Salpingite : une menace gynécologique méconnue

Article rédigé par le 12 mai 2024

La salpingite, une inflammation des trompes de Fallope, est une condition gynécologique sérieuse qui nécessite une attention particulière. Il est crucial de diagnostiquer et de traiter rapidement la salpingite pour prévenir ces complications potentiellement graves.

Cet article rédigé par un médecin vise à fournir une compréhension approfondie de la salpingite, en explorant ses causes, ses symptômes, son diagnostic, son traitement et ses complications éventuelles.

Les 6 points importants à retenir

  1. La salpingite est une inflammation des trompes de Fallope, essentielles pour la reproduction féminine.
  2. Les principales causes sont les infections sexuellement transmissibles, mais elle peut aussi résulter de procédures médicales ou d’autres infections.
  3. Les symptômes peuvent varier mais incluent souvent des douleurs abdominales, des pertes vaginales malodorantes et des saignements anormaux.
  4. Le diagnostic repose sur un examen clinique, des tests de laboratoire et des examens d’imagerie.
  5. Le traitement comprend des antibiotiques pour éliminer l’infection et des médicaments pour soulager les symptômes.
  6. Les complications possibles comprennent les collections pelviennes, l’infertilité, les grossesses extra-utérines et les douleurs pelviennes chroniques.

Qu’est-ce qu’une salpingite ?

La salpingite est une inflammation des trompes de Fallope, les tubes qui relient les ovaires à l’utérus, due principalement à des bactéries. Les trompes jouent un rôle crucial dans le processus de reproduction, en transportant les ovules fécondés de l’ovaire vers l’utérus pour l’implantation.

La salpingite est classée parmi les infections génitales hautes, avec les infections de l’utérus (endométrite ou infection de la muqueuse utérine). Elle peut toucher une ou les deux trompes en même temps. 

C’est une affection courante, affectant principalement les femmes jeunes. Dans 50 à 70 % des cas, elle passe inaperçue, ce qui fait que la salpingite est souvent identifiée lors d’un bilan pour infertilité, dont elle est souvent la cause.

Quelles sont les causes de la salpingite ? (5 causes)

Les principales causes de la salpingite sont les infections sexuellement transmissibles (IST). Ces infections peuvent se propager des organes génitaux vers les trompes de Fallope, provoquant une inflammation. 

La salpingite peut exceptionnellement se développer dans des circonstances non-sexuelles. Elle peut être consécutive à des procédures médicales telles que :

  • une interruption volontaire de grossesse (IVG), 
  • le retrait manuel du placenta post-accouchement
  • des procédures d’imagerie utérine comme l’hystéroscopie (un examen qui permet de visualiser directement l’intérieur de l’utérus à l’aide d’un hystéroscope) ou l’hystérographie (radiographie de l’utérus et des trompes après injection d’un produit de contraste),
  • l’insertion d’un dispositif intra-utérin (DIU), 
  • ou à la suite d’une opération chirurgicale.

Point à souligner : dans des cas extrêmement rares, une salpingite peut aussi être provoquée par des bactéries associées à une appendicite (infection de l’appendice) ou une sigmoïdite (infection de la dernière partie du gros intestin, avant le rectum).

Quels sont les germes à l’origine d’une salpingite ?

Les agents pathogènes les plus fréquemment associés à la salpingite post-infection sexuellement transmissible sont :

  • Chlamydia trachomatis (environ 60 % des cas),
  • Neisseria gonorrhoeae, également connu sous le nom de gonocoque,
  • Mycoplasmes, tels que Mycoplasma genitalium, Mycoplasma hominis et ureaplasma.

Dans d’autres situations, la salpingite peut être causée par :

  • des bactéries intestinales comme Escherichia coli, des entérocoques, des streptocoques et des staphylocoques ;
  • le bacille de la tuberculose ;
  • le schistosome, un ver d’eau douce vivant dans les régions tropicales et intertropicales qui provoque la bilharziose ou schistosomiase.

Petite remarque : la salpingite à schistosoma est relativement rare dans les régions non-endémiques. Elle se produit lorsque les œufs de schistosomes, libérés dans l’organisme par les vers adultes, se retrouvent dans les trompes de Fallope, provoquant une inflammation et une infection.

Quels sont les facteurs de risque d’une salpingite ?

Plusieurs facteurs augmentent le risque de développer une salpingite : 

  • L’âge : les femmes jeunes, particulièrement celles âgées de 20 à 25 ans, sont plus susceptibles ;
  • Les comportements sexuels à risque : rapports sexuels non protégés, partenaires multiples ou changement fréquent de partenaire ;
  • Les dispositifs contraceptifs : l’utilisation d’un stérilet peut augmenter le risque d’infection ;
  • Les antécédents médicaux : un antécédent d’infections sexuellement transmissibles (IST) ou la présence d’une urétrite (une infection de l’urètre, le conduit transportant l’urine de la vessie vers le méat urinaire). ;
  • Les actes endo-utérins : un curetage utérin, une intervention chirurgicale ou un examen diagnostique de l’utérus ;
  • Autre facteur de risque : une IST, en cours ou récente, chez le partenaire sexuel.
RECOMMANDÉ :  Kyste de la glande de Bartholin : Tout savoir

Bon à savoir : selon les experts, 50 à 75 % des infections génitales hautes surviennent chez des femmes nulligestes (n’ayant jamais eu d’enfant).

Comment se manifeste une salpingite ?

Les symptômes de la salpingite peuvent être très variés. Vous pouvez ne présenter aucun symptôme, ou au contraire ressentir : 

  • des douleurs dans le bas-ventre, pouvant être d’un seul côté ou des deux, aggravées par l’effort et accentuées en fin de journée, 
  • des pertes vaginales sales et malodorantes,
  • des saignements génitaux anormaux, 
  • des douleurs lors des rapports sexuels, 
  • de la fièvre ou des frissons
  • des brûlures au moment d’uriner ou une envie fréquente d’uriner,
  • des nausées et des vomissements

À noter : la douleur de la salpingite peut être localisée au niveau du bas-ventre, mais peut également remonter jusque sous les côtes, à droite. En effet, l’inflammation au niveau des trompes peut gagner le foie et provoquer une capsulite périhépatique (inflammation de la capsule autour du foie). 

Quand consulter ?

Les symptômes de la salpingite peuvent être similaires à ceux d’autres affections gynécologiques, ce qui rend le diagnostic difficile sans évaluation médicale appropriée. 

Il est donc recommandé de consulter un professionnel de santé dès l’apparition de symptômes, tels que :

  • des douleurs pelviennes persistantes ;
  • des pertes malodorantes ;
  • ou des saignements anormaux. 

La salpingite non traitée peut entraîner des complications graves. Un diagnostic et un traitement précoces sont donc cruciaux.

Pour trouver un médecin proche de chez vous, vous pouvez consulter notre répertoire.

Comment poser le diagnostic d’une salpingite ?

Le diagnostic de la salpingite repose sur une évaluation clinique, des tests de laboratoire et des examens d’imagerie.

L’évaluation clinique

Durant la consultation, votre médecin vous demandera de caractériser vos symptômes, avant de demander vos antécédents médicaux et chirurgicaux. Il recherchera tous les facteurs de risque de salpingite que vous pourriez avoir. Ensuite, il procédera à un examen clinique complet.

Les tests de laboratoires

Plusieurs analyses sont possibles pour poser le diagnostic d’une salpingite. Le premier étant les analyses de sang. Elles recherchent les signes d’inflammations, comme l’augmentation du nombre de globules blancs ou du protéine C réactive (CRP). Les sérologies à la recherche de maladies sexuellement transmissibles seront également demandées.

La seconde analyse est le prélèvement endocervical (la partie interne du col utérin). Elle sera effectuée pour rechercher le germe en cause. Identifier le germe à l’origine de l’affection permet de cibler l’antibiotique à utiliser pour le traitement. 

Bon à savoir : votre médecin peut également demander un prélèvement vaginal. Il ne permet pas de porter le diagnostic de salpingite, mais de rechercher une éventuelle infection vaginale associée qu’il sera nécessaire de traiter en même temps.

Les examens d’imagerie

Quelques examens d’imagerie sont utiles dans le diagnostic de la salpingite en visualisant les trompes de Fallope.

L’échographie pelvienne ne permet pas de confirmer le diagnostic d’une salpingite. Elle l’évoque juste en montrant des signes qui, corrélés à la clinique, peuvent poser le diagnostic. Toutefois, elle permet de rechercher les complications éventuelles et d’éliminer tout autre diagnostic.

Si votre médecin a encore des doutes concernant le diagnostic malgré la clinique et l’échographie, il peut demander un scanner abdomino-pelvien, ou une imagerie par résonance magnétique (IRM).

Comment traiter une salpingite ?

Une fois le diagnostic confirmé, un traitement approprié peut être initié. Le traitement de la salpingite repose généralement sur l’administration d’antibiotiques pour éliminer l’infection bactérienne sous-jacente. Des médicaments sont également donnés pour soulager les symptômes, notamment la douleur et la fièvre. 

Les antibiotiques sont souvent prescrits par voie orale, mais dans les cas graves, une hospitalisation et une administration intraveineuse peuvent être nécessaires. 

En cas d’identification d’un germe sexuellement transmissible sur les prélèvements bactériologiques, le traitement du ou des partenaires sexuels est nécessaire pour éviter la réinfection.

Durant le traitement, un suivi médical régulier sera mis en place par votre médecin pour surveiller la réponse au traitement et prévenir les complications à long terme.

Comment évoluent les salpingites sous traitement ?

Bien traitées, les salpingites évoluent généralement vers la guérison. En 48 heures, la température tombe et les douleurs disparaissent. Cependant, elles peuvent parfois évoluer vers une forme compliquée. 

Les complications se voient surtout en cas de traitement insuffisant (non-respect des consignes du médecin), mais parfois aussi malgré un traitement correct.

RECOMMANDÉ :  Douleur aux ovaires : 7 causes possibles (et que faire ?)

Avis du médecin

Pour s’assurer de l’évolution vers la guérison et éviter toute complication, il faut savoir prolonger le repos pendant au moins 14 jours. Suivez attentivement les recommandations de votre médecin concernant la durée et le mode de prise des antibiotiques et des autres traitements prescrits. 

Quelles sont les complications possibles liées à une salpingite ?

Les complications possibles de la salpingite comprennent les collections pelviennes, l’infertilité, les grossesses extra-utérines et les douleurs pelviennes chroniques. Dans les cas graves, une infection non traitée peut se propager à d’autres organes et mettre la vie en danger. 

Les collections pelviennes 

En cas de salpingite, l’absence de traitement ou l’insuffisance de traitement peut aboutir à une collection de pus au niveau :

  • de la trompe : pyosalpinx ;
  • de l’ovaire : abcès ovarien ;
  • du cul-de-sac de Douglas (cul-de-sac au fond du vagin, derrière le col de l’utérus) : abcès du Douglas.

Les symptômes sont les mêmes peu importe la localisation : persistance de la douleur et de la fièvre. Le traitement consiste à un drainage chirurgical avec prélèvement de pus et antibiothérapie.

L’infertilité après salpingite

L’infertilité touche 20 % des femmes qui ont eu une salpingite. Lorsque les trompes de Fallope sont enflammées, le fonctionnement normal des trompes est perturbé, ce qui entraîne des problèmes de fertilité et d’autres complications. 

Point important : le risque augmente avec le nombre d’épisodes : 11 % au premier, 54 % après le troisième.

Les grossesses extra-utérines ou GEU 

Le risque de faire une GEU (implantation de l’embryon en dehors de la cavité utérine) est également augmenté chez une femme qui a déjà eu une salpingite. 

Selon une étude menée par JB Dubuisson et ses collaborateurs sur 215 femmes ayant eu une grossesse extra-utérine, cette affection survient dans la majorité des cas (plus de 90 % des cas) dans une trompe malade. Cette étude a suggéré que la prévention de la grossesse extra-utérine repose donc sur la prévention des salpingites et des infections sexuellement transmissibles. 

Les douleurs pelviennes chroniques 

C’est une complication assez fréquente également. Elle atteint 15 à 20 % des femmes. Vous pouvez ressentir les douleurs de manière permanente ou, le plus souvent, cyclique.

Elles sont dues à des voiles d’adhérences autour des ovaires secondaires à l’inflammation. 

Les douleurs surviennent en milieu du cycle, au moment de l’ovulation. Le traitement consiste donc à bloquer l’ovulation par un traitement hormonal. 

Témoignages

Voici mon histoire : j’ai 25 ans et mon partenaire 34. Nous essayons d’avoir un enfant « naturellement » depuis 5 ans sans succès. En septembre 2013, j’ai finalement décidé de consulter […] et subi une hystérosalpingographie […]. Suite à cet examen, j’ai développé une salpingite aiguë […]. J’ai été hospitalisée et mes trompes ont été sauvées de justesse.

[…] Mon gynécologue nous a donc dirigés vers un centre de PMA et nous a conseillé de passer directement à la FIV, sans essayer de « réparer » mes trompes, car elles sont trop endommagées, avec peu de chances de réussite et de forts risques de grossesse extra-utérine.

Nous avons alors rencontré un nouveau spécialiste en infertilité, et mes craintes se sont confirmées : il n’était pas tout à fait d’accord avec l’autre médecin et nous a dit qu’il pourrait être envisageable de tenter une opération pour réparer mes trompes. Il nous a laissé le choix : soit nous tentions de réparer, soit nous passions directement à la FIV. Je suis donc perdue…

Lire la suite de la conversation sur enceinte.com.

Références

Les ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut