Maladie coronarienne : Guide complet 

Article rédigé par le 8 mars 2024

La maladie coronarienne est une maladie cardiovasculaire par rétrécissement des artères qui alimentent le cœur, entraînant une angine de poitrine ou une crise cardiaque. C’est une maladie grave car le taux de survie après une crise cardiaque est faible, de l’ordre de 10 %. En revanche, elle peut être stabilisée sous un traitement bien conduit.

Dans cet article rédigé par un médecin, vous trouverez tout ce qu’il y a à savoir sur cette maladie : ses symptômes, ses causes, ses moyens de diagnostic et sa prise en charge

Les 4  points importants à retenir

  1. La maladie coronarienne est une lésion due à un dépôt de plaque de graisse de cholestérol dans la paroi des artères coronaires.
  2. Elle se manifeste principalement par une douleur thoracique, mais peut se présenter sous d’autres formes.
  3. Elle est due à l’association de facteurs de risques modifiables (liés au mode de vie) et non modifiables (génétique).
  4. La prise en charge consiste à un changement de mode de vie, à prendre des médicaments, ou à subir une angioplastie ou une intervention chirurgicale.

Anatomie du cœur et des artères coronaires

Le cœur est un organe vital situé dans la cavité thoracique et qui pompe le sang à travers tout le corps. Il est divisé en quatre cavités : deux atriums supérieurs et deux ventricules inférieurs. La vascularisation du cœur est assurée par les artères coronaires.

Structure des artères coronaires

Les artères coronaires sont des vaisseaux de petit calibre, de l’ordre de 4 – 5 mm, qui fournissent au cœur l’oxygène et les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement. 

Elles naissent à la base de l’aorte : l’artère principale partant du cœur pour former un réseau de branches et transporter le sang oxygéné à l’ensemble des organes du corps. 

Les artères coronaires se divisent en 2 parties: un réseau coronaire droit et un réseau coronaire gauche

Particularités des artères coronaires 

Les réseaux coronaires droit et gauche cheminent dans les sillons sur la surface du cœur, formant autour de lui une couronne, d’où leur nom : artères coronaires. 

La vascularisation cardiaque est de type terminal, ce qui veut dire que, contrairement aux autres artères du corps, aucune communication ne relie les différentes branches artérielles entre-elles. De ce fait, quand une branche artérielle est bouchée, aucune autre n’assure la suppléance.

Qu’est-ce qu’on entend par maladie coronarienne ?

La maladie coronarienne est une lésion ou maladie qui touche les principaux vaisseaux du cœur. Elle est également appelée coronaropathie, ou encore insuffisance coronarienne.

La maladie coronarienne se caractérise par le rétrécissement progressif ou brutal d’une ou plusieurs artères coronaires due habituellement à un dépôt de cholestérol et de calcium (plaque d’athérome). Ces plaques se forment sur les parois internes des artères au cours d‘un processus appelé athérosclérose

Ce rétrécissement réduit petit à petit le flux de sang vers le cœur. Quand le débit sanguin diminue, le cœur et les muscles cardiaques ne reçoivent plus suffisamment d’oxygène, ce qui fait que les tissus souffrent.

Le manque d’apport en oxygène aboutit soit à:

  • une simple souffrance des cellules musculaires : angine de poitrine ;
  • une mort cellulaire : infarctus du myocarde, communément appelée crise cardiaque.

Comment se manifeste une maladie coronarienne ?

La maladie coronarienne peut rester très longtemps asymptomatique. Les symptômes peuvent mettre plusieurs années à se manifester. 

Le principal symptôme : la douleur thoracique 

En fonction de l’emplacement et de l’importance du rétrécissement artériel, la maladie coronarienne peut finir par se manifester sous la forme d’une angine de poitrine ou d’une crise cardiaque. Il s’agit d’une douleur thoracique qui dure plusieurs minutes, voire plus longtemps pour la crise cardiaque. 

RECOMMANDÉ :  Insuffisance cardiaque : Quelle espérance de vie ?

La douleur survient le plus souvent lors de l’effort ou en cas de stress excessif et disparaît au repos. Elle peut irradier vers la mâchoire et le bras gauche ou parfois vers le dos ou au niveau de l’estomac.

Avis du spécialiste : La douleur au cours d’une maladie coronarienne peut mimer un mal d’estomac. Si vous avez des douleurs d’estomac à répétition ou des douleurs très intenses, le mieux c’est de consulter un médecin généraliste pour ne pas passer à côté d’un signe avant-coureur de crise cardiaque.

Les autres signes d’une maladie coronarienne

Mise à part la douleur thoracique, la maladie coronarienne peut se manifester par d’autres symptômes comme :

  • Essoufflement : après une activité ordinaire, ou le plus souvent, pendant l’effort ;
  • Fatigue inhabituelle : rendant toute activité très pénible ;
  • Palpitations : battements cardiaques perceptibles et rapides 
  • Trouble du sommeil : dû à la gêne dans la poitrine ou à la douleur ;
  • Transpiration ;
  • Indigestion, nausées ;
  • Étourdissement ou perte de connaissance.

Quand consulter ?

Devant toute douleur thoracique, perte de connaissance inexpliquée, palpitations ou douleurs intenses au niveau de l’estomac, il est préférable de consulter votre médecin traitant. En fonction de ce qu’il suspecte, il va vous orienter vers le spécialiste adéquat.

Si vous souhaitez trouver un médecin dans votre région, consultez notre répertoire

Par ailleurs, si vous croyez être victime d’une crise cardiaque, contactez directement le SAMU (Service d’Aide Médicale Urgente) ou présentez-vous au service des urgences le plus proche

Quels sont les facteurs de risque d’une maladie coronarienne ?

Des facteurs génétiques (non modifiables) et des facteurs liés au mode de vie (modifiables) se combinent et contribuent à la maladie coronarienne. C’est pourquoi au lieu de parler de « causes » proprement dites, on parle de « facteurs de risques ».

Les facteurs de risque non modifiables

Les facteurs génétiques qui interviennent dans la maladie coronarienne sont :

  • Âge : le risque d’être atteint d’une maladie cardio-vasculaire augmente en vieillissant ;
  • Hérédité : le risque est plus élevé si vous avez une famille du premier degré (parmi vos parents ou vos frères et sœurs) atteinte d’une maladie cardio-vasculaire avant l’âge de 55 ans.
  • Genre : les hommes ayant plus de 55 ans ont un risque cardio-vasculaire plus élevé.

Bon à savoir : chez les femmes, le risque de maladie cardio-vasculaire augmente après la ménopause et devient tout aussi élevé que celui des hommes. 

Les facteurs de risque que vous pouvez modifier 

Ce sont :

  • Tabagisme,
  • Diabète,
  • Hypertension artérielle (tension artérielle élevée),
  • Hypercholestérolémie (taux élevé de cholestérol dans le sang),
  • Sédentarité (manque d’exercice),
  • Obésité ou surpoids,
  • Stress et dépression.

Quels examens permettent de faire le diagnostic d’une maladie coronarienne ?

De nombreux examens permettent de diagnostiquer et d’explorer une maladie coronarienne. Les examens couramment utilisés comprennent :

  • Électrocardiogramme ou ECG : pour déceler les lésions du tissu cardiaque, les problèmes de rythme ou les signes d’une crise cardiaque ;
  • Épreuve d’effort : pour évaluer la fonction du cœur lorsqu’il doit fournir un effort plus important que d’habitude ;
  • Échographie cardiaque : pour déterminer le volume de sang pompé par le cœur, au repos et à l’effort ;
  • Coronarographie ou scanner coronaire : pour visualiser le blocage dans les artères coronaires en injectant un produit de contraste iodé avant la radiographie ou le scanner ;
  • Cathétérisme cardiaque : qui consiste à introduire un cathéter dans une artère ou veine périphérique en direction du cœur pour repérer les artères rétrécies ou obstruées. Il se fait sous anesthésie locale ou générale. 

Comment prendre en charge une maladie coronarienne ?

Le traitement de la maladie coronarienne est coordonné par votre médecin traitant et un cardiologue. Il a pour but de soulager les symptômes, de prolonger la vie et d’éviter l’aggravation et la récidive de la maladie.  

Point important : le traitement doit être suivi à vie et sans interruption.

Changement de mode de vie 

Le changement de style de vie et la prise en charge des facteurs de risque modifiables constituent l’une des principales stratégies thérapeutiques de la maladie coronarienne.

  • Arrêt du tabac ;
  • Perte de poids (si vous êtes en surpoids) : réduit la charge qui pèse sur le cœur et diminue les risques de complications liées à l’obésité ;
  • Activité physique régulière : faire du sport 30 minutes à 1 heure par jour, 5 jours par semaine. Selon une étude menée par Dominique Monnin et Balz Winteler en 2017, l’entraînement physique diminue le risque de mortalité cardiovasculaire et améliore également la qualité de vie des patients coronariens. 
  • Régime à faible teneur en graisses et en sel : réduire les produits laitiers, l’huile et les viandes rouges.
RECOMMANDÉ :  Maladie coronarienne : espérance de vie 

Traitement médicamenteux

De nombreuses classes de médicaments peuvent être utilisées pour traiter les symptômes et éviter les complications d’une maladie coronarienne. Votre médecin peut vous prescrire en combinaison selon le cas :

  • Une statine : réduit la production de mauvais cholestérol au niveau du foie ;
  • Un anti-agrégant : fluidifie le sang et prévient la formation de caillots sanguins ;
  • Un anti-angineux : aide à réduire les douleurs ou les pressions thoraciques causées par des blocages dans les artères coronaires ;
  • Un inhibiteur calcique et/ou un inhibiteur de l’enzyme de conversion : détend les vaisseaux et diminue la tension artérielle ;
  • Un bêta-bloquant : ralentit le rythme cardiaque et fait baisser la tension artérielle diminuant ainsi la charge de travail du cœur ;
  • Un traitement anti-diabétique (si vous êtes diabétique) : pour équilibrer votre diabète et prévenir ainsi les retentissements cardiaques et vasculaires. 

Bon à savoir : les médicaments contre les maladies cardiovasculaires ne doivent jamais être prise sans prescription médicale ou avis d’un professionnel de santé.

Procédures médicales

En fonction de l’évolution de la maladie coronarienne, votre médecin peut vous proposer différentes interventions comme :

  • pose de stent coronaire (placer un tube dans les artères coronaires pour les garder ouvertes) ;
  • angioplastie coronaire (déblocage d’une ou plusieurs artères coronaires en gonflant un ballon à l’intérieur). Cette procédure peut être suivie de l’insertion d’un stent pour maintenir l’ouverture de l’artère.

Intervention chirurgicale

La principale intervention chirurgicale au cours d’une maladie coronarienne consiste à réaliser un pontage aorto-coronarien. C’est une chirurgie qui restaure l’afflux de sang vers le cœur à l’aide d’une veine ou d’une artère saine pour contourner l’artère bouchée. 

La veine ou l’artère en question sera placée entre l’aorte et la fin du blocage artérielle transportant ainsi directement le sang vers les artères du cœur toujours fonctionnelles sans avoir à déboucher l’artère malade. 

En quoi consiste la surveillance  ?

Si vous êtes diagnostiqué et traité pour une maladie coronarienne, votre médecin traitant instaurera une surveillance continue. La surveillance consiste à vérifier la prise effective des médicaments qui vous ont été prescrits, leur efficacité et l’existence éventuelle d’effets indésirables.

Cette surveillance régulière permettra également de contrôler l’évolution de votre maladie, comme la survenue de complications ou l’atteinte d’autres artères irriguant d’autres organes du corps.

Les complications à redouter devant une maladie coronarienne sont :

  • l’évolution vers une insuffisance cardiaque par affaiblissement des muscles cardiaques due au manque d’oxygène. Dans ce cas, le cœur n’arrive plus à se contracter suffisamment pour assurer un apport sanguin optimal vers l’ensemble du corps.
  • la survenue des arythmies ou troubles du rythme cardiaque, qui peuvent être mortels dans certains cas. 

Point important : le type d’examen à réaliser au cours de la surveillance et la fréquence dépendent de l’atteinte constatée aux examens initiaux. 

Références 

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes(en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut