Méniscectomie : Guide complet

Article rédigé par le 19 mai 2024

Suite à un traumatisme ou à une usure importante du genou, une méniscectomie peut devenir nécessaire. Cette opération, réalisée sous anesthésie, est rapide et se fait avec l’aide d’une arthroscopie, garantissant précision et efficacité.

Malgré quelques risques minimes, les complications restent rares et la reprise de vos activités se fait progressivement.

Cet article, rédigé par un professionnel de santé, vous éclairera sur l’anatomie du ménisque et détaillera les situations pouvant nécessiter une intervention.

Les 6 points clés à retenir

  • 1. Une méniscectomie est un acte chirurgical consistant à enlever une partie du ménisque après une fissure ou une déchirure à faible potentiel de cicatrisation du ménisque. 
  • 2. Le ménisque peut se retrouver lésé après un traumatisme ou un vieillissement, nécessitant alors une méniscectomie. 
  • 3. La méniscectomie est une chirurgie peu invasive et guidée par une arthroscopie. Elle se fait en ambulatoire. 
  • 4. Une rééducation est indiquée après une méniscectomie et la reprise des activités varie de deux semaines à quelques mois. 
  • 5. Il est très rare que des complications se présentent mais des douleurs ou des raideurs peuvent persister. Une réaction inflammatoire ou une infection peuvent de même survenir. 

Le Ménisque en bref

Le genou relie trois os principaux : le fémur (condyles fémoraux), le tibia (plateaux tibiaux) et la rotule. Entre les condyles fémoraux et les plateaux tibiaux, de chaque côté de la rotule, se trouvent le ménisque interne et le ménisque externe.

Ces structures en forme de croissant, faites de tissu fibro-cartilagineux, remplissent plusieurs fonctions essentielles :

  • Amortisseur des chocs ;
  • Stabilisateur de l’articulation du genou ;
  • Lubrificateur de l’articulation.

Méniscectomie, c’est quoi ?

La méniscectomie, ou ablation du ménisque, est une intervention visant à traiter les lésions dégénératives du ménisque.

Lors de cette opération, il est essentiel d’intervenir de manière conservatrice, en retirant uniquement la partie endommagée du ménisque, celle qui ne remplit plus sa fonction d’amortisseur au niveau du genou.

Il s’agit d’une intervention chirurgicale mini-invasive du genou qui consiste à retirer une partie du ménisque s’il est déchiré suite à un traumatisme.

Actuellement, cet acte chirurgical se déroule sous arthroscopie : une technique mini-invasive utilisant une caméra pour voir l’intérieur de l’articulation.  

Important : La suture méniscale, à différencier de la méniscectomie, est aussi un choix de traitement chirurgical des fissures récentes à bon potentiel de cicatrisation du ménisque.

Selon une étude faite par Matthew E. Wells et ses collaborateurs dans “Lésions méniscales : mécanisme et classification” : 

  • Les déchirures méniscales peuvent être gérées par une thérapie physique conservatrice et des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens ou une intervention chirurgicale.
  • La réparation méniscale est supérieure à la méniscectomie partielle avec de meilleurs résultats fonctionnels et des changements dégénératifs moins graves au fil du temps. 

Les progrès chirurgicaux dans les techniques opératoires, les instruments modernes et les améliorations biologiques améliorent collectivement les taux de guérison de la réparation méniscale.

RECOMMANDÉ :  Tendinopathie du biceps fémoral : que faire ?

Quand faire une Méniscectomie ? 

Avant de recourir à un traitement chirurgical, le médecin vous expliquera les avantages et les inconvénients de cette option.

En général, un traitement médical a été tenté au préalable, mais si les symptômes persistent malgré cela, la chirurgie devient alors nécessaire.

La méniscectomie est particulièrement indiquée pour les lésions méniscales, notamment dans les cas suivants :

  • Avec l’âge, le tissu fibrocartilagineux peut s’effilocher et se déchirer, entraînant des lésions dégénératives du ménisque, souvent associées au développement de l’arthrose du genou.
  • Un traumatisme, surtout lors de la pratique sportive, ou des microtraumatismes répétitifs, comme ceux subis lors de travaux nécessitant de s’agenouiller ou de s’accroupir fréquemment, peuvent provoquer des déchirures du ménisque. Le risque de telles lésions augmente avec l’âge, car le ménisque perd de son élasticité et devient plus fragile avec le temps.

La méniscectomie est un traitement pour les lésions méniscales non suturables et résistantes au traitement médicamenteux.

Dans certains cas, le genou reste bloqué en flexion et ne parvient plus à retrouver l’extension, nécessitant une intervention chirurgicale en urgence : il s’agit de lésions en anse de seau.

Déroulement de la Méniscectomie

Il s’agit d’une intervention chirurgicale qui peut être réalisée sous anesthésie générale ou sous rachianesthésie (avec uniquement les jambes endormies).

Pour contrôler les saignements pendant l’intervention chirurgicale, votre jambe sera immobilisée et un garrot sera placé sur le haut de votre cuisse.

L’intervention se déroule sous arthroscopie, c’est-à-dire qu’une caméra est introduite dans votre genou pour guider les gestes du chirurgien et explorer tout le genou (aspect des ligaments croisés, état du cartilage, état des ménisques…).

Il suffit de deux petites ouvertures de quelques millimètres devant le genou, d’une caméra et d’un instrument fin inséré dans le genou, et de la procédure suivie sur un écran vidéo.

Le chirurgien ouvre les différents compartiments du genou puis utilise une pince pour enlever la partie endommagée du ménisque.

La lésion du ménisque est alors repérée et traitée : le principe est de retirer pas à pas la partie malade du ménisque.

Point important : l’intervention se déroule en ambulatoire c’est à dire que l’entrée se fait le matin et la sortie en fin d’après midi. 

Suite opératoires

La marche est autorisée dès le jour de l’opération. Le genou peut rester gonflé pendant environ 15 jours.

  • Rééducation : la mise en charge complète est autorisée immédiatement après l’intervention chirurgicale, mais l’utilisation d’une canne est souvent requise pendant les deux premières semaines. La physiothérapie peut commencer le lendemain de la chirurgie et les séances peuvent avoir lieu deux à trois fois par semaine.
  • Retour à l’activité : le retour à l’activité sédentaire est prévu dans 2 semaines. Vous pouvez reprendre des activités plus stressantes 4 à 6 semaines après la chirurgie.
  • Évitez de reprendre les activités sportives jusqu’à 3 semaines après l’intervention chirurgicale.

Ces délais sont toutefois indicatifs et seront discutés au cas par cas avant et après le traitement chirurgical.

Les éventuelles complications de la méniscectomie

La méniscectomie, comme toute chirurgie, présente quelques risques et complications.

RECOMMANDÉ :  Pontage coronarien : rétablir la circulation cardiaque (guide complet)

Elles sont rares puisque l’intervention est réalisée sous arthroscopie.

Ces complications peuvent être liées à : 

  • Une raideur de l’articulation ;
  • Une réaction inflammatoire ;
  • Un hématome (collection de sang sous la peau) à l’endroit de la zone opérée, pouvant parfois nécessiter une évacuation ;
  • Une infection exceptionnelle de l’articulation, nécessitant un lavage du genou et la prise d’antibiotiques ;
  • Une phlébite, (une inflammation des veines) nécessitant la prise d’anticoagulants ;

Bon à savoir : Le risque de survenue d’arthrose du genou post-méniscectomie est beaucoup moins fréquent avec une méniscectomie partielle qu’avec une méniscectomie totale.

Avis du professionnel de santé

Si vous souffrez de lésions méniscales, la méniscectomie peut être une option efficace pour retrouver votre qualité de vie.

Grâce aux progrès de l’arthroscopie, cette intervention est maintenant plus simple et moins risquée, avec un taux de réussite élevé.

En plus de soulager la douleur et d’éliminer les blocages mécaniques au niveau de l’articulation du genou, elle permet de rétablir une amplitude de mouvement normale. Après l’opération, vous bénéficierez d’un traitement pour gérer la douleur et prévenir les complications comme la phlébite.

En somme, la méniscectomie offre une solution rassurante et durable pour ceux qui souffrent de douleurs et de dysfonctionnements persistants du genou.

Si vous envisagez cette option, vous pouvez être assuré que c’est une procédure bien maîtrisée avec des résultats positifs.

Témoignages

J’ai 24 ans et j’ai déjà subi trois opérations au niveau de mes ménisques. Voici un résumé de mes interventions :

  • Une opération du genou gauche (suture du ménisque interne).
  • Une opération du genou droit (suture du ménisque interne et ablation de la corne postérieure).
  • Et il y a deux semaines, une nouvelle opération sur le genou droit (ablation d’une lésion).

Je m’inquiète pour mon avenir, car les avis des spécialistes divergent. L’un me conseille d’opérer dès qu’une lésion apparaît et de tenter une suture, tandis que l’autre me dit que la méniscectomie peut provoquer une arthrose précoce.

J’aimerais avoir des avis de personnes ayant déjà subi une méniscectomie partielle. Comment s’est passée la suite pour vous ? Merci

Pour lire la suite de la discussion, veuillez visiter le site : Méniscectomie partielle – Arthrose et problèmes ostéo-articulaires – FORUM Santé – Club.doctissimo.fr

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant les procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut