Vaccination pour chien et chiots: tout savoir (prix, protocole, âge)

Article rédigé par le 15 octobre 2023

Les vaccins pour chiens sont élaborés pour prévenir diverses maladies infectieuses graves et potentiellement mortelles telles que la maladie de Carré, la parvovirose, la leptospirose, la rage, etc.

En protégeant les animaux contre ces maladies, la vaccination joue également un rôle crucial dans la protection de la santé humaine.

Votre vétérinaire choisira les vaccins appropriés en fonction du mode de vie, du lieu de résidence et des voyages de votre animal. Découvrons ensemble les points clés de cette pratique médicale essentielle.

05 Points clés de cet article

  1. La vaccination canine est un élément clé des soins préventifs.
  2. Les chiots reçoivent généralement des vaccins de base pour se protéger contre des maladies courantes telles que la maladie de Carré, l’adénovirus canin, le parvovirus, la leptospirose et la rage.
  3. En fonction de la race, du lieu de résidence et du contexte épidémiologique, d’autres vaccinations comme la toux de chenil, la piroplasmose, la maladie de Lyme et l’herpèsvirose peuvent être recommandées.
  4. Les chiots peuvent commencer à être vaccinés à 4-6 semaines.
  5. La fréquence des rappels est déterminée par le plan de vaccination choisi, généralement discuté lors de consultations vétérinaires pour répondre aux besoins spécifiques de chaque chien.

Qu’est-ce que la vaccination chez le chien ?

La vaccination consiste à administrer une petite dose d’un agent pathogène à l’animal, stimulant la production d’anticorps pour le protéger contre la maladie.

Les agents pathogènes utilisés peuvent être vivants atténués ou inactivés.

  • La vaccination vétérinaire implique de délibérément déclencher une réponse immunitaire chez l’animal pour le protéger ultérieurement contre des agents pathogènes tels que les virus, les bactéries, ou plus rarement, les parasites.

Les différents vaccins : quelles maladies ciblent-ils  ?

La vaccination du chien et du chiot vise à protéger contre plusieurs maladies potentiellement graves et parfois mortelles.

Voici les noms des vaccins accompagnés de descriptions des maladies correspondantes :

  • Maladie de carré (C) : Extrêmement contagieuse et mortelle, elle peut toucher n’importe quel chien, quel que soit son âge. Les symptômes incluent fièvre, troubles respiratoires et digestifs.
  • Hépatite de Rubarth (H) : Maladie grave du foie accompagnée d’une forte fièvre et de gastro-entérite.
  • Parvovirose (P) : Virus contracté en extérieur par le chien et pouvant être transmis par le reniflement d’excréments d’un animal déjà infecté. Les symptômes comprennent des diarrhées, une perte d’appétit et des vomissements.
  • Leptospirose (L) : Contractée par contact avec des rongeurs, cette maladie se manifeste par une gastro-entérite hémorragique.
  • Rage (R) : Maladie mortelle transmissible à l’homme. La vaccination contre la rage est la seule obligation légale pour les déplacements transfrontaliers, les expositions et les séjours en camping.
  • Toux du chenil (T) : Une trachéo-bronchite contagieuse affectant les chiens vivant en élevage, en chenil, en pension, etc. Elle peut avoir diverses causes, et il n’y a pas toujours de vaccin disponible.
  • Piroplasmose (PL) : Maladie causée par un parasite du sang (la tique), les piroplasmes pénètrent dans les globules rouges pour les détruire. Il est recommandé de lutter contre les tiques, bien que ce vaccin ne soit pas systématiquement proposé.
  • Maladie de Lyme : Maladie bactérienne (Borrelia) transmise par les tiques. De nombreux chiens peuvent ne présenter aucun symptôme, mais des signes tels que des boiteries intermittentes, de la fièvre, de la fatigue et des vomissements peuvent survenir.


Les vaccins les plus fréquemment administrés ciblent la maladie de Carré, l’hépatite de Rubarth, la leptospirose, la rage, et la parvovirose, ainsi qu’une composante de la toux du chenil (virus parainfluenza seul). Cette vaccination complète est communément désignée par l’acronyme CHPPiLR.

En ce qui concerne toutes ces affections, la prévention demeure le choix optimal pour réduire les risques et garantir la bonne santé de votre chien !

À quel moment et à quelle fréquence devrait-on faire vacciner son chiot ou son chien?

Durant les premiers deux mois de la vie du chiot, il bénéficie d’une protection naturelle grâce aux anticorps transmis par une mère correctement vaccinée. Cependant, le système immunitaire du chiot n’a pas encore atteint un stade de développement suffisant pour produire ses propres anticorps.

Les premiers vaccins peuvent être administrés aux chiots dès l’âge de 4 à 6 semaines. La fréquence des rappels dépendra du programme de vaccination que vous sélectionnerez pour votre fidèle compagnon.

RECOMMANDÉ :  Garrot du cheval : les problèmes possibles (explications vétérinaires)

Remarque: La seule dérogation concerne la vaccination contre la parvovirose, qui est administrée aux chiots vivant en collectivité (élevages) dès l’âge de 4 à 6 semaines.

Les autres vaccinations sont faites à partir de l’âge de 7-8 semaines:

  • Vaccin DHPP : La première administration se fait entre 4 et 6 semaines, suivie de deux rappels mensuels. Ensuite, un rappel est nécessaire un an après la dernière dose, suivi de rappels triennaux.
  • Vaccin contre la rage : La première dose est préconisée à partir de 12 semaines. Un rappel est requis un an plus tard, puis des rappels triennaux par la suite.
  • Vaccin contre la leptospirose (L4) : La première dose peut être administrée dès l’âge de 9 semaines. Ce vaccin demande un rappel un mois après la première dose, puis des rappels annuels.
  • Vaccin contre la bordetella (toux de chenil) : Administré par voie intranasale ou sous-cutanée, le vaccin sous-cutané nécessite un rappel un mois après la première dose, suivi de rappels annuels. Le vaccin intranasal requiert uniquement des rappels annuels.
  • Vaccin contre la leishmaniose (Le) : Recommandé pour les chiens fréquentant régulièrement des zones à risque, ce vaccin peut être administré dès l’âge de 6 mois, avec un écart d’au moins 1 ou 2 mois par rapport à d’autres vaccins. Une seule injection suffit pour la primo-vaccination, suivie de rappels annuels.

  • En ce qui concerne la piroplasmose et la maladie de Lyme, la plupart des fabricants de vaccins ne recommandent pas leur administration avant l’âge de 6 mois. Il est conseillé d’effectuer un rappel 2 à 4 semaines après la première dose, suivi d’un rappel annuel. Idéalement, le rappel annuel devrait être réalisé juste avant la saison de forte présence des tiques, c’est-à-dire juste avant le début du printemps.

  • Il est important de noter que le protocole de vaccination peut varier d’un animal à un autre, en fonction de ses besoins spécifiques. Pour déterminer le meilleur plan vaccinal à adopter pour votre chien ou votre chiot, veuillez suivre les recommandations de votre vétérinaire.

Risques de la vaccination : les effets secondaires possibles chez le chien

Il peut exister des effets secondaires à la vaccination comme :

• De la fièvre (la température normale d’un chien se situe entre 38°C et 39°C).

• De la fatigue.

• Une réaction locale au point d’injection.

Ces réactions sont sans gravité, modérées et passagères.

En cas de réaction de ce genre chez votre chien ou votre chiot, informez-en votre vétérinaire. Il est cependant important de noter que, dans l’ensemble, les avantages de la vaccination surpassent les risques associés.

Pourquoi est-il important de vacciner son chien?

Vacciner son chien revêt une importance cruciale pour plusieurs raisons liées à la santé et au bien-être global de l’animal. Voici quelques motifs essentiels pour lesquels la vaccination canine est incontournable :

  1. Prévention des Maladies Infectieuses : Les vaccins offrent une protection contre un éventail de maladies potentiellement graves et souvent mortelles, qu’elles soient d’origine virale, bactérienne ou parasitaire.
  2. Santé Individuelle : La vaccination assure une protection individuelle en renforçant le système immunitaire du chien, lui permettant de reconnaître et de combattre les agents pathogènes responsables de maladies spécifiques.
  3. Immunisation Collective : En réduisant la prévalence des maladies au sein de la population canine, la vaccination contribue à protéger l’ensemble de la communauté canine, notamment dans les endroits où les chiens se regroupent, tels que les parcs, les refuges et les pensions.
  4. Prévention de la Propagation des Maladies : Certains vaccins contribuent à limiter la propagation des maladies zoonotiques, transmissibles des animaux aux humains, comme le démontre le cas de la rage.
  5. Économie de Frais Médicaux : Les maladies évitables par la vaccination peuvent engendrer d’importants frais médicaux. La vaccination représente une mesure économique visant à prévenir ces dépenses en évitant les coûts liés au traitement des maladies.
  6. Protection Contre les Maladies Endémiques : Dans certaines régions, des maladies telles que la maladie de Lyme, la leptospirose et d’autres sont endémiques. Les vaccins aident à protéger les chiens contre ces risques locaux.
  7. Respect des Exigences Légales : Dans de nombreuses régions, la vaccination contre la rage est obligatoire, assurant ainsi la sécurité publique et évitant des conséquences légales pour les propriétaires de chiens non vaccinés.
  8. Prévention des Souffrances Animales : Les maladies évitables par la vaccination peuvent infliger d’importantes souffrances aux chiens. La vaccination prévient ces affections graves et contribue à assurer leur bien-être.
  9. Facilitation des Déplacements : Certains pays ou régions exigent des preuves de vaccination pour permettre aux chiens de voyager. La vaccination facilite la mobilité des chiens et leur participation à des activités telles que les expositions canines.
  10. Longévité et Qualité de Vie : La vaccination contribue à assurer une vie plus longue et en meilleure santé pour les chiens en prévenant les maladies potentiellement mortelles.
RECOMMANDÉ :  Kératoconjonctivite sèche chez le chien : tout savoir sur le syndrome de l’œil sec 

Le saviez-vous?


Selon l’organisation « Health for Animals », les vaccins représenteraient près d’un tiers (28,5%) du marché mondial des médicaments vétérinaires.

Le secteur de la prévention médicale, comprenant les vaccins et les antiparasitaires, aurait augmenté de 56,7% à 62,6% entre 2013 et 2021.

Ces chiffres soulignent à quel point les vaccins jouent un rôle crucial dans la santé des animaux.

Protocole de vaccination du chien

Le protocole de vaccination chez le chien varie en fonction de plusieurs facteurs, notamment l’âge, le mode de vie, la région géographique, et la santé globale du chien.

Cependant, voici un exemple général de protocole de vaccination pour un chiot et un chien adulte:

Pour un chiot :

  1. 6-8 Semaines : Vaccin essentiel regroupant la protection contre la maladie de Carré, l’adénovirus canin, le parvovirus, et la leptospirose.
  2. 10-12 Semaines :
    • Deuxième dose du vaccin de base.
    • Vaccin visant à prévenir la toux du chenil, incluant la parainfluenza et la Bordetella bronchiseptica.
  3. 14-16 Semaines :
    • Troisième dose du vaccin de base.
    • Vaccin contre la rage.
  4. 16 Semaines et Plus :
    • Vaccin contre la maladie de Lyme (si le chien est exposé à des tiques).
    • Vaccination ciblée contre d’autres maladies spécifiques en accord avec le mode de vie et l’environnement de l’animal.
  5. Rappels :
    • Rappels annuels pour les vaccins de base.
    • Un rappel est recommandé tous les 1 à 3 ans pour le vaccin contre la rage, conformément à la législation en vigueur localement.

  • Les rappels vaccinaux visent à assurer une protection durable. Au fil du temps, l’immunité du chien peut diminuer et devenir insuffisante. Les rappels vaccinaux agissent en stimulant à nouveau le système immunitaire, garantissant ainsi une protection continue et efficace.

Pour un chien adulte :

  1. Rappels Annuels :
    • Rappels nécessaires pour les vaccins fondamentaux (maladie de Carré, adénovirus canin, parvovirus, leptospirose).
    • Un rappel annuel est recommandé pour la vaccination contre la toux du chenil.
  2. Rappel Tous les 1 à 3 Ans :
    • Rappel du vaccin contre la rage, en fonction des réglementations locales.
  3. Vaccins Complémentaires :
    • Vaccins additionnels adaptés au mode de vie du chien et aux risques spécifiques, tels que la vaccination contre la maladie de Lyme, la giardiose, etc.

  • Il est crucial de suivre rigoureusement le protocole vaccinal recommandé par le vétérinaire pour assurer une protection adéquate. Des rappels négligés pourraient entraîner la nécessité de recommencer le protocole depuis le début.

Prix d’une consultation pour vacciner un chien

Les prix pour vacciner votre chien chez le vétérinaire ne sont pas fixes et dépendent de plusieurs choses comme l’endroit où vous vivez, le type de vaccins, la clinique, et si d’autres trucs sont compris.

Si vous voulez savoir combien ça coûte pour vacciner votre chien, demandez à des vétérinaires dans votre coin.

Bonus: comment dois-je préparer mon chiot pour ses premiers vaccins?

La préparation de votre chiot pour ses premiers vaccins est une étape importante pour garantir sa santé à long terme.

Voici quelques conseils pour vous aider à préparer votre chiot pour ses premières vaccinations :

  • Avant la première série de vaccins, programmez une consultation avec votre vétérinaire. Discutez du plan de vaccination recommandé, des besoins particuliers de votre chiot, et posez toutes les questions qui vous viennent à l’esprit.
  • Certaines chiots peuvent être un peu anxieux lors de leur première visite chez le vétérinaire. Prenez le temps de familiariser votre chiot avec les manipulations en examinant délicatement ses oreilles, sa bouche, et ses pattes pour le préparer à l’examen du vétérinaire.
  • Utilisez un moyen de transport sûr pour emmener votre chiot chez le vétérinaire, que ce soit une caisse de transport ou une laisse bien attachée. Assurez-vous que le voyage soit confortable et rassurant pour votre chiot.
  • Apportez toutes les informations pertinentes sur la santé de votre chiot que vous avez obtenues de l’éleveur ou du refuge. Cela peut inclure des détails sur son alimentation, son historique médical, et tout signe de maladie ou de comportement inhabituel.
  • Discutez avec votre vétérinaire du calendrier de vaccination recommandé pour votre chiot. Certains vaccins sont administrés à des moments spécifiques, et il est crucial de suivre le calendrier pour garantir une protection adéquate.
  • Si votre chiot n’est pas encore identifié, pensez à discuter de l’opportunité de le faire avec une puce électronique lors de la visite pour les vaccins.
  • Certains chiots peuvent ressentir du stress lors de leur passage chez le vétérinaire. Apportez des jouets préférés et des friandises pour les aider à se détendre.
  • Après la vaccination, surveillez attentivement votre chiot à la recherche de tout signe d’inconfort ou de réaction. C’est généralement rare, mais restez vigilant.
  • Parlez avec votre vétérinaire de la planification des futures visites pour les rappels de vaccins et d’autres soins préventifs.

Références

https://www.purina.fr/articles/chien/chiot/sante/faire-vacciner-chien

https://fr.virbac.com/home/tout-sante-bien-etre/vaccination-du-chien-et-du-chat.html

https://www.zooplus.fr/magazine/chien/sante-et-bien-etre-du-chien/les-vaccins-du-chien

https://www.veterinaire-saint-clement.fr/Content.aspx?code=37501&parent=37490

https://www.hopitalveterinaire.com/general/vaccination-pour-chiens-et-chiots/#:~:text=La%20fr%C3%A9quence%20des%20rappels%20d%C3%A9pend,rappels%20aux%203%20ans%20ensuite.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 4.5 / 5. Nombre de votes 2

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut