Maladies respiratoires chez le lapin : causes et préventions essentielles

Article rédigé par le 21 août 2023

Les lapins sont des animaux de compagnie populaires et affectueux, mais ils peuvent également être sensibles à diverses maladies respiratoires. Ces affections peuvent causer des problèmes de santé significatifs pour nos amis à fourrure, il est donc important pour les propriétaires de lapins d’être conscients des causes, des symptômes et des traitements associés à ces maladies.

Voici quelques informations utiles sur les maladies respiratoires chez le lapin.

Particularités physiologiques de l’appareil respiratoire du lapin

La surface de contact importante entre l’air et les muqueuses riches en chémorécepteurs, permise par des cornets nasaux très ramifiés confère au lapin une fonction olfactive développée.

La fréquence respiratoire normale d’un lapin est de 30 à 60 mouvements par minute.

Les lapins de compagnie sont sélectionnés pour être de plus en plus petits. Il en résulte un raccourcissement des sinus et des cavités nasales, et par conséquent un moins bon drainage et une prédisposition aux maladies respiratoires.

La respiration nasale obligatoire du lapin a des conséquences importantes puisqu’une obstruction des voies respiratoires supérieures peut lui être fatale. Le lapin peut compenser en tendant le cou pour dégager le voile du palais mais cette respiration buccale n’est pas efficace sur le long terme.

Le halètement (une respiration rapide et superficielle qui a pour but de réguler la température corporelle), présent chez le chien qui permet le refroidissement du sang envoyé au cerveau par évaporation n’est pas possible chez le lapin. Cette particularité la rend plus sensible aux variations de température et donc aux coups de chaleur.

Bon à savoir : chez le lapin, encore plus que chez les carnivores domestiques, les racines dentaires sont proches de la paroi des cavités nasales. le récessus ventral du sinus maxillaire vient épouser les racines des prémolaires et ces dernières peuvent faire effraction dans l’os maxillaire en cas de rétrocroissance dentaire, il faut donc penser à effectuer un examen buccal lors de jetage nasal.

Symptômes généraux

Les maladies respiratoires chez les lapins peuvent se manifester par une variété de symptômes. Il est important d’être attentif à ces signes pour assurer le bien-être et la santé de votre animal. Voici quelques symptômes généraux courants des maladies respiratoires chez les lapins:

  • Éternuement peut être l’un des premiers signes d’une maladie respiratoire chez le lapin. Cela peut être causé par une irritation des voies nasales ou des infections bactériennes telles que Pasteurella multocida.
  • Toux peut indiquer une irritation des voies respiratoires inférieures ou une infection, comme la pneumonie ou la bronchite.
  • Dyspnée ou difficulté à respirer, est un symptôme grave qui peut signaler un problème respiratoire plus grave. Les lapins atteints de dyspnée peuvent présenter une respiration rapide, superficielle ou laborieuse.
  • Respiration bruyante y compris des sifflements ou un bruit de stridor, peut indiquer une obstruction des voies respiratoires. Cette condition peut être causée par des morceaux de foin, des polypes ou des néoplasies.
  • Écoulement nasal est souvent un signe d’infection ou d’irritation des voies respiratoires supérieures. Cela peut être causé par des virus, des bactéries ou des allergies.
  • Conjonctivite ou inflammation de la membrane qui recouvre l’œil, peut être associée à des maladies respiratoires chez les lapins. Cela peut être dû à une infection bactérienne, virale ou parasitaire, ou à une irritation causée par des allergènes ou des irritants environnementaux.

Il est important de surveiller attentivement votre lapin pour détecter les signes de maladies respiratoires et de consulter un vétérinaire si vous remarquez l’un de ces symptômes. Un diagnostic et un traitement rapides peuvent aider à prévenir les complications et à assurer la santé et le confort de votre animal.

Maladies respiratoires communes

La liste présentée ci-dessous n’est pas exhaustive. Face à un lapin qui tousse, éternue, a le nez qui coule, d’autres hypothèses doivent également être prises en compte.

Coryza

Le coryza est une affection respiratoire fréquente chez le lapin, le plus souvent d’origine bactérienne (ex : Pasteurella multocida, Bordetella bronchiseptica…). Les crises d’éternuements sont entretenues par l’irritation de la muqueuse nasale et l’accumulation de sécrétions dans les narines. Du liquide sort des narines, d’abord transparent, puis épais et purulent. Les narines sont donc souillées et des croûtes peuvent s’accumuler rendant la respiration du lapin de plus en plus difficile. Son état de santé va progressivement s’altérer, il peut alors s’arrêter de manger et se dégrader rapidement.. 

Pneumonie

La pneumonie est une infection respiratoire causée par des bactéries telles que Streptococcus pneumoniae et Corynebacterium kutscheri. Les symptômes incluent une respiration difficile, un écoulement nasal et une perte d’appétit. Le traitement nécessite généralement des antibiotiques et des soins de support.

RECOMMANDÉ :  Cheval islandais: La symphonie des allures

Pasteurellose

La pasteurellose est une maladie respiratoire causée par la bactérie Pasteurella multocida. Les signes sont similaires à ceux de la pneumonie, comme la difficulté à respirer, l’écoulement nasal, et la perte d’appétit. Le traitement passe souvent par des antibiotiques, mais la prévention est la meilleure approche, y compris la vaccination et la gestion de la qualité de l’air. Pour voir plus, cliquez ici source.

Myxomatose

La myxomatose est une maladie virale causée par le virus de la myxomatose. Les symptômes comprennent des excroissances cutanées et des problèmes respiratoires. La prévention est la clé, car il n’existe pas de traitement curatif pour cette maladie. La vaccination préventive est recommandée pour les lapins domestiques source.

Bordetellose

La bordetellose est une infection respiratoire provoquée par la bactérie Bordetella bronchiseptica. Elle touche également d’autres rongeurs, comme les cobayes et les chinchillas. Les lapins sont parfois porteurs sains de cette bactérie et peuvent la transmettre à leurs congénères. Les signes cliniques incluent la toux, l’écoulement nasal et la difficulté à respirer.

Virus Sendaï

Le virus Sendaï est responsable d’infections respiratoires chez certains rongeurs, notamment le rat. Bien que rare chez les lapins, il peut entraîner des symptômes respiratoires similaires aux autres infections mentionnées. Le traitement est principalement symptomatique, et une bonne prévention par la gestion du stress et de l’environnement est essentielle.

Mycoplasmose

La mycoplasmose est une infection respiratoire causée par le genre Mycoplasma. Cette infection peut provoquer des symptômes tels que la toux, l’écoulement nasal et la difficulté à respirer. Le traitement peut consister en l’utilisation d’antibiotiques appropriés et d’une bonne gestion de l’environnement pour réduire le stress et les facteurs de risque.

Facteurs de risque

Les problèmes respiratoires chez le lapin peuvent être attribués à divers facteurs de risque. Il est important d’identifier ces facteurs pour prévenir et gérer efficacement les maladies respiratoires chez ces animaux:

Foin

Le foin joue un rôle essentiel dans l’alimentation des lapins, mais il peut également être une source de problèmes respiratoires. Des morceaux de foin peuvent parfois s’introduire dans les voies nasales du lapin, causant ainsi des obstructions partielles et des difficultés respiratoires. Il est important de s’assurer que le foin utilisé pour l’alimentation et la litière soit propre, sec et exempt de poussière.

Courants d’air

Les courants d’air sont des facteurs environnementaux qui peuvent causer des maladies respiratoires chez le lapin. En effet, les lapins sont des animaux très sensibles aux variations de température et aux courants d’air.

Habitat

L’habitat du lapin doit être spacieux, propre et adapté à ses besoins naturels. Un habitat trop petit, confiné ou mal entretenu peut entraîner un stress chez l’animal, favorisant ainsi l’apparition de maladies respiratoires. Veillez donc à ce que votre lapin dispose d’un espace suffisant pour se déplacer, se cacher et dormir confortablement.

Environnement

L’environnement dans lequel vit le lapin doit être bien aéré et régulièrement entretenu. Une mauvaise qualité de l’air, liée notamment à la présence de poussières, de fumées ou de polluants, peut provoquer des irritations et des infections respiratoires. Assurez-vous de nettoyer régulièrement la cage ou le clapier de votre lapin et de maintenir une bonne qualité de l’air dans son environnement.

Hygiène

L’hygiène est un aspect crucial pour prévenir les maladies respiratoires chez le lapin. Il est essentiel de nettoyer régulièrement la cage ou le clapier, de changer la litière et de désinfecter les accessoires utilisés par l’animal. Un environnement propre et bien entretenu réduira les risques d’infections respiratoires.

Copeaux

Le choix de la litière est également un facteur important pour prévenir les problèmes respiratoires chez le lapin. Les copeaux de bois, par exemple, peuvent provoquer des allergies ou des irritations chez certains lapins. Il est donc préférable d’opter pour des litières alternatives comme le chanvre, la paille ou encore la litière spécialement conçue pour les rongeurs, qui offrent une meilleure absorption et produisent moins de poussière.

Les autres facteurs non infectieux comprennent :

  • L’obésité qui peut entrainer une compression des poumons dans des cas avancés.
  • Des atteintes cardiaques qui peuvent se compliquer d’atteintes pulmonaires.
  • Des tumeurs de l’appareil respiratoire peuvent être source de problèmes respiratoires.
  • Des allergies au pollen pour les lapins.
  • Des problèmes dentaires qui peuvent évoluer vers des problèmes respiratoires par proximité entre la bouche et les voies nasales.
  • Le stress est un facteur clé qui peut affaiblir le système immunitaire du lapin et aggraver les problèmes respiratoires existants.
RECOMMANDÉ :  Mon chien vomit jaune : Explication et que faire ? ( conseils vétérinaires)

Diagnostic et examen

Lorsqu’un lapin présente des symptômes de maladies respiratoires, il est important de consulter un vétérinaire pour établir un diagnostic précis et déterminer le traitement approprié. Plusieurs examens peuvent être réalisés pour diagnostiquer les maladies respiratoires chez le lapin.

La radiographie est un examen couramment utilisé pour diagnostiquer les pneumonies chez les lapins. Elle permet de visualiser le poumon et de suspecter la présence d’abcès pulmonaires. En complément de la radiographie, l’endoscopie peut également être réalisée pour une visualisation directe d’une partie de l‘appareil respiratoire profond, principalement la trachée et les bronches.

Dans certains cas, un lavage transtrachéal ou broncho-alvéolaire peut être effectué pour recueillir des échantillons de liquide et de cellules provenant des voies respiratoires. Cet examen permet d’identifier avec plus de précision les agents infectieux responsables de la maladie respiratoire. Le vétérinaire pourra ensuite réaliser un antibiogramme pour déterminer la sensibilité des bactéries aux différents antibiotiques, ce qui permettra de choisir le traitement le plus approprié.

Enfin, un scanner du thorax peut être réalisé si nécessaire, pour avoir une meilleure visualisation des structures internes des poumons et détecter des lésions qui ne seraient pas visibles lors d’une radiographie.

Bon à savoir : pour prendre un échantillon nasal et/ou trachéal afin de faire une culture bactérienne. Dans les narines, on devrait idéalement procéder des deux côtés, car une infection peut être unilatérale. L’échantillonnage nasal peut être réalisé au moyen d’un tampon avec une pointe en calcium alginate monté sur un fil flexible, enfoncé à une profondeur de 1 et 4 cm dans les narines ou la région naso-pharyngale.

L’ensemble de ces examens permettra au vétérinaire de poser un diagnostic précis et d’adapter le traitement en conséquence pour améliorer la santé respiratoire du lapin.

Traitement et prévention

Antibiotiques

Les antibiotiques à large spectre sont généralement utilisés pour traiter les maladies respiratoires chez les lapins, notamment la pasteurellose. Ils sont souvent bien tolérés par les lapins et contribuent à combattre l‘infection bactérienne. Il est crucial de suivre les instructions du vétérinaire et de compléter le traitement antibiotique selon la prescription pour garantir une guérison complète.

Anti-inflammatoires

Les anti-inflammatoires peuvent être utilisés en complément du traitement antibiotique pour réduire l’inflammation et améliorer le confort du lapin. Ils peuvent également aider à prévenir les complications et favoriser une guérison plus rapide. Les anti-inflammatoires doivent être administrés sous surveillance vétérinaire et conformément aux instructions du professionnel.

Nébulisation

La nébulisation, ou inhalation, peut être utilisée pour soulager les symptômes respiratoires chez le lapin. Des mélanges spécialement conçus, comme le respicat, peuvent être utilisés pour aider le lapin à respirer plus facilement et faciliter l’évacuation des sécrétions nasales. Les séances d’inhalations sont généralement effectuées à la maison, sous les conseils du vétérinaire.

Vaccination

Si possible, la vaccination peut aider à prévenir certaines maladies respiratoires chez les lapins, comme la bordetellose. Il est important de consulter un vétérinaire pour déterminer si votre lapin est éligible à la vaccination et pour obtenir des informations sur le calendrier vaccinal adapté.

Chirurgie des sinus

Dans les cas graves ou chroniques de maladies respiratoires, la chirurgie des sinus peut être nécessaire pour résoudre les problèmes respiratoires chez les lapins. La décision d’effectuer une chirurgie dépendra de l‘état de santé global du lapin et du type d’affection présente. La chirurgie des sinus doit être réalisée par un vétérinaire expérimenté en chirurgie des rongeurs et doit être suivie d’un traitement post-opératoire adapté.

Conseils pour prévenir les maladies respiratoires

Comme dit précédemment, les conditions d’environnement sont très importantes pour ces animaux qui sont relativement fragiles, voici quelques conseils pour bien protéger les voies respiratoires de vos lapins:

  • Ne pas mélanger les animaux malades avec les animaux sains et essayer de respecter une période de quarantaine quand vous introduisez un nouvel animal. 
  • Eviter les facteurs environnementaux qui perturbent l’appareil respiratoire comme la fumée de tabac,…
  • La cage doit être placée dans un endroit calme pour éviter le stress.
  • Aérer régulièrement la pièce de vie de vos animaux en faisant attention aux courants d’air et changer régulièrement la litière. 
  • Il est recommandé de faire vacciner vos animaux contre certaines maladies respiratoires (vaccins contre la myxomatose et la maladie hémorragique virale).
  • Eviter tout stress inutile à vos animaux (surpopulations,…) car il s’agit d’un facteur important dans le déclenchement des maladies.

Références

https://oatao.univ-toulouse.fr/25671/1/Lambert_25671.pdf

https://www.wanimo.com/veterinaire/rongeur-sante-nac/maladies-respiratoires-chez-les-rongeurs.html

http://www.medirabbit.com/FR/Respiration/URI/URI_fr.htm

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut