Néphrectomie : tout ce qu’il faut savoir 

Article rédigé par le 12 avril 2024

La néphrectomie est une opération chirurgicale qui consiste à enlever un rein, soit partiellement, soit totalement. Elle est généralement pratiquée sous anesthésie générale pour traiter des maladies graves du rein ou pour réaliser un don d’organe

Bien que l’opération puisse sauver des vies en éliminant la source de la maladie, elle comporte des risques et des implications à long terme, notamment sur la fonction rénale restante. 

Dans cet article rédigé par un médecin, vous trouverez la définition de la néphrectomie, les différents types d’intervention, son indication, les préparations nécessaires, son déroulement ainsi que les risques après l’intervention. 

Les 6 points importants à retenir

  1. Les reins jouent un rôle crucial de filtration du sang et d’élimination des déchets par l’urine, mais on peut vivre avec un seul rein
  2. La néphrectomie peut être totale, partielle, élargie ou bilatérale selon la condition médicale. 
  3. Elle est réalisée pour diverses raisons telles que le don d’organe, les tumeurs rénales, les infections graves ou les dommages irréparables aux reins. 
  4. Avant l’intervention, des consultations préopératoires et des examens radiologiques sont nécessaires. 
  5. La néphrectomie comporte des risques potentiels tels que les saignements, les infections et les complications post-opératoires
  6. Un suivi médical régulier est essentiel pour surveiller la guérison et prévenir les complications.

Petit rappel sur les reins et leurs fonctions 

Les reins sont deux organes en forme de haricot situés à l’arrière de l’abdomen, de chaque côté de la colonne vertébrale, juste au-dessus de la taille. Ils sont protégés par les côtés inférieurs.

Les reins sont comme des filtres de haute technologie dans le corps humain. Leur rôle est de filtrer le sang pour éliminer les déchets et l’excès d’eau, formant ainsi l’urine

Ils jouent également un rôle crucial dans la régulation des niveaux d’électrolytes dans le corps. Ils s’assurent que vous avez juste la bonne quantité de sodium et de potassium, pour que vos muscles, votre cœur et d’autres organes fonctionnent au mieux. 

En outre, les reins aident à contrôler la pression artérielle et à fabriquer des globules rouges qui transportent l’oxygène dans tout le corps. 

Qu’est-ce qu’une néphrectomie ?

La néphrectomie est un acte chirurgical qui consiste en l’ablation d’un rein ou d’une partie de celui-ci. 

Parfois, le rein ne fonctionne pas de façon adéquate. Ce mauvais fonctionnement peut s’avérer dangereux pour l’ensemble de l’organisme. Dans d’autres cas, le rein peut être atteint d’une maladie grave ou d’une maladie cancéreuse. Dans ces cas, une ablation du rein ou néphrectomie peut s’avérer être la meilleure alternative

Point important : vivre avec un seul rein ne modifie généralement pas la qualité de vie, car l’autre rein est capable de compenser la fonction manquante. Par contre, si le rein restant est défaillant, vous pourriez présenter une insuffisance rénale qui peut, à la longue, nécessiter une dialyse (remplacement de la fonction rénale par un appareil qui purifie le sang artificiellement). 

Quels sont les différents types de néphrectomie ?

Il existe plusieurs types de néphrectomie :

  • Néphrectomie totale : où l’intégrité du rein est retirée ;
  • Néphrectomie partielle : où seulement une partie du rein est enlevée, souvent pour éliminer une tumeur tout en préservant le reste de l’organe fonctionnel ;
  • Néphrectomie élargie : inclut l’ablation du rein ainsi que des structures environnantes, en cas de cancer avancé. Il peut s’agir du rein et des ganglions lymphatiques ou du rein et de l’uretère (canal qui conduit l’urine du rein à la vessie) ;
  • Néphrectomie bilatérale : dans de rares cas, les deux reins sont enlevés en même temps. La néphrectomie bilatérale est suivie d’une dialyse ou d’une transplantation rénale. 

Pourquoi réaliser une néphrectomie ? 

Plusieurs situations peuvent nécessiter une néphrectomie, comme :

Don d’organe 

C’est le motif le plus connu pour réaliser une néphrectomie. Le don de rein s’effectue chez un donneur vivant, souvent un membre de la famille proche. La compatibilité de la greffe est optimisée chez les membres d’une même famille et surtout chez la famille proche. 

Bon à savoir : parfois, les dons proviennent de donneurs en état de mort cérébrale, dont les reins restent en condition fonctionnelle. 

RECOMMANDÉ :  Cholécystectomie : guide complet

Tumeur ou cancer

Chez l’adulte, la néphrectomie est le plus souvent réalisée dans le cas de pathologies tumorales bénignes ou malignes. 

Lorsqu’une tumeur est détectée dans le rein, l’ablation partielle ou totale de ce dernier peut être nécessaire pour éliminer le cancer. La néphrectomie permet également d’effectuer une analyse sous microscope du rein réséqué pour une prise en charge plus ciblée. 

Infections graves du rein

Des infections rénales sévères qui ne répondent pas au traitement peuvent nécessiter une néphrectomie. Ces infections graves du rein incluent :

  • Tuberculose rénale : une infection causée par la bactérie de la tuberculose qui affecte les reins.
  • Pyélonéphrite xanthogranulomateuse : une infection chronique qui entraîne une destruction importante du rein et peut nécessiter son retrait. 
  • Infections urinaires chroniques : chez les patients avec une insuffisance rénale au stade terminal, une néphrectomie peut être envisagée pour prévenir d’autres complications. 

Dommages irréparables

Si le rein est gravement endommagé par une maladie ou une blessure, son retrait peut être la seule option. Dans cette situation, la néphrectomie peut être indiquée en urgence pour éviter des complications graves pour l’ensemble de l’organisme.

Comment se préparer à une néphrectomie ?

Avant une néphrectomie, plusieurs préparations sont nécessaires pour assurer la sécurité et l’efficacité de l’intervention.

Consultation préopératoire 

Avant une néphrectomie, vous aurez un rendez-vous avec votre chirurgien. Il examinera votre état de santé actuel et vos antécédents médicaux et chirurgicaux.

Un examen physique complet et des bilans sanguins seront réalisés pour s’assurer que vous êtes assez en bon état pour supporter la chirurgie de résection. Ils permettent également de s’assurer du bon fonctionnement du rein controlatéral, sauf si la néphrectomie est bilatérale. 

Examen radiologique

Il est important de fournir l’ensemble du dossier radiologique, incluant le scanner et éventuellement l’IRM, pour l’hospitalisation. Ces données d’imagerie permettent au chirurgien de planifier l’intervention en fonction de la taille, de la localisation et de la nature de la lésion rénale observée. 

Consultation pré-anesthésique

Une évaluation par l’anesthésiste est essentielle quelques jours avant l’opération pour discuter des risques et de la gestion de la douleur.

De plus, après examen de tous vos résultats d’analyse, c’est l’anesthésiste qui décidera si vous êtes opérable ou non.

Petit conseil : informez votre médecin et votre anesthésiste de tous les médicaments que vous prenez, car certains peuvent devoir être ajustés ou arrêtés avant la chirurgie.

Arrêt du tabac et de l’alcool

Il est recommandé de ne pas fumer ni consommer d’alcool dans les jours précédant l’opération. Le tabac peut nuire à la guérison des tissus et altère le fonctionnement du système cardio-vasculaire. 

Un sevrage complet avant l’opération peut réduire de 60 % la survenue de complications post-opératoires et d’infection de la zone opérée. 

Jeûne 

Généralement, un jeûne est requis avant l’intervention. C’est une mesure de précaution standard pour minimiser les risques pendant l’anesthésie générale

Le début du jeûne sera fixé par votre chirurgien et votre anesthésiste. 

Comment se déroule l’intervention ? 

La néphrectomie est une intervention qui se déroule sous anesthésie générale. Elle nécessite généralement une hospitalisation, dont la durée est fonction de l’indication de l’intervention et de son déroulement. 

L’intervention peut être réalisée soit par :

Laparotomie ou lombotomie

La néphrectomie se fait par chirurgie ouverte, par  ouverture latérale (lombotomie), ou plus rarement par abord antérieure au niveau de l’abdomen (laparotomie). Cette technique permet d’atteindre l’organe plus facilement mais la cicatrice est plus importante.

Cœlioscopie ou laparoscopie

La laparoscopie permet de réaliser une néphrectomie en pratiquant juste trois petites incisions sur la partie latérale de l’abdomen (cœlioscopie intra-péritonéale) ou dans le dos (cœlioscopie rétro-péritonéale). Ces incisions permettent de faire passer la caméra et les instruments chirurgicaux.

Selon une étude menée par Andrea Colline et ses collaborateurs, en 2021, la néphrectomie par cœlioscopie offre une réduction significative de la durée d’hospitalisation et de la douleur post-opératoire.

Extraction par voie vaginale 

Lors d’une néphrectomie avec extraction par voie vaginale, l’incision pour accéder à l’intérieur de l’abdomen se fera au fond du vagin. Cette technique offre l’avantage de ne laisser aucune cicatrice externe.

Cœlioscopie robot assistée 

Il s’agit d’une cœlioscopie intrapéritonéale assistance robotisée. Cette nouvelle technique permet au chirurgien d’avoir une vision en 3 dimensions. Les cicatrices sont plus nombreuses et un peu plus grandes que celles d’une cœlioscopie standard mais l’intervention est plus précise et les douleurs postopératoires souvent moins importantes.

RECOMMANDÉ :  Ovariectomie : guide complet (tout savoir)

Point important : au cours de la néphrectomie, il se peut que votre chirurgien se retrouve en face d’une situation imprévue nécessitant des actes complémentaires ou de changer le protocole opératoire prévu, ou même d’interrompre l’intervention. 

Quels sont les risques d’une néphrectomie ?

Certaines complications peuvent survenir pendant ou après une néphrectomie, telles que :

Risques pendant l’intervention

Comme toute intervention chirurgicale, la néphrectomie comporte des risques qui peuvent nécessiter des gestes complémentaires : 

  • Saignement : peut survenir durant l’ouverture de la paroi ou suite à l’atteinte d’un vaisseaux
  • Atteinte d’autres organes de voisinages : une lésion d’un autre organe peut survenir, la plus fréquente étant l’atteinte des intestins ;
  • Pneumothorax : diffusion d’air dans les poumons pouvant justifier la pose d’un drain thoracique ;
  • Problèmes liés à l’anesthésie : inhalation, allergie, etc.

Complications post-opératoire

Plusieurs complications peuvent survenir après la chirurgie d’ablation, notamment :

  • Hémorragie : pouvant nécessiter une oblitération du vaisseau sanguin sous contrôle radiologique (embolisation) ou une reprise de la chirurgie ;
  • Infection : le plus souvent, une infection de la peau et des muscles au niveau de la zone opérée, ou du poumon adjacent ;
  • Nécrose (destruction) de la portion du rein restant : si la vascularisation a été lésée au cours de l’intervention ;
  • Maladie thrombo-embolique : étant donné que la néphrectomie est une chirurgie lourde, une oblitération d’une veine au niveau des jambes peut survenir. 
  • Fuite urinaire : due à une mauvaise cicatrisation de la voie urinaire, à l’origine d’une fuite urinaire au niveau du drain ou de la cicatrice ;
  • Possibilité de recours à la dialyse : Ce risque dépend du fonctionnement de votre autre rein avant l’intervention, de vos antécédents médicaux et des complications possibles survenues durant l’intervention.

Bon à savoir : toute intervention chirurgicale comporte des risques imprévisibles qui peuvent parfois être vitaux. Ces risques dépendent de vos antécédents et surtout de la complexité de l’intervention prévue. Il est conseillé d’en discuter avec votre chirurgien.

Quand consulter ?

Il est conseillé de contacter votre chirurgien ou un autre médecin proche de chez vous devant tout signe en faveur d’une complication, comme :

  • saignement,
  • fièvre,
  • douleur non soulagée par les antalgiques,
  • douleur au niveau du mollet,
  • douleur thoracique,
  • ou difficulté respiratoire.

Si vous cherchez un médecin dans votre région, vous pouvez consulter notre répertoire.

Attention : en cas de fatigue inhabituelle, il est conseillé de prévenir votre chirurgien car cela peut être témoin d’une diminution de la fonction rénale. 

La vie après une néphrectomie 

Après une néphrectomie, quelques précautions sont à suivre pour éviter les complications en post-opératoire.

Traitement anticoagulant 

Un traitement anticoagulant est nécessaire après l’intervention. Les injections quotidiennes seront maintenues  après l’hospitalisation pour prévenir les risques thrombo-emboliques.

Convalescence 

La durée de la convalescence et la reprise des activités normales ou du travail dépendent de l’état physique post-opératoire. La durée sera fixée par votre chirurgien en fonction de votre évolution. 

Avis du médecin 

Il est conseillé d’éviter tout exercice physique dans le premier mois après une néphrectomie.

Il est également nécessaire de s’assurer d’une bonne hygiène locale pour une bonne cicatrisation et pour éviter les complications. 

Pour faciliter la reprise d’un transit normal, il est conseillé de manger sainement, équilibré et le plus varié possible.

Suivi post-opératoire 

La date du suivi sera fixée par votre chirurgien. Ce suivi permettra de : 

  • vérifier l’absence de récidive après une néphrectomie partielle en cas de tumeur cancéreuse ;
  • surveiller le fonctionnement normal des reins ou du rein restant ;
  • détecter d’éventuelles complications.

Point important : d’autres précautions supplémentaires sont nécessaires pour certaines indications. Votre chirurgien vous en parlera après l’intervention.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut