Parasites du lapin : guide essentiel (traitement et prévention)

Article rédigé par le 13 août 2023

Les parasites du lapin sont des organismes nuisibles qui peuvent causer divers problèmes de santé chez ces animaux de compagnie populaires. Les parasites peuvent être classés en deux catégories principales : les parasites internes et les parasites externes. Cet article a pour but d’aider les propriétaires de lapins de connaitre les points les plus essentiels sur les parasites du lapin et comment le mieux les combattre.

Symptômes généraux des parasites du lapin

Les symptômes des parasites du lapin varient en fonction du type de parasite et de la zone du corps affectée. Il est important d’observer attentivement le comportement et l‘apparence de votre lapin pour détecter tout signe suspect à temps.

Les démangeaisons sont un signe courant de la présence des parasites externes, tels que les puces, la gale, les tiques, les aoûtats ou les cheylétielles. Les crises d’irritation cutanée peuvent entraîner un inconfort considérable pour l’animal, ainsi que des rougeurs et des plaques sur la peau.

La perte de poils est un autre symptôme fréquent des infestations parasitaires. Les acariens, comme Cheyletiella parasitovax, provoquent souvent des pellicules et des squames chez le lapin, suivies de la perte de poils. Les parasites internes, tels que E.cuniculi, peuvent également causer des symptômes plus graves tels que paralysie ou insuffisance rénale si elles ne sont pas traitées rapidement.

Les pattes du lapin peuvent être affectées par des parasites externes, notamment les aoûtats et les tiques. La peau autour des pattes peut devenir rouge et irritée, ce qui peut inciter l’animal à se gratter et à lécher excessivement la zone affectée.

Les oreilles du lapin sont également sensibles aux infestations parasitaires. Les parasites comme les acariens de la gale auriculaire provoquent des croûtes et des débris qui s’accumulent dans le conduit auditif, ce qui peut provoquer des douleurs et un inconfort pour l’animal. En outre, les infestations non traitées peuvent entraîner des complications sérieuses, telles que des infections de l’oreille moyenne et interne.

Remarque: si vous observez un de ces symptômes, consultez sans attendre votre vétérinaire. Plus le problème est détecté tôt, meilleures sont les chances de guérir une maladie, avant que cela ne devienne trop sérieux.

Parasites externes

Les lapins peuvent être affectés par divers parasites externes, qui peuvent causer des problèmes de santé s’ils ne sont pas traités rapidement et correctement. Dans cette section, nous aborderons les types courants de parasites externes chez les lapins : puces et tiques, gale des oreilles et psoroptes cuniculi, teigne et champignons, ainsi que les aoûtats.

Puces et tiques

Les puces et les tiques sont des parasites communs chez les lapins. Les puces provoquent des démangeaisons et peuvent transmettre des maladies, tandis que les tiques peuvent également causer des infections et propager des maladies comme la borréliose et l’anaplasmose. Pour traiter ces parasites, il est important d’utiliser des produits spécifiques adaptés aux lapins, car certains produits pour chiens et chats peuvent être toxiques pour eux.

Gale des oreilles et Psoroptes cuniculi

La gale des oreilles (ou gale psoroptique) est causée par un acarien microscopique (un proche parent des araignées) appelé Psoroptes cuniculi, qui provoque des démangeaisons intenses, des croûtes et parfois des infections secondaires. Les lapins atteints doivent être traités rapidement pour éviter que le problème ne s’aggrave. Le traitement se fait généralement par des médicaments administrés par voie orale et locale, et il est important de bien nettoyer les oreilles pour éliminer les acariens.

Les animaux sains se contaminent par contact direct mais aussi indirectement à partir d’objets souillés et contaminés. Le diagnostic se fait après raclage du conduit auriculaire et observation au microscope des oeufs, des larves et des adultes.

Important : la gale des oreilles n’atteint pas l’oreille interne mais si elle n’est pas traitée, l’oreille peut se surinfecter. Dans ce cas, l’infection peut prendre la forme d’une otite interne. Les complications inflammatoires de l’oreille et les lésions nerveuses peuvent entraîner des torticolis. La tête est alors inclinée, on note parfois des convulsions.

Teigne et champignons

La teigne est une infection fongique qui peut affecter la peau, les poils et les griffes des lapins. Les symptômes de la teigne comprennent la perte de poils, des plaques circulaires rouges sur la tête ou les pattes, des croûtes, des démangeaisons et des lésions cutanées. Le traitement implique généralement l’administration d’antifongiques par voie orale et l’application de médicaments locaux. Tout comme pour les autres parasites externes, il est important de nettoyer l’environnement de l’animal pour limiter la propagation de l’infection.

Bon à savoir : principalement, deux champignons parasites microscopiques sont responsables de cette maladie. Il s’agit de Trychophyton mentagrophytes et de Microsporum canis. Ces mycoses sont transmissibles à d’autres animaux (chien et chat), mais aussi à l’homme.

RECOMMANDÉ :  Comment punir un chat qui attaque ? Conseils vétérinaires

Les aoûtats

Les aoûtats sont de petits acariens qui provoquent des démangeaisons et des irritations cutanées chez les lapins. On peut voir des petits points orangés sur la peau de l’animal. Les lapins infestés peuvent présenter des croûtes et des lésions rouges sur la peau. Pour traiter les aoûtats, il convient d’utiliser des médicaments spécifiques aux lapins et de bien nettoyer l’environnement de l’animal pour éliminer les acariens. En outre, il peut être nécessaire de traiter les autres animaux présents pour éviter la propagation de ces parasites.

Parasites internes

Les parasites internes (endoparasites) sont ceux qui vivent à l’intérieur du corps du lapin, principalement dans le système digestif. Les principaux parasites internes rencontrés chez le lapin domestique sont les coccidies (cliquez ici source pour voir tout l’article), le parasite Encephalitozoon cuniculi et les vers intestinaux.

Encephalitozoon cuniculi

Encephalitozoon cuniculi est un parasite microscopique qui se déplace dans le sang du lapin et se loge au niveau du cerveau ou des reins. Il se propage principalement par ingestion d’eau ou de nourriture contaminée par des spores du parasite.

Les symptômes peuvent être très variables, allant d’une perte d’équilibre ou de la coordination à une infection rénale sévère, voire la cécité. De nombreux lapins sont porteurs sains, c’est-à-dire qu’ils peuvent transmettre la maladie sans en manifester les symptômes.

Le traitement de l’encephalitozoonose chez le lapin ( la maladie causée par ce parasite) dépend de la gravité de l’infection et des organes touchésIl repose généralement sur l’administration d’un médicament antiparasitaire appelé fenbendazole, souvent associé à des soins de soutien pour soulager les symptômes.

Bon à savoir : la plupart des lapins infectés ne présentent aucun signe jusqu’à ce qu’ils soient plus âgés, stressés ou immunodéprimés.

Vers intestinaux

Les vers intestinaux sont moins fréquents chez les lapins que chez les autres animaux, mais ils peuvent quand même causer des problèmes de santé. Le ver le plus susceptible d’infecter les lapins est un type de ver rond appelé oxyure, dont le plus courant est Passalurus ambiguus.

Ces petits vers blancs mesurent 5 mm et se présentent en petits filaments. Ils sont visibles dans les excréments ou au bord de l’anus. On les voit se tortiller. Les vers et les œufs sont situés dans le colon ou le caecum. Les symptômes d’une infection par les vers intestinaux comprennent une perte de poids inexpliquée, de la diarrhée ou des selles inhabituelles contenant des œufs de vers.

En cas d’infestation par des vers intestinaux, le vétérinaire pourra prescrire un vermifuge adapté pour éliminer ces parasites chez votre lapin. 

Diagnostic des parasites du lapin

Le diagnostic des parasites du lapin doit être réalisé par un vétérinaire compétent, car il nécessite des connaissances spécifiques et des examens complémentaires pour identifier correctement les parasites en cause.

Dans un premier temps, le vétérinaire procède à un examen clinique du lapin. Il observe attentivement l’apparition de symptômes tels que des démangeaisons, des plaques, des rougeurs ou des problèmes rénaux qui peuvent signaler la présence de parasites internes ou externes. Il est également important de prendre en compte les antécédents médicaux et les facteurs de risque du lapin, tels que son environnement et son contact avec d’autres animaux.

Pour confirmer le diagnostic, il est souvent nécessaire de réaliser des examens complémentaires. Parmi ceux-ci, l’utilisation d’un microscope est courante pour examiner des échantillons prélevés sur le lapin, tels que des poils, des fèces ou du sang. L’analyse microscopique permet de détecter la présence de parasites microscopiques et de déterminer leur espèce.

Important : dans l’ensemble, le diagnostic des parasites du lapin est une étape cruciale pour assurer la santé et le bien-être de l’animal. Il est important de consulter régulièrement votre vétérinaire et de maintenir un niveau d’hygiène élevé pour minimiser les risques d‘infestation et prévenir les complications liées aux parasites.

Traitements contre les parasites du lapin

Les parasites du lapin peuvent causer de nombreux problèmes de santé. Il est essentiel de connaître les traitements et les mesures de prévention appropriés pour assurer le bien-être de votre animal. Cette partie est attendu avec impatience par les propriétaires de lapins voici quelques conseils:

Il faut choisir l’antiparasitaire adapté selon différents critères tels que le poids et l’âge de l’animal, le type de protection (interne ou externe : cutanée ou en complément alimentaire), la durée de protection que vous recherchez ou encore le type de parasites à éloigner.

Dans le cas d’une infestation par l’encéphalitozoonose, causée par le parasite E. Cuniculi, il est nécessaire de consulter un vétérinaire qui prescrira un traitement adapté et assurera le suivi de l’état de santé du lapin.

RECOMMANDÉ :  Comment donner un médicament à mon chat ? (conseils véto)

Pour prévenir les parasitoses externes, il existe divers produits antiparasitaires, tels que :

  • Advantage 40 ou 80 : traite les infestations de puces ; les puces sont tuées un jour après le traitement. Un seul traitement prévient les réinfestations par les puces pendant une semaine chez les lapins.
  • Imaveral : utilisé pour traiter la teigne ;
  • Advocate : sur prescription, pour prévenir les infestations par les acariens ;
  • Stronghold 15 mg : sur prescription, pour lutter contre les parasites internes et externes.

Remarque : n’utilisez jamais de solution prête à l’emploi à l’usage des chats ou des chiens, car ces produits sont plus concentrés que les formules élaborées pour les lapins. En cas d’application sur l’épiderme, votre lapin risquerait l’intoxication, voire la mort.

En ce qui concerne les parasites internes, il est recommandé d’utiliser des vermifuges et des anticoccidiens sur prescription du vétérinaire. Parmi les produits couramment prescrits, on trouve :

  • Soluverm : vermifuge ;
  • Téniverm 3.0 capsules : traitement contre les ténias et les vers ronds ;
  • Flubenol pâte : vermifuge polyvalent ;
  • Panacur : traitement contre les infections à E. Cuniculi ; il est conseillé en forme liquide, à la dose de 20 mg/kg du lapin, une fois par jour pendant 5 jours.
  • Amidurène : anticoccidien pour prévenir et traiter la coccidiose.

Remarque : on peut vermifuger un lapin dès l’âge d’un mois : le vermifuge se présente en forme de pâte orale ou en solution buvable que l’on mélange à son eau. La fréquence d’administration est de deux fois par an.

Il est essentiel de suivre les conseils de votre vétérinaire et de respecter les doses recommandées pour garantir l’efficacité du traitement.

Solutions antiparasitaires naturelles

Voici quelques remèdes naturels et inoffensifs pour soigner votre lapin et pour débarrasser son environnement des parasites :

  • Vinaigre de cidre de pomme : pour déparasiter votre animal domestique, diluez une simple cuillère à soupe de vinaigre de cidre de pomme dans 1 litre d’eau et versez votre préparation dans un flacon pulvérisateur. Il ne vous reste plus qu’à vaporiser la solution sur les tapis et sur les accessoires de votre compagnon.
  • L’huile d’eucalyptus : pour employer l’huile d’eucalyptus pour déparasiter votre lapin, vous devez mettre quelques gouttes de la substance dans de l’eau tiède. Vaporisez ensuite ce mélange sur le pelage de votre bête en prenant soin de ne pas éclabousser son museau, car l’odeur puissante de l’eucalyptus pourrait perturber l’odorat de votre compagnon.
  • Le peigne anti-puces pour petits animaux est la solution parfaite pour vous ! Il suffit de coiffer régulièrement la fourrure de votre compagnon pour capturer les parasites morts ou vivants.
  • Le thym est une plante médicinale, c’est un vermifuge naturel bien toléré par l’organisme des petits animaux domestiques.

Importance de l’hygiène et de la prophylaxie

L’hygiène est un élément crucial pour prévenir les parasites du lapin et assurer leur bonne santé. Elle permet de limiter les risques de contamination et d’infection. En effet, un mauvais entretien de leur environnement peut favoriser le développement de parasites et de maladies.

Dans une animalerie, il est indispensable de maintenir une bonne hygiène pour éviter la propagation des parasites. Les lapins doivent être tenus dans des cages propres, avec un accès régulier à de l’eau fraîche et une alimentation saine. Un contrôle régulier des animaux est également nécessaire pour détecter et traiter rapidement toute infection parasitaire.

La contamination des lapins peut être réduite en adoptant des mesures de prévention et de prophylaxie appropriées. Parmi celles-ci, on peut citer :

  • Nettoyer régulièrement les cages et les équipements pour éviter l’accumulation d’excréments et d’urine.
  • Utiliser des désinfectants adaptés pour lutter contre les parasites présents dans l’environnement.
  • Isoler les nouveaux animaux avant de les introduire dans un groupe, afin d’éviter la propagation des infections.
  • Éviter d’introduire des animaux sauvages ou potentiellement infectés dans les locaux de l’animalerie.
  • Fournir un nid de qualité pour les femelles et leurs petits, afin d’assurer un environnement sain et confortable.
  • Consulter régulièrement un vétérinaire pour suivre l’état de santé des lapins et mettre en place un plan de prophylaxie adapté à la situation épidémiologique de la région.

En conclusion, un environnement sain et des mesures de prophylaxie adaptées permettent de prévenir les parasites du lapin et d’assurer leur bien-être. L’hygiène joue un rôle majeur dans la lutte contre les infections et les contaminations, et doit être une priorité pour les animaleries et les éleveurs de lapins.

Références

https://www.doctissimo.fr/animaux/lapin/sante-du-lapin/les-parasites-externes-du-lapin#diagnostic-d-un-parasitisme-chez-le-lapin

https://www.afstal.com/medias/File/pa-33-37-lapins.pdf

Les parasites les plus courants chez le lapin : diagnostic, traitement et prévention (anipassion.com)

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut