Rupture de la coiffe des rotateurs (épaule) : Définition et prise en charge

Article rédigé par le 3 juillet 2023

Si vous êtes actifs et avez mal à l’épaule, il y a des chances que votre coiffe des rotateurs en soit la cause. Cette dernière est constituée de quatre muscles et tendons qui permettent de faire tourner l’omoplate.

Quand elle se rompt (déchirure partielle ou complète), cela peut entraîner une inflammation et une douleur importante dans certains cas.

Dans cet article, nous définissons la rupture de la coiffe des rotateurs et expliquons comment elle est prise en charge par les spécialistes.

Anatomie de la coiffe des rotateurs (épaule)

La coiffe des rotateurs est une structure importante de l’épaule, chargée de permettre et de contrôler les mouvements de la partie supérieure du bras. Elle comprend quatre muscles :

  • Le sus-épineux ;
  • Le sous-épineux ;
  • Le sous-scapulaire ;
  • Et le teres minor.

Ces muscles forment un manchon cylindrique entourant la tête humérale de l’articulation de l’épaule. Ce manchon s’attache à la grosse tubérosité de l’humérus à une extrémité et délimite un espace en dessous.

Les tendons des quatre muscles de la coiffe des rotateurs traversent cet espace et se mêlent à une épaisse bande de tissu fibreux connue sous le nom de ligaments gléno-huméraux ; ils agissent ensemble pour stabiliser et soutenir le mouvement de l’humérus.

Ainsi constituée, la coiffe des rotateurs « verrouille » efficacement l’humérus en place tout en lui laissant une liberté suffisante pour ses mouvements de pivotement ; un facteur essentiel pour assurer la mobilité de l’épaule.

Rupture de la coiffe des rotateurs (épaule) : Définition

Une rupture de la coiffe des rotateurs est une affection souvent douloureuse de l’articulation de l’épaule. Elle se produit lorsqu’un ou plusieurs des tendons des quatre muscles qui composent la coiffe des rotateurs se rompent partiellement ou complètement, entraînant un affaiblissement de la fonction de l’épaule.

Bien que de telles ruptures puissent résulter d’un traumatisme soudain, elles se développent généralement avec le temps en raison de mouvements répétés de surutilisation et d’usure liée à l’âge.

Une déchirure de la coiffe des rotateurs non traitée peut causer d’autres dommages aux muscles et aux structures articulaires de votre épaule. Il est donc important de consulter un médecin dès que possible après l’apparition des premiers symptômes.

Symptômes de la rupture de la coiffe des rotateurs (épaule)

Le principal symptôme d’une rupture de la coiffe des rotateurs est sans aucun doute la douleur ressentie dans la partie antérieure de l’épaule, le long de tout le bras et au niveau du biceps.

Au début, les symptômes sont légers et n’apparaissent qu’après un effort intense. Avec le temps, les douleurs apparaissent également lors des activités quotidiennes, professionnelles, ou pendant le sommeil.

En plus de la douleur, certains symptômes courants sont :

  • Faiblesse ou engourdissement du bras ;
  • Une diminution de l’amplitude des mouvements ;
  • Ankylose (limitation importante) du bras ;
  • L’impression que l’épaule  » glisse  » ou  » saute  » hors de sa place ;
  • Difficulté à lever le bras ;
  • Sensation de craquement ou d’éclatement pendant le mouvement.
RECOMMANDÉ :  Tendinite de l’épaule et musculation : Quelles précautions ? (tout savoir)

Étrangement, il arrive que la rupture de la coiffe des rotateurs soit asymptomatique dans certains cas. Ceci vient possiblement du fait que le corps s’est adapté aux changement de façon progressive, et que la déchirure n’est plus associée à un processus inflammatoire.

Causes de la rupture de la coiffe des rotateurs (épaule)

Il existe différentes causes de rupture de la coiffe des rotateurs :

  • Un traumatisme (une chute ou un faux mouvement) ;
  • Usure chronique, omarthrose ou autres phénomènes dégénératifs ;
  • Syndrome de conflit ;
  • Tendinite calcifiante ;
  • Capsulite rétractile de l’épaule (épaule gelée) ;
  • Vieillissement ;
  • Maladies métaboliques (comme le diabète).

Les personnes les plus exposées sont les travailleurs manuels, surtout les hommes, et les sportifs âgés de 40 à 50 ans et plus.

Chez les personnes plus jeunes, la maladie est généralement due à un traumatisme direct ou à une surcharge de l’articulation.

Diagnostic de la déchirure de la coiffe des rotateurs (épaule)

Votre médecin diagnostiquera généralement une rupture de la coiffe des rotateurs à l’aide d’un examen physique, de radiographies et d’autres examens d’imagerie tels que l’IRM. Au cours de l’examen physique, votre médecin pourra évaluer :

  • L’amplitude des mouvements;
  • Douleur lors d’un mouvement de l’épaule ;
  • Force et stabilité de l’articulation de l’épaule.

Dans certains cas, votre médecin peut recommander une arthroscopie de diagnostic. Cette procédure consiste à insérer une petite caméra dans l’articulation de l’épaule par une minuscule incision afin de mieux visualiser la zone affectée. Le médecin peut alors évaluer avec plus de précision la l’étendue de la déchirure.

Traitement de la rupture de la coiffe des rotateurs (épaule)

Le traitement d’une rupture de la coiffe des rotateurs dépend généralement de la taille et de la gravité de la rupture. Si elle est détectée à un stade précoce, des traitements non chirurgicaux sont souvent recommandés. 

Si ces traitements sont inefficaces ou si la rupture est importante, une intervention chirurgicale supplémentaire est nécessaire.

Rupture de la coiffe des rotateurs non opérée : Quelle prise en charge ? (traitement conservateur)

L’approche conservatrice (non chirurgicale) de la rupture de la coiffe des rotateurs se compose de plusieurs étapes visant à réduire les symptômes.

Une période de repos initiale permettra d’éliminer les facteurs de stress pour l’épaule (tant sportifs que professionnels). On utilise parfois une orthèse d’épaule à cet effet.

Pendant ce temps, il faudra adaptation ses activités quotidiennes de manière à ne pas aggraver la rupture tendineuse. Cela peut impliquer d’éviter les mouvements répétitifs ou les activités qui sollicitent excessivement l’épaule affectée. Un arrêt de travail est parfois prescrit.

Attention par contre à ne pas surprotéger la région de l’épaule de manière excessive, car un repos prolongé peut provoquer des séquelles comme l’atrophie ou la raideur.

Pour gérer la douleur, plusieurs modalités s’offrent au patient. L’objectif est de pouvoir contrôler la douleur au quotidien, avoir une bonne qualité de sommeil, et permettre au corps de guérir dans un environnement optimale.

Pour la gestion de la douleur, on peut avoir recours à :

  • traitement pharmacologique visant à réduire à la fois la douleur et l’inflammation résultant de la rupture du tendon (comme un anti-inflammatoire, anti-douleur, décontractant musculaire, etc.)
  • chaleur et glace
  • massages et mobilisations en kinésithérapie (physiothérapie) ou ostéopathie
  • traitements alternatifs comme l’acupuncture, les huiles essentielles, les ventouses, etc.
RECOMMANDÉ :  Arthrose de l’épaule : Opération (indication et procédure)

A cela s’ajoute un programme de rééducation basé sur la kinésithérapie (physiothérapie) afin de réduire la composante inflammatoire et d’obtenir une récupération fonctionnelle.

Des exercices de stabilisation et de renforcement auront notamment pour objectif de restaurer la mobilité de l’épaule, compenser la perte de force due à la déchirure, et prévenir une aggravation de la condition.

Rupture de la coiffe des rotateurs : Opérer ou pas ?

Le traitement non chirurgical mentionné ci-dessus peut être approprié dans certains cas de rupture partielle de la coiffe des rotateurs. Par contre, l’opération est parfois inévitable si on veut une récupération complète.

en particulier chez les patients plus âgés présentant des symptômes légers à modérés. Cependant, dans les cas de ruptures complètes ou de symptômes persistants et invalidants, la chirurgie peut être envisagée pour réparer la coiffe des rotateurs.

La décision de traiter chirurgicalement ou non une rupture de la coiffe des rotateurs dépendra de nombreux facteurs, tels que :

  • la gravité de la rupture
  • l’âge du patient
  • le niveau d’activité physique du patient
  • les préférences personnelles
  • la réponse au traitement conservateur
  • etc.

Un orthopédiste saura réaliser une évaluation complète, discuter des options de traitement les plus appropriées, et permettre au patient de prendre une décision éclairée.

Traitement invasif (infiltration et chirurgie)

De manière générale, si les interventions conservatrices ne prodiguent aucun résultat après 8 à 12 semaines et que la douleur limite les activités quotidiennes, on considère des approches plus invasives.

En absence d’amélioration, il est possible de tenter des infiltration de cortisone dans l’articulation de l’épaule. Ceci permet de réduire l’inflammation et promouvoir la guérison. Cette approche comprend toutefois des risques (comme la fragilisation des tissus) dont il faut discuter avec son médecin.

En dernier recours, un spécialiste peut décider de recourir à un traitement chirurgical.

L’approche chirurgicale consiste à réparer le tendon à l’aide de sutures pour le rattacher à son origine osseuse, ce qui permet de rétablir la stabilité et la force de l’articulation de l’épaule.

Selon l’emplacement de la rupture et l’importance des lésions tissulaires subies, deux méthodes de réparation principales peuvent être utilisées : la chirurgie arthroscopique ou la chirurgie ouverte.

  • La chirurgie arthroscopique se fait par de petites incisions qui sont utilisées pour introduire une caméra dans la zone et permettre des réparations précises ;
  • La réparation à ciel ouvert nécessite une plus grande incision pour accéder au site de la rupture, ce qui la rend plus adaptée lorsqu’il faut examiner une plus grande partie du tissu pour effectuer des corrections.

Ces deux méthodes peuvent soulager les personnes souffrant de douleurs chroniques à l’épaule causées par une rupture de la coiffe des rotateurs.

Après le traitement chirurgical, quelle que soit la méthode choisie, une procédure de rééducation est nécessaire, généralement divisée en trois phases :

  • Première phase : immobilisation du bras pendant environ quatre semaines pour permettre au tissu musculaire de se rétablir.
  • Deuxième phase : kinésithérapie (physiothérapie) assistée pour rétablir le mouvement articulaire (environ 4 à 8 semaines).
  • Troisième phase : renforcement des muscles par des exercices assistés et non assistés (environ 8 semaines).

Références

https://chirurgie-epaule-main.fr/rupture-coiffe-des-rotateurs-traitement/#:~:text=La%20rupture%20de%20la%20coiffe%20des%20rotateurs%20d%C3%A9signe%20le%20d%C3%A9tachement,peut%20%C3%AAtre%20totale%20ou%20partielle.
https://epaule-clinique.fr/pathologies/epaule/tendons/rupture-coiffe-des-rotateurs/#:~:text=D%C3%A9finition%20de%20la%20rupture%20de,un%20d%C3%A9s%C3%A9quilibre%20de%20l%27%C3%A9paule.

https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwjKs_2Ttqv8AhVoWaQEHfE3Bh8QFnoECA0QAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.edimark.fr%2FFront%2Ffrontpost%2Fgetfiles%2F17948.pdf&usg=AOvVaw2NvMDMTwzd9o9o6a0j01zI

https://www.flandre-orthopedie.com/fichs/10458.pdf

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 3

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut