Scanner lombaire : Guide complet

Article rédigé par le 20 août 2023

Pour mieux comprendre les causes du mal de dos, il n’est pas rare que le médecin prescrive un test d’imagerie comme un scanner lombaire à son médecin.

Qu’est-ce que le scanner lombaire (également appelé tomodensitométrie lombaire), et quand est-il prescrit ? Comment se déroule l’examen en tant que tel ? Comment interpréter les résultats ?

Cet article rédigé par un professionnel de santé vous explique tout ce que vous devez savoir en ce qui concerne le scanner lombaire.

Définition

Le scanner lombaire (ou tomodensitométrie lombaire) est un test d’imagerie médical non invasif qui utilise des rayons X pour produire des images horizontales, ou axiales (appelées coupes) de la région lombaire.

Plus précisément, le scanner lombaire va montrer des images détaillées du bas du dos. Ceci comprend les vertèbres, les muscles, les disques intervertébraux, la graisse et les organes.

Cet examen est plus détaillé qu’une radiographie standard. En effet, le faisceau de rayons X se déplace autour du corps durant le scanner lombaire, permettant d’obtenir plusieurs vues de la région lombaire.

Le scanner lombaire peut être réalisé avec ou sans contraste. Le contraste désigne une substance prise par la bouche, injectée via intraveineuse, ou administrée par voie rectale. Il permet de voir plus clairement l’organe ou le tissu étudié.

Indication de scanner du rachis lombaire

Si vous souffrez d’un problème de dos, il se peut que le médecin vous réfère vers un scanner lombaire.

Par contre, il faut comprendre que cet examen n’est pas prescrit en première intention. En effet, les résultats d’imagerie médicale ne sont pas systématiquement reliés aux symptômes. Ceci veut dire qu’on peut observer des trouvailles non significatives qui n’expliquerait pas forcément votre lombalgie.

L’objectif du scanner lombaire est de clarifier le diagnostic lorsque l’examen clinique ou les traitements employés ne sont pas concluants. Voici quelques raisons pour lesquelles il sera pertinent d’avoir recours à un scanner lombaire :

  • Après un trauma, pour déterminer la présence de fracture vertébrale
  • Si les douleurs sont accompagnées de fièvre (possible infection)
  • Si on soupçonne une malformation congénitale du rachis (comme le spina bifida)
  • Pour identifier un kyste
  • Si on veut en savoir plus sur les symptômes de sciatique (pour diagnostiquer une hernie discale)
  • Pour voir l’intégrité des vertèbres lombaires (arthrose)
  • Pour guider une infiltration lombaire
  • Pour guider une chirurgie lombaire
  • Si on veut éliminer une atteinte sérieuse comme un cancer
  • Si les radiographies ou l’examen clinique ne sont pas concluants

De manière générale, les risques associés au scanner lombaire sont peu nombreux. D’une part, le niveau d’irradiation est considéré sûr chez les adultes. Par contre, des scanners répétés ne sont pas recommandés. De même, les femmes enceintes ne devraient pas faire de scanner durant les 6 premiers mois de la grossesse.

L’administration de produit contraste peut parfois provoquer des symptômes, surtout lorsqu’il est administré par intraveineuse. Ceux-ci ne durent généralement pas longtemps :

  • Bouffées de chaleur
  • Maux de tête
  • Goût métallique dans la bouche
  • Nausées et vomissement

Il faut différencier le scanner lombaire des autres types d’imagerie médicale. D’ailleurs, certains tests sont plus précis que le scanner, et sont parfois prescrits pour mieux cerner la région lombaire.

En effet, l’IRM permet d’observer les tissus mous en plus des vertèbres, et permet le diagnostic précis d’une hernie discale et de ses conséquences sur les racines nerveuses et la moelle épinière.

RECOMMANDÉ :  Transit Œsogastroduodénal : Guide complet

Étude scientifique :
Dans une étude publiée dans l’American Journal of Neuroradiology en 1984, les chercheurs Hossein Firooznia et collaborateurs ont exploré l’efficacité du scanner pour diagnostiquer les hernies discales lombaires. L’étude a analysé les données de 100 patients souffrant de hernies discales et ayant subi des interventions chirurgicales.

Les résultats ont révélé une concordance significative entre les observations du scanner et les constatations chirurgicales chez 89 patients pour la détection d’une hernie discale. Des divergences sont survenues dans 12 cas.

Ainsi, le scanner a a démontré dans cette étude une précision de 93% dans la détection de la présence d’une hernie discale.

Comment se passe un scanner des lombaires ?

Avant de passer un scanner lombaire, il faudra prévenir son médecin si vous souffrez d’une des conditions suivantes :

  • Diabète : Vu qu’on demande de jeûner au moins 3 heures avant les procédures impliquant un produit contraste, le niveau de glycémie pourrait baisser et provoquer des symptômes.
  • Grossesse : Pour déterminer s’il est permis d’exposer le fœtus aux irradiations.
  • Allergies : Ceci poserait problème si vous êtes allergique au produit contraste utilisé (barium).
  • Troubles rénaux : Le produit contraste pourrait endommager les reins dans certains cas.
  • Claustrophobie : Comme il faut entrer dans un appareil cylindrique étroit, il se peut que vous développiez de l’anxiété. Des calmants sont parfois prescrits dans ces cas.
  • Implant métallique : Si vous avez eu une chirurgie où on a mis une pièce de métal, il se peut que ceci altère les résultats.

Le scanner lombaire pourrait être précédé d’une injection de contraste pour optimiser les résultats en mettant en valeurs vos vaisseaux sanguins, organes, etc. On vous demandera également de retirer tout bijou.

Bon à savoir : Les mères qui allaitent doivent attendre 24 heures après l’injection du produit de contraste avant de reprendre l’allaitement.

Durant l’examen, un technicien vous demandera généralement de vous allonger sur le dos, bien que certaines procédures requièrent que le patient soit sur le ventre. Bien que les positions puissent être inconfortables, il est important de minimiser les mouvements afin de ne pas fausser les résultats.

Au besoin, on peut se servir de sangles et d’oreillers pour maintenir une position fixe, et optimiser la qualité des images obtenues. On pourrait également vous demander de retenir votre inspiration pendant de courts instants.

Le technicien se trouvera dans une salle connexe pour minimiser les irradiations. Il communiquera par l’intermédiaire d’un micro lorsque vous vous trouverez dans le scanner. Il pourra évidemment cesser l’examen à tout moment en cas de besoin.

Le scanner lombaire dure en moyenne 10-15 minutes, mais certains examens durent jusqu’à 45 minutes.

Après la séance, il se peut que le médecin poursuive l’examen par des tests d’imagerie (comme l’IRM), des prises de sang, ou autre. Sinon, on vous gardera un court instant pour monitorer votre réaction, surtout si un produit contraste a été utilisé. Bien que ces situations soient rares, il est possible d’observer certaines réactions telles que :

  • Démangeaisons
  • Gonflement
  • Éruption cutanée
  • Difficulté à respirer
  • Rougeur au niveau du site d’injection

Si tout se passe bien après l’examen, on vous donnera finalement un rendez-vous de suivi pour que le médecin vous divulguer les résultats du scanner lombaire.

Avis du médecin : Si vous prenez du Metformin pour votre diabète, il est recommandé d’attendre 48 heures après une injection de contraste avant de poursuivre la médication.

Combien coûte un scanner du rachis lombaire ?

Le prix du scanner lombaire va dépendre du centre. De manière générale, il varie entre 25 et 70 euros.

RECOMMANDÉ :  Scanner thoracique : Guide pratique

Le remboursement par la Sécurité sociale est de 70% en France. Si vous bénéficiez d’une mutuelle, il est possible que celle-ci couvre le restant du montant à payer. Au Québec, les frais sont couverts lorsqu’ils sont prescrits dans le domaine public.

Comment lire un scanner lombaire ?

La lecture du scanner lombaire en tant que telle est complexe, et devrait être réalisée par un médecin spécialiste (comme un radiologue).

Par contre, le scanner (qui vient généralement sous forme de CD) vient aussi avec un rapport écrit. C’est dans ce rapport que vous trouverez les termes relatifs à votre condition.

Tel que mentionné précédemment, il ne faut pas systématiquement attribuer les résultats du scanner lombaire à vos symptômes. Effectivement, plusieurs personnes asymptomatiques ont toutefois présenté des anomalies au scanner dans le cadre d’études scientifiques.

Il est donc nécessaire de mettre en relation les résultats du scanner lombaire avec l’examen clinique effectué par le professionnel de santé, de même que les autres tests réalisés au besoin.

Conclusion

Le scanner lombaire est prescrit par le médecin pour clarifier le diagnostic et expliquer la cause du mal de dos, surtout lorsque la radiographie ou l’examen clinique ne sont pas concluants.

Il utilise des rayons X pour produire des images détaillées du bas du dos. Au besoin, un produit contraste peut être utilisé pour mieux visualiser les structures au niveau lombaire.

L’examen est relativement court, et vous serez guidé par un technicien tout au long du processus. Les résultats seront par la suite expliqués par votre médecin lors du rendez-vous de suivi.

Retrouvez les centres d’imagerie médicale près de chez vous

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Témoignages

Bonjour,

Je viens de passer un scanner lombaire pour un bilan de sciatique à bascule. J’ai 41 ans et je suis un homme.

Voici le résultat :

  • Intégrité de la hauteur des corps vertébraux.
  • Pas d’altération focalisée de la trame osseuse visible.
  • Rétrécissement canalaire constitutionnel avec un diamètre antéro-postérieur du canal osseux mesuré à 13,6mm.
  • Pas de spondylolisthésis.

À l’étage L2-L3 : profusion discale postéro-médiane harmonieuse.
À l’étage L2-L3 : saillie discale focale postéro-médiane créant une réduction canalaire à 50%.
À l’étage L3-L4 : débord discal postéro-médian harmonieux.
À l’étage L4-L5 : débord discal postéro-médian.
À l’étage L5-S1 : saillie discale focale postéro-médiane entrant en contact avec les racines S1 dans leur trajet intradural.

Conclusion :

  • Réduction canalaire constitutionnelle significative.
  • Profusions discales étagées à l’étage lombaire.
  • Saillie discale focale postéro-médiane de l’étage L2-L3 et de l’étage L5-S1, probablement en rapport avec la symptomatologie.

Je vois mon médecin en fin de semaine. Personnellement, je ne comprends rien à tous ces termes médicaux…

Quelqu’un peut-il m’apporter des explications, s’il vous plaît ?

En vous remerciant.

Voir la suite de la conversation sur Journal des Femmes Santé

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.3 / 5. Nombre de votes 15

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut