Synovectomie du genou : tout ce que vous devez savoir

Article rédigé par le 7 mars 2024

Dans le cadre de votre traitement ou de la gestion des problèmes articulaires, vous pourriez entendre parler de la synovectomie. Cette intervention chirurgicale vise à retirer la partie abîmée de la membrane synoviale, la couche qui peut s’enflammer et causer de l’inconfort ou des douleurs.

Cette procédure est souvent recommandée pour ceux d’entre vous qui faites face à des maladies provoquant une inflammation de l’articulation.

Elle est aussi fréquemment employée pour adresser les cas où cette membrane synoviale se développe trop, un phénomène courant surtout au niveau du genou.

Dans cet article rédigé par une professionnelle de santé, nous détaillerons les informations importantes à savoir concernant cette fameuse technique.

Synovectomie du genou : les 5 points essentiels à retenir

  • 1. La synovectomie est une technique chirurgicale qui consiste en l’ablation totale ou partielle de la membrane synoviale lésée pour limiter les complications locales liées à cette destruction.
  • 2. Invasive et assez douloureuse, elle peut cependant se faire sous anesthésie locale ou générale.
  • 3. Cette méthode est généralement indiquée dans le traitement des polyarthrites rhumatoïdes, des arthrites septiques, du lupus érythémateux disséminé et de la goutte.
  • 4. Il est important de savoir que le patient devrait s’exercer à faire bouger son genou dans les jours suivant l’intervention chirurgicale pour favoriser la guérison de l’articulation et éviter certaines complications.
  • 5. Il peut également y avoir quelques désagréments et risques à la suite de l’examen, comme les hématomes, les phlébites, les infections, les adhérences et l’algodystrophie.

Court rappel anatomique

Alors, comme nous le savons tous, le genou est cette partie du corps qui relie la cuisse à jambe. C’est une articulation assez complexe qui joue également un rôle très important dans la locomotion.

Afin de fluidifier ce mouvement quotidien, sans trop de peines ni de douleurs, un lubrifiant spécial sera produit au niveau des articulations : le liquide synovial.

Il s’agit d’une substance visqueuse, transparente ou jaune pâle rappelant cet aspect de blanc d’œuf cru. Elle est produite par les cellules de la membrane synoviale.

La membrane synoviale, quant à elle, est un tissu qui délimite la cavité articulaire. Elle jouera un rôle crucial dans l’élimination des éventuels débris qui feront naufrage dans le liquide synovial et aidera dans la nutrition des cellules de la cavité articulaire.

Outre ces structures, d’autres constituants vont également être sollicités pour assurer le bon fonctionnement de la mécanique de l’articulation. Et l’on citera :

  • Le cartilage, situé au niveau de la tête osseuse dite épiphyse ;
  • Les tendons et ligaments ;
  • Les bourses séreuses ;
  • Les muscles.   

Synovectomie : Mais qu’est-ce donc ?

La synovectomie consiste en l’ablation totale ou partielle de la membrane synoviale. Cette technique chirurgicale est généralement indiquée lors du traitement de la polyarthrite rhumatoïde, mais également, au cours des affections de l’articulation suivantes, à savoir :

  • L’arthrite septique ;
  • Le lupus érythémateux disséminé ;
  • La goutte.
RECOMMANDÉ :  Tendinopathie du biceps fémoral : que faire ?

Ce geste va ainsi limiter les complications liées à l’inflammation au niveau de l’articulation et donc éviter d’aboutir à un handicap fonctionnel.

Cet acte peut aussi bien être pratiqué au niveau des grandes que les petites articulations.

La synovectomie peut se faire par chirurgie ouverte, ou sous arthroscopie et selon l’articulation à traiter, le chirurgien décidera de la méthode antalgique adéquate à adopter (sous anesthésie générale ou locale).

Bon à savoir !
– La synovectomie, pratiquée au niveau du genou, permet le traitement des pathologies prolifératives de la membrane synoviale.
– Parmi ces maladies, on citera par exemple la synovite villo-nodulaire hémopigmentée (SVNHP) qui touche surtout les jeunes patients, et que l’on retrouve fréquemment au niveau du genou.-
– Cette technique, sous arthroscopie, promet des résultats assez bénéfiques car elle permet un contrôle satisfaisant de la maladie tout en préservant la fonction du genou, propos justifiés par une étude menée par J.C. Auregan et son équipe.

Pourquoi pratiquer une synovectomie ?

Ce geste, comme précédemment dit, est une technique chirurgicale qui permettra de limiter, voire éviter les complications occasionnées par l’inflammation de l’articulation.

Vous vous demandez surement ce qui se passe à ce moment-là. Alors, lors d’une synovite (inflammation de la membrane synoviale), le patient présentera une importante douleur accompagnée de raideur articulaire limitant les mouvements.

Également, le cartilage osseux sera détruit au fur et à mesure de l’évolution de cette affection, mettant à nu l’os sous-jacent. Puis, le tissu détruit sera remplacé par une structure qui va souder la tête des deux os de l’articulation.

Comme conséquence, le malade ne sera plus capable de faire des mouvements car son articulation est restreinte suite à la fusion des extrémités osseuses.

Ainsi, afin de vous éloigner de cet effroyable handicap, une solution bien que douloureuse et invasive, vous est proposée : la synovectomie.

Déroulement d’une synovectomie du genou

En fonction de la gravite de l’atteinte et des cas qui se présentent, la synovectomie du genou se fera sous anesthésie locale ou générale, sous arthroscopie ou par chirurgie ouverte.

Synovectomie du genou sous arthroscopie

Si entreprise sous arthroscopie, le chirurgien s’occupera dans un premier temps de réaliser des incisions à proximité de l’articulation malade afin de pouvoir y introduire les instruments nécessaires a l’examen.

L’articulation sera rempli d’une solution saline, de façon a améliorer la visibilité en son sein grâce à la camera.

Puis la membrane synoviale lésée sera retirée à l’aide d’un système d’aspiration couplé aux instruments introduits dans l’articulation avant de mettre en place le drain et suturer les plaies d’incision.

Synovectomie du genou par chirurgie ouverte

Dans cette méthode, le chirurgien va directement procéder à l’opération. Il va entrer dans l’articulation atteinte en ouvrant consécutivement les différents plans qui recouvrent la structure.

La membrane synoviale inflammée sera par la suite retirée, et en même temps, on en gardera une partie pour les analyses anatomopathologiques (analyses microscopiques de l’échantillon pour desceller des éventuelles pathologies tumorales ou autres, comme la tuberculose).

RECOMMANDÉ :  Arthrose du genou : traitements naturels

Dans la mesure où le malade présente une hydarthrose (présence d’excès de liquide synovial dans l’articulation), le chirurgien posera un drain afin d’évacuer le trop plein.

Cela étant, l’incision sera refermée plan par plan.

Que faire après l’intervention ?

Le patient va d’abord séjourner 3 jours à l’hôpital, pour la surveillance de l’évolution de la plaie et la remise en fonction de l’articulation.

En effet, le malade sera invité à faire usage de son genou afin d’éviter certains désagréments, à savoir, des saignements ou gonflement.

Il lui est autorisé d’effectuer quelques mouvements le lendemain même de l’intervention, mais, sous la guidance d’un physiothérapeute (donc des mouvements passifs).

Cette mesure de précaution n’est pas à négliger car cela aidera grandement dans le rétablissement de l’articulation et éviter que cette dernière ne raidisse sur place.

Le drain, quant à lui, peut également être retiré le jour suivant l’opération et les fils devront attendre 10 jours.

Qu’en est-il des risques en post-opératoire ?

Suite à l’intervention, il est possible d’observer certaines complications.

Le patient va éventuellement présenter des bleus (hématomes), liés à l’opération chirurgicale mais qui vont vite se résorber, ou encore des phlébites s’il prend des médicaments anticoagulants.

Plus rarement, des risques d’infection (si mauvaise asepsie), une algodystrophie (inflammation douloureuse de l’articulation) ou la formation d’adhérences qui vont éventuellement limiter les mouvements de l’articulation.

Avis du professionnel de santé

La synovectomie est une technique chirurgicale permettant de reséquer les tissus malades de la membrane synoviale.

Généralement conduite lors des pathologies inflammatoires de l’articulation, comme les polyarthrites rhumatoïdes et les arthrites septiques, cette méthode tient également une place importante dans la prise en charge de certaines affections prolifératives.

En effet, la synovectomie est nettement efficace et bien tolérée dans les formes localisées de la synovite villo-nodulaire pigmentée du genou (pathologie proliférative rare et bénigne des jeunes patients), d’après les propos de M. Carré et F. Coury lors d’une étude qu’ils ont entrepris.

Elle n’est cependant pas recommandée en première intention lors de ces affections. On n’y aura recours que lors des symptômes rebelles aux traitements médicaux.

Et toujours, il faut noter qu’il est crucial de faire des exercices de mobilisation de l’articulation, d’abord sous les directives du physiothérapeute, à la suite de cette intervention pour favoriser la guérison et éviter les raideurs.

Références bibliographiques

Les articles et ressources ayant servi dans la rédaction de cet article.
Le processus d’élaboration d’articles dans le Groupe SANTEPOURTOUS.

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 0 / 5. Nombre de votes 0

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut