Temps de cicatrisation d’un tendon du doigt après une lésion

Article rédigé par le 15 août 2022

L’atteinte des tendons du doigt est souvent handicapante et gênante. Qui plus est, les handicaps peuvent persister en l’absence de prise en charge, pendant ou même après les traitements, jusqu’à ce qu’il y ait un total rétablissement et une cicatrisation des tissus atteints. Vous vous demandez surement combien de temps cela va durer.

Découvrez la réponse dans cet article rédigé par un médecin.

Généralités sur les tendons et lésions tendineuses

Avant tout, faisons un bref rappel sur ce qu’est un tendon, son anatomie, ses fonctions et tout ce qui concerne les lésions qui peuvent l’affecter.

Anatomie des tendons des doigts

Par définition, un tendon est une bande fibreuse à la fois solide et lisse. Comme fonctions, il joint les muscles aux os. En d’autres termes, c’est un cordon qui constitue le prolongement des muscles pour les rattacher aux os. Il permet de transmettre les forces musculaires aux os. C’est ainsi que les mouvements des articulations sont possibles. Les tendons permettent aussi de stabiliser ces dernières.

Les tendons des mains, quant à eux, relient alors les os de la main et ceux des doigts aux muscles de l’avant-bras, pour permettre leurs mouvements.

On en distingue deux principaux types.

  • Les tendons extenseurs: ils se trouvent tout au long de la face dorsale de la main. Comme leur nom l’indique, ils permettent l’extension des doigts. Ils jouent aussi un rôle important dans le redressement du poignet et des doigts.
  • Les tendons fléchisseurs: ils glissent tout au long de la paume de la main. Le pouce en possède un tandis que les 4 autres longs doigts en possèdent chacun deux. « Fléchisseurs », car ils permettent la flexion des doigts et du poignet. C’est grâce à eux que les mouvements de préhension sont possibles.

Les lésions fréquentes des tendons des doigts

La lésion peut être soit une simple inflammation du tendon, soit une fragilisation voire une déchirure, une section ou une rupture de celui-ci (qui pourrait être partielle ou totale).

On parle alors de tendinite, de tendinopathie ou aussi de ténosynovite.

Elles peuvent concerner soit les extenseurs, soit les fléchisseurs. Pour ces derniers, les lésions les plus fréquentes sont le rugby/Gersey finger et la rupture de la poulie qui les stabilise. Pour les extenseurs, les plus courantes sont le doigt de marteau (ou Mallet finger), et aussi celle nommée « la boutonnière ».

Dans tous les cas, quel que soit le type de lésion des tendons des doigts, les symptômes se caractérisent souvent par la douleur, l’inflammation, le gonflement et les troubles des mouvements des doigts. Ce sont d’ailleurs les signes qui permettent de suspecter l’atteinte des tendons.

En ce qui concerne les causes des lésions, elles sont variables. Elles peuvent être liées à une blessure ou une plaie au niveau de la main (coupures par des objets tranchants, contraintes, pressions, etc.). En effet, les tendons sont assez superficiels, vu que nos mains ne sont pas d’une très grande épaisseur. Ainsi, une coupure, même peu profonde, au niveau de la main et des doigts peut probablement toucher les tendons.

RECOMMANDÉ :  Phlegmon de doigt : définition et prise en charge (guide complet)

Les traumatismes tels qu’une sursollicitation des doigts et aussi les mauvais mouvements peuvent causer les lésions des tendons des doigts. C’est pourquoi les sportifs et les grands travailleurs manuels en souffrent.

Enfin, il y a aussi les autres pathologies des structures de la main et des doigts qui peuvent augmenter le risque de survenue des lésions. Au pire, on peut également incriminer les accidents au cours de l’intervention chirurgicale en guise de traitement de l’une de ces pathologies.

La gravité de la lésion dépend de sa localisation, de ses causes et aussi de la prise en charge administrée. Mais dans tous les cas, le traitement repose généralement sur une intervention chirurgicale pour envisager leur réparation.

La cicatrisation d’un tendon du doigt

La cicatrisation est une phase de la réparation des tissus endommagés pour aboutir à la guérison de la lésion tendineuse.

Combien de temps dure-t-elle ?

Le temps de cicatrisation d’un tendon, après une lésion, est généralement assez long. Cette durée reste encore variable, selon la gravité de la lésion, les prises en charge entreprises, la qualité de leur réparation, l’état de santé du patient et bien d’autres facteurs encore.

Ce que disent les études : Le tendon retrouve sa capacité de supporter les activités quotidiennes après 12 semaines de guérison. Les activités sportives sont autorisées au plus tôt 4 mois après la blessure. Le processus de remodelage (voir plus bas), quant à lui, peut durer jusqu’à 12 mois.

Cette longue durée s’explique aussi par la complexité des étapes et des processus qui interviennent.

Quelles sont les étapes qui expliquent le temps de la cicatrisation d’un tendon ?

Il y a trois grandes étapes.

La phase inflammatoire

Elle commence peu de temps après l’apparition la lésion.

Ce processus inflammatoire se caractérise par l’augmentation de la circulation sanguine au niveau de la zone lésée. Grâce à cela, plusieurs cellules sont mobilisées : celles qui vont détecter et nettoyer les débris engendrés par la lésion, celles qui vont permettre la synthèse de collagène et celles qui vont stabiliser le site de la lésion.

La phase de la prolifération cellulaire ou la phase fibroblastique

Elle correspond à la prolifération des cellules qui vont contribuer à la cicatrisation.

Il y aura aussi des processus de synthèse abondante de protéoglycanes et de collagènes, surtout de type 3. Rappelons que les tendons sont composés de collagènes.

Cette phase peut durer jusqu’à la sixième semaine après la blessure.

Bon à savoir : Les facteurs qui prédisent la guérison du tendon comprennent : l’âge, l’état de santé général, la disposition du tissu cicatriciel , la motivation du patient, le type de blessure, et la technique chirurgicale (si indiquée).

La phase de remodelage

Elle commence par un processus de consolidation (6 à 8 semaines après la lésion) pendant lequel les synthèses et les proliférations cellulaires diminuent. Le collagène de type 3 se transforme en type 1 et devient alors plus fibreux et plus consolidé.

RECOMMANDÉ :  Fracture du 5ème métacarpien : attelle (indication et recommandation)

Vers la dixième semaine, il y a ensuite le processus de maturation qui consiste en une augmentation des liaisons des collagènes croisés pour aboutir au rétablissement du tissu tendineux.

Cette phase peut durer un an ou même plus jusqu’à ce que le tendon soit complètement rétabli.

Comment optimiser et accélérer le temps de cicatrisation du tendon du doigt ?

On ne peut vraiment pas vraiment accélérer miraculeusement la durée naturelle de cicatrisation. Toutefois, on peut faire en sorte qu’elle ne soit pas ralentie.

Pour ce faire, il faut éviter les facteurs qui sont défavorables à la cicatrisation :

  • le tabagisme ;
  • le stress qui peut entretenir les inflammations et les lésions ;
  • une alimentation trop acidifiante qui nuit au fonctionnement des cellules.

Bon à savoir : Les complications redoutées après une lésion du tendon du doigt comprennent les contractures, les ruptures secondaires, les dysfonctionnements des poulies digitales, le doigt à ressaut (Trigger finger) et l’infection.

Il convient également de respecter les conditions exigées par les traitements : repos, médication, immobilisation, séances de rééducation intensives, attelles, etc. Dans certains cas, une chirurgie est nécessaire pour corriger le problème.

En outre, il peut être intéressant dadopter une alimentation saine et équilibrée : moins d’aliments pro-inflammatoires (riches en gras, en sucre). Favorisez plutôt les aliments riches en protéines et en minéraux pour optimiser la régénération des tissus tendineux. N’oubliez pas de boire suffisamment d’eau. Prenez soin de vous et ne sollicitez pas trop intensément vos doigts.

Ce que disent les études :
Plusieurs études ont testé différentes modalités pour améliorer la guérison suite à une lésion tendineuse du doigt, notamment dans le but de prévenir les adhérences cicatricielles. Certains agents (comme l’Alpha-Aminproprionitrile) peuvent théoriquement prévenir les liaisons croisées du collagène, mais il s’est avéré toxique. D’autres agents (comme la D-Pénicillamine, la cis-Hydroxyproline, ou autres) n’ont pas démontré d’effets significatifs.

Les infiltrations d’acide hyaluronique pourraient favoriser la guérison du tendon, mais les études à ce sujet n’ont pas encore montré de données fiables.

Références

Articles et ressources utilisées dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes.  

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut