Ménopause précoce : maladie rare qui touche les femmes de moins de 40 ans ! 

Article rédigé par le 18 décembre 2023

La ménopause, comme vous le savez, est l’arrêt du fonctionnement des ovaires. C’est un phénomène naturel et inévitable qui touche toutes les femmes âgées sans exception. 

L’horloge biologique sonne généralement autour de 45-55 ans. Mais chez certaines femmes plus jeunes de moins de 40 ans, voire des jeunes filles de 20 ans, les règles pourraient devenir irrégulières ou même absentes. 

On parle alors de ménopause précoce ou d’insuffisance ovarienne prématurée (IOP). 

La ménopause précoce : les points essentiels

  • 1. La ménopause précoce, touchant les femmes de moins de 40 ans, est une maladie rare liée à l’arrêt prématuré du fonctionnement des ovaires. Normalement, la ménopause survient entre 45 et 55 ans, mais chez certaines femmes plus jeunes, les règles deviennent irrégulières ou absentes, caractérisant la ménopause précoce ou l’insuffisance ovarienne prématurée (IOP).
  • 2. Les symptômes incluent l’absence de règles pendant plus de 3 mois, bouffées de chaleur, palpitations, insomnies, troubles de la sexualité, sécheresse vaginale, variations de poids et parfois des troubles de la mémoire.
  • 3. Les causes de la ménopause précoce peuvent être diverses : troubles auto-immuns, chirurgie ovarienne, tabagisme, prise de pilules, chimiothérapie et facteurs génétiques.
  • 4. La ménopause précoce a des répercussions sur la fertilité, affaiblissant la capacité de procréation, bien que des grossesses spontanées soient possibles avec un suivi médical, mais avec une faible incidence de 3 à 5%.
  • 5. La prise en charge de l’IOP nécessite l’orientation par un gynécologue, qui peut proposer un traitement de substitution hormonale après un bilan, tout en soulignant les effets secondaires et contre-indications. L’automédication est à éviter.

Qu’est-ce que la ménopause précoce ou l’IOP ?

L’IOP ou la ménopause précoce est l’arrêt ou le trouble des menstruations bien plus tôt que le temps normal. Pour vous aider à mieux comprendre ce syndrome, nous allons aborder 3 éléments dans cet article : 

  • les signes de la ménopause précoce, 
  • les effets et les conséquences de l’IOP sur la conception naturelle 
  • et les traitements à préconiser

Quels sont les symptômes de la ménopause précoce ? 

Avoir un bébé naturellement, c’est évidemment le rêve de tous les couples qui ont un projet parental. Mais ce souhait pourrait être difficile à réaliser si les cycles menstruels de la femme sont perturbés. 

RECOMMANDÉ :  La vérité sur les édulcorants artificiels : sont-ils plus dangereux que le sucre ?

Alors, si vous remarquez que vos règles sont absentes depuis plus de 3 mois tandis qu’elles surviennent généralement tous les mois et que vous n’êtes pas enceinte, il y a tout lieu d’aller consulter votre gynécologue

C’est lui qui sera apte à établir un diagnostic précis. 

Vous pouvez aussi remarquer les autres symptômes de la ménopause comme : 

  • les bouffées de chaleur, 
  • les palpitations,
  • les insomnies
  • les troubles de la sexualité accompagnés d’une sécheresse vaginale

Mais aussi des signes plus vagues comme : 

  • une variation du poids 
  • et quelquefois même des troubles de la mémoire

Quelles peuvent être les causes d’une ménopause précoce ? 

La ménopause précoce peut prendre diverses origines, telles que : 

  • les troubles auto-immuns
  • une chirurgie ovarienne
  • ou même le tabagisme.  

Si vous êtes sous pilules ou si vous avez eu des séances de chimiothérapie, vous pourrez également ressentir les effets de l’IOP. 

Et enfin, n’oublions pas les facteurs génétiques. Si un de vos parents proches, comme votre mère ou votre grand-mère, ont déjà eu un problème d’IOP, on pourrait suspecter ce syndrome chez vous également.

Est-ce que cela a des répercussions sur la fertilité ?

La réponse est oui, car l’IOP affaiblit la capacité de procréation d’une femme. Cependant, ne vous découragez pas !  Dans des cas rares, il peut y avoir des grossesses spontanées avec un suivi médical approprié.

Mais c’est une faible incidence qui peut toucher 3 à 5 % des patientes ayant ce problème. 

Alors, quelle est la prise en charge de l’IOP ?

Si vous souffrez de ménopause précoce, seul votre gynécologue pourra vous orienter vers un traitement de substitution hormonale après l’établissement d’un bilan. 

Ce traitement peut avoir des effets secondaires comme le cancer de l’ovaire et des contre-indications. Voilà pourquoi, il faut éviter l’automédication.

Mais sinon, si vous souhaitez avoir rapidement un bébé, vous pouvez opter pour le recours au don d’ovocytes ou la maturation folliculaire in vitro

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Retour en haut