Vision chez le cheval : tout savoir

Article rédigé par le 4 avril 2024

La vision chez le cheval est un sens crucial, lui permettant de naviguer dans son environnement et d’interagir avec ses congénères. Cet article rédigé par une vétérinaire explorera les caractéristiques uniques de la vision chez le cheval, en examinant comment il perçoit le monde qui l’entoure. 

Nous aborderons la structure de l’œil du cheval, son champ de vision étendu, sa capacité à détecter les mouvements, ainsi que les implications de ces aspects sur son comportement et son bien-être.

Vision chez le cheval : les 7 points essentiels à retenir

  • 1. Les chevaux ont un champ de vision d’environ 340°, leur permettant de voir presque tout autour d’eux, sauf derrière leur tête et sous leur nez.
  • 2. Les chevaux possèdent une vision binoculaire limitée à l’avant pour la perception de la profondeur, et une vision monoculaire sur les côtés pour détecter les mouvements.
  • 3. Les chevaux peuvent mettre jusqu’à 30 minutes pour s’adapter aux changements d’intensité lumineuse, ce qui est important lors du passage de zones lumineuses à sombres.
  • 4. Les chevaux ont une vision dichromatique, principalement dans les gammes du bleu et du jaune, et ne perçoivent pas le rouge.
  • 5. Grâce au tapetum lucidum, les chevaux ont une bonne vision dans des conditions de faible luminosité, ce qui est crucial pour leur comportement nocturne.
  • 6. Leur grande réactivité aux stimuli en mouvement est un trait de survie, mais peut causer des réactions de peur ou de surprise.
  • 7. La compréhension de la vision chez le cheval est essentielle pour le dressage, le soin et l’aménagement de l’environnement de vie des chevaux pour leur confort et sécurité.

Anatomie de l’œil du cheval

L’anatomie de l’œil du cheval est fascinante et diffère de celle de l’œil humain à plusieurs égards.

Structure de l’œil et ses composantes

L’œil du cheval est l’un des plus grands parmi les animaux terrestres. Leurs yeux sont placés latéralement et saillants sur la tête, ce qui offre une vision panoramique

L’œil du cheval comprend des cônes, des bâtonnets, et un tapetum lucidum, mais n’a pas de fovea. La pupille est horizontale permettant une vision panoramique étendue. 

Les corpora nigra, également appelés « grains de suie », sont très richement irrigués et pourraient jouer un rôle dans l’oxygénation de l’œil ou contre l’éblouissement. 

Comparaison avec l’œil humain

Le cheval bénéficie d’un champ de vision d’environ 340°, alors que celui de l’Homme avoisine les 190°. Sur les côtés, la vision monoculaire du cheval lui permet de distinguer rapidement tout ce qui est en mouvement. 

Les chevaux ont une vision des couleurs dichromatique, limitée aux tons bleus, jaunes et verts, et ne perçoivent pas le rouge. Les humains, en revanche, ont une vision trichromatique.

La vision du cheval est adaptée pour les conditions de faible luminosité grâce au tapetum lucidum, qui n’est pas présent chez l’homme. Enfin, la faculté du cheval à percevoir les objets éloignés avec netteté est moindre que celle de l’homme.

Ces différences anatomiques et fonctionnelles entre l’œil du cheval et celui de l’homme ont des implications importantes sur la manière dont les chevaux perçoivent leur environnement et interagissent avec lui.

Champ de vision du cheval

Le champ de vision du cheval est un aspect fascinant de son anatomie qui influence grandement son comportement.

Étendue du champ de vision du cheval

Les chevaux possèdent un champ de vision très large, d’environ 340°, grâce à la position latérale de leurs yeux. Cette vision panoramique leur permet de voir presque tout autour d’eux, à l’exception de deux zones aveugles : directement derrière eux et juste en dessous de leur nez.

Zones de vision binoculaire et monoculaire

La vision binoculaire, où les deux yeux sont utilisés simultanément, est limitée à environ 65° à l’avant et est essentielle pour évaluer les distances et voir en relief. La vision monoculaire, où chaque œil fonctionne indépendamment, couvre la majeure partie du champ de vision latéral et est cruciale pour détecter les mouvements.

RECOMMANDÉ :  Chat Sibérien : caractères et spécificités

Implications comportementales

La capacité à percevoir les mouvements sur les côtés rend les chevaux particulièrement réactifs aux stimuli inattendus, ce qui peut expliquer certains comportements de fuite ou de surprise. Les zones aveugles peuvent rendre les chevaux nerveux si approchés par surprise, d’où l’importance de les aborder de manière à ce qu’ils puissent vous voir.

Lorsqu’ils sont montés ou attelés, les chevaux peuvent réagir à des éléments que le cavalier ou le meneur ne voit pas, ce qui nécessite une compréhension et une anticipation de la part de l’humain. En somme, la vision du cheval est un élément clé qui façonne son interaction avec l’environnement et influence son comportement au quotidien.

Perception des couleurs chez le cheval

La perception des couleurs chez le cheval est un sujet d’étude intéressant qui a des implications pratiques pour le dressage et l’environnement de vie de ces animaux. 

Capacités et limites de la vision des couleurs chez le cheval

Les chevaux ont une vision dichromatique, ce qui signifie qu’ils peuvent voir les couleurs dans les gammes du bleu et du jaune. Ils ne perçoivent pas le rouge et voient le vert comme une nuance de gris.

Influence sur le dressage et l’environnement de vie

La compréhension de la vision des couleurs chez le cheval peut aider les dresseurs à choisir des équipements et des obstacles de couleurs appropriées pour éviter la confusion ou la peur chez l’animal. 

Dans l’environnement de vie, il est important de prendre en compte la vision des couleurs du cheval pour assurer son confort et sa sécurité, par exemple en évitant des couleurs qui pourraient être perçues comme menaçantes ou en utilisant des couleurs qu’il peut distinguer facilement pour la signalisation.

Une étude de Sarah Catherine Paul et Martin Stevens sur la vision des chevaux et la visibilité des obstacles dans les courses hippiques en 2020 a montré que le bleu vif a produit un angle de décollage plus grand, et les sauts par-dessus des barrières jaune fluorescent ont eu des distances d’atterrissage plus courtes comparées à l’orange, avec des barrières bleu vif entraînant une tendance similaire mais non significative.

Le blanc était la seule couleur qui influençait les distances de décollage, avec des chevaux sautant par-dessus des barrières blanches ayant une distance de décollage plus grande.

Dans l’ensemble, les résultats montrent que la coloration actuelle des obstacles ne maximise pas le contraste pour la vision des chevaux, et que des couleurs alternatives pourraient améliorer la visibilité et modifier les réponses comportementales, dans le but ultime d’améliorer la sécurité et le bien-être.

Sensibilité à la lumière et à l’obscurité

L’œil du cheval présente des adaptations remarquables lui permettant de naviguer dans une variété d’environnements lumineux, de la lumière intense du jour à la pénombre du crépuscule.

Adaptation de l’œil du cheval à différentes intensités lumineuses

Les chevaux sont dotés d’une grande sensibilité aux changements d’intensité lumineuse, grâce à une accommodation plus lente que celle des humains, nécessitant jusqu’à 30 minutes pour s’ajuster. La pupille horizontale du cheval s’élargit ou se rétrécit en réponse à la luminosité ambiante, permettant une régulation optimale de la quantité de lumière qui atteint la rétine.

Vision nocturne et crépusculaire 

Les chevaux bénéficient d’une bonne vision crépusculaire grâce aux bâtonnets de leur rétine, qui sont très sensibles à la lumière, et au tapetum lucidum, une couche réfléchissante qui augmente l’efficacité de la vision dans des conditions de faible éclairage.

Bon à savoir: Cette capacité leur permet non seulement de voir clairement au crépuscule mais aussi de distinguer des objets dans des conditions où seule la lumière des étoiles est présente.

Détection des mouvements

La détection des mouvements est un aspect crucial de la survie et du comportement des chevaux.

RECOMMANDÉ :  Gingivite chez le chien : Causes, symptômes et traitement efficace

Réactivité aux stimuli en mouvement 

Les chevaux sont extrêmement réactifs aux stimuli en mouvement, ce qui est une caractéristique essentielle pour un animal de proie. Cette réactivité est influencée par divers facteurs, y compris l’âge, le sexe, les conditions de vie et l’état de bien-être du cheval.

Conséquences sur la sécurité et le dressage 

Une réactivité accrue peut entraîner des comportements de fuite ou de défense, ce qui peut poser des risques pour la sécurité du cheval et des humains autour de lui. Les dresseurs doivent être conscients de cette sensibilité et adapter leurs méthodes pour minimiser les réactions de peur ou de stress chez le cheval.

La compréhension de la réactivité des chevaux aux mouvements est essentielle pour développer des techniques de dressage efficaces et pour assurer une coexistence harmonieuse entre les chevaux et les humains.

Vision et bien-être du cheval : conseils vétérinaires

La vision joue un rôle prépondérant dans le comportement du cheval. En tant qu’animal de proie, sa capacité à détecter les mouvements et à avoir une vue panoramique est essentielle pour sa survie.

Les chevaux ont un champ de vision très large, d’environ 340°. Cette vision étendue peut parfois entraîner des réactions que le cavalier n’a pas anticipées, car le cheval peut percevoir des éléments en mouvement que l’humain ne voit pas.

Pour le confort visuel du cheval, il est recommandé de prendre en compte son champ de vision lors de l’aménagement de son environnement. Par exemple :

  • évitez de placer des objets dans ses zones aveugles
  • utilisez des œillères dans certaines disciplines pour limiter les distractions, 
  • assurez-vous que l’éclairage est adéquat pour leur vision nocturne et crépusculaire. 

Note : Si vous réalisez un achat par le biais de nos liens, une petite commission peut nous être attribuée sans frais supplémentaires pour vous. (En savoir plus sur notre processus de sélection).

VANZACK Masque de Cheval de Compagnie Couvre-tête de Mouche à Cheval Couverture de Visage de Cheval Animal de Compagnie Masques Anti-Mouches pour Chevaux œillères pour Chevaux Animaux
  • Couvre-visage pour cheval – parfait pour les amateurs, les débutants, les compétitifs et un usage quotidien.
  • Housse en maille respirante pour cheval – conçue pour s’adapter à des mesures bien proportionnées, ce masque assure un ajustement serré et sécurisé.
  • Cheval de compagnie : le masque en maille protège la bouche et le nez tout en offrant une visibilité totale.
  • Couvre-visage en maille pour cheval – doté d’un écran à mailles fines qui protège votre cheval, n’irrite pas et ne tire pas sur la tête du cheval.​
  • Couvre-tête anti-mouches – conçu dans un souci de confort et de commodité, facile et confortable à porter.

De plus, des aménagements comme des sols stables, une bonne ventilation, et un espace de stockage pratique dans l’abri peuvent contribuer au bien-être général du cheval. 

Quelles sont les pathologies pouvant affecter la vision chez le cheval ?

Les pathologies oculaires peuvent avoir un impact significatif sur la vision du cheval. Quelques-unes des affections les plus courantes sont :

  • Cataracte : Opacification du cristallin pouvant réduire la vision et, dans les cas graves, conduire à la cécité.
  • Uvéite : Inflammation de l’uvée, la couche moyenne de l’œil, qui peut causer douleur, rougeur, et troubles visuels
  • Kératite : Inflammation de la cornée, souvent due à une infection ou à une blessure, pouvant entraîner des ulcères et des cicatrices
  • Conjonctivite : Inflammation de la conjonctive qui peut être causée par des allergies, des infections, ou des irritants environnementaux
  • Corps étranger : Présence d’un objet étranger dans l’œil pouvant causer des lésions ou des infections
  • Blessures traumatiques : Coupures, perforations, ou contusions de l’œil ou de ses structures environnantes suite à un traumatisme

Problèmes de la vision chez le cheval : Quand consulter un vétérinaire ?

Les signes alarmants indiquant une pathologie de la vision chez le cheval peuvent inclure :

  • Écoulement oculaire 
  • Difficulté à ouvrir l’œil 
  • Rougeur de l’œil pouvant indiquer une inflammation ou une infection
  • Sensibilité à la lumière 
  • Regard vitreux (aspect vitreux ou terne de l’œil) 
  • Gonflement autour de l’œil ou des paupières, souvent accompagné de clignements excessifs

Si vous cherchez un vétérinaire dans votre région, consultez notre répertoire.

Références

Articles et ressources utilisés dans la création de cet article
Notre processus de création d’articles chez Groupe SANTÉPOURTOUS

Chaque article est rédigé par un professionnel de santé qualifié en suivant des procédures de rédaction strictes (en savoir plus). Cet article présent est régulièrement révisé à la lumière des évidences scientifiques les plus récentes. 

Cet article vous-a-t-il été utile?

Indiquez votre appréciation de l'article

Note des lecteurs 5 / 5. Nombre de votes 1

Si vous avez bénéficié de cet article

Merci de le partager avec vos proches

Merci de votre retour

Comment pouvons-nous améliorer l'article ?

Retour en haut