position neutre du bassin : Ajustez votre bascule pelvienne (antérieure ou postérieure) pour trouver et maintenir une position neutre du bassin, favorisant ainsi une colonne vertébrale stable et alignée.
  • Pliez les genoux pendant le Ruku : Une étude réalisée par J. AbouHassan et collaborateurs a révélé que le fait de plier les genoux pendant le Ruku réduisait les forces de cisaillement antérieures et les forces de compression au niveaux des vertèbres L5-S1. Les auteurs recommandent ainsi cette posture adaptée à tous les musulmans souffrant de douleurs lombaires.
  • Ne pas précipiter votre prière : Effectuez chaque mouvement de manière consciente et contrôlée pour éviter de mettre en danger la région lombaire avec des mouvements brusques.
  • Utilisez une ceinture lombaire si nécessaire : Pour un soutien supplémentaire, envisagez de porter une ceinture lombaire pendant la prière, mais évitez d’en devenir dépendant en l’enlevant après.

Note : Si vous réalisez un achat par le biais de nos liens, une petite commission peut nous être attribuée sans frais supplémentaire pour vous. (En savoir plus sur notre processus de sélection).

FREETOO Ceinture Lombaire Ceinture de Soutien Lombaire Maintenir Bien Les Lombaires 4 Ressorts Soutien Sangle Double Réglable pour Homme et Femme
  • Support Professionnel : 6 Sangles de soutien, ciblant les régions lombaires de part et d’autre de la colonne vertébrale, soutiennent le dos sur une hauteur de 23 cm, avec un positionnement centré sur les vertèbres lombaires, fournissant un soutien professionnel complet pour la taille.
  • Pression Double Couche : La ceinture élastique double couche applique une pression uniforme sur une surface étendue, avec une grande amplitude d’ajustement de la pression, et peut fournir un support de pression élevée en fonction des besoins spécifiques.
  • Légère et Respirante : L’utilisation globale de matériaux légers et minces, le tissu latéral extra fin, combiné à la conception respirante en filet interposé à 16 trous de la partie postérieure, permettent de réduire la transpiration.
  • Confortable et Flexible : Sa conception fine à l’avant, large à l’arrière et intermédiaire sur les côtés en fait une ceinture ergonomique, et la souplesse de ses bandes latérales améliore son confort et sa flexibilité.
  • Assurance Qualité : La ceinture présente des coutures fines et des rebords délicats, un velcro de haute qualité, pour une utilisation prolongée ; ses bandes élastiques rainurées conservent une élasticité longue durée, et ses multiples lanières restent en place.

APRÈS la prière

  • Appliquer du froid : Mettez de la glace (ou une crème anti-inflammatoire si non toléré) pour calmer l’inflammation qui peut être provoquée par la prière.
  • Maintenez une bonne hygiène posturale : Appliquez les principes de bonne posture non seulement durant la prière, mais aussi dans vos activités quotidiennes.
RECOMMANDÉ :  Douleur au talon : signification émotionnelle 

En adoptant ces conseils, vous pourrez non seulement prévenir et gérer le mal de dos associé à la pratique de la Salat, mais également contribuer à une meilleure santé générale du dos sur le long terme.

Des exercices généraux pour renforcer le dos (conseils kiné)

Renforcer votre dos et améliorer votre flexibilité peut significativement réduire le risque de douleurs dorsales pendant la prière. Voici des exercices généraux souvent prescrits dans les cabinets de kinésithérapie pour contrer le mal de dos :

Avis du kiné : Idéalement, la rééducation après une lombalgie devrait être adaptée au patient. Effectivement, certains exercices ne sont pas adaptés en fonction de la condition. Il est donc crucial de cesser tout exercice si les douleurs s’accentuent.

Exercices d’échauffement à faire avant la prière

  • Bascule du bassin : Allongez-vous sur le dos, les genoux pliés et les pieds à plat sur le sol. Contractez vos abdominaux pour appuyer le bas du dos contre le sol pendant 3 secondes, puis relâchez. Cambrez ensuite le dos pendant 3 secondes. Alternez entre ces deux positions 10-15 fois.
  • Posture de l’enfant : À genoux, asseyez-vous sur vos talons et étirez vos bras devant vous sur le sol. Baissez la tête entre les bras et poussez légèrement vos hanches vers l’arrière pour étirer le dos. Maintenez 30 secondes.
  • Posture du cobra : Allongé sur le ventre, placez les paumes des mains au sol sous vos épaules. Poussez sur vos mains pour soulever le buste du sol, en étendant doucement la colonne vertébrale. Maintenez la posture 3 secondes, puis répétez 10 fois.
  • Étirement des ischio-jambiers : Allongé sur le dos, une jambe pliée et l’autre tendue vers le haut. Attrapez la jambe tendue avec vos mains et tirez-la doucement vers vous pour étirer l’arrière de la cuisse. Maintenez la position 30-60 secondes.
  • Genoux vers la poitrine en position allongée : Allongez-vous sur le dos, ramenez vos genoux vers la poitrine et entourez-les avec vos bras. Vous pouvez balancer doucement d’un côté à l’autre pour augmenter l’étirement.

Exercices généraux pour prendre soin de son dos

  • Pont : Allongé sur le dos, les pieds à plat sur le sol et les genoux pliés. Soulevez le bassin en contractant les fessiers et les muscles du bas du dos jusqu’à former une ligne droite des épaules aux genoux. Redescendez doucement. Répétez 20 fois.
  • « Good Morning » : Debout, les pieds écartés à la largeur des épaules, placez vos mains derrière la tête. Fléchissez légèrement les genoux, puis inclinez le tronc vers l’avant à partir des hanches, en gardant le dos droit. Revenez ensuite à la position initiale et répétez 20 fois.
  • Gainage : Commencez en position de gainage sur les genoux, le corps droit de la tête aux genoux. Pour plus de difficulté, étendez les jambes pour vous soutenir sur les orteils, en maintenant le corps droit comme une planche. Tenir autant que possible.
  • Mobilisation du nerf sciatique : Allongez-vous sur le dos, les 2 jambes tendues. Attrapez une jambe et ramenez-la vers le plafond. Avec votre cheville, pointez les orteils vers vous (flexion dorsale) puis loin de vous (flexion plantaire). Alternez 20 fois. Cet exercice est particulièrement utile en présence de sciatique.

Quand consulter ?

Bien que le mal de dos puisse généralement être traité avec des mesures simples, certaines situations requièrent une attention médicale particulière. Reconnaître les « Red Flags » ou signaux d’alarme liés aux atteintes lombaires est crucial pour éviter des complications sérieuses.

Si vous rencontrez l’un de ces signaux d’alarme, il est impératif de consulter un professionnel de santé :

  • Douleur qui irradie : Une douleur se propageant dans les jambes, en particulier si elle descend en dessous du genou, peut indiquer une compression nerveuse, comme dans le cas d’une sciatique.
  • Symptômes neurologiques : Faiblesse, engourdissement ou picotements dans les jambes.
  • Perte de contrôle des sphincters : Difficultés à contrôler la vessie ou les intestins.
  • Fièvre : Une température corporelle élevée accompagnée de douleurs dorsales peut indiquer une infection.
  • Perte de poids : Si vous avez perdu du poids sans raisons apparentes, il est important de consulter.

Il est également pertinent de consulter si la douleur ne diminue pas avec le temps, ou si les mesures de base (telles que les exercices, le repos, ou les anti-inflammatoires) n’apportent pas d’amélioration notable.

Bon à savoir : Un professionnel de santé procédera à une évaluation complète de votre situation pour identifier la cause sous-jacente de la douleur. Il pourra ensuite vous orienter vers un spécialiste, prescrire des imageries médicales, ou mettre en place un traitement pouvant inclure des médicaments, de la kinésithérapie, des infiltrations, ou une chirurgie dans les cas extrêmes.

Si vous cherchez un médecin ou professionnel de santé dans votre région, consultez notre répertoire.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 3

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut