Rupture de la coiffe des rotateurs : durée d’arrêt de travail (maladie professionnelle ?)

Article rédigé par le 2 mars 2024

La coiffe des rotateurs est un ensemble de tendons et de muscles situés dans l’épaule, qui assurent la stabilité et la mobilité de l’articulation. Une rupture de la coiffe des rotateurs se produit lorsque l’un de ces tendons est partiellement ou totalement déchiré.

La rupture de la coiffe des rotateurs peut être considérée comme une maladie professionnelle, principalement chez les travailleurs exposés à des mouvements répétitifs ou à des charges lourdes.

La durée de l’arrêt de travail dépend de la gravité de la rupture, du traitement reçu et des recommandations médicales, mais peut varier de quelques semaines à plusieurs mois.

Dans cet article, nous allons découvrir la rupture de la coiffe des rotateurs, sa considération en tant que maladie professionnelle et la durée d’arrêt de travail après la survenue de la lésion.

La rupture de la coiffe des rotateurs : c’est quoi ? (court rappel)

La coiffe des rotateurs est un groupe de muscles et de tendons qui entoure l’articulation de l’épaule. Elle joue un rôle important dans la stabilisation et le mouvement de l’épaule. 

La rupture de la coiffe des rotateurs se produit lorsque l’un ou plusieurs des tendons de cette structure se déchirent partiellement ou complètement.

Cela peut entraîner des douleurs, une diminution de la mobilité de l’épaule et une perte de force.

Les maladies professionnelles de l’épaule

En France, les maladies professionnelles sont répertoriées dans un tableau établi par l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). 

Ce tableau énumère les affections péri-articulaires provoquées par certains gestes et postures de travail. Il spécifie les délais de prise en charge et les travaux susceptibles de provoquer ces maladies.

La rupture de la coiffe des rotateurs comme maladie professionnelle ?

Dans l’ancienne version du tableau, seule la tendinopathie était considérée comme une maladie professionnelle. Cependant, dans la version mise à jour publiée en 2011, la rupture de la coiffe des rotateurs a été ajoutée comme une maladie professionnelle reconnue.

RECOMMANDÉ :  Tendinite calcifiante de l’épaule (tendinopathie) : Prise en charge

Cela signifie que si la rupture des tendons de la coiffe des rotateurs est causée par le travail, elle peut être considérée comme une maladie professionnelle et bénéficier d’une prise en charge et d’indemnités.

Les travaux susceptibles de causer la rupture de la coiffe des rotateurs

Selon le tableau l’INRS, les travaux qui impliquent des mouvements ou le maintien de l’épaule sans soutien en abduction, (avec un angle supérieur ou égal à 60°) pendant une durée prolongée peuvent être susceptibles de causer la rupture de la coiffe des rotateurs. 

Cela peut inclure des tâches telles que le levage d’objets lourds, les mouvements répétitifs de l’épaule ou le maintien de positions contraignantes durant de longues périodes.

Rupture de la coiffe des rotateurs : durée d’arrêt de travail

La durée d’arrêt de travail nécessaire pour récupérer d’une rupture de la coiffe des rotateurs peut varier en fonction de plusieurs facteurs. Cela peut dépendre de la gravité de la blessure, du type de travail effectué et des exigences physiques du poste. 

Si la blessure est moins grave, un traitement conservateur suffit et la personne peut être en mesure de retourner au travail dans un délai relativement court. Dans un cas général, cela se fait après 4 à 8 semaines de réadaptation et de repos.

Dans les cas plus graves nécessitant une intervention chirurgicale, la durée d’arrêt de travail peut être plus longue, allant de 3 à 6 mois, en fonction de la nature du travail et de la progression de la rééducation postopératoire. 

Prise en charge de la rupture de la coiffe des rotateurs comme maladie professionnelle

Une rupture de la coiffe des rotateurs peut être qualifiée de maladie professionnelle, notamment si la blessure est directement liée aux tâches effectuées dans le cadre du travail. Cela peut inclure des métiers nécessitant : 

  • des mouvements répétitifs de l’épaule
  • des charges lourdes 
  • des positions contraignantes.

Pour que la rupture de la coiffe des rotateurs soit reconnue comme une maladie professionnelle, prouver un lien direct entre la blessure et les conditions de travail sont nécessaires.

Cela peut nécessiter des examens médicaux approfondis, des témoignages et des preuves documentées des conditions de travail.

Reconnaissance de la rupture de la coiffe des rotateurs comme maladie professionnelle

La reconnaissance de la rupture de la coiffe des rotateurs en tant que maladie professionnelle peut être obtenue en suivant certaines étapes et en répondant à des critères spécifiques.

Consultation médicale et diagnostic précis

La première étape consiste à consulter un médecin spécialiste, tel qu’un orthopédiste ou un chirurgien de l’épaule, qui pourra établir un diagnostic précis de la rupture de la coiffe des rotateurs. 

RECOMMANDÉ :  Tendinite calcifiante de l’épaule : exercices kiné pour se soulager

Le diagnostic est généralement confirmé par des examens d’imagerie, tels qu’une IRM ou un arthroscanner, qui permettent de visualiser les structures de l’épaule et d’évaluer l’étendue de la lésion.

Preuve de l’exposition professionnelle

Pour que la rupture de la coiffe des rotateurs soit reconnue comme une maladie professionnelle, il est nécessaire de prouver que cette pathologie est directement liée à l’activité professionnelle.

 Il est recommandé de rassembler des preuves telles que : 

  • des rapports médicaux détaillés
  • des témoignages de collègues ou de supérieurs
  • des relevés d’activités professionnelles

Durée minimale d’exposition

Selon le tableau n°57 du régime général de la sécurité sociale, la durée minimale d’exposition requise pour que la rupture de la coiffe des rotateurs soit reconnue comme une maladie professionnelle est d’au moins 1 an. 

Pouvoir démontrer que l’exposition aux mouvements répétés ou aux conditions de travail ayant causé la rupture a été régulière pendant cette période est donc primordiale.

Liens entre l’activité professionnelle et la rupture

Il est essentiel de démontrer les liens entre l’activité professionnelle exercée et la survenue de la rupture de la coiffe des rotateurs. Certains métiers sont plus à risque en raison des mouvements répétitifs ou des positions contraignantes qu’ils impliquent. 

Par exemple, les métiers nécessitant des gestes répétitifs d’abduction de l’épaule, tels que les travailleurs de l’industrie automobile, de la construction ou de la manutention, sont souvent associés à un risque accru de rupture de la coiffe des rotateurs.

Constitution du dossier et demande de reconnaissance

Une fois toutes les preuves recueillies, il est nécessaire de constituer un dossier solide pour demander la reconnaissance de la rupture de la coiffe des rotateurs comme maladie professionnelle

Ce dossier doit comprendre tous les éléments nécessaires, tels que les résultats des examens médicaux, les rapports détaillés des médecins, les témoignages, les relevés d’activités professionnelles, etc.

Suivi des procédures administratives

Une fois le dossier complet, il convient de le transmettre à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) compétente, qui sera chargée d’étudier la demande de reconnaissance. 

Impact sur la vie professionnelle et les indemnités

La rupture de la coiffe des rotateurs peut avoir un impact significatif sur la vie professionnelle d’un individu. Les douleurs et les limitations de mobilité peuvent rendre certaines tâches difficiles, voire impossibles à accomplir. 

Cela peut entraîner une diminution de la productivité et de la performance au travail. Dans certains cas, une réadaptation professionnelle ou un changement d’emploi peut être nécessaire pour s’adapter aux limitations causées par la rupture de la coiffe des rotateurs.

En ce qui concerne les indemnités, si la rupture de la coiffe des rotateurs est reconnue comme une maladie professionnelle, le travailleur peut être admissible à des indemnités de la Sécurité Sociale.

Ces indemnités peuvent couvrir les frais médicaux, les pertes de revenus liées à l’incapacité de travailler, et d’autres dépenses liées à la condition.

No post found!

Références

https://groupesantepourtous.com/rupture-de-la-coiffe-des-rotateurs-epaule/

https://groupesantepourtous.com/rupture-coiffe-des-rotateurs-radiographie/

https://www.inrs.fr/publications/bdd/mp/tableau.html?refINRS=RG%2057

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 2.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut