Soins dentaires chez le patient cardiaque : quels risques ?

Article rédigé par le 19 octobre 2023

Les soins dentaires chez le patient cardiaque sont assez délicats. Il faut dire que les personnes cardiaques sont exposées à des risques d’infection, d’hémorragie et même de syncope durant les actes de soins dentaires.

En ce sens, une étroite collaboration entre le dentiste et le cardiologue est de mise dans la prise en charge bucco-dentaire d’un patient cardiaque. Dans cette optique, si vous souffrez d’une pathologie cardiaque, signalez-la à votre dentiste afin qu’il prenne les précautions adéquates pour vos soins dentaires.

Dans cet article, vous allez découvrir en détail les différents risques liés aux soins dentaires chez le patient cardiaque. Vous trouverez également des conseils en santé bucco-dentaire pour les personnes cardiaques.

Les 5 points essentiels

  • 1. L’endocardite bactérienne est le risque infectieux majeur des soins dentaires chez le patient cardiaque.
  • 2. Selon leur pathologie, les patients cardiaques sont classés en 3 niveaux de risque d’endocardite bactérienne.
  • 3. Le risque hémorragique des soins dentaires chez le patient cardiaque est lié aux traitements en cours du patient.
  • 4. Bien que rare, le risque syncopal des soins dentaires chez le patient cardiaque est possible.
  • 5. L’union Française pour la santé bucco-dentaire a émis quelques recommandations en santé bucco-dentaire à l’égard des patients cardiaques.
Source

Risque infectieux : gare à l’endocardite bactérienne !

Une histoire de bactérie…

L’endocardite bactérienne est le risque infectieux majeur de soins dentaires chez le patient cardiaque. C’est une maladie grave qui touche la paroi interne du cœur (endocarde). Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le taux de mortalité de l’endocardite bactérienne avoisine les 30% dans le monde.

L’endocardite bactérienne est secondaire à la présence de bactéries dans le sang (bactériémie). Quand la paroi interne du cœur (endocarde) est lésée, ces bactéries transportées par la circulation sanguine viennent se fixer sur les valves cardiaques et y prolifèrent.

La pénétration des bactéries dans le sang peut se faire de différentes manières. Toutefois, la porte d’entrée au niveau buccal est la plus fréquente.

Cette porte d’entrée bactérienne buccale peut résulter :

  • soit d’un acte totalement banal (20% des cas), lors d’une  mastication ou d’un brossage par exemple : on parle d’une « bactériémie physiologique »  ;
  • soit d’un acte de soins dentaires (80% des cas) : une « bactériémie pathologique ».

Classification des patients cardiaques en fonction des risques

Patients à risque élevé d’endocardite bactérienne

  • Patients ayant déjà souffert d’une endocardite ;
  • Patients atteints d’une cardiopathie congénitale cyanogène ;
  • Patients porteurs d’une prothèse valvulaire ou envisagés d’en porter dans les 6 mois ;
  • Patients atteints d’insuffisance aortique ou de coarctation aortique.
RECOMMANDÉ :  Érosion de l’émail dentaire : de plus en plus fréquente

Patients à risque modéré d’endocardite bactérienne 

  • Patients ayant des antécédents de rhumatisme articulaire aigu ;
  • Patients atteints de malformation cardiaque congénitale ;
  • Patients atteints de rétrécissement aortique ;
  • Patients atteints d’une insuffisance mitrale ou d’un prolapsus mitral.

Patients à risque négligeable d’endocardite bactérienne 

  • Patients atteints d’autres pathologies cardiaques ;
  • Patients victimes d’infarctus du myocarde depuis plus de 6 mois ;
  • Patients présentant un souffle cardiaque physiologique ;
  • Patients porteurs d’un pacemaker ;
  • Patients hypertendus.
Source

Endocardite bactérienne : le diagnostic et le traitement

L’endocardite bactérienne peut être aiguë ou subaiguë. La première est d’évolution rapide et est fatale en quelques jours en absence de traitement. La seconde, aussi appelée Maladie d’Osler, est d’évolution lente mais est aussi redoutable si elle n’est pas prise en charge très tôt.

Dans tous les cas, les symptômes d’une endocardite bactérienne sont :

  • une fièvre modérée ;
  • un essoufflement au moindre effort ;
  • une toux persistante ;
  • une douleur thoracique gênant la respiration ;
  • une pâleur voire  ;
  • une fatigue marquée ;
  • une perte de connaissance.

Que vous soyez cardiaque ou non, si vous présentez un ou plusieurs de symptômes après des soins dentaires, contactez rapidement votre médecin !

Le diagnostic est confirmé par une hémoculture (culture du sang) qui révèle la présence des bactéries.

Le traitement repose sur une prise d’antibiotiques déterminés par un antibiogramme (recherche des antibiotiques actives sur les bactéries identifiées par l’hémoculture) pendant plusieurs semaines.

Endocardite bactérienne : la prévention

L’antibioprophylaxie (prise préventive d’antibiotique) est au cœur de la prévention de l’endocardite bactérienne des soins dentaires chez le cardiaque. Dans cette perspective, Dr A. Lefort du Service interne de l’hôpital Beaujon (Clichy-France) a publié une étude sur les recommandations sur les avulsions dentaires et la prévention de l’endocardite infectieuse dans la Revue de Médecine interne.

Du reste, des contre-indications d’acte thérapeutique de soins dentaires existent selon le niveau de risque infectieux du patient.

Patients à risque élevé d’endocardite bactérienne

  • Tous les soins dentaires (même le détartrage) se font sous antibioprophylaxie ;
  • Sont contre-indiquées :
  1. l’avulsion des des dents incluses profondes ne présentant pas de risque de désinclusion ou de péricoronarite
  2. les implants
  3. les traitements endodontiques (traitement de la partie interne des dents)
  4. la chirurgie parodontale.

Patient à risque modéré d’endocardite bactérienne

  • Tous les soins dentaires sont effectués sous antibioprophylaxie.
  • Les traitements endodontiques peuvent être réalisés mais en une seule séance et toujours sous antibioprophylaxie.
  • Sont contre-indiqués : les implants et la chirurgie parodontale.

Patient à risque négligé d’endocardite bactérienne

Il sera traité comme un patient non cardiaque.

La prévention de l’endocardite passe également par la diminution de risque de survenue d’une bactériémie physiologique. Pour ce faire, le dentiste se doit d’éliminer tous foyers infectieux bucco-dentaires. Tandis que le patient se doit d’observer une hygiène dentaire irréprochable.

RECOMMANDÉ :  Fluorose dentaire : préventions et traitements
Source

Risque hémorragique : une histoire de traitement 

C’est un risque encouru par les patients cardiaques sous traitements anticoagulants ou anti-agrégants plaquettaires. Ces médicaments servent à fluidifier le sang et sont donc susceptibles de provoquer une hémorragie au cours des soins dentaires sanglants.

Comment prévenir le risque hémorragique des soins dentaires chez le patient cardiaque ?

Une discussion entre le dentiste et le cardiologue s’impose pour éventuellement modifier le traitement en vue des soins dentaires. Les facteurs pris en compte pour cela sont :

  • le risque auquel la modification du traitement (diminution, arrêt ou changement de médicament) exposerait le patient ;
  • le risque hémorragique de l’acte de soins dentaires à effectuer ;
  • l’âge du patient ;
  • l’état de santé du patient.

Syncope : un risque rare de soins dentaires chez le patient cardiaque

La syncope est une perte de connaissance complète et brutale. Elle peut être accompagnée par une brève crise convulsive.

Le risque de syncope en soins dentaires chez le patient cardiaque est rare. Il concerne, le plus souvent, les patients atteints de cardiopathies congénitales et de valvulopathies. La survenue du syncope est habituellement en lien avec un stress intense.

Risque syncopal : quelle conduite à tenir ?

La prévention du risque de syncope en soins dentaires repose sur la gestion du stress basée principalement sur une relation de confiance entre le dentiste et le patient. Si besoin, il est possible de recourir à un soutien psychologique ou à l’administration de traitement sédatif.

Source

Les conseils utiles en santé bucco-dentaire chez le patient cardiaque

L’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD) recommande : 

  • d’observer une bonne hygiène bucco-dentaire avec l’utilisation de brosse à dents à poils souples, du fil dentaire ou des brossettes interdentaires et de dentifrice fluoré ;
  • de visiter régulièrement votre dentiste (tous les 6 mois) ;
  • de ne pas interrompre votre traitement sans avis médical ;
  • de signaler auprès de votre dentiste vos antécédents cardio-vasculaires et vos traitements en cours. 

Références

https://www.dr-ha-ludovic.chirurgiens-dentistes.fr/pathologie-cardiaque-et-soins-dentaires/#:~:text=Pour%20le%20patient%20cardiaque%2C%20le,dans%20le%20sang%20(bact%C3%A9ri%C3%A9mie)

http://www.ufsbd.fr/wp-content/uploads/2016/06/Fiche-conseil-MALADIE-CARDIAQUE-ET-SANTE-BUCCO-DENTAIRE.pdf

https://www.lecourrierdudentiste.com/dossiers-du-mois/soins-dentaires-chez-le-patient-cardiaque.html

https://www.sop.asso.fr/les-journees/comptes-rendus/9-les-patients-a-risque/1 https://cliniquedentairekhieu.com/fr/patient-education/your-oral-health/the-link-to-heart-disease/

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut