Maladie de Dupuytren et polyarthrite rhumatoide : facteur protecteur ?

Article rédigé par le 22 août 2022

La maladie de Dupuytren et la polyarthrite rhumatoïde sont deux affections qui ont été mises en relation dans des études récentes. Certains chercheurs pensent qu’il pourrait y avoir un facteur de protection associé à ces affections.

Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour l’avenir du traitement de la maladie de Dupuytren et de la polyarthrite rhumatoïde ?

Dans cet article, nous aborderons le lien possible entre la maladie de Dupuytren et la polyarthrite rhumatoïde, ainsi que les connaissances actuelles sur ces maladies.

Zoom sur la maladie de Dupuytren

La maladie de Dupuytren est une maladie fibroproliférative qui se caractérise par une déformation de la main due à la fibrose. Les patients peuvent avoir des difficultés à étendre la main ou, dans les cas avancés, ne pas être en mesure de la poser à plat sur une table.

La maladie de Dupuytren est une affection qui provoque l’enroulement des doigts dans la paume. Elle est due à une prolifération des tissus dans la paume et touche généralement l’annulaire et l’auriculaire.

Bien que les contractures digitales aient été documentées pour la première fois il y a plus de 400 ans, leur cause n’a été reconnue que dans les années 1830, après l’étude du chirurgien français Baron Guillaume Dupuytren.

La maladie de Dupuytren est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes, et elle est plus susceptible de se manifester chez les personnes âgées de plus de 40 ans.

No post found!

Comment survient la maladie de Dupuytren ?

La maladie de Dupuytren est une déformation en flexion de la main causée par une fibroprolifération progressive. En quelques semaines ou mois, des nodules et des cordons palpables se développent dans le fascia, la couche de tissu fibreux située sous la peau de la paume et des doigts. Ces nodules et cordons provoquent des contractures en flexion, dans lesquelles l’articulation du doigt ne peut être redressée ni activement ni passivement.

Dans la plupart des cas, la maladie de Dupuytren ne touche qu’une seule main, mais il est possible qu’elle se développe dans les deux mains. La cause de la maladie de Dupuytren n’est pas encore connue, mais plusieurs facteurs ont été associés à cette affection, notamment l’âge, le sexe, les antécédents familiaux et l’origine ethnique.

L’âge est un facteur de risque majeur de la maladie de Dupuytren, celle-ci étant plus fréquente chez les hommes de plus de 40 ans. On pense également que les antécédents familiaux jouent un rôle dans le développement de la maladie de Dupuytren, car elle est plus susceptible de se manifester chez les personnes dont un membre de la famille en est atteint.

RECOMMANDÉ :  Rupture ligamentaire du poignet : C’est quoi (quelle prise en charge ?)

Enfin, l’origine ethnique peut également être un facteur, la maladie de Dupuytren étant plus fréquente chez les Caucasiens que dans les autres groupes ethniques.

Bien que la cause exacte de la maladie de Dupuytren ne soit pas encore connue, la compréhension des facteurs de risque associés à cette affection constitue une étape importante dans la prévention de son développement.

Comment reconnaître la maladie de Dupuytren ?

Il existe plusieurs façons de reconnaître la maladie de Dupuytren. Le signe le plus évident est l’épaississement de l’aponévrose palmaire, qui peut être vu et ressenti comme une bosse sous la peau. Cette bosse est généralement ferme et caoutchouteuse, et peut être sensible à la pression.

Un autre signe courant est le développement de « cordons », des bandes de tissu épaissies qui s’étendent de la bosse à la base du doigt. Ces cordons peuvent faire plier le doigt vers la paume, ce qui rend difficile son redressement complet.

Si vous pensez que vous ou quelqu’un de votre entourage est atteint de la maladie de Dupuytren, il est important de consulter un médecin pour un examen. Un diagnostic et un traitement précoces peuvent aider à prévenir la progression de la maladie et à préserver la fonction de la main.

Polyarthrite rhumatoide, court rappel

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire chronique qui affecte les articulations. Elle se traduit généralement par un gonflement, une raideur et une douleur des articulations. La PR peut également affecter d’autres tissus de l’organisme, notamment la peau, les yeux et les poumons.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune, ce qui signifie qu’elle est causée par le système immunitaire de l’organisme en attaquant les tissus sains. La cause exacte de la PR est inconnue, mais on pense qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux.

La PR est une maladie progressive, ce qui signifie qu’elle s’aggrave avec le temps. Si elle n’est pas traitée, la polyarthrite rhumatoïde peut entraîner des lésions articulaires et un handicap.

Il n’existe pas de traitement curatif de la PR, mais un diagnostic et un traitement précoces peuvent contribuer à ralentir l’évolution de la maladie et améliorer la qualité de vie des personnes concernées.

Les symptômes les plus courants de la polyarthrite rhumatoïde sont :

  • Douleurs et raideurs articulaires ;
  • Gonflement et rougeur des articulations ;
  • Déformation des articulations ;
  • Fatigue ;
  • Fièvre ;
  • Perte de poids.

Si vous pensez que vous ou quelqu’un de votre entourage est atteint de la polyarthrite rhumatoïde, il est important de consulter un médecin pour un examen. Un diagnostic et un traitement précoces peuvent aider à prévenir la progression de la maladie et à préserver la fonction articulaire.

RECOMMANDÉ :  Tendinite de Quervain : Choisir la meilleure attelle (conseils)

Quel lien entre maladie de Dupuytren et polyarthrite rhumatoide ?

Certaines études ont montré une incidence moindre de la maladie de Dupuytren chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Un grand nombre de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ont été examinés et il s’est avéré que l’incidence de la maladie de Dupuytren était significativement inférieure à l’incidence observée par les mêmes cliniciens chez des patients témoins appariés par âge et par sexe.

Ces résultats suggèrent qu’il pourrait y avoir un facteur de protection génétique contre le développement de la maladie de Dupuytren chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Le traitement de ces conditions n’est pas forcément le même, mais il implique dans les deux cas des modalités médicales (médication, kiné, etc.), traitements alternatifs et modifications des habitudes de vie, etc. Des traitements invasifs (comme les infiltrations ou la chirurgie) sont utilisés dans certains cas extrêmes.

Ressources

Maladie de Dupuytren et cancer : Quel lien ?

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4 / 5. Nombre de votes 6

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut