Maladie de Sudeck : symptômes et traitement (guide complet)

Article rédigé par le 22 février 2024

La maladie de Sudeck connue sous le nom de syndrome douloureux régional complexe (SDRC) est une affection qui provoque des douleurs intenses, et qui inquiète énormément ceux qui en sont atteints.

Les médecins pensent que le fonctionnement anormal des nerfs provoque une réaction excessive aux signaux de douleur que le système nerveux ne peut contrôler.

Que faire lorsqu’on souffre de cette condition incapacitante ? Grand plan sur la maladie de Sudeck dans cet article.

Zoom sur le SDRC ou syndrome douloureux régional complexe

Définition

La maladie du Sudeck est un syndrome douloureux régional chronique. Elle est responsable de douleur, gonflement, troubles vasomoteurs et limitation de la mobilité articulaires.

La maladie affecte généralement vos extrémités (le bras, la main, la jambe et le pied), mais peut aussi affecter n’importe quelle articulation du corps.

La plupart des cas de SDRC commencent après une blessure aux tissus mous (comme une entorse), une fracture ou une intervention chirurgicale. La douleur peut être intense et bien supérieure à ce à quoi on pourrait s’attendre lors de la récupération d’une blessure, d’une fracture ou d’une intervention chirurgicale.

La maladie n’est pas largement connue par de nombreux médecins et n’est pas bien comprise ; c’est pour cette raison que la maladie de Sudeck est souvent mal diagnostiquée. D’ailleurs, de nombreux patients reçoivent les mauvais traitements, ou pire encore, aucun traitement du tout !

Les causes de la maladie de Sudeck

Jusqu’à aujourd’hui, le mécanisme de développement de la maladie de Sudeck demeure mal compris. Tout ce que nous savons c’est qu’elle survient en particulier après un traumatisme, une intervention chirurgicale ou une attaque cérébrale.

Les scientifiques pensent toutefois que l’apparition du syndrome pourrait être due à une combinaison de facteurs qui produisent des symptômes similaires.

Les théories qui pourraient expliquer les causes de la maladie de Sudeck sont les suivantes :

Hypersensibilité du système nerveux sympathique

Le système nerveux sympathique est une partie du système nerveux autonome qui aide à réguler les fonctions corporelles involontaires, comme la pression artérielle et la fréquence cardiaque.

Dans la maladie de Sudeck, il semble que le système nerveux sympathique réagisse de manière excessive à une blessure ou à un traumatisme, provoquant une inflammation et une douleur intense.

Déséquilibre des niveaux de certaines substances chimiques dans le système nerveux central

Certains chercheurs suggèrent que les personnes atteintes de la maladie de Sudeck peuvent avoir des déséquilibres dans certains neurotransmetteurs, comme la substance P, qui est impliquée dans la transmission de la douleur.

Facteurs génétiques

Il est possible que certaines personnes soient génétiquement prédisposées à développer la maladie de Sudeck.

Inflammation et modification de la réponse immunitaire

La maladie de Sudeck peut également être associée à une réponse inflammatoire excessive et à des modifications du système immunitaire.

Quels sont les symptômes de la maladie de Sudeck ?

Tout d’abord, il est important de noter que la gravité de la maladie de Sudeck n’est généralement pas corrélée à la gravité de la blessure ou de l’événement initial.

Les signes et symptômes du SDRC comprennent :

  • une douleur continue qui s’aggrave avec le temps ;
  • une douleur disproportionnée par rapport à la gravité de la blessure ;
  • une sensibilité extrême à la douleur : un contact très léger sur la peau produit une douleur intense ;
  • une douleur qui s’étend : une douleur qui provient d’une blessure à un doigt se propage à l’ensemble du bras ;
  • une douleur brûlante ou une sensation de compression du membre affecté ;
  • un gonflement de la main qui peut aller et venir ou rester constant ;
  • une transpiration abondante ;
  • une diminution de l’amplitude des mouvements ou même une perte de fonction ;
  • des tremblements ;
  • une raideur articulaire du membre ;
  • une difficulté à exercer une pression sur le membre ou l’articulation touchée ;
  • des changements de la température de la peau : la peau au niveau de la zone affectée est plus chaude ou plus froide que les autres parties du corps ;
  • des changements dans la couleur de la peau, apparaissant comme tachetée, pâle, violette ou rouge ;
  • des modifications de la texture de la peau, devenant brillante et mince ou excessivement moite ;
  • des changements dans la croissance des ongles.
RECOMMANDÉ :  Douleur au poignet : causes possibles (et que faire ?)

Comment diagnostique-t-on le syndrome douloureux régional complexe ?

Le diagnostic de la maladie de Sudeck est complexe. Comme il n’existe pas de test spécifique pour confirmer le SDRC, le diagnostic repose sur l’exclusion d’autres affections qui pourraient expliquer les symptômes.

Le médecin recherchera des symptômes, tels que :

  • Un changement dans l’apparence, la taille, la couleur, la température et la texture de la peau dans la zone touchée ou des ongles.
  • Une douleur anormale ou plus élevée que prévu à la suite d’une blessure (hyperesthésie ou allodynie).
  • Des symptômes de douleur et de sensibilité qui ne sont pas limités à un seul territoire nerveux périphérique, et qui sont disproportionnés par rapport à l’événement incitant.
  • Toute autre maladie ou condition qui pourrait causer la douleur, les changements de la peau et les autres symptômes associés à la SDRC.

Lors du diagnostic, le médecin se focalise sur 3 éléments : l’examen de la main décrite, la radiographie et la scintigraphie.

La radiographie peut montrer des changements dans la densité osseuse dans certains cas.

La scintigraphie osseuse peut également être utile, comme elle confirme précocement le diagnostic. L’examen consiste à injecter un produit radioactif (contenant du technétium), dans la veine du bras.

En présence de syndromes de Sudeck, on constate la fixation du produit sur les os de la main. Ceci montre des changements dans la circulation sanguine et l’absorption osseuse.

Diagnostic différentiel

Pour clarifier le diagnostic de maladie de Sudeck, il est essentiel d’exclure d’autres conditions pouvant présenter des symptômes similaires, notamment :

  • Autres syndromes de douleur (comme les syndromes de douleur neuropathique).
  • Maladies articulaires.
  • Affections de la peau.
  • Maladies vasculaires.

C’est lorsqu’on aura exclu les autres pathologies qu’on pourra émettre un diagnostic fiable.

Comment traiter la maladie de Sudeck ?

Le traitement du syndrome repose généralement sur les médicaments et la rééducation.

L’objectif est de :

  • diminuer la douleur et les autres symptômes ;
  • restaurer la fonction du membre affecté ;
  • améliorer la qualité de vie du patient.

Les médicaments

Différents types de médicaments peuvent être utilisés pour traiter la maladie de Sudeck.

Pour calmer la douleur, le médecin prescrit des antalgiques du type panadol ou dafalgan, et des médicaments contre les douleurs neuropathiques, dont la gabapentine. Il utilise aussi des anti-inflammatoires pour réduire l’état inflammatoire.

Pour les médicaments dits « ciblés », on peut citer :

  • les corticoïdes, notamment la cortisone ;
  • les bisphosphonates en injection ;
  • les antidépresseurs ;
  • la calcitonine : son utilisation est controversée et ne doit pas dépasser 4 semaines d’après les professionnels de santé.

La kinésithérapie et l’ergothérapie

Le kinésithérapeute peut aider à améliorer le flux sanguin vers le membre affecté. Par le biais de divers exercices, il travaille aussi la flexibilité, la force et le tonus musculaire de main pour que celle-ci puisse facilement recouvrir toutes ses fonctions.

RECOMMANDÉ :  Tendinite de Quervain : exercices et traitement kiné

En association avec la kinésithérapie, l’ergothérapie contribue à soulager la douleur et à réduire le gonflement de la main. En même temps, elle aide aussi à la remobilisation articulaire.

Bain de contraste chaud et froid, pressothérapie, bain de paraffine, massage, orthèses de repos et orthèse dynamiques… nombreuses sont les techniques pouvant être employées par l’ergothérapeute.

Thérapie par le miroir

La thérapie miroir possède aussi une certaine efficacité dans le traitement de la maladie de Sudeck.

Cette technique utilise un miroir pour inciter le cerveau à percevoir sans douleur les mouvements du membre affecté.

Regarder le reflet du mouvement du membre non affecté dans un miroir trompe le cerveau en lui faisant croire que le patient possède deux membres normaux.

Elle a été initialement développée pour traiter les douleurs du membre fantôme chez les amputés, mais depuis, elle a été utilisée pour traiter d’autres affections, y compris la maladie de Sudeck.

Le principe est simple : La patient place le membre sain et le membre affecté de chaque côté d’un miroir en position verticale, de manière à ce que le membre affecté soit caché derrière le miroir et que le miroir reflète le membre sain.

Quand le patient regarde dans le miroir et bouge le membre sain, il a l’illusion visuelle que le membre affecté bouge sans douleur.

Cela peut aider à « réinitialiser » le cerveau et à moduler la perception de la douleur.

On estime que la thérapie miroir peut être efficace pour les raisons suivantes :

  1. Modulation de la douleur : L’illusion visuelle peut aider à réduire la douleur en modifiant la façon dont le cerveau perçoit le membre affecté.
  2. Rééducation motrice : La thérapie par le miroir peut également aider à améliorer la fonction motrice du membre affecté en renforçant les voies neurales et en améliorant la coordination.
  3. Diminution de la désensibilisation : En regardant le membre sain bouger et en percevant que c’est le membre affecté qui bouge, le cerveau peut être amené à « croire » que le membre affecté est en train de se remettre, ce qui peut aider à combattre la désensibilisation ou l’atrophie associée à l’absence de mouvement.

Bien que certains patients atteints de SCDR aient bénéficié de la thérapie par le miroir, l’efficacité de cette approche varie d’une personne à l’autre. Des études ont montré des résultats prometteurs, mais comme pour de nombreuses interventions pour le SCDR, la réponse individuelle peut varier.

Qu’en est-il du pronostic ?

L’expérience de chaque personne avec la maladie de Sudeck est différente. Chez certaines personnes, les symptômes disparaissent, restent les mêmes ou diminuent. Dans d’autres, le SDRC s’aggravera et se propagera même à d’autres parties du corps. Le résultat de chaque personne est difficile à prévoir.

En raison de la complexité de cette affection et du fait qu’elle est souvent mal diagnostiquée, recherchez ou demandez au médecin de vous orienter vers un spécialiste ou un centre spécialisé dans la douleur connaissant le SDRC si :

  • vous pensez avoir des symptômes de SDRC ;
  • vous pensez que vos symptômes s’aggravent ;
  • votre état n’a pas répondu aux autres méthodes de traitement.

Plus tôt le SDRC est diagnostiqué et le traitement est commencé, meilleures sont les chances pour que les symptômes répondent au traitement et ne s’aggravent pas et que vos symptômes.

Références

https://www.msdmanuals.com/fr/professional/troubles-neurologiques/douleur/syndrome-douloureux-r%C3%A9gional-complexe

https://www.planetesante.ch/Maladies/Syndrome-douloureux-regional-complexe#:~:text=l’abr%C3%A9viation%20SDRC.-,Le%20SDRC%20est%20un%20%C3%A9tat%20douloureux%20qui%20survient%20le%20plus,’un%20syndrome%20%C3%A9paule%2Dmain

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 2.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut