Opération du canal carpien : quelles séquelles après la chirurgie ? (complications)

Article rédigé par le 4 juillet 2023

Le syndrome du canal carpien est la deuxième maladie professionnelle la plus fréquente. Environ 3 à 6 % de la population en souffrent. Et sur ce pourcentage, plusieurs passent au traitement chirurgical.

Les suites opératoires et les séquelles sont pourtant un sujet d’inquiétude pour plusieurs concernés.

Dans cet article, nous explorerons les possibles séquelles qui peuvent survenir après une opération du canal carpien, les facteurs qui influencent leur apparition et les mesures préventives pour favoriser une récupération optimale.

Quelques rappels sur le syndrome du canal carpien

D’abord, pour mieux comprendre de quoi il s’agit, parlons de l’anatomie du poignet.

Au niveau de la région où l’on ferme un bracelet, plus exactement à l’intérieur de cette partie du poignet se trouve un canal ostéoligamentaire : c’est le canal carpien.

Ostéoligamentaire, car ses parois sont constituées par les os du poignet (radius et carpe) et un ligament, qui est sans doute le plus grand de l’organisme.

Par l’intermédiaire de ce canal passent des nerfs (nerf médian) et les tendons fléchisseurs des doigts. Il contribue à la puissance, à la sensibilité et à tous les mouvements de la main.

Ce tunnel carpien est inextensible. Ainsi, toute atteinte qui la déforme ou qui entraîne une augmentation de volume aboutit à la compression du nerf médian.

Par conséquent, des symptômes comme l’engourdissement, les fourmillements, les paresthésies, les douleurs, l’incapacité de réaliser certains mouvements de la vie quotidienne (déboutonner ses vêtements par exemple) apparaissent. On parle alors du syndrome du canal carpien.

Par définition, il s’agit d’une lésion qui entraîne la compression du nerf médian.

D’un point de vue physiologique, l’affection est en lien avec la mauvaise lubrification qui provoque le frottement du tendon contre la gaine. Le tendon va alors s’inflammer, gonfler puis générer une compression. La gaine qui l’entoure, quant à elle, va s’épaissir progressivement ce qui va limiter les mouvements de la main et des doigts.

Les principaux traitements du canal carpien

En réalité, dans 20 % des cas, les symptômes du syndrome du canal carpien se résorbent naturellement d’eux-mêmes. Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’intervenir avec les traitements suivants.

Le repos

Il consiste à éviter tous les mouvements susceptibles d’avoir des impacts sur la lésion. Alors il faut arrêter de trop solliciter les membres supérieurs pendant un certain moment.

Les antidouleurs

En première ligne, les médecins prescrivent des médicaments antalgiques ou des anti-inflammatoires qui soulagent bien les symptômes du syndrome du canal carpien.

Le port d’attelle

Dès l’apparition instantanée du syndrome (après un long travail qui a énormément sollicité la main par exemple), l’attelle apporte une grande aide et favorise la disparition des symptômes. Il est surtout nécessaire de la porter pendant la nuit pour éviter les mouvements involontaires au niveau du poignet et de la main lors du sommeil. Ceux-ci qui risquent d’aggraver les symptômes.

Elle est surtout efficace lorsque le syndrome ne fait que débuter. Pour s’assurer d’une évolution positive, il faut continuer de la porter pendant environ 21 jours.

L’infiltration de corticoïdes

On la réalise lorsque l’attelle ne fait plus effet sur les symptômes du syndrome du canal carpien et que ceux-ci deviennent plus douloureux. Elle est surtout efficace si les symptômes datent de moins de 12 mois. Ainsi, dans ces cas, ils disparaissent pendant au moins 6 moins, voire pour toujours.

Si l’infiltration n’apporte aucun effet, il faudrait l’abandonner et opter pour d’autres traitements. L’infiltration est contre-indiquée aux diabétiques (ceux qui souffrent du type 1).

Les exercices de kinésithérapie ou d’ergothérapie

Des exercices spécifiques peuvent apporter une grande aide et un grand soulagement des symptômes ainsi qu’une amélioration de la mobilité, de la motricité et de la sensitivité.

RECOMMANDÉ :  Fracture du scaphoïde sans gonflement : Comment savoir ?

L’opération du canal carpien

L’intervention chirurgicale en vue de traiter le syndrome du canal carpien est une solution de dernière ligne.

L’opération du canal carpien

Dans quels cas est-elle nécessaire ?

Elle est administrée lorsque les autres traitements n’ont pas effet et que les symptômes persistent ou même s’aggravent. Si la compression du nerf est très importante (si le patient n’arrive plus à tenir des objets par exemple), il est obligatoire de passer à la chirurgie du canal carpien.

 Comment se passe-t-elle ?

Elle est nécessairement précédée d’un électromyogramme.

Généralement, l’intervention ne nécessite pas une longue hospitalisation vu qu’elle est peu invasive. Elle consiste à sectionner le ligament antérieur qui ferme le canal carpien et qui recouvre le tendon afin de libérer le nerf médian comprimé.

Pour réaliser l’opération, le praticien fait une petite incision dans la paume de la main ou au niveau du pli du poignet sous endoscopie.

Bien évidemment, des injections d’anesthésies sont nécessaires pour que le patient ne ressente pas les douleurs pendant l’intervention.

Les séquelles suite à l’opération du canal carpien

Parfois, cette intervention, censée guérir le syndrome du canal carpien, entraîne encore des problèmes.

Les complications et les séquelles de la chirurgie

Comme toute chirurgie, celle du canal carpien présente aussi divers risques de complications.

  • Les hématomes: ils se résorbent naturellement, sinon une ponction ou une autre intervention chirurgicale serait utile pour le drainer.
  • Les infections : elles sont le plus souvent liées au non-respect de l’asepsie pendant et après l’opération. Elles peuvent aussi augmenter si l’individu opéré est diabétique, fumeur ou immunodéficient.
  • Les risques d’allergies aux produits utilisés (pour l’anesthésie, la désinfection ou autres) : ils sont graves s’ils ne sont pas signalés à l’avance.
  • Si l’ouverture du canal carpien lors de la chirurgie a été insuffisante, il faudrait la reprendre.
  • Les erreurs de manipulations : ils peuvent aussi entraîner des accidents graves comme l’atteinte ou même la section d’un nerf, d’une artère ou d’une veine importante. Dans ces cas, les lésions nerveuses, vasculaires ou tendineuses sont source de séquelles fonctionnelles.
  • L’algodystrophie est aussi une complication de cette chirurgie, qui entraîne des séquelles. En effet, elle empire les douleurs, qui peuvent alors durer plus longtemps.
  • Le doigt à ressaut est assez fréquent. Il peut aussi survenir pendant ou après l’intervention chirurgicale du canal carpien. Son apparition est favorisée par le blocage engendré par le gonflement au niveau de la main.

En général, ces complications n’apparaissent que rarement. Pour les éviter, il est important pour le patient de se tourner vers des chirurgiens expérimentés.

Par ailleurs, noter bien que la persistance des symptômes après le traitement chirurgical ne traduit pas forcément une complication. Il est possible que la récupération soit plus lente pour certaines personnes (plusieurs mois). Tout dépend de la sévérité du problème du canal carpien, mais en cas de doute, n’hésitez pas à contacter le médecin.

Les effets secondaires de l’opération du canal carpien

Les effets indésirables de la chirurgie du canal carpien sont aussi nombreux.

  • Les douleurs au niveau de la région de la cicatrice, de la totalité du membre inférieur et les décharges électriques persistent le temps de la cicatrisation.
  • Une perte de force musculaire dans la main : elle est due à la section du ligament. Heureusement, elle est réversible et revient à la normale à partir de la sixième semaine après l’opération.
  • Les sensations désagréables et gênantes lorsqu’on bouge la main ou le poignet.
  • La luxation des tendons fléchisseurs.
  • Le syndrome de Loge de Guyon.

Main gonflée suite à un canal carpien

Il n’est pas rare de voir sa main gonfler après une opération de canal carpien. Cet oedème ou gonflement de la main affectée peut être dû à plusieurs facteurs

  1. Réaction inflammatoire : L’intervention chirurgicale elle-même peut provoquer une réaction inflammatoire dans la main, ce qui entraîne une accumulation de liquide et un gonflement. Cela fait partie du processus de guérison normal, mais il est important de surveiller tout signe d’infection ou d’autres complications.
  2. Chirurgie : L’intervention chirurgicale peut entraîner une irritation des tissus environnants, y compris les nerfs et les vaisseaux sanguins. Cela peut perturber le flux sanguin et lymphatique, ce qui peut contribuer à l’enflure.
  3. Compression nerveuse résiduelle : Dans certains cas, la compression du nerf médian causée par le canal carpien peut avoir causé des dommages ou une irritation nerveuse. Même après l’opération, l’enflure peut persister, en particulier si elle était déjà présente auparavanté.
RECOMMANDÉ :  Canal carpien : Signification émotionnelle

Pour réduire l’enflure de la main, votre médecin pourrait vous donner des conseils concernant l’élévation de la main, l’application de glace, l’utilisation d’un bandage de compression, et des exercices thérapeutiques. Ces mesures peuvent aider à réduire l’enflure et à favoriser la circulation sanguine et lymphatique.

Par contre, si vous observez une augmentation importante et anormale de l’enflure (souvent associée à une douleur excessive, une rougeur, une chaleur ), il est essentiel de consulter sans délai.

Pour conclure, l’opération du canal carpien n’a rien d’inquiétant. Elle est satisfaisante dans la plupart des cas. Les complications ne sont pas fréquentes et les effets secondaires sont passagers. Au cas où ils persistent, veuillez consulter les professionnels de santé.

Canal carpien et opération tardive : À quoi s’attendre ?

L’opération est généralement un succès lorsque les symptômes sont pris en charge dès le début. Mais qu’en est-il des interventions chirurgicales réalisées longtemps après l’apparition des douleurs ?

En effet, bien qu’il soit généralement recommandé de traiter le syndrome du canal carpien dès que possible pour éviter une détérioration des symptômes et des dommages nerveux supplémentaires, il peut arriver que l’intervention soit retardée pour diverses raisons.

Souvent, une évaluation préopératoire (avant l’intervention) permettra de déterminer l’étendue des dommages nerveux. Le patient pourra alors discuter avec son spécialiste des attentes réalistes en matière de résultats.

Les résultats d’une opération tardive du canal carpien peuvent varier d’un individu à l’autre. Dans certains cas, l’intervention peut encore fournir un soulagement significatif des symptômes, réduire la douleur et restaurer la fonction normale du poignet et de la main.

Cependant, il est important de noter que les résultats peuvent être moins favorables par rapport à une intervention réalisée plus tôt, notamment en ce qui concerne la récupération nerveuse complète.

En ce qui concerne les séquelles, une opération tardive peut entraîner :

  • une récupération plus lente
  • périodes de rééducation prolongées.
  • une perte de force et de préhension
  • une perte de coordination
  • une raideur résiduelle Les muscles et les tissus peuvent avoir subi une dégénérescence plus importante, ce qui peut nécessiter des efforts supplémentaires pour retrouver une force et une fonction optimales.

Les muscles et les tissus peuvent avoir subi une dégénérescence plus importante, ce qui peut nécessiter des efforts supplémentaires pour retrouver une force et une fonction optimales.

Il faudra alors travailler dur pour maximiser le potentiel de récupération. La rééducation peut impliquer des exercices spécifiques pour renforcer les muscles du poignet et de la main, améliorer la mobilité et favoriser la guérison.

En outre, il est important de noter que chaque cas est unique, et les résultats et les séquelles spécifiques dépendront de plusieurs facteurs, notamment la durée des symptômes, l’étendue des lésions nerveuses et la réponse individuelle à la chirurgie et à la rééducation.

Ressources

Canal carpien ou tendinite : comment différencier ?

Canal carpien ou SEP (sclérose en plaques) : comment différencier ?

Canal carpien et arthrose : quel lien ? (explications)

Canal carpien et fibromyalgie : comment différencier ?

Canal carpien et tremblement : quel lien ? (explications)

Canal carpien et hypothyroïdie : quel lien ?

Références

https://syndrome-canal-carpien.fr/anatomie-tunnel-carpien-trajet-nerf-median/

https://www.chirurgiens-main-orleans.fr/pathologies/canal-carpien/complications/

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut