Pododermatite du lapin : causes, symptômes et traitement

Article rédigé par le 24 août 2023

Contrairement aux chats, aux chiens et aux humains, les lapins n’ont pas de coussinets ni de musculature épaisse au niveau des pieds. Ils ont une fourrure très épaisse sur une peau fine pour protéger et amortir les pieds. Si cette fourrure est endommagée ou perdue, sans le coussin épais qu’elle fournit, une pododermatite peut s’installer, une inflammation des pieds. Il s’agit d’une affection assez courante chez les lapins, quel que soit leur âge ou leur sexe, se rencontre lorsque certaines conditions prédisposantes sont présentes.

Il est donc essentiel de connaître la pododermatite chez le lapin. Dans cet article, on vous aide à retenir les causes de cette maladie, pour en prévenir l’apparition ; à en identifier les symptômes, pour réagir au plus vite ; et à connaître les traitements disponibles, pour accompagner votre lapin en cas d’infection.

Les causes de la pododermatite du lapin

La prédisposition génétique

Les lapins Rex, du fait de leur fourrure très courte, y sont plus sujets. Leurs pieds sont en effet encore moins protégés que ceux des autres lapins. Il faut donc, encore plus que pour d’autres lapins, veiller à ce que les autres causes de pododermatite ne soient pas présentes.


A l’inverse, certains angoras semblent également être plus sensibles alors qu’ils ont souvent les pieds richement recouverts de poils.
Il n’y a en revanche pas de causes liées au sexe du lapin ou a son âge.

Le confinement en cage

Les lapins confinés en cage, même une partie de la journée, ne peuvent pas adopter de positions naturelles et encore moins se déplacer. Enfermé, il est contraint d’adopter une position statique, « en poule », ce qui le fait reposer sur les mêmes appuis en permanence.

L’ennui est également un facteur prédisposant, or en cage, un lapin s’ennuie énormément puisqu’il ne peut absolument pas exprimer son comportement naturel. Il peut alors développer un comportement stéréotypique de type léchage excessive ou épilation. Certains se rongent également les callosités des talons. Tout ceci fragilise encore plus les pieds.

Un sol en grillage métallique est terriblement mauvais pour les lapins que ce soit en fond de cage ou du bac à litière.

Le manque d’exercice

L’exercice est vital pour éviter les pododermatites du lapin, 3h de promenade par jour ne suffisent pas. Lorsqu’il court ou il saute, le lapin utilise la partie avant du pied mais lorsqu’il est sans cesse assis ou couché en poule, il exerce une pression constante sur les talons, ce qui finit par provoquer une inflammation et parfois même une nécrose des tissus sur lequel l’os appuie constamment. Le lapin va alors encore réduire ses déplacements car ses pieds seront devenus trop douloureux. Un cercle vicieux s’installe alors.

Le manque d’hygiène de l’habitat

Les lapins vivant en cage souffrent d’humidité car les fuites de biberons sont très fréquentes. De plus, ils ne bénéficient souvent pas de bac à litière et sont donc à longueur de temps au contact de la litière souillée. Bien des lapins ont le dessous des pattes jaunes sans que cela ne choque leurs propriétaires. Pourtant, c’est le signe d’un manque d’hygiène. Un lapin blanc doit avoir le dessous des pieds parfaitement blancs. Les autres doivent également conserver leur coloris d’origine et ne pas jaunir du tout.

La solution, là encore : la liberté totale ainsi que le remplacement du biberon par une gamelle adaptée et l’usage d’un bac à litière avec grille de protection.

La nature du sol

Les pieds des lapins sont naturellement adaptés à des sols variées et naturels : terre, sable, herbe, pierre, tapis de feuilles mortes…La plupart de ces sols sont souples et permettent aux lapins de parfaitement poser leurs pieds au sol. En revanche, dans nos intérieurs, les sols sont durs ce qui rend les contacts plus irritants et les chocs plus nombreux.

RECOMMANDÉ :  Faut-il donner des carottes à son lapin : Risques (Explication vétérinaire)


Le linoléum, quant à lui, peut provoquer des allergies. Il n’est pas rare qu’un lapin souffrant de pododermatites chroniques lorsqu’il vit sur un sol en linoléum, guérisse à l’occasion d’un déménagement dans un logement pourvu d’un sol en carrelage ou en parquet.


Il est important d’offrir au lapin une alternance de sols variés et en matière naturelle. Evitez les couvertures en laine polaire et autre matières synthétiques. Privilégiez les tapis en coton tissés à plat.

Le handicap temporaire ou définitif

De nombreuses maladies peuvent handicaper le lapin et l’empêcher d’adopter de bonnes positions. Toutes celles qui entraînent un déséquilibre (otite, fracture, problème neurologique divers, etc.), oblige le lapin à prendre de mauvais appuis et peuvent évoluer en pododermatite.

Un lapin souffrant de problèmes urinaires et ayant régulièrement les pattes et l’arrière train souillés peut lui aussi développer des inflammations et infection au niveau des pattes si ces derniers restent trop souvent dans l’humidité.

Une infection secondaire

Si votre lapin souffre d’une infection où qu’elle soit, elle peut finir par toucher également le dessous du pied. Il faut donc veiller à une hygiène parfaite.

Le surpoids

Le confinement mais aussi l’abus de friandises, de fruits, de granulés et de carottes provoquent un surpoids. Un poids excessif repose alors sur les talons du lapin, réduit les possibilités de toilettage du lapin ainsi que son activité.

Les griffes trop longues

Lorsque les griffes sont trop longues, le lapin ne peut plus poser ses pieds à plat. Ces derniers ont tendance à se cambrer faisant ainsi entièrement reposer le poids du lapin sur les talons au lieu de le faire reposer sur le pied.

Nervosité du lapin

Un lapin très nerveux peut soit se grignoter les poils des pieds, laissant les talons sans protection soit taper des pieds de manière intempestive ce qui provoque de gros chocs sur une partie très sensible.

Les symptômes de la pododermatite du lapin

La pododermatite du lapin est très douloureuse, les lapins qui souffrent mangent souvent moins, grincent les dents, défèquent moins et peuvent tomber en stase gastro-intestinale, ils s’assoient souvent dans une position voûtée, ferment les yeux, aplatissent leurs joues, ont les oreilles baissées et tenues en arrière. Les premiers signes de la pododermatite sont les suivants:

  • Perte de fourrure à la base des pieds et des jarrets
  • Peau rouge à la base des pieds et des jarrets
  • Gonflement des pieds
  • douleur
  • Ulcères peu profonds ou plaies ouvertes

Les signes graves sont les suivants:

  • Abcès
  • Stase gastro-intestinale
  • Perte de sang et anémie
  • Infection et septicémie
  • Ostéomyélite ou infection de l’os
  • Érosion des os et des ligaments
  • Rupture du tendon fléchisseur digital superficiel, entraînant une altération de l’extension du jarret ou de la cheville et une invalidité permanente du lapin.

La pododermatite et les plaies du jarret sont des affections progressives, qui peuvent être difficiles à traiter (en particulier à des degrés élevés) et qui, par conséquent, peuvent limiter la durée de vie et tragiquement constituer un motif d’euthanasie.

Examinez vos lapins – prenez-les (une main sous la poitrine et une autre soutenant le derrière, placez leur dos contre votre corps pour qu’ils se sentent en sécurité) et écartez la fourrure au-dessus du « talon » de la patte ; vous aurez peut-être besoin d’un assistant pour vous aider dans cette tâche. En cas de plaies du jarret, la peau peut être rose, rouge, suintante ou croûteuse.

Diagnostic

Le diagnostic est généralement établi à partir de l’anamnèse et de l’examen clinique. Dans les cas les plus chroniques ou les plus graves, des radiographies et des analyses sanguines sont souvent effectuées pour mieux caractériser l’évolution de la maladie.

Lors de l’examen clinique, les membres et les doigts seront soigneusement évalués, ainsi que la démarche et l’attitude du lapin.

RECOMMANDÉ :  Stress chez le cheval : comment le reconnaître et bien le gérer ?

L’analyse de la formule sanguine complète portera sur les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes. Ces tests sont utilisés pour évaluer l’anémie ou le manque de globules rouges et l’infection avec des globules blancs élevés.

La chimie est un examen sanguin qui permet d’évaluer les valeurs rénales, les valeurs hépatiques et les électrolytes afin de rechercher toute maladie sous-jacente susceptible de contribuer à la pododermatite ou de l’aggraver.

Les radiographies permettent de rechercher une ostéomyélite ou une infection des os du pied, ainsi qu’une déformation de la colonne vertébrale pouvant contribuer à la pododermatite du lapin.

Les tests de culture et de sensibilité impliquent l’utilisation d’un écouvillon pour prélever des échantillons d’abcès ou d‘ulcères qui sont envoyés à un laboratoire qui cultive l’échantillon sur un disque de culture, évalue si des bactéries se développent et causent l’infection, puis teste les bactéries contre des antibiotiques afin de déterminer quel antibiotique serait le meilleur pour le traitement de l’infection.

Traitement de la pododermatite chez le lapin

La meilleure chose à faire à la maison pour les lapins atteints de pododermatite est d’éliminer toute cause du problème. Consultez toujours votre vétérinaire pour tout changement que vous envisagez de faire.

La pododermatite est souvent progressive et ne peut être inversée, elle n’est donc pas facile à traiter. Si votre lapin souffre d’une pododermatite chronique sévère et douloureuse, votre vétérinaire peut recommander l’euthanasie s’il n’est pas possible de la traiter.

Votre vétérinaire peut également vous recommander:

  • Dans le cas d’une irritation superficielle, des soins locaux : une pommade antibiotique ou un spray cicatrisant, que vous devrez appliquer délicatement au niveau des zones enflammées. 
  • Pour une infection plus sévère, vous devrez également administrer des antibiotiques et des anti-inflammatoires à votre compagnon.
  • Des analgésiques pour soulager la douleur et aider votre lapin à se déplacer plus facilement.
  • Dans les cas les plus grave, une intervention chirurgicale est parfois recommandée afin de recouvrir les ulcères d’un nouveau lambeau de peau.

Remarque: votre vétérinaire peut vous recommander des bandages liquides, des bottes ou des bandages amovibles pour protéger les pieds. Veuillez retirer et changer immédiatement tout pansement souillé et suivre les instructions de votre vétérinaire pour toutes les recommandations.

source

Que puis-je faire pour protéger mon animal ?

Si vous constatez des signes de plaies aux jarrets, vous devez les faire examiner immédiatement par un vétérinaire afin de discuter des moyens d’améliorer la prise en charge et d’évaluer toute affection sous-jacente susceptible de compliquer les choses. Il est recommandé d’appliquer des gestes de prévention pour réduire les risques et les facteurs aggravants. Voici les gestes de prévention à retenir :

  • Optez pour une cage la plus grande possible et aménagez un enclos avec des jeux, tunnels, cachettes… afin de favoriser l’exercice de votre petit compagnon. Accordez lui des sorties en liberté sous surveillance plusieurs heures par jour.
  • Les sols grillagés ou en béton chez les animaux vivant en extérieur sont à proscrire. Un tapis de bain moelleux ou un tapis en jonc de mer constituent un revêtement de sol confortable pour votre lapin.
  • Ne laissez pas votre lapin prendre de l’embonpoint, car cela présente de nombreux avantages pour sa santé.
  • Réglez tout problème susceptible de provoquer des taches d’urine ou de matières fécales sur la fourrure des pattes.
  • Demandez l’avis d’un vétérinaire si vous remarquez une boiterie ou une réticence à se déplacer.
  •  Surveillez fréquemment les pattes de votre animal ! C’est la meilleure protection que vous pouvez lui offrir face à la pododermatite du lapin.

N’oubliez pas que plus un problème est détecté tôt, plus les chances d’un résultat positif sont grandes.

Références

https://vethelpdirect.com/pet-health-library/conditions-rabbit-pododermatitis-aka-hock-sores/

https://www2.vetagro-sup.fr/bib/fondoc/th_sout/th_pdf/2004lyon118.pdf

https://www.vetostore.com/nos-conseils/qu-est-ce-que-la-pododermatite-du-lapin.html

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut