Myosite des muscles masticateurs chez le chien: tout savoir

Article rédigé par le 18 octobre 2023

La myosite des muscles masticateurs, aussi appelée myosite atrophique, est une inflammation qui touche les muscles masticateurs du chien.

On pense qu’elle résulte d’une réaction auto-immune, où le système immunitaire du chien s’attaque à ses propres muscles, provoquant douleur et atrophie, surtout au niveau des muscles temporaux et masséters.

Dès l’apparition de symptômes, une consultation vétérinaire est essentielle pour un diagnostic précis et un traitement adapté. Explorez les causes, symptômes et options de traitement dans notre article dédié.

05 Points clés de cet article

  1. La myosite des muscles masticateurs, ou myosite atrophique, est une inflammation touchant les muscles masticateurs du chien.
  2. Elle est caractérisée histologiquement par la présence de cellules inflammatoires et d’éosinophiles, d’où son nom de myosite éosinophile.
  3. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui se manifeste généralement chez les chiens adultes, bien que le Cavalier King Charles Spaniel puisse développer une forme juvénile dès 10 semaines.
  4. Les symptômes incluent des douleurs à la mâchoire, une difficulté à ouvrir la gueule, et des gémissements pendant la mastication.
  5. Le traitement implique l’utilisation de corticoïdes et d’immunosuppresseurs.

Zoom: muscles masticateurs chez le chien

La mastication chez le chien repose essentiellement sur deux ensembles de muscles : les muscles masticateurs et les muscles ptérygoïdiens. Ces groupes musculaires collaborent pour permettre au chien de mâcher les aliments de manière efficace.

  1. Muscles Masticateurs : Les muscles masticateurs englobent le muscle temporal, le muscle masséter et le muscle ptérygoïdien médial. Ils jouent un rôle crucial dans la fermeture de la mâchoire et le processus de mastication des aliments.
  2. Muscles Ptérygoïdiens : Les muscles ptérygoïdiens, à savoir le ptérygoïdien latéral et le ptérygoïdien médial, situés à l’intérieur de la bouche, participent aux mouvements de la mâchoire et à la mastication.

Qu’est-ce que la myosite des muscles masticateurs chez le chien  ?

La myosite des muscles masticateurs est une maladie auto-immune provoquant la dégénérescence et l’atrophie de ces muscles, entraînant une diminution de leur volume, autrement dit, une fonte musculaire.

Histologiquement, elle se caractérise par des cellules inflammatoires et des éosinophiles, d’où son nom de myosite éosinophile.

Les symptômes peuvent être aigus, incluant douleur et parfois fièvre, ou chroniques, avec principalement des signes d’atrophie musculaire, notamment au niveau du visage.

RECOMMANDÉ :  Alimentation du cheval en surpoids: ce que vous devez savoir

Le saviez-vous?

La myosite des muscles masticateurs se concentre sur ces muscles spécifiques car ils ont une structure unique, les fibres musculaires 2M, absente dans le reste du corps du chien.

Elle se déclenche lorsque les anticorps du système immunitaire ciblent spécifiquement ces fibres musculaires 2M.

Sans traitement vétérinaire, un chien atteint de cette maladie perd la capacité d’ouvrir la gueule.

Causes de la myosite des muscles masticateurs

Les origines de cette affection demeurent parfois floues, mais plusieurs éléments peuvent jouer un rôle dans son apparition.

Voici quelques causes possibles de la myosite des muscles masticateurs chez le chien:

  • Origine Auto-immune : La myosite des muscles masticateurs pourrait découler d’une réaction où le système immunitaire du chien s’attaque à ses propres cellules musculaires, entraînant inflammation et destruction tissulaire.
  • Prédisposition Génétique : Certaines races, en raison de facteurs génétiques, sont susceptibles de développer des maladies auto-immunes, dont la myosite des muscles masticateurs.
  • Influences Environnementales : Des infections virales ou bactériennes peuvent déclencher une réaction immunitaire anormale chez des chiens prédisposés.
  • Rôle Alimentaire : Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer l’implication potentielle de facteurs alimentaires dans le développement de cette affection.
  • Réactions Médicamenteuses : Certains médicaments peuvent déclencher des réactions indésirables, provoquant une inflammation musculaire, y compris dans les muscles masticateurs.

Prédisposition à la myosite des muscles masticateurs chez le chien

Il est crucial de noter que la myosite des muscles masticateurs peut affecter toutes les races et tous les sexes de chiens.

Cependant, certaines races présentent une prédisposition génétique plus marquée aux réactions auto-immunes, dont la myosite des muscles masticateurs.

Ces races sont les suivantes:

  • Golden Retrievers 
  • Cavalier King Charles Spaniel 
  • Dobermans
  • German Shepherds
  • Weimaraner 
  • Berger allemand

Dans une étude de 2005, le Dr Diane Shelton, spécialiste en médecine interne vétérinaire, a découvert que sur les 11 jeunes Cavalier King Charles Spaniels examinés entre 2001 et 2005, tous ont développé une myosite du muscle masticateur avant l’âge de 6 mois.
De manière significative, plusieurs cas ont été observés dans les 10 jours suivant la vaccination.

Signes révélateurs de la myosite des muscles masticateurs chez le chien

La myosite des muscles masticateurs chez le chien peut présenter divers symptômes, souvent associés à une inflammation et à une douleur au niveau des muscles impliqués.

Voici quelques-uns des symptômes courants de cette condition :

  • Les chiens peuvent ressentir une douleur autour de la mâchoire et des muscles temporaux.
  • La douleur peut entraîner une réticence à ouvrir complètement la bouche.
  • Les muscles masticateurs peuvent s’atrophier avec le temps, créant une apparence concave au crâne.
  • En raison de la douleur et de la faiblesse musculaire, le chien peut avoir du mal à mâcher, préférant des aliments mous.
  • Certains chiens salivent plus en raison des difficultés à mâcher et à avaler.
  • Les muscles masticateurs peuvent être sensibles au toucher, provoquant des réactions négatives.
  • La douleur et l’inconfort peuvent entraîner une diminution de l’appétit.
  • Le gonflement peut causer une légère exophtalmie (œil plus saillant).
RECOMMANDÉ :  Mon chien lèche le sol : Que faire ? (conseils vétérinaires)

Le diagnostic de la myosite des muscles masticateurs

Le diagnostic repose sur l’examen neurologique et l’historique de l’animal. Une élévation de la CK (créatinine kinase), une enzyme musculaire, peut être détectée.

Pour confirmer le diagnostic, un dosage des anticorps anti fibre 2M peut être effectué.

  • Dans des cas chroniques ou après avoir reçu des anti-inflammatoires stéroïdiens, le taux d’anticorps peut toutefois revenir à la normale.

En addition, des biopsies des muscles masticateurs sont réalisées pour confirmer le diagnostic.

Un CT-scan ou une IRM de la tête peut identifier les muscles touchés, avec l’IRM considérée comme la meilleure pour une détection précoce.


Dans un article de septembre 2022, des vétérinaires italiens (Martin Di Tosto, Carolina Callegari, Kaspar Matiasek, Giuseppe Lacava, Giovanna Salvatore, Sara Muñoz Declara, Barbara Betti, Federica Tirrito) présentent un cas unique d’un épagneul cavalier King Charles de 5 mois atteint de ptose mandibulaire due à la myosite des muscles masticateurs chronique.

Le chiot a été traité avec succès par une approche médicale, et l’étude constitue le premier rapport détaillé des résultats de scanner et d’IRM chez un jeune CKCS atteint de cette maladie.

Ces examens sont particulièrement précieux pour éliminer d’autres causes potentielles de douleur à l’ouverture de la mâchoire, telles que les fractures de la mâchoire ou les luxations temporo-mandibulaires, et pour identifier les muscles à soumettre à une biopsie.

Options de traitement et pronostic

Traitements de la myosite des muscles masticateurs chez le chien

Le traitement de la myosite des muscles masticateurs chez le chien a pour objectif principal de diminuer l’inflammation, soulager la douleur, et améliorer la qualité de vie de l’animal.

Voici quelques approches thérapeutiques à considérer :

  • Corticostéroïdes : Les corticostéroïdes, tels que la prednisone, sont souvent prescrits pour réduire l’inflammation et supprimer la réponse immunitaire anormale. Ces médicaments peuvent être administrés à des doses spécifiques pendant une période déterminée.
  • Des médicaments analgésiques : peuvent être recommandés pour atténuer la douleur liée à cette affection. Certains médicaments, tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), peuvent être utilisés en complément du traitement.
  • Un environnement apaisant avec un lit confortable peut apporter un soutien essentiel au bien-être du chien pendant le traitement.
  • Une surveillance régulière par le vétérinaire permet d’évaluer la réponse au traitement, d’ajuster les médicaments au besoin et de suivre l’évolution de la condition.
  • Des médicaments immunosuppresseurs peuvent être recommandés pour réguler la réponse immunitaire. Cependant, leur utilisation nécessite une surveillance étroite en raison des possibles effets secondaires.
  • Une alimentation adaptée, telle que des aliments mous, peut être conseillée si le chien a du mal à mâcher en raison de la douleur. Cela contribue à éviter la perte de poids et à maintenir une nutrition adéquate.
  • La physiothérapie peut jouer un rôle crucial en préservant la mobilité des muscles masticateurs et en prévenant une atrophie musculaire excessive. Des exercices adaptés peuvent être préconisés.

Pronostic

La myosite des muscles masticateurs a un pronostic généralement favorable avec un traitement rapide.

Toutefois, dans des cas avancés, une atrophie musculaire permanente peut survenir, limitant l’amplitude des mouvements de la mâchoire et entraînant des difficultés de préhension et de mastication.

Bonus: recherche actuelle

En mai 2017, un chiot Cavalier King Charles atteint de myosite des muscles masticateurs a été traité avec succès à l’aide de prednisolone pendant 6 mois.

En août 2013, des chercheurs italiens ont découvert que l’IRM permettait la détection précoce de la myosite du muscle masticateur.

Références

https://vcacanada.com/know-your-pet/masticatory-myositis-in-dogs

https://www.atavik.fr/827-myosite-chien/

https://www.toutoupourlechien.com/myosite-muscles-masticateurs-chien.html

https://www.vettimes.co.uk/article/masticatory-muscle-myositis-in-dogs/

https://www.imaios.com/fr/vet-anatomy/chien/chien-myologie

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut