Pontage coronarien : Guide complet

Article rédigé par le 26 juin 2024

Prendre soin de son cœur, ce muscle incroyable qui bat inlassablement dès la période embryonnaire jusqu’au dernier souffle, est capital pour mener une vie longue et en bonne santé.

Malheureusement, les maladies cardiovasculaires restent l’une des principales causes de mortalité dans le monde. Parmi elles, les maladies coronariennes, qui obstruent les artères fournissant le sang au cœur lui-même.

Face à ce diagnostic, de nombreux patients se voient prescrire un pontage coronarien, une procédure chirurgicale qui permet de rétablir la circulation coronaire.

Cet article, rédigé par un professionnel de santé, vous propose un guide complet sur le pontage coronarien, avec des explications claires et simples pour vous aider à comprendre cette intervention vitale.

En quoi consiste un pontage coronarien ?         

Le cœur est une pompe musculaire (formé de muscle) qui propulse le sang riche en oxygène et en nutriments vers tout le corps. Comme tout autre muscle, il a besoin d’oxygène et de nutriments lui aussi pour fonctionner.

Il est donc lui-même alimenté par des artères qu’on appelle « artères coronaires » — appelées ainsi car elles entourent le cœur à la manière d’une couronne).

Ce sont les artères coronaires qui assurent un flux sanguin constant au muscle cardiaque lui-même. Très simplement, c’est elles qui nourrissent le cœur !

Avec le temps, ces artères peuvent se rétrécir ou se boucher, notamment en raison de l’accumulation de plaque d’athérome, une substance composée de graisse et de cholestérol (entre autres) dans l’épaisseur des parois artérielles. Ce processus est connu sous le nom d’athérosclérose.

Quand les artères coronaires se rétrécissent, le flux sanguin vers le cœur est réduit, entraînant des douleurs thoraciques (angine) ou des crises cardiaques.

Pour rétablir une bonne circulation du sang au niveau des artères coronaires, plusieurs options existent en fonction des situations (degré d’obstruction, âge du patient…) : traitements médicamenteux, pose d’un stent et, dans certains cas, un pontage coronarien. Dans cet article, c’est à cette dernière qu’on s’intéresse !

Il faut d’abord savoir que le pontage coronarien est une chirurgie à cœur ouvert. C’est donc une procédure très invasive que l’on envisage seulement dans certaines situations où les autres options moins invasives ne sont pas pertinentes.

Le pontage coronarien, en gros, vise à contourner les segments bloqués des artères coronaires pour rétablir un flux sanguin adéquat vers le cœur.

Bon à savoir !
Le premier pontage coronarien a été réalisé en 1960 par le chirurgien soviétique Dr. Vasilii Kolesov, qui a utilisé l’artère mammaire interne pour contourner une artère coronaire bloquée.

Pour ce faire, on a besoin d’un greffon vasculaire qu’on prélève dans d’autres parties du corps, par exemple la veine saphène de la jambe ou l’artère thoracique interne.

Ces vaisseaux sont ensuite greffés au-delà des zones obstruées, créant un nouveau chemin pour le sang oxygéné vers le cœur.

Afin de mieux comprendre en quoi ça consiste, imaginez que vous conduisez sur une autoroute (artère coronaire) et que vous arrivez à un embouteillage (artère bouchée) causé par un accident qui bloque toutes les voies.

Pour continuer votre voyage, vous prenez une sortie pour emprunter une route secondaire (pont vasculaire créé chirurgicalement) qui contourne l’obstruction et vous permet de rejoindre l’autoroute après le blocage. Le pontage coronarien fonctionne exactement de la même façon !

Cette intervention est couramment pratiquée et a prouvé son efficacité pour améliorer la qualité de vie des patients souffrant de maladies coronariennes !

Dans quel cas un pontage coronarien est-il indiqué ?

Le pontage coronarien est indiqué dans plusieurs situations spécifiques, souvent liées à la gravité de la maladie coronarienne et à l’inefficacité des autres traitements médicaux.

Voici les principales raisons pour lesquelles cette procédure peut être recommandée :

1. Angine de poitrine sévère

L’angine de poitrine, ou angor, se manifeste par des douleurs thoraciques causées par une réduction de l’apport sanguin au cœur.

Lorsque cette douleur devient sévère et fréquente, même au repos ou lors d’efforts physiques modérés, un pontage coronarien peut être nécessaire.

Toutefois, il est rare d’en arriver au pontage coronarien pour un problème de pontage. Des mesures moins invasives sont toujours privilégiées (médicaments, stent).

2. Blocage des artères coronaires principales

Lorsque l’examen médical appelé « angiographie coronaire » ou « coronarographie » révèle un blocage significatif dans l’une des principales artères coronaires, en particulier la coronaire gauche, un pontage peut être indiqué.

RECOMMANDÉ :  Cardiomyopathie dilatée : un risque cardio-vasculaire à ne pas négliger

Cette artère (coronaire gauche) alimente une grande partie du muscle cardiaque, et son obstruction peut entraîner des conséquences graves, comme un infarctus étendu.

Le pontage permet de contourner cette obstruction, rétablissant ainsi un apport sanguin suffisant à une large zone du cœur.

3. Échec des autres traitements

Avant de recommander un pontage coronarien, les médecins essaient souvent des traitements moins invasifs, comme les médicaments (pour abaisser le cholestérol, réguler la pression artérielle, etc.) et les procédures non chirurgicales comme l’angioplastie (pose d’un stent, une sorte de ressort).

Cependant, si ces méthodes s’avèrent inefficaces pour soulager les symptômes ou traiter la maladie coronarienne, un pontage peut devenir la meilleure option.

4. Post-crise cardiaque

Après une crise cardiaque, certains patients peuvent avoir des artères gravement endommagées ou obstruées. Dans ces cas, un pontage coronarien est souvent recommandé pour réparer les dommages et prévenir de futures crises cardiaques.

L’intervention aide à rétablir le flux sanguin vers les parties du cœur qui ont été privées d’oxygène pendant la crise.

5. Maladie coronarienne diffuse

Chez certains patients, les artères coronaires sont obstruées à plusieurs endroits. Cette condition, connue sous le nom de maladie coronarienne diffuse, rend difficile l’utilisation de techniques comme l’angioplastie, qui ne traite qu’un seul blocage à la fois.

Le pontage coronarien est alors l’option pertinente, car elle permet de traiter plusieurs obstructions simultanément (double pontage, triple pontage coronarien…), en contournant les segments malades des artères.

Comment se déroule la procédure ?

Le pontage coronarien est une intervention chirurgicale complexe, mais courante.

Pour mieux comprendre cette procédure, il est utile de la diviser en trois étapes principales : la préparation, le déroulement de la chirurgie, et la période postopératoire (immédiate et à long terme).

Étape de la préparation

La préparation à un pontage coronarien commence bien avant le jour de la chirurgie. Elle comprend plusieurs consultations et examens pour évaluer l’état de santé général du patient et planifier l’opération en détail.

Voici les principales étapes de cette phase :

  • Le patient rencontre son cardiologue et le chirurgien cardiaque pour discuter des détails de la procédure, des risques et des bénéfices attendus. Ces discussions aident également à préparer mentalement le patient pour l’intervention.
  • Plusieurs tests sont réalisés pour évaluer la fonction cardiaque et générale du patient. Ceux-ci incluent des électrocardiogrammes (ECG), des échocardiographies, des angiographies coronariennes (pour visualiser les blocages), et des tests sanguins.
  • Le patient reçoit des instructions précises concernant la prise ou l’arrêt de certains médicaments avant la chirurgie. Par exemple, il peut être nécessaire d’arrêter les anticoagulants quelques jours avant l’opération pour réduire le risque de saignement.
  • Les patients sont encouragés à poser toutes leurs questions et à discuter de leurs préoccupations avec l’équipe médicale.
  • Un soutien psychologique peut également être proposé pour aider à gérer le stress et l’anxiété préopératoires.

Déroulement de la procédure

Le jour de la chirurgie, plusieurs étapes sont suivies pour réaliser le pontage coronarien de manière sécurisée et efficace :

  • Incision et prélèvement du greffon : le chirurgien fait une incision dans la poitrine pour accéder au cœur.
  • Parallèlement à l’incision thoracique, un vaisseau sanguin est prélevé d’une autre partie du corps, souvent la veine saphène de la jambe ou l’artère thoracique interne, pour être utilisé comme greffon.
  • Le greffon prélevé est attaché à l’aorte d’un côté et en aval de l’obstruction au niveau de l’artère coronaire de l’autre côté, créant ainsi un nouveau chemin (pont) pour le flux sanguin.
  • Une fois les greffons en place, le chirurgien vérifie soigneusement que le sang circule correctement à travers les nouveaux chemins.
  • Les incisions sont ensuite fermées et le patient est transféré en soins intensifs pour une surveillance postopératoire.

Période postopératoire immédiate

Après l’intervention, le patient entre dans une phase de surveillance et de récupération initiale. Il est transféré en unité de soins intensifs (USI) où il est étroitement surveillé pendant les premières 24 à 48 heures. Les signes vitaux, la fonction cardiaque et les sites chirurgicaux sont surveillés pour détecter toute complication.

Des médicaments contre la douleur sont administrés pour gérer l’inconfort post-chirurgical. C’est essentiel pour permettre une récupération plus confortable.

Sous la supervision de l’équipe médicale, le patient est encouragé à commencer à bouger lentement pour éviter les complications liées à l’immobilité, comme les caillots sanguins.

RECOMMANDÉ :  Pontage coronarien : rétablir la circulation cardiaque (guide complet)

Après quelques jours en soins intensifs, le patient est transféré dans une chambre de soins réguliers pour poursuivre la récupération avant de rentrer chez lui.

Avis du professionnel de santé

Le pontage coronarien est une intervention vitale pour des centaines de milliers de patients souffrant de maladies coronariennes sévères. En tant que professionnels de la santé, nous visons à traiter les symptômes immédiats et à promouvoir une santé cardiovasculaire durable.

Cette procédure rétablit efficacement le flux sanguin vers le cœur, améliorant ainsi la qualité de vie. Parois, bien qu’elle soit nettement plus invasive, elle se révèle plus efficace que l’angioplastie.

En effet, d’après plusieurs travaux de recherche, notamment cette étude publiée dans le New England Journal of Medicine, les patients ayant subi un pontage coronarien présentaient un taux de survie à 10 ans supérieur à ceux traités par angioplastie.

Cependant, elle n’est qu’une étape dans la gestion globale de la maladie coronarienne.

La santé cardiovasculaire repose sur des habitudes de vie saines :

  • Une alimentation équilibrée, riche en fruits, légumes, et grains entiers, et pauvre en graisses saturées.
  • L’exercice régulier qui aide à maintenir une bonne condition physique et à réduire le stress, un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires.
  • La gestion du stress et l’arrêt du tabac sont également essentiels pour prévenir les maladies cardiaques.

Les suivis réguliers avec un cardiologue sont indispensables pour surveiller et gérer la santé cardiaque à long terme, même en l’absence de symptômes !

Témoignages

Tout a commencé par un banal test d’effort — ce n’était pas le premier — prescrit par le Dr Le Berre. J’étais suivi pour hypercholestérolémie et hypertension légère.

Des suspicions à la lecture du tracé de l’électrocardiogramme et me voilà lancé dans les étapes successives de la scintigraphie (souvent réalisée à la suite d’un test d’effort, elle met notamment en évidence le manque d’apport sanguin en cas d’angine de poitrine ou d’infarctus du myocarde) et de la coronarographie (examen radiologique qui permet de visualiser des artères coronaires qui irriguent le cœur) à l’hôpital de Saint-Brieuc.

Le cardiologue m’annonce qu’un triple pontage au CHU de Rennes s’impose, même assez rapidement ! Je n’avais jamais rien ressenti d’anormal : ni essoufflement exagéré, ni douleur dans le bras, dans la poitrine, ou dans la mâchoire inférieure. Et je faisais volontiers mes quelques kilomètres de jogging. La surprise est totale ! D’où l’importance d’un suivi médical régulier pour les patients asymptomatiques comme moi.

voir la suite du témoignage sur Ouest France.

Les 5 ponts importants à retenir

  • 1- Le pontage coronarien est une chirurgie qui consiste à faire un pont vasculaire pour contourner les artères coronaires bouchées en utilisant des vaisseaux sanguins prélevés ailleurs dans le corps.
  • 2- Il est recommandé pour les maladies coronariennes sévères afin de rétablir le flux sanguin vers le cœur.
  • 3- L’intervention se déroule sous anesthésie générale, elle dure 3 à 6 heures et nécessite une hospitalisation d’une ou deux semaines.
  • 4- Le patient opéré passe quelques jours en soins intensifs, puis bénéficiera d’un traitement médicamenteux, d’un suivi régulier, d’un programme de réhabilitation cardiaque avec des exercices et de conseils diététiques.
  • 5- Après un pontage coronarien, il est essentiel d’adopter des habitudes de vie saine, comme arrêter de fumer et manger sainement.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut