Scintigraphie pulmonaire : Guide complet

Article rédigé par le 11 mai 2023

Souffrez-vous d’une maladie pulmonaire chronique ou craignez-vous que votre capacité pulmonaire ne devienne un jour problématique ?

Avez-vous déjà entendu parler de la scintigraphie pulmonaire ?

Cette procédure utilise de petites quantités de substances radioactives pour fournir des informations sur la fonction et la structure de vos poumons afin de mieux cerner les problèmes existants.

Dans cet article, nous allons explorer ce qu’est exactement la scintigraphie pulmonaire, comment elle fonctionne et examiner de plus près ses utilisations possibles.

Scintigraphie pulmonaire : Définition

La scintigraphie pulmonaire est un examen d’imagerie médicale qui permet d’explorer la circulation et la ventilation pulmonaires à l’aide d’une substance radioactive.

Concrètement, le patient inhale ou reçoit une injection d’une solution contenant un traceur radioactif qui va ensuite se fixer dans les poumons.

Ce traceur émet des rayonnements (par le patient) qui sont détectés par une caméra spécialisée, appelée gamma caméra à scintillation.

Grâce à cet examen, les médecins peuvent observer de manière très précise le fonctionnement des poumons et détecter d’éventuelles anomalies respiratoires.

Cette technique est très utile pour poser un diagnostic précis et adapter le traitement en conséquence.

En quoi la scintigraphie diffère-t-elle des autres techniques d’imagerie ?

La scintigraphie est une méthode d’imagerie qui se distingue des autres méthodes par son approche fonctionnelle.

Contrairement aux autres méthodes qui se concentrent sur la structure des organes, la scintigraphie permet de visualiser l’activité des organes, y compris leur fonction et leur métabolisme, à l’aide de traceurs radioactifs.

En envoyant des signaux lumineux détectés par une caméra spéciale, ce procédé fournit des informations précieuses sur les organes et les tissus, tels que leur activité métabolique, leur circulation sanguine et leur chimie.

La scintigraphie reste ainsi une méthode d’investigation très utile pour détecter les anomalies fonctionnelles et diagnostiquer de nombreuses maladies.

Rappel anatomique de la région pulmonaire

La région pulmonaire de notre corps est une zone complexe qui joue un rôle crucial dans notre respiration. Elle est composée de plusieurs parties, notamment :

  • La trachée ;
  • Les bronchioles ;
  • Les bronches ;
  • Les alvéoles ;
  • Et les vaisseaux sanguins. Toutes des parties clés de notre système respiratoire.

Les poumons sont les organes principaux de cette zone, responsables de l’échange de gaz qui permet à notre corps d’obtenir l’oxygène essentiel à la vie.

Les parois des alvéoles sont incroyablement minces, ne faisant que quelques cellules d’épaisseur, ce qui permet une diffusion facile de l’oxygène et du dioxyde de carbone.

Comprendre l’anatomie de la région pulmonaire est crucial pour diagnostiquer et traiter les problèmes de respiration et de circulation sanguine, permettant ainsi une meilleure santé respiratoire.

Indications de la scintigraphie pulmonaire

La scintigraphie pulmonaire est un examen médical important pour diagnostiquer diverses maladies pulmonaires. Parmi les pathologies les plus courantes qui peuvent être détectées par cette technique, on trouve :

La détection des embolies pulmonaires

La détection des embolies pulmonaires est cruciale pour évaluer la santé pulmonaire. La scintigraphie pulmonaire est une procédure couramment utilisée pour diagnostiquer les anomalies vasculaires pulmonaires.

Cette technique permet de détecter les zones avasculaires, qui sont des espaces dans les poumons où le sang ne circule pas normalement, ainsi que les zones de ventilation normale et anormale.

La scintigraphie pulmonaire peut aider les médecins à identifier les problèmes de circulation sanguine dans les poumons, notamment en cas d’embolie pulmonaire.

Les indications pour la scintigraphie pulmonaire incluent une insuffisance respiratoire aiguë et des symptômes tels que :

  • Des douleurs thoraciques ;
  • Une dyspnée ;
  • Ou des antécédents familiaux ou personnels de thrombose veineuse profonde ou d’embolie pulmonaire.

L’évaluation de la fonction pulmonaire globale

La scintigraphie pulmonaire est une méthode courante pour évaluer la fonction pulmonaire globale.

Elle est utilisée pour diagnostiquer les maladies pulmonaires telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive et la fibrose pulmonaire idiopathique.

Les indications de cette technique incluent :

  • La détection de la ventilation et de la perfusion pulmonaire ;
  • La mesure de la fraction de ventilation alvéolaire ;
  • Et la quantification de l’espace mort pulmonaire.

Cette méthode est non invasive et permet une évaluation plus précise de la fonction pulmonaire, ce qui est crucial pour la prise en charge des patients atteints de maladies respiratoires.

La détection de la pneumonie

La pneumonie est une infection pulmonaire courante qui peut parfois être difficile à diagnostiquer. C’est là que la scintigraphie pulmonaire entre en jeu.

Cette méthode utilise un produit radiopharmaceutique pour fournir des images des poumons, révélant ainsi toute inflammation ou infection.

La scintigraphie pulmonaire peut être particulièrement utile pour les personnes atteintes de maladies pulmonaires chroniques ou ayant un système immunitaire affaibli.

Elle peut également aider les médecins à diagnostiquer la pneumonie dans les cas où d’autres méthodes de diagnostic ont échoué.

Les indications de la scintigraphie pulmonaire comprennent :

  • La détection précoce de la pneumonie ;
  • La localisation de l’infection ;
  • L’évaluation de la gravité de la maladie ;
  • Et la surveillance de la réponse au traitement.

La scintigraphie pulmonaire est également considérée comme une option de diagnostic non invasive et sûre pour les patients.

La surveillance de la fibrose pulmonaire

La surveillance de la fibrose pulmonaire est essentielle pour les personnes atteintes de la maladie. La fibrose pulmonaire idiopathique est une maladie chronique caractérisée par des altérations des poumons qui se rigidifient et ne parviennent plus à assurer correctement la respiration.

La scintigraphie pulmonaire est l’un des outils de surveillance disponibles pour cette maladie.

Cette technique d’imagerie médicale permet de visualiser la fonction pulmonaire en mesurant l’activité de la ventilation et de la perfusion des poumons.

Les résultats de la scintigraphie pulmonaire peuvent aider les médecins à surveiller l’évolution de la maladie et à ajuster les traitements pour améliorer la qualité de vie des patients.

La surveillance de la réponse au traitement

La surveillance de la réponse au traitement est un aspect important dans la gestion des maladies pulmonaires.

La scintigraphie pulmonaire est un outil diagnostique qui peut aider les médecins à évaluer la gravité de la maladie et la réponse du patient aux traitements.

Les images obtenues peuvent montrer des zones d’hypoperfusion, des zones d’accumulation de gaz, ainsi que des anomalies dans la ventilation.

La scintigraphie pulmonaire peut être utilisée pour surveiller la réponse aux médicaments, pour évaluer l’efficacité du traitement et pour aider à ajuster la dose en conséquence.

C’est une procédure qui peut être effectuée en consultation externe et qui ne prend que quelques heures pour être complétée.

La détection de la présence de tumeurs pulmonaires

La détection précoce de la présence de tumeurs pulmonaires est cruciale pour le traitement efficace du cancer du poumon. Heureusement, la scintigraphie pulmonaire est une méthode fiable pour détecter la présence de tumeurs dans les poumons.

Cette méthode utilise des traces radioactives pour identifier les zones anormales sur les images pulmonaires.

Les indications courantes pour la scintigraphie pulmonaire incluent :

  • La surveillance de tumeurs déjà diagnostiquées ;
  • L’évaluation des lésions pulmonaires nouvellement découvertes ;
  • Et la détection de la propagation du cancer à d’autres organes.

Bien que la scintigraphie pulmonaire ne soit pas une solution parfaite pour détecter toutes les tumeurs pulmonaires, elle reste un outil important pour les professionnels de la santé afin de traiter plus efficacement les patients atteints de cancer du poumon.

Scintigraphie pulmonaire : Contre-indications

La scintigraphie pulmonaire est une procédure diagnostique sûre et efficace pour évaluer le fonctionnement du cœur. Cependant, il existe des contre-indications à prendre en compte.

  • Chez la femme enceinte, cette procédure peut provoquer des lésions sur le fœtus. C’est pourquoi les médecins demandent toujours une analyse sanguine pour savoir si leur patiente est enceinte ou susceptible de l’être avant de procéder à l’injection du produit radioactif ;
  • Si vous allaitez votre bébé, il est également préférable d’éviter la scintigraphie pulmonaire. Cela est dû au risque de contamination du lait maternel par le traceur radioactif.

Il est important de prendre en compte ces contre-indications afin d’assurer la sécurité et le bien-être de tous les patients.

RECOMMANDÉ :  Scintigraphie cérébrale : Guide complet

Scintigraphie pulmonaire : Procédure

Si vous souffrez de problèmes pulmonaires et que votre médecin vous a prescrit une scintigraphie pulmonaire, il est normal que vous ayez des questions sur cette procédure.

On vous donne une explication complète de la procédure de l’examen de scintigraphie pulmonaire, du début à la fin.

Pré-examen : Comment se préparer et s’habiller ?

Si vous êtes sur le point de subir une scintigraphie pulmonaire, il est important de vous y préparer correctement pour que l’examen se déroule efficacement.

  • En premier lieu, il est recommandé de porter des vêtements amples et confortables afin de vous sentir à l’aise pendant l’examen ;
  • Bien qu’il ne soit pas nécessaire de se déshabiller, il est préférable d’enlever tout bijou ou vêtement contenant des parties métalliques susceptibles de perturber les résultats de l’examen, telles que des fermetures à glissière ou des boutons ;
  • Certains aliments sont interdits dans les 48 heures précédant l’examen, tels que le café, le chocolat, le thé et les aliments riches en potassium comme les bananes, les légumes et les fruits secs ;
  • De plus, il est recommandé de ne pas prendre votre traitement bêtabloquant ainsi que les médicaments à base de théophylline dans les 24 à 48 heures avant l’examen pour éviter que les résultats soient affectés ;
  • Enfin, il n’est pas nécessaire d’être à jeun pour un examen de scintigraphie pulmonaire, mais veillez à ne pas consommer d’aliments solides dans les heures qui précèdent l’analyse.

Si vous suivez ces recommandations, vous pouvez être sûr que votre examen de scintigraphie pulmonaire se déroulera de manière optimale et fournira des résultats précis pour le diagnostic et le traitement de votre problème pulmonaire.

Quoi ramener ?

Lorsque vous vous rendez à votre rendez-vous de scintigraphie pulmonaire, il est important d’être bien préparé pour que tout se déroule en douceur.

Il est essentiel que vous apportiez tous les documents et produits dont vous aurez besoin.

Voici une liste de tout ce que vous devez apporter :

  • Votre ordonnance originale et une liste de tous les médicaments que vous prenez actuellement ;
  • Les produits de contraste qui vous ont été prescrits lors de la prise de votre rendez-vous, si nécessaire pour l’examen ;
  • Les résultats de vos analyses sanguines et autres bilans, s’ils ont été prescrits ou requis par votre médecin pour expliquer certains symptômes ou diagnostics ;
  • Les examens radiologiques antérieurs et les comptes rendus d’opérations ou d’hospitalisations, si cela peut être utile pour des diagnostics préalables ;
  • Votre carte VITALE de sécurité sociale et son attestation afin d’obtenir les remboursements et garantir un suivi ;
  • Votre carte de mutuelle ou autre assurance privée si nécessaire.

N’oubliez pas de rassembler tous ces éléments avant votre rendez-vous pour éviter toute perte de temps pendant votre examen de scintigraphie pulmonaire.

Chaque détail est important pour assurer un processus fluide et précis.

Scintigraphie pulmonaire : Arrivée

Pour faciliter votre rendez-vous de scintigraphie pulmonaire, nous vous recommandons d’arriver en avance, jusqu’à 10 minutes avant l’heure prévue.

Cela vous permettra de remplir les documents nécessaires et permettre au personnel administratif d’ouvrir votre dossier en cas de premier rendez-vous.

En cas de question ou d’incertitude, n’hésitez pas à parler au personnel présent. Ils seront heureux de répondre à toutes vos questions et de vous rassurer sur le processus à venir.

Rencontre avec le secrétariat

Lors de votre rencontre avec le secrétariat, vous serez invité à remplir un formulaire d’autorisation pour l’examen de la scintigraphie pulmonaire. Il est important de donner votre accord avant de commencer l’examen.

Une fois cela fait, vous serez conduit au vestiaire par le technicien. Vous aurez alors la possibilité de déposer vos affaires personnelles et de vous vêtir des habits nécessaires pour l’examen à venir.

Pour éviter les éventuels désagréments, nous vous conseillons de penser à aller aux toilettes avant le début de votre examen.

Rencontre avec le technicien

Lorsqu’il s’agit d’examens médicaux, il est crucial que tout soit minutieusement préparé à l’avance. Pour un examen de scintigraphie pulmonaire, après avoir effectué toutes les formalités administratives, le patient inhalera un gaz inodore grâce à un masque ou un embout, par une dizaine d’inspirations profondes. Cette étape durera environ 15 minutes.

Par la suite, un produit sera injecté dans une veine du bras, suivi d’une série d’images pour observer la vascularisation des poumons. Cette étape durera quant à elle environ 10 minutes.

Toutes ces étapes sont importantes pour assurer un diagnostic précis chez le patient et une planification de traitement adaptée.

La santé de nos patients est notre priorité absolue. Il est important de bien suivre les instructions du technicien pour assurer une évaluation précise de votre santé pulmonaire.

Rencontre avec le technicien : à quoi ressemble l’équipement ?

Lors d’une rencontre avec un technicien en scintigraphie, vous pourrez observer un appareil sophistiqué utilisé pour détecter et visualiser les rayons gamma dans le corps humain.

Bien que chaque scintigraphie présente des différences spécifiques, elles ont généralement toutes une conception similaire : un lit de patient, une caméra montée sur une grande arche et un ordinateur pour collecter et traiter les données capturer des images des organes ciblés.

La plupart des équipements de scintigraphie sont assez grands et peuvent ressembler à des machines à rayons X ou aux IRM.

Toutefois, l’appareil de scintigraphie ne nécessite pas que le patient soit placé dans un tunnel étroit.

Bien que ce processus puisse sembler intimidant, les techniciens qui travaillent avec l’équipement de scintigraphie sont des experts qualifiés et formés qui surveillent le processus dans une pièce adjacente et peuvent communiquer avec le patient via un microphone afin de vous guider tout au long de la procédure, en veillant à votre confort et à votre sécurité.

Pendant l’examen

Pendant l’examen de scintigraphie pulmonaire, vous serez allongé et invité à inhaler un gaz dépourvu d’odeur.

La détection de la répartition de ce gaz dans vos poumons constitue une des étapes cruciales de l’examen, et elle est réalisée grâce à une caméra spéciale telle qu’une gamma-caméra ou une caméra à scintillation.

Celle-ci se déplace rapidement au-dessus de vous en prenant une série d’images qui permettent au médecin d’observer la répartition de l’air et du sang dans vos poumons, y compris au niveau des alvéoles.

Cette technique de diagnostic est d’une grande utilité pour détecter diverses maladies respiratoires.

Toutefois, pour obtenir des résultats précis, il est important de rester immobile pendant toute la durée de l’examen.

Scintigraphie pulmonaire : Durée de l’examen

Si vous envisagez de faire une scintigraphie pulmonaire, il est important de savoir que la durée totale de l’examen est d’environ 1h30. Cette procédure se déroule généralement en 2 parties.

Bien que l’examen puisse sembler long, il est important de suivre toutes les instructions de votre médecin afin d’obtenir un résultat précis et fiable.

Scintigraphie pulmonaire : Est-ce douloureux ?

Il est tout à fait compréhensible d’avoir des appréhensions concernant la douleur lors d’une scintigraphie pulmonaire. Toutefois, il est important de noter que l’examen lui-même n’est généralement pas douloureux.

La seule source potentielle d’inconfort pourrait être la mise en place du cathéter intraveineux pour l’injection du traceur radioactif.

Si vous êtes sensible à l’aiguille, vous pourriez ressentir une légère piqûre mais cela ne dure que quelques secondes. Dans l’ensemble, la scintigraphie pulmonaire est un examen confortable et indolore.

Scintigraphie pulmonaire : Que faire si je suis claustrophobe ou anxieux(se) ?

Si vous êtes claustrophobe ou anxieux(se) et que vous devez passer une scintigraphie pulmonaire, il est compréhensible que cela vous inquiète.

Cependant, il est important de savoir que l’examen est ouvert et ne nécessite pas que vous passiez dans un tunnel, contrairement à une IRM. Cela signifie que vous ne serez pas en contact direct avec l’appareil, ce qui peut vous aider à vous sentir plus à l’aise.

En cas d’anxiété, n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou à l’équipe médicale qui vous accompagne.

Ils peuvent vous fournir des informations supplémentaires pour vous aider à vous sentir plus serein(e) avant l’examen et à répondre à toutes vos questions ou préoccupations.

Scintigraphie pulmonaire : Risques, inconvénients et effets secondaires (y a-t-il des dangers ?)

Lorsque l’on se pose des questions sur la scintigraphie pulmonaire, il est tout à fait normal de se demander s’il existe des risques ou des effets secondaires liés à cette procédure.

Cependant, il est important de préciser que cette technique est généralement considérée comme sûre et qu’elle ne présente pas de risques majeurs pour les patients.

RECOMMANDÉ :  Scintigraphie au leukoscan : Guide complet

Même le produit radioactif utilisé est éliminé de votre corps dans les 24 à 48 heures qui suivent l’examen.

Néanmoins, il est essentiel de discuter avec votre médecin de tous les possibles dangers et effets secondaires avant de vous soumettre à une scintigraphie pulmonaire.

Cette mesure vous permettra de prendre une décision éclairée quant à la pertinence de cet examen médical.

Examens complémentaires à la scintigraphie pulmonaire

La scintigraphie pulmonaire est une méthode diagnostique courante qui permet d’obtenir des images de l’anatomie et de la circulation sanguine des poumons.

Cependant, en fonction des résultats de cette analyse, des examens complémentaires peuvent être nécessaires pour un diagnostic plus précis.

Parmi ces examens, on peut noter :

La tomodensitométrie thoracique

La tomodensitométrie thoracique est un examen important pour le diagnostic et le suivi des maladies pulmonaires.

Cette technique d’imagerie médicale permet de visualiser les structures anatomiques de la poitrine, y compris les poumons, la trachée et les ganglions lymphatiques. avec une précision accrue

Utilisée en complément de la scintigraphie pulmonaire, cette méthode est particulièrement utile pour détecter les nodules et les masses pulmonaires, ainsi que pour évaluer les effets de certaines maladies respiratoires, telles que la bronchite chronique et la pneumonie.

Avec des images précises et détaillées, la tomodensitométrie thoracique est un outil précieux pour aider les médecins dans le diagnostic et la surveillance des maladies pulmonaires.

La bronchoscopie

La bronchoscopie, également connue sous le nom d’endoscopie bronchique ou de fibroscopie bronchique, est un examen visant à explorer la trachée et les bronches d’un patient.

Cet examen est utilisé pour visualiser des anomalies et réaliser des prélèvements dans les voies respiratoires.

 Il est souvent pratiqué en complément d’autres examens comme la scintigraphie pulmonaire pour aider à diagnostiquer diverses affections pulmonaires.

Bien qu’il puisse sembler intimidant, la bronchoscopie est une procédure médicale standard qui peut fournir des résultats précieux pour le diagnostic et le traitement des maladies pulmonaires.

L’IRM pulmonaire

L’IRM pulmonaire est une méthode d’imagerie médicale qui présente de nombreux avantages. En effet, elle permet d’analyser les pathologies inflammatoires, infectieuses ou tumorales de manière très précise et complète.

Elle peut être utilisée aussi bien pour explorer les parties molles que pour étudier le sternum, les côtes et le rachis.

De plus, l’IRM pulmonaire est un examen complémentaire efficace à la scintigraphie pulmonaire.

Grâce à cette technique d’imagerie médicale, les médecins peuvent mieux comprendre les pathologies pulmonaires et proposer des traitements adaptés à chaque patient.

La spirométrie

La spirométrie est un examen complémentaire important à la scintigraphie pulmonaire pour évaluer la fonction respiratoire du patient.

Cet examen permet de mesurer les volumes et les débits respiratoires, permettant ainsi d’identifier les éventuelles obstructions des voies aériennes ou les troubles de la ventilation pulmonaire.

La spirométrie est une technique simple et non invasive, qui peut être réalisée en cabinet médical par un professionnel formé.

En combinant les résultats de la scintigraphie pulmonaire et de la spirométrie, les médecins pourront poser un diagnostic plus précis et établir un traitement adapté pour les patients souffrant de maladies respiratoires comme l’asthme, la bronchite chronique ou la fibrose pulmonaire.

La gazométrie artérielle

La gazométrie artérielle est un examen complémentaire essentiel à la scintigraphie pulmonaire pour évaluer la fonction respiratoire d’un patient.

Cette analyse sanguine permet de mesurer la pression partielle en oxygène et en dioxyde de carbone dans le sang et de déterminer les éventuels déséquilibres acido-basiques.

La gazométrie artérielle est notamment recommandée pour les patients atteints de pathologies respiratoires comme la BPCO ou l’asthme sévère.

Cet examen donne des informations précieuses pour adapter les traitements et améliorer la qualité de vie des patients.

Les médecins peuvent ainsi suivre l’évolution de la fonction pulmonaire et évaluer l’efficacité des traitements pour proposer la meilleure prise en charge possible.

Exemple de pathologies détectées par la scintigraphie pulmonaire

La scintigraphie pulmonaire est un examen médical important pour diagnostiquer diverses maladies pulmonaires. Parmi les pathologies les plus courantes qui peuvent être détectées par cette technique, on trouve :

  • La thromboembolie pulmonaire ;
  • La pneumonie ;
  • La tuberculose pulmonaire ;
  • La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) ;
  • La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) ;
  • La sarcoïdose ;
  • L’emphysème ;
  • L’asthme ;
  • La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ;
  • La pneumopathie interstitielle ;
  • L’hypertension pulmonaire ;
  • Et le cancer du poumon.

La scintigraphie pulmonaire est particulièrement utile pour identifier les zones du poumon qui sont affectées et pour évaluer leur étendue.

Grâce à elle, les médecins peuvent fournir aux patients des informations précieuses sur leur état de santé et élaborer un plan de traitement adapté.

Scintigraphie pulmonaire : Compte-rendu et résultats

Si vous vous êtes récemment soumis à une scintigraphie pulmonaire et que vous vous interrogez sur la suite des événements, sachez que vous pouvez être rassuré.

Bien que cela soit tout à fait normal de se sentir un peu anxieux face à l’inconnu, le processus de remise des résultats est simple et efficace.

Premier aperçu des résultats

Après avoir subi une scintigraphie pulmonaire, de nombreuses questions peuvent surgir : qu’a-t-on observé ? Les résultats sont-ils rassurants ?

Un brin d’inquiétude peut se faire ressentir en attendant ces fameuses conclusions. Mais rassurez-vous, le radiologue est là pour vous aiguiller.

À la fin de l’examen, il vous délivrera une première analyse orale des résultats obtenus. Vous pourrez ainsi en savoir plus sur les principales conclusions de l’examen, les observations réalisées et l’interprétation faite par le radiologue.

Ces informations vous permettront d’avancer dans votre démarche de soins et de répondre à vos interrogations concernant votre santé pulmonaire.

Transmission des résultats à votre médecin traitant

Une fois votre scintigraphie pulmonaire terminée, il est important de savoir que le rapport final sera envoyé directement à votre médecin traitant.

Ce rapport comprendra des informations détaillées sur les résultats de votre examen, ainsi que sur les étapes de prise en charge nécessaires à votre condition spécifique.

Votre médecin traitant sera le meilleur interlocuteur pour vous expliquer les résultats de l’examen et les implications pour votre santé.

Dans certains cas, votre médecin peut recommander d’autres examens afin de clarifier le diagnostic ou de rechercher d’éventuelles anomalies supplémentaires.

Rapport d’imagerie écrit et le CD

Il est toujours rassurant de recevoir un rapport d’imagerie écrit après un examen médical. La scintigraphie pulmonaire n’est pas différente et vous serez informé en détail des résultats.

Cependant, vous recevrez également un CD qui contiendra toutes les images prises lors de l’examen.

Cela peut sembler anodin, mais cela peut être très utile si des questions subsistent ou si vous devez consulter un autre médecin à l’avenir.

Plateformes en ligne pour les rapports d’imagerie

Aujourd’hui, grâce à la technologie, les cliniques médicales disposent de plateformes en ligne permettant de stocker les rapports d’imagerie de leurs patients en toute sécurité.

Ces plateformes sont très avantageuses car elles permettent aux patients de retrouver facilement leurs informations, peu importe où ils se trouvent et à n’importe quelle heure.

De plus, ces plateformes sont généralement archivées pendant plusieurs années, vous pouvez donc y accéder en cas de besoin.

Scintigraphie pulmonaire :  Quels sont les prix ?

Si vous cherchez à faire une scintigraphie pulmonaire, vous vous demandez certainement combien cela pourrait vous coûter. En général, il faut prévoir un montant qui varie entre 150€ et 500€.

Toutefois, il est important de noter que le coût peut être différent en fonction de plusieurs facteurs. Par exemple, selon la région où vous vivez, la clinique que vous sélectionnez et votre assurance santé.

Si vous avez souscrit une mutuelle, il est possible que vous soyez remboursé en tout ou en partie. Il est donc important de vérifier avec votre assurance maladie pour savoir si vous êtes éligible à une prise en charge.

N’oubliez pas d’apporter votre carte vitale et attestation pour justifier de vos droits lors de votre rendez-vous.

Prenez les mesures nécessaires pour être sûr et certain des coûts avant de passer une scintigraphie pulmonaire.

Où puis-je obtenir une scintigraphie pulmonaire près de chez moi ?

Si vous recherchez une scintigraphie pulmonaire près de chez vous, la première étape consiste à contacter le centre d’imagerie médicale le plus proche.

De nombreux hôpitaux et cliniques de santé proposent des scintigraphies pulmonaires dans le cadre de leurs services de diagnostic.

Demandez à votre médecin traitant ou à un professionnel de la santé de vous orienter vers un centre d’imagerie local spécialisé dans la scintigraphie pulmonaire.

En outre, de nombreux centres de radiologie peuvent être localisés en ligne en les recherchant directement.

Retrouvez les centres d’imagerie médicale près de chez vous

Notre répertoire couvre plusieurs régions et spécialités

Références

https://www.ch-troyes.fr/scintigraphie-pulmonaire

https://www.doctissimo.fr/sante/imagerie-medicale/scintigraphie-pulmonaire#qu-est-ce-que-la-scintigraphie-pulmonaire

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/examens-medicaux-operations/Fiche.aspx?doc=examen-scintigraphie-pulmonaire#l-examen

https://www.concilio.com/pneumologie-examens-scintigraphie-pulmonaire

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut