Maladie de Kienbock et invalidité (handicap) : Tout savoir

Article rédigé par le 10 octobre 2022

La maladie de Kienbock est une affection progressive qui touche l’os lunaire du poignet. Elle peut provoquer des douleurs et un handicap au niveau de la main et du poignet. Elle fait partie des maladies professionnelles reconnues selon le tableau 69 de l’INRS en France.

Dans cet article révisé par un professionnel de santé, nous aborderons la maladie, plus particulièrement ce qui touche l’invalidité et la reconnaissance de handicap.

Maladie de Kienbock, court rappel

La maladie de Kienböck, également connue sous le nom de nécrose avasculaire de l’os semi-lunaire, est une maladie dans laquelle l’os semi-lunaire, l’un des huit petits os du poignet, perd son apport sanguin, ce qui entraîne une nécrose (mort) de l’os.

Le lunatum est un os situé au centre du poignet et est important pour le bon mouvement et le soutien de l’articulation. Il remplit sa fonction en contact étroit avec les deux os de l’avant-bras (radius et cubitus) afin de soutenir le mouvement du poignet.

Les lésions du lunatum objectivés à l’imagerie médicale peuvent provoquer des douleurs, des raideurs et parfois de l’arthrose dans le poignet si la maladie est présente depuis longtemps.

La maladie de Kienböck est plus fréquente chez les hommes âgés de 20 à 40 ans et touche rarement les deux poignets.

Pour tout savoir sur cette pathologie, consultez l’article suivant.

Quelles sont les causes de la maladie de Kienbock ?

La cause la plus fréquente de la maladie de Kienbock est une blessure au poignet qui endommage les vaisseaux sanguins alimentant l’os lunaire. Cette blessure peut résulter d’une chute sur une main tendue, d’un coup direct sur le poignet ou d’une sollicitation répétée du poignet.

Elle peut également être causée par d’autres facteurs tels que :

  • Variations du squelette : L’ulna peut être plus court que le radius, ce qui peut entraîner certains problèmes. Ou la forme de l’os lunaire peut être irrégulière.
  • Autres conditions médicales : La maladie de Kienböck peut être trouvée plus fréquemment chez les personnes qui ont des conditions médicales affectant la circulation sanguine et est également associée à d’autres maladies telles que le lupus, la drépanocytose et la paralysie cérébrale.

Quels sont les symptômes ressentis ?

Les symptômes les plus fréquents de la maladie de Kienböck sont :

  • Poignet douloureux et gonflé à la palpation ;
  • Mouvement limité du poignet avec une tendance progressive à la raideur accompagnée de douleurs ou de difficultés à tourner la main vers le haut ;
  • Diminution de la force de préhension dans la main ;
  • Texture molle et douloureuse à la palpation de la zone située au-dessus de l’os (du haut de la main jusqu’au milieu du poignet).

Maladie de Kienbock : Invalidité (handicap)

L’impact de la maladie de Kienböck sur les activités et les mouvements quotidiens peut être important, affectant la capacité d’une personne fonctionner normalement.

En raison de la douleur et de la raideur associées, ainsi que de la diminution de la force de préhension, l’invalidité et l’handicap peuvent survenir, en particulier dans les cas avancés ou non traités.

RECOMMANDÉ :  Canal carpien ou tendinite : comment différencier ?

Plusieurs tâches quotidiennes peuvent devenir difficiles, voire impossible, en raison de la pathologie. On pense notamment à :

  • l’écriture ou l’utilisation d’un clavier et téléphone
  • les tâches ménagères (passer l’aspirateur, faire la vaisselle)
  • ouvrir des bouteilles et bocaux
  • les activités reliées à l’hygiène comme se brosser les cheveux, se laver le visage, etc.
  • la cuisine (couper des légumes, remuer des casseroles)
  • etc.

Maladie de Kienbock et travail

En plus des limitations dans les activités quotidiennes et de loisir, la maladie de Kienböck peut également avoir un impact sur le travail. En raison de la douleur, de la raideur et de la diminution de la force de préhension associées à cette condition, les personnes atteintes peuvent trouver difficile d’accomplir certaines tâches professionnelles qui nécessitent une utilisation intensive des mains et des poignets.

Par exemple, des métiers qui impliquent des mouvements répétitifs ou une manipulation d’objets lourds peuvent devenir particulièrement difficiles, voire impossibles, pour ceux souffrant de la maladie de Kienböck.

Cela peut entraîner des difficultés sur le lieu de travail, une perte de productivité et, dans certains cas, la nécessité de modifier les tâches assignées ou même de changer de profession pour s’adapter aux limitations physiques.

La maladie de Kienbock est-elle une maladie professionnelle ?

Comme la maladie de Kienböck fait partie du tableau n° 69 des maladies professionnelleselle peut être reconnue comme telle. Ceci s’applique surtout chez les travailleurs exposés à des machines vibratoires, ou encore des outils tenus en mains (marteau-piqueur, clé à choc, polisseuse, etc.).

Il est à noter que le délai de prise en charge est de un an pour faire reconnaître la maladie de Kienböck. Ceci veut dire qu’il faut consulter et déclarer les premiers signes et symptômes dans la première année suivant l’arrêt d’exposition au risque.

Par ailleurs, il existe une liste limitative de métiers susceptibles de provoquer la maladie de Kienböck et d’être reconnus comme maladie professionnelle selon le tableau 69. Ces travaux exposent habituellement aux vibrations transmises par diverses machines et outils, notamment :

  • Les machines-outils tenues à la main, telles que les marteaux piqueurs, les burineurs, les bouchardeuses, les fouloirs, les marteaux perforateurs, les perceuses à percussion, les clés à choc, les polisseuses, les meuleuses, les scies à chaîne, les tronçonneuses et les débroussailleuses ;
  • Les outils tenus à la main associés à certaines machines précitées, notamment dans des travaux de burinage ;
  • Les objets tenus à la main en cours de façonnage, notamment dans les travaux de meulage et de polissage et les travaux sur machine à rétreindre.

N’hésitez pas à consulter votre médecin pour discuter de vos droits et bénéfices suite à une maladie de Kienböck survenue dans un contexte professionnel.

Comment traiter la maladie de Kienbock ?

Les options de traitement dépendent de la gravité et du stade de la maladie.

Traitements conservateurs, ou non chirurgicaux

Les traitements non chirurgicaux de la maladie de Kienbock sont les suivants :

  • Le repos : C’est le traitement le plus important de la maladie de Kienbock. Vous devez éviter les activités qui exercent un stress sur le poignet, comme les sports, les poids et haltères et les activités de loisirs.
  • Attelle ou plâtre : Une attelle ou un plâtre peut aider à soutenir le poignet et à le protéger de toute nouvelle blessure.
  • Kinésithérapie (Physiothérapie) : La kinésithérapie (physiothérapie) peut aider à améliorer l’amplitude des mouvements et à réduire la douleur.
  • Injections de stéroïdes : Elles peuvent aider à réduire l’inflammation et la douleur.
RECOMMANDÉ :  Fracture du quatrième métacarpien : définition et prise en charge

La chirurgie comme dernier recours

Les traitements chirurgicaux du Kienbock les maladies comprennent :

  • La chirurgie de décompression : Cette opération est effectuée pour soulager la pression sur l’os lunaire et améliorer la circulation sanguine. Une petite incision est pratiquée dans le poignet et le tissu sus-jacent est retiré pour décompresser l’os lunaire.
  • Ostéotomie : il s’agit d’une intervention qui consiste à couper et à restructurer les os du poignet pour les réaligner.
  • Arthrodèse : Il s’agit d’une procédure qui consiste à fusionner les os du poignet.
  • Arthroplastie lunaire : Il s’agit d’une intervention qui consiste à remplacer l’os lunaire endommagé par un implant en métal ou en plastique.
  • Fusion du poignet : Il s’agit d’une procédure qui consiste à fusionner les os du poignet.

En conclusion

En conclusion, la maladie de Kienbock peut être une affection débilitante qui peut provoquer des douleurs importantes et une perte de fonction au niveau du poignet.

Cependant, grâce à un diagnostic précoce et à un traitement approprié, de nombreuses personnes atteintes de la maladie de Kienbock sont en mesure de retrouver l’usage complet de leur poignet.

Si vous êtes jugez que votre maladie de Kienbock est causée par votre travail, il est possible de la faire reconnaître comme maladie professionnelle sous certaines conditions. Pour toute question reliée à votre condition, veuillez en parler à un professionnel de santé.

Vous cherchez un professionnel de santé pour vous soigner ?

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Témoignages

Bonjour, obligée de reprendre le travail après un an de maladie ordinaire pour la maladie de Kienböck, une opération avec greffon et plaque a été nécessaire. Je ne peux pas porter de poids et pourtant j’ai un travail manuel. Je vais reprendre avec une seule main, la gauche, alors que je suis droitière. Une ministre en a parlé il y a 5 ans à l’Assemblée pour la reconnaître, toujours rien. Je demande que cette maladie soit reconnue ! Ma main dominante est foutue, et pourquoi pas l’autre ? Si c’est génétique, pourquoi pas les deux ?

Voir la suite de la conversation sur Santé des Femmes

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut